Fronton (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fronton.

Fronton
Fronton (Haute-Garonne)
Le marché couvert.
Blason de Fronton
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Villemur-sur-Tarn
Intercommunalité Communauté de communes du Frontonnais
Maire
Mandat
Hugo Cavagnac
2014-2020
Code postal 31620
Code commune 31202
Démographie
Gentilé Frontonnais, Frontonnaises
Population
municipale
6 009 hab. (2016 en augmentation de 5,42 % par rapport à 2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 28″ nord, 1° 23′ 25″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 198 m
Superficie 45,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Fronton

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Fronton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fronton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fronton
Liens
Site web Site officiel

Fronton (occitan : Frontonh) est une commune française située dans le sud-ouest de la France, dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. Elle est située à la limite avec le département de Tarn-et-Garonne. Fronton est très réputé pour son vin : le vignoble de Fronton. D'ailleurs, les paysages de la commune sont principalement constitués de champs ou de vignes.

A partir de la fin du XXe siècle, la commune a connu une très forte hausse de son nombre d'habitants, doublant en 30 ans. Située à environ 28 km de Toulouse à vol d'oiseau, Fronton fait partie de l'aire urbaine de Toulouse depuis la fin du XXe siècle.

Les habitants de la commune sont appelés les Frontonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fronton se situe au nord de la Haute-Garonne, au milieu de l'axe Montauban-Toulouse. La commune profite d'ailleurs de la forte croissance démographique et de l'attractivité de ce secteur. La commune fait aussi partie de la communauté de communes du Frontonnais, dont elle est le bureau centralisateur. À noter également que la commune est située au centre de l'AOC Fronton, regroupant 20 communes voisines.

Fronton fait partie de l'aire urbaine de Toulouse. Fronton fait également partie de l'unité urbaine de Fronton, de la zone d'emploi de Toulouse et du bassin de vie de Fronton[2].

La commune est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Fronton est limitrophe de onze autres communes dont sept dans le département de Tarn-et-Garonne.

Carte de la commune de Fronton et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Fronton[3]
Campsas
(Tarn-et-Garonne),
Fabas
(Tarn-et-Garonne)
Orgueil
(Tarn-et-Garonne)
Nohic
(Tarn-et-Garonne)
Canals
(Tarn-et-Garonne),
Grisolles
(Tarn-et-Garonne)
Fronton[3] Villemur-sur-Tarn
Pompignan
(Tarn-et-Garonne)
Castelnau-d'Estrétefonds Villaudric,
Bouloc

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Fronton fait partie du bassin versant de la Garonne.

Les terres de la commune sont arrosées par le Ruisseau de Sayrac, le Rieu Tort et le Ruisseau de Fabas affluents et sous-affluents du Tarn.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 4 579 hectares ; son altitude varie de 101 à 198 mètres[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune de Fronton est traversée, à l'ouest, par l'autoroute A62, qui relie Toulouse à Bordeaux. Cette autoroute est accessible par la sortie n°10.1, située sur la commune de Villeneuve-lès-Bouloc, au sud de la ville, à une dizaine de kilomètres de Fronton.

Fronton est également le point de départ de la route départementale 4, reliant Fronton aux communes de Bouloc, Saint-Sauveur, Bruguières, Saint-Alban et Aucamville. La route termine son parcours à Toulouse, au niveau de la station de métro Barrière de Paris. A Fronton commence également la route départementale 47, permettant de relier Nohic à Grisolles, et la route départementale 29, reliant Villemur-sur-Tarn à Laréole par Grenade.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Fronton est proche de deux gares, situées sur la ligne de Bordeaux à Sète : la Gare de Castelnau-d'Estrétefonds, située à 8 km et la Gare de Grisolles, située à 9 km.

Plusieurs lignes du réseau Arc-en-Ciel de Haute-Garonne permettent de rejoindre Toulouse et les communes voisines[5] :

Pour rejoindre Montauban, les lignes 717 et 924 du réseau liO desservent des communes limitrophes (respectivement Villemur-sur-Tarn et Castelnau-d'Estrétefonds).

Enfin, l'aéroport le plus proche de Fronton est l'aéroport de Toulouse-Blagnac, situé à 32 km de Fronton.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est divisé en plusieurs parties. La majorité des habitations et des activités humaines sont centralisées sur le centre-ville de Fronton, très vaste et relativement dense, malgré la présence sur ce dernier de forêts et d'espaces agricoles, ces derniers venants à disparaître au vu de la rapidité de l'urbanisation frontonnaise. En dehors de ce centre-ville, il n'existe que peu de bâtiments isolés. Quelques hameaux sont situés sur les routes menant aux communes voisines, comme Rastel ou encore Saumaté. Le reste des hameaux fait aujourd'hui partie du centre-ville, absorbés par l'étalement de ce dernier. Il existe une zone commerciale route de Toulouse, avec un centre commercial, ainsi que des restaurants, coiffeurs... Enfin, la zone industrielle Croix Dourdenne, située au nord de la ville, abrite la cave de Fronton et de nombreuses entreprises.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre total de logements dans la commune était de 2 619, alors qu'il était de 2 352 en 2010[6].

Parmi ces logements, 90,9 % étaient des résidences principales, 2 % des résidences secondaires et 7,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 77 % d'entre eux des maisons et 22,4 % des appartements.

La proportion des résidences principales propriétés de leurs occupants était de 68,6 %, en légère hausse par rapport à 2010 (67,6 %). La commune comptait aussi 4,4 % de logements HLM.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

La commune comprend quelques projets, notamment d'extension de lotissements, comme celui de l'Origan et de Cransac. De nouveaux lotissements sont également en cours de construction.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par un risque mesuré d'inondation, le Tarn traversant les communes limitrophes de Villemur-sur-Tarn, Nohic et Orgueil, et certains de ses affluents traversant la commune. Trois installations industrielles non Seveso sont également situées sur la commune. Fronton est également concernée par un risque moyen de mouvements de terrain. Enfin, le risque de séisme est de 1/5 sur Fronton.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fronton compte parmi les plus anciens vignobles. Ce sont les Romains qui plantèrent les premiers ceps sur les terrains dominant la vallée du Tarn. Au XIIe siècle, avec la protection du pape Calixte II venu en 1119 consacrer l’église, le vignoble est la propriété des Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

L’Ordre a construit le village autour de l’église Saint-Jean-Baptiste, bâtie sur l’emplacement de l’église actuelle. Les donations pieuses affluent et l’Ordre crée à Fronton une commanderie dirigée par un commandeur. Ce précepteur réside à Fronton et en est le seigneur. Le village se construit à l’abri des fossés et des remparts, et la vie s’organise sous la protection du château seigneurial. En 1400, la commanderie relève directement du grand prieuré de Toulouse.

La vie de Fronton est marquée par les guerres de religion, les passages et séjours de troupes, la météorologie, la peste et, exceptionnellement, la visite de tel ou tel personnage important : Philippe le Bel, Charles IX, son cousin le futur Henri IV, Louis XIII qui touche les malades des écrouelles en 1632.

Au XVIe siècle, l’importance de Fronton décroît car les attaques des protestants lui sont fatales. Les guerres de religion y sont latentes jusqu'en 1628.

La renommée des vins n’atteint son apogée qu’au XVIIIe siècle : le protectionnisme dont bénéficient les vins girondins prend fin et les vins peuvent être exportés via Bordeaux vers l’Europe entière. Cette belle prospérité ne résiste pas à la fin du XIXe siècle au phylloxéra. Grâce aux efforts tenaces de générations de vignerons, les vins de Fronton retrouvent leurs lettres de noblesse en obtenant en 1975 l’appellation d'origine contrôlée. La renommée du vin de Fronton s'est également distinguée lorsque la cuvée INES a remporté en 2008 le prix du meilleur vin rosé du monde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Politiquement, Fronton est une commune avec une sensibilité de gauche, malgré une montée récente de l'extrême droite.

Lors de l'élection présidentielle de 2017, à Fronton, c'est Marine Le Pen (FN) qui l'avait emporté avec 25,22 % des voix, suivi par Emmanuel Macron (REM) avec 22,02 % des voix, par Jean-Luc Mélenchon (LFI) avec 20,21 % des voix et enfin par François Fillon (LR) avec 16,01 % des voix[7]. Au second tour, Emmanuel Macron l'avait emporté avec 59,25 % des voix alors que Marine Le Pen avait obtenu 40,75 % des voix.

Lors de l'élection présidentielle de 2012, à Fronton, c'est François Hollande (PS) qui l'avait emporté avec 27,45 % des voix, suivi par Nicolas Sarkozy (UMP) avec 22,87 % des voix, par Marine Le Pen (FN) avec 22,66 % des voix et enfin par Jean-Luc Mélenchon (FDG) avec 12,26 % des voix[8]. Au second tour, François Hollande l'avait emporté avec 52,40 % des voix alors que Nicolas Sarkozy avait obtenu 47,60 % des voix.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 André Rey SFIO Professeur
Député (1951-1955, 1962-1968)
2001 Jean Tissonières RPR  
2014 Marie-Hélène Champagnac UMP  
En cours Hugo Cavagnac DVG puis Agir[9] Cadre

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Fronton est située dans la région Occitanie, dans le département de la Haute-Garonne et l'arrondissement de Toulouse.

La commune fait partie du canton de Villemur-sur-Tarn depuis le redécoupage départemental de 2014. Auparavant, la commune était le chef-lieu du canton de Fronton. Désormais, le nouveau canton englobe 19 communes du nord de la Haute-Garonne, et va jusqu'au nord de l'agglomération toulousaine ou encore jusqu'à Buzet-sur-Tarn. Il compte plus de 40 000 habitants en 2014.

Fronton est également membre de la communauté de communes du Frontonnais, dont le siège est situé sur la commune limitrophe de Bouloc. Elle regroupe plus de 25 000 habitants de 10 communes du nord toulousain, situées sur le territoire du vignoble de Fronton. L'intercommunalité compte de nombreuses compétences, en matière d'action sociale, d'environnement ou encore d'aménagement du territoire.

Enfin, la commune fait partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne, qui regroupe des communes du nord du département de la Haute-Garonne, jusqu'à la banlieue toulousaine. La circonscription semble avoir une sensibilité de gauche, et compte actuellement pour député Jean-François Portarrieu, membre du parti La République en marche.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt neuf[10],[11].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Frontonnais[12].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Fronton est une commune qui a toujours eu une taille moyenne : elle a toujours été une petite ville. Cependant, depuis les années 80 et en raison de l'étalement urbain lié à la proximité de la métropole toulousaine, la commune ne cesse d'accueillir de nouveaux habitants. La population a presque doublée en 25 ans : alors qu'il y avait près de 3 000 habitants au début des années 80, Fronton compte en 2016 plus de 6 000 habitants. Le nombre d'habitants a donc doublé en un quart de siècle. Et cette croissance démographique ne tend pas à la baisse dans les prochaines années, malgré un léger ralentissement de cette croissance depuis le milieu des années 2010. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2016, la commune comptait 6 009 habitants[Note 1], en augmentation de 5,42 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6332 0532 1391 9872 2252 1512 1412 1902 143
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1902 1962 2732 2902 4452 4162 4472 4812 328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1552 0341 8961 9012 0052 0182 0162 0492 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 1692 2722 5252 8143 3553 8915 0305 7006 009
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 25 31 35 39 40 35 34 38
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fronton fait partie de l'académie de Toulouse. L'éducation est assurée sur la commune par les écoles maternelles Joséphine Garrigues et Balochan, l'école élémentaire Jean de La Fontaine et l'école élémentaire Marianne, le collège Alain Savary et le lycée général Pierre Bourdieu, premier lycée en France à porter le nom du sociologue. Cependant, certains élèves frontonnais se rendent plutôt sur les lycées de Toulouse ou de Montauban pour y suivre des formations professionnelles ou technologiques.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune comprend une médiathèque, une ludothèque et une salle de cinéma. En juillet, les festivals "Musique en vignes dans le Frontonnais" et "festival Vill'O Rock" ont lieu sur la commune. Enfin, le premier week-end de septembre se déroule la fête locale de Fronton, où se trouvent de nombreuses attractions foraines.

Santé[modifier | modifier le code]

Fronton compte une clinique, la clinique Saint-Roch, située en centre-ville, dans le quartier Saint-Roch. Plusieurs médecins et pharmacies se trouvent également sur la commune. Pour ce qui est des hôpitaux et des urgences, les services les plus proches se situent à Saint-Alban, Montauban ou Toulouse.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune compte un gymnase, dénommé la halle des sports Jean Tissonières, du nom de l'ancien maire frontonnais. On compte également une piste d'athlétisme, des terrains de football et de rugby, mais aussi des terrains de tennis, un boulodrome en face de la mairie, et une piste de skate à proximité du collège Alain Savary[21]. Enfin, un autre gymnase est situé au niveau du parking du lycée Pierre Bourdieu, et accueille de nombreux clubs sportifs et les classes du lycée.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune édite un bulletin triannuel d'informations. Elle est couverte par France 3 Midi-Pyrénées et son édition locale Toulouse-Métropole, et par l'édition locale nord-est de la Haute-Garonne de La Dépêche Du Midi.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune compte une église catholique, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption.

Economie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2014, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 372 €[22]. La part des ménages fiscaux imposés était de 58,5 % des ménages.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 3 664 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,6 % d'actifs dont 70,4 % ayant un emploi et 8,2 % de chômeurs. On comptait 1 755 emplois dans la zone d'emploi, contre 1 731 en 2010. La nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 2 610, l'indicateur de concentration d'emploi est de 67,2 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus de deux emplois pour trois habitants actifs.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2015, Fronton comptait 654 établissements : 51 dans l'agriculture, sylviculture et pêche, 45 dans l'industrie, 97 dans la construction, 363 dans le commerce, le transport et les services divers et enfin 98 dans l'administration publique, l'enseignement, la santé et l'action sociale. Par ailleurs, 55 entreprises ont été créées sur la commune en 2017, dont 50,9 % par des autoentrepreneurs.

