André Greipel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Greipel
Fourmies - Grand Prix de Fourmies, 7 septembre 2014 (A06).JPG

André Greipel lors du Grand Prix de Fourmies 2014.

Informations
Surnom
Le Gorille de Rostock[1], Gorilla[2]
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
2001 Jan Ullrich Nachwuchs
2002-2004 TEAG Köstritzer
Équipes professionnelles
2005 Wiesenhof
2006-2007 T-Mobile
01.2008-07.2008[n 1] High Road
07.2008-12.2008[n 2] Columbia
01.2009-06.2009[n 3] Columbia-High Road
07.2009-12.2009[n 4] Columbia-HTC
2010 HTC-Columbia
2011 Omega Pharma-Lotto
2012-2014 Lotto-Belisol
2015- Lotto-Soudal
Principales victoires

2 championnats
MaillotAlemania.PNG Champion d'Allemagne sur route 2013 et 2014
Courses par étapes
Tour Down Under 2008 et 2010
Classique
Vattenfall Cyclassics 2015
1 classement annexe de grand tour
Jersey green.svg Classement par points du Tour d'Espagne 2009
17 étapes de grands tours
Tour de France (10 étapes)
Tour d'Italie (3 étapes)

Tour d'Espagne (4 étapes)
André Greipel en 2006.

André Greipel, né le à Rostock, est un coureur cycliste allemand évoluant au sein de l'équipe Lotto-Soudal. Reconnu pour ses qualités de sprinteur, il se révèle en 2008 en remportant le Tour Down Under et une étape du Tour d'Italie. Il vit à Kritzmow en Allemagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et années amateurs[modifier | modifier le code]

Originaire de Rostock comme Jan Ullrich, Greipel, double Champion d'Allemagne juniors, est formé dans la formation Jan Ullrich Nachwuchs, la structure mise en place par le champion allemand pour former les jeunes coureurs de sa région, par son ancien entraîneur Peter Sager[3]. En 2002, il rejoint l'équipe TEAG Köstritzer. Il s'illustre sur les sprints des courses par étapes allemandes, notamment le Tour de Thuringe, où il remporte plusieurs étapes, et gagne le Grand Prix de Waregem.

2005 : Débuts professionnels chez Wiesenhof[modifier | modifier le code]

En 2005, Greipel devient coureur professionnel dans l'équipe Wiesenhof. Il y remporte au sprint une étape du Tour du Danemark, sa première victoire professionnelle, et termine quatrième du Mémorial Rik Van Steenbergen puis du Tour de Nuremberg.

2006 : Découverte du haut-niveau chez T-Mobile[modifier | modifier le code]

Greipel est alors recruté par l'équipe T-Mobile, au sein de laquelle il s'impose rapidement, remportant deux étapes du Tour de Rhénanie-Palatinat en avril 2006. Il participe alors à son premier grand tour, le Tour d'Espagne, où il manque de s'imposer sur la 6e étape, battu au sprint par Thor Hushovd, mais est contraint à l'abandon lors de la 9e étape. En 2008, il remporte à nouveau deux victoires, sur le Tour de Saxe, et termine enfin le Tour d'Espagne.

2008 : Confirmation[modifier | modifier le code]

2008 est l'année de la révélation pour Greipel. En janvier, il participe au Tour Down Under Après sa victoire dans le critérium Down Under, qui ne compte pas pour le classement général, il remporte la deuxième étape, et prend la troisième place du classement général. Il prend la deuxième place du classement derrière Mark Renshaw grâce à sa victoire dans la 4e étape, puis prend la tête en remportant la 5e étape. Le lendemain, il assure sa victoire finale en remportant une quatrième étape en 6 jours. Cette victoire lui permet de porter le maillot de leader de l'UCI ProTour pendant trois mois. Néanmoins, à l'exception d'une troisième place sur Nokere Koerse, Greipel ne parvient pas réellement à confirmer ses performances australiennes en Europe. Sur le Tour d'Italie, qu'il court pour la première fois, il est le poisson-pilote de Mark Cavendish et ne peut jouer sa carte personnelle. Mais sur la 17e étape, Cavendish, déjà vainqueur de deux étapes, laisse son coéquipier remporter sa première victoire d'étape sur un grand tour, se contentant de la deuxième place. La suite de la saison est tout aussi prolifique pour Greipel qui remporte sept autres victoires, dont une étape de l'Eneco Tour, une étape du Tour d'Allemagne, le Tour de Nuremberg, le Championnat des Flandres et le Münsterland Giro.

