Allemands des Sudètes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Région des Sudètes - Zone en noir peuplée par des populations allemandes en Bohême et en Moravie au début du XXe siècle.

Les Allemands des Sudètes ou simplement les Sudètes[1],[2], désignaient les populations germanophones majoritaires dans la « région des Sudètes », nom des zones à majorité germanophone de la partie tchèque de la Tchécoslovaquie, le long des frontières allemande et autrichienne, en Bohême, Moravie et Silésie.

La minorité allemande de Slovaquie est quant à elle dénommée, depuis le début du XXe siècle, « Allemands des Carpates ».

Historique[modifier | modifier le code]

Les Sudètes en Bohême (avant 1919)[modifier | modifier le code]

Cartes de l'Autriche-Hongrie en 1911 montrant la répartition des communautés linguistiques dans l'ancien empire et la présence majoritaire des Allemands (en rose) sur le pourtour de la Bohême.

Durant le Moyen Âge, les rois de Bohême font appel aux Allemands pour coloniser des terres, peupler des villes et apporter leur savoir-faire. Les premières familles allemandes arrivent entre 1335 et 1338. Ces Allemands deviennent progressivement majoritaires dans les villes, même en dehors de la région des Sudètes. Lorsqu'ils sont minoritaires, ils forment souvent l’élite de la société (en tant qu'édiles des villes, par exemple) et ce, en raison de leur proximité linguistique et culturelle avec le pouvoir impérial qui les favorise. Selon Angelo Ripellino dans Praga Magica[3] :

« Le sortilège de Prague était en partie dû à son caractère de ville où cohabitaient trois peuples (Dreivölkerstadt) : le tchèque, l'allemand et le juif. Le mélange et le contact des trois cultures donnaient à la capitale de Bohême un caractère particulier, une extraordinaire richesse de ressources et d'impulsions. À l'aube du XXe siècle, y résidaient 414 899 Tchèques (92,3 %) et 37 776 Allemands (7,5 %) parmi lesquels 25 000 personnes d'origine juive. La minorité de langue allemande possédait deux théâtres somptueux, une vaste salle de concert, l'université[a] et l'Institut polytechnique, cinq lycées, quatre Oberrealschulen, deux quotidiens, une foule de cercles et d'Instituts. »

Cela donna naissance à quelques rancœurs réciproques, les Tchèques considérant les Allemands comme des colonisateurs et oppresseurs, les Allemands voyant leurs concitoyens slaves comme des « gens arriérés ».

Les Allemands des Sudètes représentaient, au début du XXe siècle, près de 30 % de la population totale de la Bohême, alors partie de l'Empire austro-hongrois.

Les Sudètes en Tchécoslovaquie (1919-1938)[modifier | modifier le code]

À l'issue de la Première Guerre mondiale, le traité de Saint-Germain-en-Laye démantèle l'Empire des Habsbourg sur la base du dixième des « quatorze points » du président américain Woodrow Wilson. La Tchécoslovaquie réunissant les populations Tchèques et Slovaques dans un même état est créée, mais le « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » est refusé aux Allemands des Sudètes qui deviennent alors l'une des minorités que compte le nouvel État. Les rancœurs réciproques deviennent alors une hostilité d'abord sourde durant les années 1920, puis de plus en plus véhémente avec la montée du nazisme en Allemagne dans les années 1930.

Après la dissolution de deux partis irrédentistes par le gouvernement tchécoslovaque, puis la création par Konrad Henlein d'un « Front patriotique des Allemands des Sudètes » en 1933, forcé de changer de nom en 1935 pour devenir Parti allemand des Sudètes. Ce parti réclame, avec l'appui de l'Allemagne nazie, le rattachement au Troisième Reich et amplifie graduellement ses exigences. La crise éclate à la suite de l'Anschluss de l'Autriche au Reich en 1938.

Durant la période 1920-1938, il y avait cependant d'autres partis politiques allemands en Tchécoslovaquie, dont des sociaux-démocrates, des chrétiens-sociaux et des agrariens ; en outre, de nombreux Allemands soutenaient le Parti communiste tchécoslovaque. Jusqu'en 1935, ces autres partis étaient largement majoritaires dans l'électorat germanophone.

Les gouvernements de coalition tchécoslovaques de 1926 à 1938 étaient appuyés par des partis allemands modérés, auxquels certains élus participèrent en tant que ministres, notamment l'agrarien Franz Spina (de) (Fédération des agriculteurs), à diverses reprises entre 1926 et 1938, le social-démocrate Ludwig Czech (de) (Deutsche sozialdemokratische Arbeiterpartei in der Tschechoslowakischen Republik (de)), de 1929 à 1938, et le social-chrétien Erwin Zajicek (de) (Deutsche Christlich-Soziale Volkspartei) de 1936 à 1938[4].