Comparé au nombre d'habitants de la commune, le nombre d'entreprises est plutôt faible à Fronton. En effet, la commune étant membre de l'aire urbaine de Toulouse, au moins 40 % des frontonnais vont travailler sur la banlieue toulousaine, d'où ce nombre limité d'entreprises.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Comme dans la majorité des zones rurales, l'agriculture était auparavant le secteur dominant à Fronton. Il est aujourd'hui toujours important, notamment grâce à la présence du vignoble de Fronton, qui compte une appellation d'origine protégée, et qui fait la renommée de la ville. Cependant, la tertiarisation de l'emploi n'épargne pas la commune, et aujourd'hui la part de l'agriculture dans l'économie frontonnaise est plus limitée qu'auparavant.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Fronton n'a jamais été une ville industrielle. Cependant, on compte quelques usines réparties sur le territoire.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

C'est le secteur largement dominant à Fronton. La commune compte de nombreux commerces sur son territoire, et notamment plusieurs zones commerciales, situées route de Toulouse. La présence de grands établissements scolaires sur la commune, et notamment le lycée général Pierre Bourdieu dont dépendent une vingtaine de communes du nord toulousain, mais aussi de nombreuses entreprises de services, renforce cette domination du tertiaire à Fronton.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption est classée monument historique [23]. Une première église au XIIe siècle était attenante au « château » des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. L'édifice actuel date du XVIe siècle et a été érigé sur l'emplacement de la première église en grande partie détruite. Elle était alors limitée à une nef unique de style gothique méridional. Elle s'est enrichie de quatre chapelles latérales au XVIIe siècle. Le clocher est en fait une tour du « château » des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, le clocher initial, propre à l'église s'étant effondré en 1693. En 1845, la voûte est ornée de peintures de l'atelier des frères Pedoya.

Plusieurs éléments mobiliers sont classés au titre des Monuments historiques :

les fonts baptismaux en plomb et étain, du XVIe siècle. Ils sont ornés à la partie supérieure de 18 compartiments à pinacle encadrant un crucifiement de Saint Michel ;
le retable de la chapelle latérale architecturé à niche, avec 3 statues : Vierge à l'Enfant, saint Dominique, sainte Catherine de Sienne ;
l'orgue, œuvre de Bertand Feuga de 1852[24] est classé. Il est encadré de deux statues représentant saint Pierre et saint Paul.
Les stalles du chœur : deux série de 5 stalles provenant de l'ancienne Abbaye de Grandselve.
  • Château de Capdeville actuelle maison des vins et du tourisme[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François Gauzi par Henri de Toulouse-Lautrec

Héraldique[modifier | modifier le code]

Fronton

Son blasonnement est : De sinople au jars d'argent, becqué et membré d'or, au chef cousu de gueules chargé d'une croix aussi d'argent.
ou
De sinople au jars d'argent, becqué et membré d'or, au chef cousu de la Religion[Note 2]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Adrien Escudier, Histoire de Fronton et du Frontonnais

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. de la Réligion fait référence aux Hospitaliers ; ce blasonnement rappelle celui des commandeurs qui ont longtemps eu la responsabilité de la paroisse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Infos, distance et photos de Fronton », sur www.voldoiseau.com (consulté le 9 août 2017)
  2. « Commune de Fronton », sur www.insee.fr (consulté le 9 août 2017)
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. « Réseau des cars Arc-en-Ciel », CD31,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2017)
  6. « Dossier complet - Commune de Fronton (31202) | Insee » (consulté le 22 mars 2019)
  7. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le 7 avril 2019)
  8. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__PR2012 (consulté le 7 avril 2019)
  9. https://www.ladepeche.fr/2019/03/15/le-positionnement-dagir-est-conforme-a-mon-engagement,8069773.php
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031202.html.
  12. http://www.mairie-fronton.fr/ordures-menageres-dechetterie-476.html
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  21. http://www.mairie-fronton.fr/les-equipements-sportifs-492.html
  22. « Revenus et pauvreté des ménages en 2014 − Commune de Fronton (31202) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 7 avril 2019)
  23. Adrien Escudier, Histoire de Fronton et du Frontonnais, 2004 (ISBN 2877602761).
  24. Toulouse-les-orgues.
  25. http://www.mairie-fronton.fr/la-maison-des-vins-et-du-tourisme-466.html