2009-2010 : Bloqué par Cavendish[modifier | modifier le code]

En 2009, Greipel, tenant du titre, compte parmi les favoris du Tour Down Under. Il remporte la première étape et prend le maillot de leader, qu'il cède le lendemain à Allan Davis. Victime d'une chute dans la 3e étape, Greipel souffre d'une fracture de la clavicule, et ne peut défendre plus avant ses chances dans la compétition[4]. De retour en mai, il enchaîne les victoires et remporte notamment quatre étapes du Tour d'Espagne 2009 en fin de saison. Il porte son total de victoires à 20.

Il remporte à nouveau le Tour Down Under en 2010 ainsi que trois étapes[5]. Au mois d'avril, il remporte cinq des huit étapes du Tour de Turquie et finit meilleur sprinteur de la course.

2011- : Leader chez Omega-Pharma puis Lotto[modifier | modifier le code]

En 2011, il rejoint l'équipe belge Omega Pharma-Lotto. En juillet, il remporte à Carmaux la dixième étape du Tour de France au sprint devant son ancien coéquipier Cavendish. Le 26 septembre, il remporte la médaille de bronze aux championnats du monde de cyclisme sur route 2011 derrière Matthew Goss et Mark Cavendish. Il termine également, notamment, 4e de Gand-Wevelgem et 7e du Tour Down Under.
En fin de saison, il présente un total de 8 victoires, nettement en baisse par rapport aux années précédentes. Il se justifie en évoquant la concurrence interne de Philippe Gilbert[6].

En 2014, il chute lors de Gand-Wevelgem, ce qui lui provoque une fracture à une clavicule avec arrachement ligamentaire. Il doit subir une opération chirurgicale[7]. Malgré cette blessure, Greipel obtient seize victoires lors de la saison, étant le coureur le plus victorieux sur le plan quantitatif de la saison sur l'ensemble des courses de l'UCI World Tour et des circuits continentaux. Cependant, au niveau World Tour, Greipel est moins victorieux que d'autres sprinteurs tels Marcel Kittel ou Nacer Bouhanni[8]. À la fin de la saison 2014, le contrat qui le lie à son employeur est prolongé pour l'année suivante[9].

En 2015, lors du Tour de France, Greipel remporte quatre étapes, son meilleur total sur un grand Tour. Le 26 juillet, il s'impose sur la dernière étape à Paris[10].

André Greipel lors de la People's Choice Classic 2013.

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Par année[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Par course[modifier | modifier le code]

Courses d'un jour[modifier | modifier le code]

André Greipel en 2009.

Course à étapes[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

5 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement ProTour 162e[11] nc[12] 5e[13]
Classement mondial UCI 53e[14] 20e[15]
UCI World Tour 32e[16] 29e[17] 37e[18] 88e[19]
UCI Europe Tour 142e[20]
Légende : nc = non classé

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2008 au 4 juillet 2008
  2. Du 5 juillet 2008 au 31 décembre 2008
  3. Du 1er janvier 2009 au 30 juin 2009
  4. Du 1er juillet 2009 au 31 décembre 2009

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Greipel s'offre Cavendish au sprint », sur tsr.ch,‎ (consulté le 14 juillet 2011)
  2. « Design personnalisé ”Gorilla” pour André Greipel », sur canyon.com (consulté le 14 juillet 2011)
  3. (en) « Greipel proud of maiden ProTour stage win », Cyclingnews.com, 23 janvier 2008.
  4. Greipel cops an unlucky blow, Cyclingnews.com, 22 janvier 2009
  5. Greipel, deuxième lequipe.fr, 24 janvier 2010
  6. « Jamais content, Greipel ? », sur eurosport.fr,‎
  7. Renaud Breban, « L'Allemand A. Greipel opéré avec succès », sur cyclismactu.net,‎
  8. Anthony Thomas-Commin, « Le sprinteur, le forçat et le loser : les classements de la saison », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  9. « Saison 2015 - La Lotto-Soudal avec 28 coureurs », sur cyclismactu.net,‎ (consulté le 26 octobre 2014)
  10. Laurent Vergne, « Greipel s'offre la plus belle », sur eurosport.fr,‎
  11. « Classement ProTour 2006 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  12. « Classement ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  13. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur http://www.memoire-du-cyclisme.eu/,‎ (consulté le 6 avril 2013)
  14. « Classement Mondial UCI 2009 », sur uci.ch, UCI,‎ (consulté le 24 mars 2012)
  15. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  16. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 février 2012)
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  18. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1 novembre 2014)
  19. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  20. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :