Puylaurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec Puilaurens, commune de l'Aude.

Puylaurens
Puylaurens
Château de Puylaurens.
Blason de Puylaurens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Castres
Canton Le Pastel
Intercommunalité Communauté de communes Sor et Agout
Maire
Mandat
Patricia Rosenthal
2014-2020
Code postal 81700
Code commune 81219
Démographie
Gentilé Puylaurentais
Population
municipale
3 269 hab. (2015 en augmentation de 2,44 % par rapport à 2010)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 22″ nord, 2° 00′ 46″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 372 m
Superficie 81,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Puylaurens

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Puylaurens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puylaurens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puylaurens
Liens
Site web www.puylaurens.fr

Puylaurens est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Puylaurentais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Puylaurens domine de ses 375 m la plaine du Lauragais, aux portes de la montagne Noire. Située à 50 km à l'est de Toulouse et 25 km à l'ouest de Castres. Vers le nord, la vallée de l'Agout et vers le sud, la montagne Noire et les Pyrénées. Comme ses voisins Saint-Félix-Lauragais, Montgey ou Saint-Julia-de-Gras-Capou (de l'Occitan chapon gras), le village s'est construit sur un puy (puech ou puèg, en occitan) qui lui donne une situation « aérienne » privilégiée. Le village est facilement accessible en voiture par un faisceau de routes (maintenant peu fréquenté avec la rocade et peu de circulation l'été) de campagne, hérité de l'époque où les éleveurs et maquignons de la région se retrouvaient sur la grand place, le mercredi matin, pour le marché au bétail. Depuis 700 ans, Puylaurens a attiré les éleveurs du grand Sud par le commerce du bétail. Le contournement de Puylaurens, ouvert en 2008, rend au village sa sérénité rurale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Puylaurens
Saint-Paul-Cap-de-Joux
Prades
Lalbarède Vielmur-sur-Agout
Bertre
Appelle Lacroisille
Cuq-Toulza
Puylaurens Sémalens
Saint-Germain-des-Prés
Péchaudier Saint-Sernin-lès-Lavaur
Aguts
Montgey
Poudis Blan Lempaut

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en occitan est Puèglaurenç (prononcé localement [pɛlljaurens]), ce qui a été francisé en Puylaurens. Il est intéressant de noter qu'en occitan le g ne se prononce pas, mais provoque une gémination du l qui suit. Le premier élément, puèg, provient du latin podium « hauteur, lieu élevé », tandis que le deuxième laurenç est la forme occitane du prénom Laurent et fait probablement référence à un ancien notable de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'édification du château Cap de Castel, dont la fin de construction date de 1258, a été confiée aux corvées cathares sur ordre de Saint Louis, dont les parents Blanche de Castille et Louis VIII auraient séjourné à Puylaurens. Ce bâtiment de briques inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques est situé à la tête du village (Lou Cap, en Occitan) et a servi les intérêts convergents de Rome et de Paris dans la répression des Cathares. Deux fonctions parallèles, politique et religieuse, lui étaient assignées : chapelle et prison du village. Il est aujourd'hui intégré à l'hôtel qui porte son nom.

En juillet 1464, par ses lettres patentes, le roi Louis XI (1423-1483) autorisa trois foires annuelles par an, en confirmant les privilèges de la ville attribuées par ses prédécesseurs[2].

De 1660 à 1685, l'académie de Puylaurens joue un rôle important dans l’histoire de l’Église réformée.

Héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Puylaurens

Les armes de Puylaurens se blasonnent ainsi : D'argent au laurier terrassé de sinople, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or, soutenu d'une divise du même.

La devise de Puylaurens est « Virescit vulnere virtus » en latin (« la blessure renforce le courage »).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 mars 1971 Léopold Raynaud SFIO Artisan
Conseiller général du canton de Puylaurens (1951 → 1970)
mars 1971 mars 1983 Louis Maruéjouls CD puis UDF Artisan
Conseiller général du canton de Puylaurens (1970 → 1988)
mars 1983 mars 2001 Louis Fournès PS Enseignant
Conseiller général du canton de Puylaurens (1988 → 1994)
mars 2001 avril 2018[3]
(démission)
Anne Laperrouze UDF puis MoDem
puis AC puis DVC
Directrice de projet
Députée européenne (2004 → 2009)
Conseiller général du canton de Puylaurens (2001 → 2015)
Conseiller départemental du canton du Pastel (2015 → )
3e vice-présidente de la CC du Sor et de l'Agout
avril 2018[4] en cours Patricia Rosenthal[5] DVC Biologiste retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2015, la commune comptait 3 269 habitants[Note 1], en augmentation de 2,44 % par rapport à 2010 (Tarn : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 1095 6486 0036 1126 1606 2806 0956 0946 178
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 8995 9405 6495 5115 1415 0124 9454 5854 372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 1034 1244 0783 4733 4823 5063 3683 2453 207
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 0882 9362 7822 7782 7082 7922 8713 1183 270
2015 - - - - - - - -
3 269--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelage[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'éducation est assurée sur la commune de Puylaurens depuis la crèche jusqu'au collège

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur le site Habitants.fr, consulté le 9 octobre 2013.
  2. https://books.google.fr/books?id=FZfHoyI8BKwC&pg=PA223 Lettres patentes de Louis XI, Dieppe, juillet 1464
  3. « Démission du maire Anne Laperrouze », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  4. « Patricia Rosenthal élue nouveau maire », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  5. Le Tarn libre, 27 avril 2018
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. L-M G, « Feu Louis Fournès, une vie au service des autres », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 5 janvier 2017)