CEA de Bruyères-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le site du CEA de Bruyères-le-Châtel, ou CEA DAM (Direction des applications militaires) – Île-de-France, est l’un des établissements du Pôle défense du Commissariat à l’énergie atomique, il est situé à cheval entre Bruyères-le-Châtel et Ollainville dans le sud de l’Essonne. Il arrive encore aujourd’hui de faire référence au site de Bruyères-le-Châtel via son ancien nom de code : B3[1].

Les autres sites de la Direction des applications militaires sont les suivants[2] :

Des équipes sont également présentes sur les sites CEA suivants :

Le site du CEA de Bruyères-le-Châtel emploie environ 2000 ingénieurs, chercheurs et techniciens qui conçoivent et entretiennent les réacteurs des sous-marins nucléaires français et du porte-avions Charles de Gaulle, et les armes nucléaires françaises, en s’appuyant sur la Simulation (programme nucléaire), et luttent contre la prolifération nucléaire et le terrorisme nucléaire. Les installations dédiées aux études de propulsion nucléaire navale sont conduites par la Direction de la Propulsion Nucléaire (CEA/DAM/DPN).

Le site de Bruyères-le-Châtel héberge le Centre de Calcul Recherche et Technologie (CCRT). Enfin, le CEA DAM – Île-de-France a créé Ter@tec, pôle européen de compétence en Simulation numérique haute performance.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1955, le physicien Yves Rocard acquiert le domaine du Grand Rué, une soixantaine d'hectares autour d'une maison bourgeoise située sur les communes de Bruyères-le-Châtel et Ollainville[3], à proximité de l'usine du Bouchet. Il y est construit le premier centre de recherche du CEA dévoué exclusivement aux applications militaires. À la naissance de ce projet, il est aussi envisagé d'utiliser une partie libre de l'usine du Bouchet, on désigne alors cette solution par le code "B2 ", et tout naturellement celle de Bruyères-le-Chatel en "Bouchet 3" ou B3[1]. Jusqu'en 1958, ce centre permet le développement confidentiel de plans pour l'arme atomique et les sous-marins nucléaires, sans même l'accord du parlement français[4].

En juillet 1956, le physicien Pierre Billaud y installe un générateur de Van de Graaff de 2 Mev pour les premières déterminations de sections efficaces en neutrons rapides. Le Centre de Bruyères-le-Chatel est occupé progressivement de juillet 1956 à juillet 1957 par des équipes du CEA qui travaillaient à la conception de l'arme atomique au Fort de Châtillon[1].

C’est dans le centre de Bruyères-le-Châtel qu’a été fabriqué le cœur de la première bombe atomique française qui a explosé au Sahara le 13 février 1960 lors de l'essai nucléaire Gerboise bleue, le détonateur ayant été mis au point au Fort de Vaujours. Le centre de Bruyères-le-Châtel aurait fabriqué au total plus de 90 % des engins nucléaires expérimentés au Sahara et dans le Pacifique lors des essais nucléaires français[5].

En 1986 et 1987 sont menées des expériences de dispersion de tritium (radioactif) dans l'environnement pour étudier sa reconcentration[6]. Selon le bulletin municipal de Bruyère-le-Chatel, l'objectif est alors "la mesure du taux de conversion au tritium en eau tritiée dans l'environnement en se rapprochant le plus possible des conditions d'exploitation d'un réacteur de fusion".

En 2006, le CEA développe le Très Grand Centre de calcul du CEA (TGCC) pour héberger et exploiter des supercalculateurs. De 2007 à 2013, le TGCC s'inscrit dans un contrat de plan état-région financé par le CEA, Grand Équipement National de Calcul Intensif (GENCI) et le Conseil Général de l’Essonne. Le 25 octobre 2010, la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, inaugure le TGCC sur le technôple Teratec au sein du site CEA de Bruyères-le-Chatel[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « 1954-1959 Naissance de la DAM », sur Pierre Billaud (consulté le 12 février 2017)
  2. « Les - CEA / Direction des applications militaires », sur www-dam.cea.fr (consulté le 12 février 2017)
  3. « Centre atomique : visite au coeur du secret-défense », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Arjun Makhijani, Howard Hu et Katherine Yih, Nuclear Wastelands: A Global Guide to Nuclear Weapons Production and Its Health and Environmental Effects, MIT Press, (ISBN 9780262632041, lire en ligne)
  5. « Centre d'études de Bruyères-Le-Chatel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. « GAZETTE NUCLEAIRE N°78/79, juin 1987 », sur www.gazettenucleaire.org (consulté le 12 février 2017)
  7. « Technopole Teratec : le calcul haute performance, tres grand centre de calcul », sur www.teratec.eu (consulté le 12 février 2017)

Article connexe[modifier | modifier le code]