Ministère de l'Air (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ministère de l'Air.

Ministère de l'Air
Situation
Création
Dissolution
Type Ministère français
Siège Boulevard Victor
Drapeau de la France Paris 15e
Langue Français
Organisation
Ministre de l'Air Laurent Eynac (premier titulaire)
André Maroselli (dernier titulaire)

Le ministère de l'Air français fut créé par décret en 1928. Le premier ministre de l'Air, Laurent Eynac, avait pour principale tâche de redresser la situation de l'aéronautique française, en crise à la fin des années 1920.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Il est créé à la suite d'un accident d'avion survenu au ministre du Commerce (dont dépend alors l'aéronautique, d'un point de vue technique), Maurice Bokanowski, le , et à l'issue d'une assez violente campagne de presse. Cette création met fin à une polémique d'une dizaine d'années portant sur le rôle militaire (indépendant ou non) de l'aviation au regard de l'armée de terre et de la marine.

Installé en 1934 dans un bâtiment spécialement construit à son intention (Léon Tissier architecte[1]), la cité de l'Air située boulevard Victor à Paris, le ministère comprenait différents services destinés à assurer la tutelle de l'industrie aéronautique française.

Organisation[modifier | modifier le code]

En 1930, le ministère de l'Air organisa la création :

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la Libération, des soldats FFI et un policier parisien inspectent la chambre d'exécution située dans la cave de l'édifice de l'ancien ministère de l'Air.

Dans le cadre de la répression de la résistance politique et militaire contre l'occupant allemand, des représailles sont organisées contre des civils incarcérés. Pour cela une chambre d'exécution est alors construite dans les sous-sols de l'ancien ministère de l'Air[7].

À peu de distance, se trouvait un autre lieu d'exécutions au sein de l'ancien stand de tir de Balard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]