Saint-Rustice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Rustice
Saint-Rustice
Saint-Rustice
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Communauté de communes du Frontonnais
Maire
Mandat
Edmond Aussel
2020-2026
Code postal 31620
Code commune 31515
Démographie
Gentilé Saint-Rusticiens
Population
municipale
436 hab. (2019 en diminution de 4,6 % par rapport à 2013)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 48′ 23″ nord, 1° 19′ 43″ est
Altitude Min. 107 m
Max. 217 m
Superficie 2,36 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Toulouse
(banlieue)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villemur-sur-Tarn
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Rustice
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Rustice
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Rustice
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Rustice

Saint-Rustice est une commune française située dans le nord du département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Frontonnais, un pays entre Garonne et Tarn constitué d'une succession de terrasses caillouteuses qui ont donné naissance à de riches terroirs, réputés pour leus vins et leurs fruits. Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par le canal latéral à la Garonne, le ruisseau de Rival et par un autre cours d'eau.

Saint-Rustice est une commune rurale qui compte 436 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1968. Elle est dans l'agglomération toulousaine et fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse. Ses habitants sont appelés les Saint-Rusticiens ou Saint-Rusticiennes.

Le patrimoine architectural de la commune comprend un immeuble protégé au titre des monuments historiques : l'église, inscrite en 1952.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Rustice se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 24 km à vol d'oiseau de Toulouse[1], préfecture du département, et à 16 km de Villemur-sur-Tarn[2], bureau centralisateur du canton de Villemur-sur-Tarn dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Castelnau-d'Estrétefonds[I 1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[3] : Pompignan (1,8 km), Ondes (3,1 km), Castelnau-d'Estrétefonds (3,5 km), Grisolles (3,6 km), Grenade (4,7 km), Canals (5,9 km), Fronton (6,3 km), Fabas (6,4 km).

Sur le plan historique et culturel, Saint-Rustice fait partie du Frontonnais, un pays entre Garonne et Tarn constitué d'une succession de terrasses caillouteuses qui ont donné naissance à de riches terroirs, réputés pour leurs vins et leurs fruits[4].

Saint-Rustice est limitrophe de deux autres communes dont une dans le département de Tarn-et-Garonne.

Carte de la commune de Saint-Rustice et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Rustice[5]
Pompignan
(Tarn-et-Garonne)
Saint-Rustice[5]
Castelnau-d'Estrétefonds

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 236 hectares ; son altitude varie de 107 à 217 mètres[6].

Topographie[modifier | modifier le code]

La topographie de la commune peut-être décomposée en trois parties : une partie sur le plateau du Frontonnais, le village sur le coteau, et la plaine hébergeant le canal latéral de la Garonne et le chemin de fer.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par le ruisseau de rival et par un petit cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 2 km de longueur totale[8],[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Saint-Rustice.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[9]

  • Moyenne annuelle de température : 12,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 11,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 16 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 746 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Savenès_man », sur la commune de Savenès, mise en service en 1986[14] et qui se trouve à 11 km à vol d'oiseau[15],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,1 °C et la hauteur de précipitations de 684,4 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Toulouse-Blagnac », sur la commune de Blagnac, mise en service en 1947 et à 20 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[18], à 13,8 °C pour 1981-2010[19], puis à 14,3 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[21],[22],[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Rustice est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[24],[I 2],[25]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulouse, une agglomération inter-départementale regroupant 81 communes[I 3] et 1 035 280 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulouse est la cinquième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence et Lille (partie française)[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (36,9 %), zones agricoles hétérogènes (22,4 %), mines, décharges et chantiers (20,3 %), zones urbanisées (15,8 %), forêts (3,3 %), eaux continentales[Note 7] (1,3 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Elle est principalement desservie par la route nationale 20 appelée « route de Paris ».

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne 377 relie le centre de la commune à la gare routière de Toulouse depuis Grisolles.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Saint-Rustice est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, la rupture d'un barrage[27]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[28].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le ruisseau de Rival. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1993, 1999 et 2009[29],[27].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Saint-Rustice.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[30]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. La totalité de la commune est en aléa moyen ou fort (88,8 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 198 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 198 sont en en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 98 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[31],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[32].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 1998, 2003, 2008, 2011 et 2016 et par des mouvements de terrain en 1999[27].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est en outre située en aval du barrage de l'Estrade sur la Ganguise (département de l'Aude). À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[33].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité tardive (IVe ou Ve siècle)[modifier | modifier le code]

Saint-Rustice est connu grâce à des fouilles archéologiques[34] qui ont révélé en 1834 la présence d'une vaste villa gallo-romaine qui a fait son renom. Elle est citée comme praedium romain : les mosaïques relevées dans la villa représentent l'Océan, la Fontaine Aréthuse, Thétis, les Nymphes océaniques. Elles sont actuellement déposées au musée Saint-Raymond de Toulouse[35]. Témoignage de la splendeur de l'art alors déployé dans les environs de Tolosa, cette villa était composée de 10 salles destinées aux bains d'usage fréquent chez les Romains et elle utilisait les eaux supérieures d'une fontaine située au-delà du village. Ces décors de pavement incluant des inscriptions en grec reflètent le goût de l’élite de l’époque et font figure de vestige d’un Empire romain qui subsiste en Afrique du Nord comme à Antioche et dont la koinè perdure au Ve siècle même en Gaule.

Voie romaine[modifier | modifier le code]

L'ancien village de Saint-Rustice, c'est-à-dire la première agglomération de maisons en ce lieu bordait la voie romaine de Tolosa à Aginnum (Agen).

La station gallo-romaine de Maury est découverte en 1981 par l'abbé Georges Baccrabère[36]. De nombreux matériaux de construction tels des nodules de mortier rose, des morceaux de plaque de marbre, des fragments de tesselles diverses, blanches, grises ou brunes, des restes de verre à vitre, et de céramique ordinaire de cruchette, ont démontré sa présence, dont par exemple un tesson du IVe avec trace de grafito.

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-de-Sylva-Agra (VIIIe siècle)

Le village doit son nom au saint martyr Rusticus, évêque de Cahors, assassiné en 630. Il fut enseveli au lieu-dit Saint-Pierre-des-Bois ou Sylva Agra. Ce lieu-dit n'est autre aujourd'hui que le hameau des Gasconnets soit en bordure de l'actuel chemin des crêtes et dominant la vallée de la Garonne, on retrouvait encore des traces de ce cimetière et de cette église au siècle dernier à environ 100 m de la limite départementale du Tarn-et-Garonne.

En 783 l'évêque de Cahors céda au monastère de Moissac l'église de Saint-Rustice; plus tard, une charte de 817 aurait donné ce lieu à l'abbaye du Mas-d'Azil, et plus tard à l'an 1107 ce fief catholique revint à l'abbaye de Moissac par un acte de donation. Cette église a été rebâtie plusieurs fois notamment après l'an mil où furent construites dans cette contrée un grand nombre d'églises pour remercier Dieu d'avoir retardé la catastrophe de la fin du monde d'après les prédictions d'anciens écrits. C'est donc surement à cette période qu'elle fut reconstruite près de l'actuel cimetière, la pierre de taille fut abondamment utilisée[37],[38].

Guerres de religion[modifier | modifier le code]

Le , les seigneurs calvinistes des environs de Montauban se mirent en campagne et se présentèrent avec leur armée devant les remparts de Fronton. Ils démolirent une partie des murailles de la cité, incendièrent le château et massacrèrent une partie des habitants. Durant cette funeste campagne les ornements et joyaux qu'abritait l'église de Saint-Rustice furent pillés, et l'édifice fut incendiée par les assaillants. Dès que ces guerres fratricides eurent pris fin, le Parlement de Toulouse ordonna des enquêtes, conservées, elles sont reproduites en 1920 par M. l'abbé Lestrade dans la Revue historique de Toulouse.

En 1615 l'église était bâtie sur 3 côtés de pierres de taille et de brique, et de l'autre où se trouvait l'entrée étaient mêlés torchis et bois. Elle était composée de quatre bassins Saint-Sacrement, Notre-Dame, Saint-Rustice, Le Purgatoire. En 1643 le récit de la visite du curé de fronton décrit le clocher en forme de panne avec deux cloches, l'église avait 7 cannes de long et 3 cannes de large.

