Bréal-sous-Montfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bréal-sous-Montfort
Bréal-sous-Montfort
Église Saint-Malo de Bréal-sous-Montfort.
Blason de Bréal-sous-Montfort
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Communauté de communes de Brocéliande
Maire
Mandat
Bernard Éthoré
2020-2026
Code postal 35310
Code commune 35037
Démographie
Gentilé Bréalais
Population
municipale
6 131 hab. (2017 en augmentation de 17,54 % par rapport à 2012en augmentation de 17,54 % par rapport à 2012)
Densité 181 hab./km2
Population
agglomération
15 104 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 55″ nord, 1° 51′ 55″ ouest
Altitude 50 m
Min. 19 m
Max. 82 m
Superficie 33,82 km2
Élections
Départementales Canton du Rheu
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bréal-sous-Montfort
Liens
Site web www.brealsousmontfort.fr

Bréal-sous-Montfort est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Bréal-sous-Monfort est située à environ 15 km de Rennes sur l'axe Rennes-Lorient. Elle est traversée par un cours d'eau: le Meu. Les communes voisines sont : Saint-Thurial, Baulon, Goven, Le Verger, Mordelles.

Communes limitrophes de Bréal-sous-Montfort
Le Verger Mordelles
Saint-Thurial Bréal-sous-Montfort
Baulon Goven

Bréal-sous-Monfort n’est limitrophe de Baulon que sur une cinquantaine de mètres. Par contre, la commune n’est pas limitrophe de Chavagne dont la frontière est distante de deux cents de mètres environ.

Traditionnellement, la commune fait partie du Pays pourpre.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Meu constitue la frontière nord-est de la commune, la séparant de Mordelles. De nombreux étangs sont situés le long du Meu. Il a plusieurs petits affluents : le ruisseau de la Roche, le ruisseau de la Chaise, le ruisseau de Rohuel, le ruisseau de la Crublais, etc.

L’étang de la Roche se trouve au sud de la commune, non loin du bourg de Goven. Il se déverse dans le ruisseau de la Roche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Breal en 1154, Parochia de Breal en 1157, ecclesia de Breial en 1202[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site serait habité très certainement depuis le Néolithique. L'INRAP a révélé la présence de sanctuaires gaulois dès IIe et Ie siècle av. J.-C. ainsi qu'une occupation gallo-romaine conséquente près du site de La Bouexière, avec la découverte de deux fanum, de villas ou d'une domus, ainsi que des poteries, pièces et fresques datée d'entre le IIe et le IIIe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Bréal est mentionnée pour la première fois en 1152, dans un acte de Jean de la Grille, évêque de Saint-Malo, qui faisait don de l'église de Bréal au chapitre cathédral de Saint-Malo[2].

Le prieuré Sainte-Madeleine dépendait de l'abbaye de Paimpont. Bréal avait le statut de ville au Moyen Âge, ce qui lui donnait le droit de haute justice. La ville possédait son auditoire et sa prison. La seigneurie de Bréal proviendrait peut-être d'un démembrement de la baronnie de Lohéac. Les nombreux manoirs et les maisons à pan de bois du bourg témoignent du développement médiéval de Bréal.

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

Le 13 août 1532, François dauphin de France, fils de Claude de France et François Ier passèrent la nuit à Bréal. Le lendemain, il fut couronné duc de Bretagne à Rennes. Les armes de la commune de Bréal reprennent celles de François.

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1860, Bréal devient Bréal-sous-Montfort.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé, au premier et au quatrième d’or à un dauphin d’azur, allumé et oreillé d’argent, au deuxième et au troisième d’hermine plain.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1848 1850 Théodore du Boberil    
1850 1852 Hippolyte de Farcy de la Ville du Bois    
1852 1855 Hippolyte Alliou    
1855 1863 Jérôme Mallet    
1863 1871 Joseph Perret    
1871 1888 Olivier du Boberil    
1888 1902 Roger du Boberil    
Les données manquantes sont à compléter.
? 1964
(décès)
Olivier du Boberil    
1964 [3],[4]
(décès)
Félix Berthelot   Ancien maréchal-ferrant
[5] [6]
(démission)
Jean Bossard   Réélu en 1977
[7]
(décès)
François du Boberil   Réélu en 1983
[8] Joseph Durand DVD Agriculteur retraité
Président de la CC de Brocéliande (2001 → 2008)
En cours Bernard Ethoré DVD Cadre retraité de l'industrie automobile
Président de la CC de Brocéliande (2016 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2017, la commune comptait 6 131 habitants[Note 1], en augmentation de 17,54 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1352 1172 1522 2562 1962 1982 1332 1582 271
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2392 2582 1862 1702 1852 2522 2282 2722 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1282 1262 1171 7571 8211 8121 7931 7441 731
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 6161 7712 5183 1173 3993 8254 4844 5775 216
2017 - - - - - - - -
6 131--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bréal-sous-Montfort compte quatre monuments historiques et 233 bâtiments inventoriés[13] :

Parmi les autres éléments du patrimoine de la commune[18], on peut signaler :

  • le moulin de la Roche, sur la route de Goven ;
  • le manoir de Bernial, construit au XVe siècle ;
  • le manoir de Cayer, construit au XVe siècle ;
  • une maison à pan de bois, rue de Goven datée du XVIIe siècle ;
  • les jardins de Brocéliande Logo affichant deux demies silhouettes d'arbre Jardin remarquable ;
  • l’église Saint-Malo, construite au XVIIe siècle et rénovée en 1829. Elle vient[Quand ?] de faire l'objet d'une étude de restauration de deux retables (lavallois) et du statuaire, y compris toile peinte.

Festival[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, chaque fin août se tient le festival du Roi Arthur (excepté en 2010 et 2020). Dans ce festival plusieurs groupes se sont succédé dont les Fatals Picards, Raggasonic, Elmer Food Beat, Shaka Ponk, N&SK, Les Ramoneurs de menhirs, Naive New Beaters , Pierre Perret , Koba la D et Angèle


Infrastructures et activités[modifier | modifier le code]

  • Deux salles de sport
  • Courts de tennis couverts
  • Deux terrains de football Herbe et synthétique
  • Soccer extérieur (football, basket)
  • Terrain de Baseball
  • System Jeunes
  • McDonald's
  • Créperie L'Atelier (Crêpes réalisées avec des produits locaux)
  • Carrefour Market
  • Cinéma La Bobine, cinéma associatif, équipé de deux salles 3D
  • Le jardin de Brocéliande est un parc floral avec jeux et activités.

Sports[modifier | modifier le code]

  • En baseball, l'équipe des Black Panthers joue à un bon niveau avec plusieurs joueurs jouant en équipe de Bretagne ou bien sélectionnés en équipe de France
  • En football, le GJ (Groupement Jeunes) entre Bréal-sous-Montfort, Chavagne, Saint-Thurial permet de faire jouer plusieurs équipes dans chaque catégories.
  • Un championnat du Monde de moto trial a lieu au terrain bréalais de Cossinade tous les cinq ans (normalement) mais aussi des championnat de France et de Bretagne. Toutes ces épreuves sont dirigées par l'association loi 1901 de l'ACL de Bréal.

Galeries[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Tribus, peintre-décorateur tyrolien (1901-1960) ayant habité et décoré le bourg en 1958. Il a peint l'étang de la Roche en 1959. Il allait souvent au café de Mordelles où il a peint de nombreux tableaux. Il allait en vendre d'autres à la Place des Lices à Rennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Lefevre, Bréal-sous-Montfort. Étude démographique 1740-1789, Rennes, 1984, 79 p., (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 389).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Etymologie et Histoire de Bréal-sous-Montfort », infobretagne (consulté le 30 décembre 2016)
  2. http://www.infobretagne.com/breal-sous-montfort.htm
  3. « Nécrologie : M. Félix Berthelot, maire », Ouest-France,‎
    « Au décès de M. Olivier du Boberil maire, en 1964, il fut élu maire, fonctions qu’il a assumées jusqu à sa mort. »
  4. « Les obsèques de M. Félix Berthelot maire de Bréal-sous-Montfort », Ouest-France,‎
  5. « M. Jean Bossard nouveau maire de Bréal-sous-Montfort », Ouest-France,‎
    « Samedi, le Conseil municipal de Bréal-sous-Montlort a procédé à l’installation de nouveaux conseillers municipaux [...] Puis, l'assemblée a élu le successeur de M. Félix Berthelot, ancien maire, décédé. Il s'agit de M. Jean Bossard [...] »
  6. « La démission du maire et du premier adjoint », Ouest-France,‎
  7. « Élections du maire et des adjoints », Ouest-France,‎
    « M. François du Boberil a été élu maire par 12 voix »
  8. « M. Joseph Durand, élu maire », Ouest-France,‎
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Liste des notices pour la commune de Bréal-sous-Montfort », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no PA35000009, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no PA00090510, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no PA00090965, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no PA35000029, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/recherche/globale?texte=br%C3%A9al+sous+monfort&type= »
  19. Restaurant la closerie des Hortensias.

Liens externes[modifier | modifier le code]