Résultats des partis allemands et de la liste magyaro-allemande * aux élections législatives[5],[6]

Parti Sièges en 1920 Sièges en 1925 Sièges en 1929 Sièges en 1935 Voix en 1935
Parti allemand des Sudètes - - - 44 1 256 010
Parti national allemand - 10 7 (dissous en 1933) -
Parti national-socialiste des travailleurs allemands 15 17 8 (dissous en 1933) -
Parti social-démocrate allemand 31 17 21 11 300 406
Parti social-chrétien allemand 7 13 14 6 163 666
Parti agrarien allemand 11 24 - 5 142 775
Liste magyaro-allemande ** 9 4 9 9 292 847
« Partis allemands réunis » 6 - 16 - -
Total 79 85 75 75
  • Il y avait également des électeurs et des élus germanophones dans d'autres partis, non spécifiquement allemands, comme le Parti communiste tchécoslovaque (848 822 voix et 30 députés).
  • composée de : Deutsch-demokratische Freiheitspartei, Deutsche Gewerbepartei, Deutschnationale Partei, Sudetendeutsche Landbund, Deutsche Arbeiterpartei, Zipser deutsche Partei, Parti chrétien-social hongrois et Parti national hongrois[7]

De nombreux Allemands des Sudètes, sociaux-démocrates, communistes, juifs ou simplement antinazis, seront déportés dans les camps de concentration nazis après l'annexion par le Troisième Reich. D'autres fuiront dans les autres parties de l'ex-Tchécoslovaquie et participeront à la résistance tchèque et slovaque contre le nazisme. Par ailleurs, parmi les Allemands de Tchécoslovaquie, qu'ils soient « Sudètes » ou « Carpatiques » (ces deux catégories formant la majorité des Allemands de Tchécoslovaquie) il y avait aussi bien des catholiques et des protestants que des juifs, qui s'opposèrent au nazisme.

La crise des Sudètes et leur rattachement au Reich[modifier | modifier le code]

« Allemands des Sudètes » de la ville de Cheb saluant les troupes allemandes qui entrent dans leur ville en octobre 1938. L'émotion visible sur cette photo (peine ou joie ?) a été différemment interprétée par les futurs belligérants du conflit mondial, lequel éclate moins d'un an après cet événement.

Le 29 et , Hitler, poursuivant les objectifs pangermanistes de l'Allemagne et se faisant alors le « champion » du principe des nationalités, déclare vouloir « libérer les Allemands des Sudètes » de l'« oppression » tchécoslovaque. Hitler affirme ses revendications en s'appuyant sur l'agitation de l'organisation nazie locale, menée par Konrad Henlein. Le Führer évoque le « droit des nations » pour exiger de Prague l'annexion au Reich de la région des Sudètes. Il assure aux Français et aux Britanniques qu'une fois ce dernier problème résolu, l'Allemagne aura atteint tous ses objectifs territoriaux en Europe et ses frontières définitives : « l'Europe connaîtra ensuite la paix pour mille ans ». Le « Führer » obtient gain de cause avec l'aval du président du Conseil français Édouard Daladier, du Premier ministre britannique Neville Chamberlain et du Duce italien Benito Mussolini, lors de la signature des accords de Munich, le .

Le suivant, les Sudètes deviennent citoyens du Reich.

Dès le rattachement effectué, Hermann Göring se rend dans les mines de lignite de la région des Sudètes et supervise la mise en place d'une usine de production d'essence synthétique avec les ingénieurs d'IG Farben, consortium développé par le complexe militaro-industriel nazi ; le cruel besoin de carburant, même d'origine chimique, pour satisfaire les nécessités de l'armement mobile, figure sans doute parmi les buts de guerre inavoués du régime pour annexer la région[b].

Les Sudètes dans l'Allemagne nazie (1938-1945)[modifier | modifier le code]

Allemand des Sudètes effaçant le nom tchèque Šumperk sur le panneau bilingue de l'Automobile-club tchécoslovaque à l'entrée de la ville.
Octobre 1938.

Le Gleichschaltung fut alors si efficace dans la région, que lors des élections de 1938, 97,32 % des voix revinrent au Parti nazi. Un demi-million d'Allemands des Sudètes rejoignirent le NSDAP avec un taux d'adhésion de 17,34 % de la population (la moyenne sur le Troisième Reich était estimée à seulement 7,85 %), ce qui fit d'eux l'un des plus solides soutiens du régime d'Hitler.