La source vénérée de Saint-Rustice

la source que l'on disait miraculeuse était située sous l'autel de l'église, dans une crypte, elle était révérée comme consacrée par une légende locale. Les habitants allaient puiser l'eau à cette fontaine. Lors de sa visite, l'archevêque Colbert en 1680 ordonna au curé de fermer l'ouverture et de faire une sacristie en lieu et place de la fontaine. Durant des siècles, elle ne fut pas abandonnée par la population. On utilisa l'abondance de ses eaux pour alimenter le village, elle fut canalisée en deux directions avec terminus, un puits citerne et deux bassins construits en maçonnerie : l'un au village devant le couvent (présence des lavoirs) et l'autre en contrebas du cimetière.

Cantonnement de l'armée du duc de Wellington (1814)[modifier | modifier le code]

En avril 1814, les terres de la commune de Saint-Rustice sont utilisées comme lieu de cantonnement de l'armée du duc de Wellington à la veille de la bataille de Toulouse qui opposa les troupes de l'armée impériale du maréchal Soult aux troupes anglo-hispano-portugaises commandées par le maréchal anglais.

L'abbé Prunet (1838-1907)[modifier | modifier le code]

En 1868, il est nommé curé à Saint-Rustice qui compte 350 habitants. Il contribue à sauver de la ruine l’église de la paroisse. Cet homme d'église, grand de taille, doux de caractère, calme dans sa démarche mais déterminé, avait gagné tous les cœurs du village ; même les moins dévots l'aimaient comme un véritable père. Professeur de latin il prêchait en langue vulgaire pour être mieux compris de tous ! Il achète de ses propres deniers un terrain et bâtit de ses mains avec l'aide de paroissiens un presbytère. Après avoir aménagé le jardin dans lequel il planta des arbres fruitiers et de la vigne, il vend ce bien à la commune à un prix modeste dès la fin de sa construction.

Autant intellectuel que manuel, il est passionné par le monde des abeilles, maniant avec dextérité scie et rabot pour construire plus de 300 ruches. Il expédiait ses marchandises dans toutes les parties de l'Europe et même en Amérique, et grâce à ces apports, a pu élever des enfants au séminaire et envoyer de nombreux secours. Cette prodigieuse activité du curé, payant de sa personne fit l'admiration des paroissiens du village. L'abbé Prunet est le fondateur du plus important groupement d’apiculteurs toulousains, qui deviendra plus tard le Syndicat d’Apiculture méridionale[39]. Par vérification des actes originaux des communes concernées : François Prunet est né le à Montjoire, et décédé le à Saint-Rustice. Il repose dans le cimetière de Saint-Rustice.

Le centenaire 1907-2007[modifier | modifier le code]

Les habitants du village ont souhaité lui rendre hommage à l'occasion du centenaire de sa disparition, Le un office religieux a été célébré par Robert Le Gall archevêque de Toulouse en compagnie des représentants municipaux et des Saint-Rusticiens qui ont pu prendre connaissance des manuscrits objets et photographies touchant à sa personne et d'une exposition photographique relatant le village au XIXe siècle[40].

Instruction publique à Saint-Rustice 1883-20xx[modifier | modifier le code]

L'enseignement public est donné d'une manière régulière dans la commune depuis 1883. le conseil municipal conformément à la loi en vigueur décida que la commune entretiendrait avec ses ressources une école primaire.

L'école de Saint-Rustice[modifier | modifier le code]

La première pierre de l'école fut posée en 1882, dans ce bâtiment destiné à l'école ont cohabité école et mairie pendant un siècle. La mairie fonctionna à l'étage pendant 70 ans. Elle descendit au rez-de-chaussée dans les années 1950 et son ancien local devint le logement des enseignants pendant un certain temps. Ce n'est qu'en 1985 que la mairie fut installée dans le presbytère de l'abbé Prunet (allée des Amandiers)[41]. Dans les années 1990, les habitants parents d'élèves de Saint-Rustice ont défendu énergiquement leur école, afin d'éviter la fermeture d'une classe planifiée par l'académie de Toulouse.

Canal latéral à la Garonne, chemin de fer et LGV[modifier | modifier le code]

À Saint-Rustice le canal et la voie ferrée sont parallèles et sont distants d'une dizaine de mètres, leur histoire à rebondissement est le fruit du labeur de milliers d'hommes et de femmes au cours de décennies passées.

Une première mise en eau permet dès 1845 aux barques d'atteindre le nouveau port de Moissac. En 1848, c'est Agen qui est relié à Toulouse par cette nouvelle voie d'eau. Le trafic de marchandise représentait 75 000 t en 1897 et 150 000 t en 1903. Essentiellement marchande jusqu'aux années 1970, la navigation sur le canal de Garonne est désormais « plaisancière », comme sur le canal du Midi.

La construction de la ligne de chemin de fer entre Bordeaux et Sète, via Toulouse, est quant à elle, lancée après 1850. La mise en service s'effectuera progressivement entre 1855 et 1858[42].

En le Ministre des Transports valide le tracé de la future ligne LGV Bordeaux Toulouse dont le tracé traverse la plaine du village. Ce tracé sera soumis à enquête publique en 2014. Informations, cartes et vidéos de ce projet issu du grenelle de l'environnement sont disponibles sur le site GPSO Grands Projets du Sud-Ouest[43].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les Anciens combattants, les représentants de la commune de Saint-Rustice, le directeur de l'école, les habitants, et les enfants de Saint-Rustice honorent tous les ans les 6 combattants qui n'ont jamais revu leur famille parmi les 26 du village qui ont connu cette guerre des tranchées. Le Monument leur rendant hommage est situé à droite de l'église (50 mètres après la mairie).

Le jour le plus long[modifier | modifier le code]

À l'initiative de l'association des anciens combattants (Bertrand, Chapenoire et Labbit) et du maire de Saint-Rustice, le s'est déroulée une commémoration du débarquement allié en présence des consuls du Royaume-Uni et des États-Unis. Évènement qui restera dans les mémoires de tous les habitants[44]. Depuis un morceau de plage d'Omaha beach est visible au monument aux morts de Saint-Rustice.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 100 habitants et 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de onze[45],[46].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes du Frontonnais et du canton de Villemur-sur-Tarn (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Rustice faisait partie de l'ex-canton de Fronton).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1992 1996 Mariano Otal    
mars 1996 2001 Philippe Planté    
mars 2001 2008 Chantal Barrau    
mars 2008 En cours Edmond Aussel DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[47]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[48].

En 2019, la commune comptait 436 habitants[Note 8], en diminution de 4,6 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +7,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300299321329312311329305286
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294300300300276268278261234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
234230231219202195190205222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
235230233371394425423417439
2014 2019 - - - - - - -
463436-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 181 ménages fiscaux[Note 9], regroupant 461 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 25 120 [I 8] (23 140  dans le département[I 9]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 10] 4,3 % 5,5 % 5,8 %
Département[I 11] 7,7 % 9,6 % 9,3 %
France entière[I 12] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 266 personnes, parmi lesquelles on compte 81,5 % d'actifs (75,7 % ayant un emploi et 5,8 % de chômeurs) et 18,5 % d'inactifs[Note 10],[I 10]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Toulouse, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 4],[I 13]. Elle compte 37 emplois en 2018, contre 38 en 2013 et 38 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 204, soit un indicateur de concentration d'emploi de 17,9 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 60,6 %[I 14].

Sur ces 204 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 26 travaillent dans la commune, soit 13 % des habitants[I 15]. Pour se rendre au travail, 88,9 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2,5 % les transports en commun, 4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,5 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 16].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

21 établissements[Note 11] sont implantés à Saint-Rustice au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 12],[I 17]. Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 33,3 % du nombre total d'établissements de la commune (7 sur les 21 entreprises implantées à Saint-Rustice), contre 25,9 % au niveau départemental[I 18].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

De nos jours, au XXIe siècle

  • L'agriculture est toujours présente à Saint-Rustice, viticulture (Fronton (AOC)) ; production de céréales, tournesol.. ; production de fruits et de légumes ; horticulture.
  • Le promeneur notera la présence dans la plaine de lacs artificiels témoignant de l'activité de l'industrie de l'extraction des sables et granulats

déployée dans notre département sur l'axe de la vallée de la Garonne. L'imposante usine de production est quant à elle aussi bien visible, car elle est située dans la plaine à une centaine de mètres de la limite de la commune de Saint-Rustice, mais localisée sur la commune de Castelnau-d'Estretefond chemin d'Encaulet.

Agriculture[modifier | modifier le code]

1988 2000 2010 2020
Exploitations 16 9 5 4
SAU[Note 13] (ha) 242 217 nd 281

La commune est dans le Lauragais, une petite région agricole occupant le nord-est du département de la Haute-Garonne, dont les coteaux portent des grandes cultures en sec avec une dominante blé dur et tournesol[51]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 14] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 5]. Quatre exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune sont dénombrées lors du recensement agricole de 2020[Note 15] (16 en 1988). La superficie agricole utilisée est de 281 ha[53],[Carte 6],[Carte 7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Monument aux mort

L'église de Saint Rustice (XIIe et XIXe siècles)[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Rustice datant du XIe, XIIe et XIXe est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1952[54].

Dite « la nouvelle église » édifiée au centre du village, elle est la reproduction de l'ancienne église Saint-Pierre, mis à part les clochers.

En 1863 les plans de l'architecte diocésain de Toulouse, monsieur Fitte, furent approuvés par le conseil municipal. Le conseil accepta les souscriptions et offres généreuses faites par les habitants mais non suffisantes pour financer la totalité des travaux. En 1864 la demande de secours au département et à l'État ne donna pas une suite favorable. En effet, le ministre des Beaux-Arts jugea ce plan trop prétentieux « Pourquoi vouloir imiter nos anciennes cathédrales, qui ont deux tours ou deux clochers sur leur façade alors qu'ici un seul peut bien suffire » il rejeta donc la demande.

Les Saint-Rustiçois tenaces ne se tinrent pas pour battus, une nouvelle souscription fut lancée et ils pressèrent l'adjudication des travaux comprenant la démolition de l'ancienne église et la construction de la nouvelle. La première pierre a donc été posée le , on construisit les chapelles et les sacristies. Successivement l'abbé Prunet fit ajouter la voûte, plâtrer les murs et placer 17 superbes vitraux (3 m de hauteur sur 1 m de large) sortis de la maison Chalos peintre verrier à Toulouse. La générosité des paroissiens fut de nouveau sollicitée pour construire les deux magnifiques flèches qui surmontent les deux tours de l'église.

L'abbé Prunet, grâce aux bénéfices engendrés par ses ruches, a pu décorer le sanctuaire de magnifiques peintures avec cette exergue : « Hujus sanctuarii picturam destilaverunt apes ». Les gens de Saint-Rustice ont le droit d'admirer le fruit de leurs sacrifices car l'église est bien à eux et rien qu'à eux seuls.

Cette église de style roman possède 13 fenêtres en plein cintre encadrées par des colonnes et des chapiteaux provenant de l'ancienne église et sculptés aux environs de 1120. Leurs factures s'apparentent avec ceux de l'abbaye de Moissac et ceux de la basilique Saint-Sernin. En 1983 des mesures de protections des chapiteaux, ont été réalisées avec l'accord des bâtiments de France et le soutien financier et technique du musée des Augustins de Toulouse[55]. (extrait des manuscrits historiques de Mariano Otal et de la monographie de Saint-Rustice rédigée en 1935 par Adrien Escudier - imprimerie Fournié Toulouse).

Le couvent de Saint-Rustice (XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

En vue d'abriter la vertu des jeunes filles, et de leur donner une instruction chrétienne, l'abbé Prunet obtint d'un généreux paroissien la construction et la dotation d'un couvent (placé actuellement dans la rue principale du village allées des Amandiers 50 m avant la mairie). Ainsi de 1879 à 1905 toutes les filles sans exception fréquentèrent l'école dirigée par deux religieuses de l'ordre de Saint-Joseph.

Le presbytère devenu mairie (XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

Le presbytère construit par l'abbé Prunet est devenu la mairie de Saint-Rustice en 1985.

À pied

Nous recommandons au visiteur piéton et randonneur, un petit parcours de 30 minutes : empruntez le raidillon situé à droite de l'église, puis sur votre droite, vous verrez l'école, continuez à pousser sur vos jambes sur 70 mètres, quand le chemin se rétrécit, prendre le 1er chemin de terre à droite qui surplombe le village et ses monuments ; ce chemin bucolique rejoint le cimetière soit le site de l'ancienne église Saint-Pierre. L'allée des Amandiers vous ramènera à votre point de départ ou revenez sur vos pas pour contempler ce beau point de vue.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • le terrain de foot
  • la piste cyclable. Une piste cyclable large de 2,5 m permet, de l'écluse de Lalande à Toulouse, de rejoindre l'écluse d'Embalens à Saint-Rustice sur une distance de 21 kilomètres sans dénivelé pour un temps de parcours de 1 h 20 à une vitesse moyenne de 15 km/h, 9 écluses sur ce parcours ombragé : Lalande ; Lacourtensourt ; Fenouillet ; Lespinasse ; Bordeneuve ; Saint-Jory ; l'Hers ; Castelnau ; et Embalens.

