Castelnau-d'Estrétefonds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castelnau.

Castelnau-d'Estrétefonds
Castelnau-d'Estrétefonds
Castelnau-d'Estrétefonds.
Blason de Castelnau-d'Estrétefonds
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Villemur-sur-Tarn
Intercommunalité Communauté de communes du Frontonnais
Maire
Mandat
Daniel Dupuy
2014-2020
Code postal 31620
Code commune 31118
Démographie
Gentilé Estrétefontains, Estrétefontainnes
Population
municipale
6 226 hab. (2016 en augmentation de 9,73 % par rapport à 2011)
Densité 220 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 47′ 00″ nord, 1° 21′ 33″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 224 m
Superficie 28,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Castelnau-d'Estrétefonds

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Castelnau-d'Estrétefonds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castelnau-d'Estrétefonds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castelnau-d'Estrétefonds
Liens
Site web Site de la mairie

Castelnau-d'Estrétefonds est une commune française située dans le sud-ouest de la France, dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. Elle est située à la limite avec le département de Tarn-et-Garonne, et se situe au cœur de l'axe Toulouse-Montauban, dans l'aire urbaine de Toulouse. C'est également la ville-centre d'une unité urbaine, l'unité urbaine de Castelnau-d'Estrétefonds.

La commune abrite l'un des plus grands pôles multimodaux de France, la zone Eurocentre.

Ses habitants sont appelés les Estrétefontains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds se situe au nord de la Haute-Garonne, dans le Pays Toulousain. Elle est au cœur de l'axe Toulouse-Montauban, à 21 km de Toulouse[1] et à 26 km de Montauban[2].

Elle est également la ville-centre de l'unité urbaine de Castelnau-d'Estrétefonds, qui compte la commune ainsi que les communes voisines de Grisolles, Pompignan et Saint-Rustice. Castelnau-d'Estrétefonds fait partie de l'aire urbaine de Toulouse, de la zone d'emploi de Toulouse et du bassin de vie de Castelnau-d'Estrétefonds.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds est limitrophe de dix autres communes, dont deux dans le département de Tarn-et-Garonne.

Carte de la commune de Castelnau-d'Estrétefonds et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Castelnau-d'Estrétefonds[3]
Grisolles
(Tarn-et-Garonne)
Pompignan
(Tarn-et-Garonne),
Saint-Rustice
Fronton
Ondes Castelnau-d'Estrétefonds[3] Bouloc
Grenade Saint-Jory Villeneuve-lès-Bouloc,
Saint-Sauveur

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds fait partie du bassin versant de la Garonne. Les terres de la commune sont arrosées par l'Hers-Mort et son affluent le Girou ainsi que le canal de Garonne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 832 hectares ; son altitude varie de 105 à 224 mètres[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A62, qui relie Bordeaux à Toulouse, et qui est accessible par la Sortie 10.1 - Eurocentre, située juste à côté du centre-ville.

Castelnau est également traversée par la route départementale 820 (ex-route nationale 20), qui relie l'autoroute A20 à Montbartier (Tarn-et-Garonne) à l'Avenue des Etats-Unis à Toulouse. On compte également la route départementale 945, qui traverse Eurocentre, la route départementale 45, qui va vers Garidech, la route départementale 29 qui va vers Laréole ou Villemur-sur-Tarn et la route départementale 77 qui va vers Saint-Rustice.

La commune compte une gare ferroviaire, la gare de Castelnau-d'Estrétefonds, située sur la ligne de Bordeaux à Sète, et desservie par des TER Occitanie.

La ville est aussi desservie par des cars du réseau interurbain de la Haute-Garonne, le réseau Arc-en-Ciel, avec les lignes :

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Toulouse-Blagnac, situé à une vingtaine de kilomètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La majeure partie des espèces construits et urbanisés se situent au sud du territoire communal, avec à l'est la zone Eurocentre et au centre le centre-ville historique[5], qui s'étend de plus en plus. On compté également quelques hameaux, au nord du territoire communal.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 2 660, alors qu'il était de 2 350 en 2009[6].

Parmi ces logements, 90,3 % étaient des résidences principales, 1,5 % des résidences secondaires et 8,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 72 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 27,8 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 59,6 %, en hausse par rapport à 2009 (56,3 %). La commune compte 116 logements HLM, en légère hausse par rapport à 2009 (107).

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

La mairie prévoit la construction prochaine d'une médiathèque et d'un nouveau groupe scolaire[7].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par un risque d'inondations, du fait de la proximité de la Garonne[8].

Castelnau est également soumise à un risque de 1/5 (très faible) de séisme, et un risque moyen de retrait-gonflement des sols argileux et aussi un risque de mouvement de terrain approuvé.

On compte également des canalisations de gaz naturel passant par la commune, ainsi que 9 installations industrielles non Seveso, une carrière et un ancien site industriel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estretefonds provient de l'occitan Castel Nau d'Estretas Fonts, d'autres diront du latin Castellum Novum Strictis Fontibus, que l'on traduit par Château neuf aux étroites fontaines. Le toponyme latin apparaît dans les Mémoires pour l'histoire naturelle de la province Languedoc, écrites par Jean Astruc et parues en 1737.

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire au Xe siècle[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds existe sous ce nom depuis le Xe siècle, mais l'endroit fut habité dès la préhistoire. En effet, de récentes[Ref] fouilles archéologiques ont permis de découvrir des pierres taillées avec une rare perfection. Les premiers vestiges datent de l'ère romaine, la voie Tolosa (Toulouse) - Aeginum (Agen) passait à côté de Castelnau. Castelnau entre dans l'Histoire à partir du IXe siècle avec les pèlerinages de Saint-Jacques de Compostelle. Des stations d'hébergement sont créées par les Hospitaliers, dont Fronton et le village de Saint-Martin qui deviendra Castelnau à l'arrivée des seigneurs féodaux.

Du XIe siècle au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En l'an 1159, le comte de Toulouse apprend qu'Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre, veut lui faire la guerre. Le roi attaque le comte de Toulouse et prend la ville de Cahors, il attaque d'autres châteaux dont celui de Castelnau où il demeura. Ses troupes sont installées au pied du château où un grand champ est encore appelé aujourd'hui Camp del Rei. Le château fut détruit par son chancelier, Thomas Becket (Saint Thomas de Cantorbury) avant de le quitter.

À la fin du XIIe siècle, des documents mentionnent pour la première fois la famille de Castelnau. Aymeric de Castelnau se verra céder la propriété du village par le comte Raymond IV de Toulouse ; le village a désormais son propre seigneur. Au XIVe siècle, Castelnau se distingue par l'existence d'un hôpital de garde renommé, c'est à cette même époque que le calvaire, classé monument historique de France, fait son apparition. En 1500, la famille de Vabres devient la nouvelle famille détentrice de Castelnau. En 1537, Michel de Vabres veut embellir le château, le château comptera 15 pièces avec cheminées, 2 salles d'apparat, 2 grandes salles superposées et un escalier à paliers. C'est au XVIe siècle qu'une nouvelle église est érigée à côté du château, l'église Saint-Martin. Les guerres de religion n'épargnent pas Castelnau ; le Roi Louis XIII séjourna au château en 1621 lors du siège de la ville de Montauban.

Du XVIIIe siècle jusqu'à nos jours[modifier | modifier le code]

Le 20 janvier 1790, Castelnau devient chef-lieu de canton avec Bouloc, Saint-Jory, Saint-Sauveur, Saint-Rustice, Fronton et Pompignan sous sa juridiction, son rôle comme centre politique grandit jusqu'en 1808Napoléon fit de Fronton le chef-lieu de canton (ce qui est toujours le cas aujourd'hui). Le 3 août 1790, le maire Raynaud va à Toulouse pour adhérer à la Fédération. Le 28 brumaire an III, les anciens presbytères sont mis à la disposition de la municipalité pour installer des écoles; au château sont installés la gendarmerie et le corps de garde, le château servira aussi de prison.

Depuis 700 ans, Castelnau n'avait vu aucun ennemi sur ses terres. En 1814, les Anglais, alliés aux Espagnols, envahissent la vallée de la Garonne, la 3e division stationnera à Castelnau ; aucun combat et aucune destruction ne sont à déplorer.

En 1844, une école de filles voit le jour, dirigée jusqu'en 1974 par les sœurs dominicaines. Peu d'enfants de Castelnau poursuivaient les études, beaucoup restaient pour la culture des terres agricoles. Au XIXe siècle, Castelnau se spécialise dans la culture des artichauts, « Les artichaou de Castelnaou ». En 1855, la construction des chemins de fer facilite le transport des produits agricoles et industriels. En 1875, l'ère industrielle arrive à Castelnau avec la création des deux premières entreprises industrielles du village. Deux briqueteries y sont créées. L'une fermera ses portes en 1886 par manque de rentabilité, le seul vestige restant de cette industrie est la cheminée haute de 45 mètres, classée titre des Monuments historiques. L'autre ferma ses portes lorsque sa mine de terre grasse fut épuisée[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds semble être une commune avec une sensibilité de gauche, malgré une récente montée de l'extrême droite.

A titre d'exemple, lors de l'élection présidentielle de 2017, à Castelnau-d'Estrétefonds, au premier tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec 24,36 % des voix, suivi de près par Marine Le Pen avec 23,91 % des voix et par Jean-Luc Mélenchon avec 20,86 % des voix. Au second tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec près de 62 % des voix face à Marine Le Pen.

Cette tendance se confirme lors des scrutins locaux, y compris lors de l'élection municipale de 2014 où un maire divers gauche a été élu.

Mairie de Castelnau-d'Estrétefonds.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt neuf[10],[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1983 René Roudoulès    
1983 1989 Georges Crouzil    
1989 2014 Louis Vidal PS  
2014 En cours Daniel Dupuy DVG Retraité

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds est située dans la région Occitanie, dans le département de la Haute-Garonne et l'arrondissement de Toulouse.

La commune fait partie du canton de Villemur-sur-Tarn, qui englobe 19 communes, dont Fronton, Bessières et Villemur-sur-Tarn entre autres. Avant le redécoupage départemental de 2014, la commune faisait partie de l'ex-canton de Fronton.

Castelnau fait également partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne, qui englobe une partie du nord-est de la Haute-Garonne, avec les communes de Fronton, Villemur-sur-Tarn et Grenade jusqu'au nord de la banlieue toulousaine.

Enfin, la ville fait partie de la communauté de communes du Frontonnais, qui englobe 10 communes du nord de la Haute-Garonne, autour de Fronton. Elle compte, en 2015, 25 509 habitants.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[12].

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Frontonnais[13].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2016, la commune comptait 6 226 habitants[Note 1], en augmentation de 9,73 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4041 5461 5321 7041 8251 3181 8161 8411 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7521 7671 7171 7101 7291 6181 5961 5631 444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4091 3511 2461 0971 1351 1151 1071 0941 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2401 4321 5701 8532 5182 8123 7905 6006 145
2016 - - - - - - - -
6 226--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[18] 1975[18] 1982[18] 1990[18] 1999[18] 2006[19] 2009[20] 2013[21]
Rang de la commune dans le département 48 57 64 53 58 42 36 33
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Enseignement[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par l'école maternelle les Petites Fontaines, l'école élémentaire, le nouveau groupe scolaire Fondada (école bioclimatique[22], construite en 2018) (maternelle et élémentaire) ainsi que par l'école privée Saint-Martin[23].

La commune fait partie du secteur du collège de Saint-Jory[24] et du lycée Pierre Bourdieu de Fronton.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes, maison de la culture, maison des associations, maison des jeunes.

École de musique.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs médecins généralistes et une pharmacie. Les hôpitaux les plus proches sont situés sur Toulouse et Montauban.

Sports[modifier | modifier le code]

Terrains de football, terrains de tennis, boulodrome, piste de skate, terrain multisport, terrain d'aéromodélisme,

Médias[modifier | modifier le code]

La commune édite un bulletin d'informations deux fois par an[25].

Elle est couverte par le journal La Dépêche du Midi et par France 3 Occitanie.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune compte une église catholique, l'église Saint-Martin.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2014, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 819 €[26]. 61,9 % des foyers étaient alors imposables.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 3 969 personnes, parmi lesquelles on comptait 82,4 % d'actifs dont 74,4 % ayant un emploi et 8 % de chômeurs[6].

On comptait 3 532 emplois dans la zone d'emploi, contre 2 734 en 2009. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 2 972, l'indicateur de concentration d'emploi est de 118,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour un habitant actif.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2015, Castelnau-d'Estrétefonds comptait 3 025 établissements : 7 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 150 dans l'industrie, 101 dans la construction, 2 527 dans le commerce-transports-services divers et 240 étaient relatifs au secteur administratif[6].

En 2016, 65 entreprises ont été créées à Castelnau-d'Estrétefonds, dont 42 par des autoentrepreneurs.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Viticulture : la commune fait partie du secteur de Fronton (AOC).

Eurocentre[modifier | modifier le code]

Depuis 1995, Eurocentre, un pôle multimodal se développe à cheval sur les communes de Castelnau-d'Estrétefonds et de Villeneuve-lès-Bouloc. Il s'agit de l'un des premiers pôles multimodaux de France, si ce n'est d'Europe de l'Ouest.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château qui accueille, entre autres, la communauté « Notre-Dame du Bon Accueil » fondée en 1963 (religieuses des « Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur »)[28].
  • Le calvaire du XVIIe siècle (monument historique).
  • L'ancienne église de saint Martin avec son clocher-mur du XVIe siècle[29].
  • Le Mausolée du Marquis de Cambolas. Construction néogothique, qui n'a jamais abrité la dépouille du marquis inhumé à Montauban. La commune en a fait un lieu de recueillement pour les soldats tombés durant la Première Guerre mondiale.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune ne compte pas d'installation culturelle, mais il y a des salles de spectacles et des musées à proximité directe.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds compte plusieurs zones à préserver, d'après la dernière version de son Plan Local d'Urbanisme (PLU)[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Philippe Peyrane autoportrait - Musée des Augustins de Toulouse
  • Philippe Peyrane peintre né à Castelnau-d'Estretefonds en 1780, élève de Jean Suau et de David. L'essentiel de sa carrière s'étant déroulé entre Paris et la Bourgogne. Le Musée des Augustins de Toulouse possède deux toiles de ce peintre dont un autoportrait.
  • Eugène Rouart homme politique français né le 22 août 1872 à Méré en Seine-et-Oise et mort le 6 juillet 1936 à Castelnau-d'Estretefonds.
  • Georges Morand né le 23 janvier 1930 et mort le 28 janvier 2014 à Toulouse, est un essayiste et prêtre catholique français, exorciste officiel du diocèse de Paris jusqu'en 2013 date à laquelle il se retire à Castelnau-d'Estretefonds.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Castelnau-d'Estrétefonds

Son blasonnement est : De sinople aux deux fasces d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Infos, distance et photos de Castelnau-d'Estr?tefonds et Toulouse », sur www.voldoiseau.com (consulté le 1er avril 2018)
  2. « Infos, distance et photos de Castelnau-d'Estr?tefonds et Montauban », sur www.voldoiseau.com (consulté le 1er avril 2018)
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. a et b « Plan d'ensemble PLU Castelnau-d'Estrétefonds - 1ère modification » (consulté le 1er avril 2018)
  6. a b et c « Dossier complet - Commune de Castelnau-d'Estrétefonds (31118) | Insee » (consulté le 1er avril 2018)
  7. « Projets en cours - Ville de Castelnau-d'Estrétefonds » (consulté le 1er avril 2018)
  8. « Géorisques | Mieux connaître les risques sur le territoire », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 1er avril 2018)
  9. Sabine Gova, Castelnau-d'Estrétefonds, 1 000 ans de culture et d'agriculture toulousaines, 1987 (OCLC 462962753)
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031118.html.
  12. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Castelnau d'Estrétefonds, consultée le 27 octobre 2017
  13. http://www.cc-dufrontonnais.fr/index.php/amenager-proteger/environnement
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  21. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  22. https://www.ladepeche.fr/article/2018/11/23/2911738-l-ecole-bioclimatique-est-inauguree-aujourd-hui.html
  23. http://www.castelnau-estretefonds.fr/le-scolaire-524.html
  24. « Sectorisation des collèges », CD31,‎ (lire en ligne, consulté le 1er avril 2018)
  25. « Les publications », sur ville de castelnau (consulté le 1er avril 2018)
  26. « Revenus et pauvreté des ménages en 2014 - Commune de Castelnau-d'Estrétefonds (31118) |Insee » (consulté le 1er avril 2018)
  27. « Église Saint-Martin », notice no PA31000048, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. http://www.petitessoeursdemarie.com/maisoncastelneau.html
  29. Castelnau-d'Estrétefonds et son église; Image du Patrimoine; Accord Édition (ISBN 2-908695-45-6)