De plus, leur connaissance de la langue tchèque permit à certains d'entre eux d'être employés dans l'administration du Protectorat de Bohême-Moravie, qui fut instauré après le démantèlement de la Tchécoslovaquie.

L'expulsion des Sudètes en 1945[modifier | modifier le code]

Expulsion des Sudètes.

En 1945, la République tchécoslovaque est rétablie dans ses frontières initiales, à l'exception de la Ruthénie subcarpathique annexée par l'Union soviétique après avoir été occupée en 1938 par la Hongrie.

En application de la conférence de Potsdam et pour éviter de futurs démantèlements de la Tchécoslovaquie, le président Edvard Beneš émet les décrets Beneš qui expulsent du territoire tchécoslovaque tous les ressortissants qui, ayant acquis une autre nationalité (allemande ou hongroise) lors du démantèlement du pays, avaient collaboré avec l'Allemagne nazie ou la Hongrie fasciste, soit la quasi-totalité des minorités allemandes des pays tchèques et une partie des minorités, allemande ou hongroise, de Slovaquie. Les biens des expulsés furent confisqués, en échange de quoi l'État tchèque ne réclama pas de dommages de guerre à l'Allemagne et à la Hongrie vaincues. Cela aura une incidence après la chute de la dictature communiste, quand le nouvel État démocratique décida de restituer les biens confisqués en 1948 par la dictature, à l'exception de ceux confisqués selon les décrets Beneš, considérant que ces derniers ont été le fait d'un gouvernement démocratiquement élu et qu'il n'est pas nécessaire de les « réviser ». Cette décision sera contestée par les Allemands originaires des Sudètes, fort actifs politiquement, notamment en Bavière, mais sera néanmoins acceptée par l'Allemagne réunifiée, car la République fédérale d'Allemagne avait versé environ 141 milliards de DM aux expulsés des Sudètes, ce que le gouvernement allemand considéra comme une compensation suffisante à leurs pertes de 1948[8].

En 1948, de nombreux citoyens qui avaient acquis la nationalité allemande ou hongroise lors du démantèlement du pays, avaient encore des documents d'identité émis par ces deux puissances occupantes, et en outre, la loi tchécoslovaque (comme celle de l'Autriche-Hongrie avant elle, de la Tchéquie après elle, et celle de la plupart des pays communistes, URSS et Chine incluses) distingue la « citoyenneté » selon le droit du sol (par définition tchécoslovaque) de la « nationalité » selon le droit du sang : tchèque, slovaque, polonaise, hongroise, allemande, rom ou autre : dans ces États, « nationalité » ne signifie pas « citoyenneté » comme en France. Les deux sont mentionnées séparément sur les documents d'identité et d'état-civil. Dans ces conditions, il était aisé de déterminer quels des citoyens sont destinés à l'exil sur la base de leur « nationalité ».

Ce sont les municipalités (národní výbor) qui, dans les faits, sont chargées d'identifier les citoyens tchécoslovaques de nationalité allemande qui sont réunis dans des camps de transit puis conduits par train vers l'Allemagne. L'expulsion des Sudètes s'étalera sur trois ans, de 1945 à 1947 : les Sudètes n'opposèrent que très peu de résistance à leur déplacement, en raison tant de la présence persuasive de l'Armée rouge (qui avait provoqué l'exode massif des populations allemandes de Prusse-Orientale, Poméranie, Silésie...) que du profil démographique des expulsés : femmes, enfants et vieillards en grand nombre, peu enclins à s'insurger, comme le rappelle R.M. Douglas dans Les Expulsés[9], livre qui relate les crimes, violences, viols et tortures commis contre la minorité allemande : « En temps de paix, l'Europe ne connaîtrait plus jamais un aussi vaste complexe arbitraire dans lequel des dizaines de milliers d'individus, dont de nombreux enfants, perdraient la vie » (cette citation exclut ainsi l'Europe de l'Est en ne prenant pas en compte des déportations soviétiques qui, elles, se sont prolongées jusqu'à la fin des années 1950).

Les Sudètes aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les Sudètes furent déplacés majoritairement dans les Länder allemands de Bavière, Saxe, Saxe-Anhalt, Thuringe, Basse-Saxe, Hesse et Bade-Wurtemberg, ainsi qu'en Autriche, où ils furent souvent mal accueillis, phénomène fréquent dans l'histoire des migrations humaines. L'état allemand fit cependant des efforts pour les héberger : des quartiers, voire des villes entières, furent construits comme Neutraubling (près de Ratisbonne), Neugablonz, Geretsried, Traunreut et Waldkraiburg en Bavière.