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les Petits Trains du canal[modifier | modifier le code]

Dans un passé récent, Philippe Perrier nous a fait découvrir sa passion des trains miniatures, ses réseaux ferrés agrémentés de décors réalistes et détaillés, le portail de son garage/atelier était ouvert au public dès que le ciel s'éclaircissait[56] Une passion du modélisme et du détail de père en fils depuis 3 générations ! Laurent, le petit dernier, ce sont "les camions"[57] dont certaines réalisations étaient aussi visibles dans son atelier.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Les vœux du maire et de ses conseillers en début de chaque nouvelle année.
  • Vide grenier au début du printemps de chaque année, organisé par l'Association des parents d'élèves afin de financer des sorties scolaires.
  • Kermesse annuelle de l'école de Saint-Rustice à la fin du mois de juin.
  • Fête Locale organisée par le comité des fêtes en juillet, repas de rue, feu d'artifice au stade du village et bal champêtre.
  • Commémorations des anciens combattants en mai et novembre de chaque année.
  • Différents lotos organisés durant la période d'hiver par les associations locales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[11].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  9. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  10. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  11. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  12. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  13. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  14. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  15. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[52].
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Saint-Rustice » sur Géoportail (consulté le 5 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  4. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Saint-Rustice » (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Toulouse » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Saint-Rustice » (consulté le ).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  10. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Saint-Rustice » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  14. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Saint-Rustice » (consulté le ).
  15. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  16. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Saint-Rustice » (consulté le ).
  18. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Rustice et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Rustice et Villemur-sur-Tarn », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Saint-Rustice », sur www.villorama.com (consulté le ).
  4. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 309-310.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  7. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale de Saint-Rustice », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  11. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  14. « Station Météo-France Savenès_man - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Orthodromie entre Saint-Rustice et Savenès », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Savenès_man - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Saint-Rustice et Blagnac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Saint-Rustice », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Rustice », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Liste des espaces protégés sur la commune de Saint-Rustice », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Saint-Rustice », sur Géorisques (consulté le )
  28. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  29. « Dossier départemental des risques majeurs dans la Haute-Garonne », sur www.haute-garonne.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  30. « Dossier départemental des risques majeurs dans la Haute-Garonne », sur www.haute-garonne.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  31. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  32. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Saint-Rustice », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  33. « Dossier départemental des risques majeurs dans la Haute-Garonne », sur www.haute-garonne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  34. Georges Baccrabère, L'habitat gallo-romain dans le Toulousain, 1983
  35. Daniel Cazes conservateur du musée Saint-Raymond, auteur de l'ouvrage LE MUSEE SAINT-RAYMOND. Musée des Antiques de Toulouse
  36. Georges Baccrabère, L’habitat gallo-romain dans le Toulousain, chronique N° 1-2, 1983, Institut catholique, Toulouse. Georges Braccrabère est un prêtre, archéologue et historien toulousain contemporain
  37. Monographie de Saint-Rustice 1935 par Adrien Escudier publié par Imprimerie Fournier Toulouse
  38. Travaux de Recherche de Mr A.Bertrand
  39. S.A.M : syndicat d'apiculture méridionale
  40. Archive privée de M. et Mme Alain et Jeannine Bertrand (A&J B) - Saint Rustice
  41. Chroniques historiques de Mariano Otal ancien Maire
  42. http://www.canaldegaronne2.com/
  43. http://www.gpso.fr/
  44. C.B., « Saint-Rustice. 6 Juin : ils ont commémoré le jour le plus long », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  46. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le ).
  47. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  48. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  51. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  52. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  53. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Saint-Rustice - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  54. « Nouvelle église », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  55. Classée Monument Historique depuis le 7 mars 1952 Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine de la Haute-Garonne
  56. « Blog de trainducanal », sur Skyrock (consulté le ).
  57. « Blog de scaniaminiature », sur Skyrock (consulté le ).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel