Juif de cour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le juif de cour (en allemand Hofjude(n) ou Hoffaktor) est le nom donné au XVIIe et XVIIIe siècles, principalement en Allemagne, à des juifs qui ont occupé de hautes fonctions administratives ou financières auprès des princes ou ducs. Ils vont jouer un grand rôle dans le développement économique des principautés allemandes. Ils jouissent alors d'un statut presque identique à celui de la noblesse locale.

Après la guerre de Trente ans (1618-1648) qui a ruiné l'Allemagne, les princes et ducs ont commencé à appeler des commerçants juifs pour reconstruire et moderniser leur état. Le Saint-Empire romain germanique est alors éclaté en dizaines d'États, de duchés et de villes quasi-indépendants. Les Juifs y jouissent d'une certaine tranquillité, subissant peu de persécutions ou d'expulsions, comme c'est le cas en Espagne ou en France. Nombreux ont prospéré comme commerçants, fournisseurs aux armées ou financiers. Appelés comme conseillers auprès des princes et ducs, les Juifs de cour vont contribuer à la modernisation des États allemands avec entre autres la mise en place d'une administration fiscale.

Un des plus connus est Joseph Süss Oppenheimer (1698 - 1738), conseiller du duc de Wurtemberg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Source[modifier | modifier le code]

  • « Oppenheimer, le juif de Cour », article de l'historien Tristan Gaston-Breton, dans la série Hommes et Maisons d'influence, Les Échos, p. 11, 15 juillet 2009.