Les capacités des artisans sudètes furent bénéfiques pour la reconstruction de l'économie allemande après la guerre, notamment dans le domaine de l'industrie du verre et de la cristallerie, le cristal de Bohême étant particulièrement réputé. Ainsi, la communauté sudète originaire de Steinschönau (aujourd'hui Kamenický Šenov) est très présente à Rheinbach, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, où l'industrie du lustre s'est développée.

Les intérêts des Sudètes sont actuellement défendus par la Vertriebenenverband (de) (« Associations des personnes déplacées »). Il reste environ une quarantaine de cimetières des Sudètes en République Tchèque : beaucoup, faute d'entretien, se sont dégradés durant la période communiste, quand le « rideau de fer » empêchait les Sudètes de s'y rendre, mais certains ont été restaurés depuis la « chute du mur ».

Au XXIe siècle il reste environ 42 500 Allemands des Sudètes en République Tchèque : le gouvernement les désigne sous l'appellation « minorité allemande de la République Tchèque », le terme de « Sudètes » n'étant plus utilisé pour des raisons politiques et historiques. Beaucoup d'autres se sont assimilés au peuple tchèque : leur nombre est impossible à évaluer, sinon par des patronymes germaniques (qui ne sont qu'un indice présomptif, car l'état-civil austro-hongrois a germanisé beaucoup de patronymes tchèques). Parmi ces assimilés, les descendants d'Allemands anti-nazis, ou opposés au rattachement à l'Allemagne.

Il y a aussi environ 5 000 Allemands en Slovaquie qui ne sont pas rattachés au groupe des Sudètes, mais à celui des Allemands des Carpates.

Le cimetière de Moravská Třebová comporte une plaque commémorative, en tchèque et en allemand, avec deux inscriptions :

  • « Heimat ist das Land der Kindheit, das Land der ersten und deshalb stärksten Eindrücke, Entdeckungen und Erkenntnisse. Des Mench muss dorthin nicht zurückkehren, denn er hat nie aufgehört dort zu leben wo immer er sein mag. » (Karel Čapek, 1938) : « La patrie est la terre de l'enfance, la terre des premières impressions, des découvertes et des idées les plus fortes. L'être humain n'a pas besoin d'y retourner, car il n'a jamais cessé d'y vivre, où qu'il se trouve. »
  • « Zum Gedenken an die Menschen deutscher Sprache, denen diese Stadt 700 Jahre Heimat war, und die ihre Toten auf diesem Gottesacker statteten, und zur Erinnerung an jene die ihre letzte Ruhe fern der Heimat fanden. Gott gebe unseren Völkern Versöhnung und Freiden. » (Gretl Ling et Werner Strick, 1998) : Une pensée pour les germanophones, dont cette ville fut la petite patrie pendant 700 ans, pour leurs morts de ce cimetière et en mémoire de ceux qui ont trouvé leur dernier repos loin de chez eux. Que Dieu donne à nos peuples la réconciliation et la paix.

Les dialectes[modifier | modifier le code]

Les dialectes sudètes sont ceux des régions germanophones voisines :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour être exact, les Tchèques obtiennent en 1882 la création d'une section en langue tchèque de l'université Charles, jusqu'alors uniquement allemande.
  2. Voir l’article sur la Face cachée du pétrole.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « sudète » (sens I, A) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales [consulté le 19 octobre 2017].
  2. Entrée « Sudètes » de l'Encyclopédie Larousse [en ligne], sur le site des éditions Larousse [consulté le 19 octobre 2017].
  3. Angelo Ripellino (trad. Jacques Michaut-Paternò), Praga magica : voyage initiatique à Prague, Paris, Presses pocket, coll. « Terre humaine-poche », , 393 p. (ISBN 978-2-266-06687-7 et 978-2-266-15362-1, OCLC 468026981)
  4. Czechs and Germans in a Democratic Czechoslovakia, 1918-1938, in: Facing history — The evolution of Czech-German relations in the Czech provinces, 1848–1948
  5. (de) « Prager Tagblatt », No 116, 18 mai 1935, Tschechoslowakische Parlamentswahl, vol. 19, 5, 1935
  6. (de) « Alena Mípiková und Dieter Segert », Republik unter Druck.
  7. (de) « Prager Tagblatt », No 116, 18 mai 1935, Tschechoslowakische Parlamentswahl, vol. 19, 5, 1935
  8. « Benešovy dekrety: podivná diskuse », Blisty.cz (consulté le 25 mars 2011).
  9. R.M. Douglas (trad. Laurent Bury), Les Expulsés, Paris, Flammarion, , 512 p. (ISBN 978-2-081-26630-8).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]