Jean de la Grille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Châtillon.
Jean de la Grille
Biographie
Naissance
Diocèse de Rennes (Bretagne, France)
Décès
Saint-Malo (Bretagne, France)
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Saint-Malo
Évêque d'Aleth
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Sainte-Croix de Guingamp
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
Jean de la Grille
image illustrative de l’article Jean de la Grille
Bienheureux
Naissance 1098
Décès   (65 ans)
Nom de naissance Jean de Châtillon
Autres noms Johannis de Craticula
Béatification
par Léon X
Fête 1er février

Jean de Châtillon, connu aussi sous le nom de Jean de la Grille, (né en 1098 et décédé le 1er février 1163), fut le premier abbé de l'abbaye Sainte-Croix de Guingamp (1134-1144) puis évêque d'Aleth de 1144 à 1146 puis de Saint-Malo de 1146 à 1163.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1098 selon l'abbé François Manet, de parents de « fortune modeste » selon Albert Le Grand et originaire toujours selon la tradition de Châtillon-sur-Seiche près de Rennes ou de Châtillon-en-Vendelais près de Vitré. Il n'aurait malgré son surnom aucun lien avec la région blésoise. Toutefois, une étude récente, souligne ses liens avec la « mouvance de Blois-Champagne » en s'appuyant sur le fait qu'après avoir fait ses études à Paris il entre dans l'ordre cistercien vers 1121 et devient Chanoine régulier de L'abbaye de Bourg-Moyen. Il est en outre lié avec Pierre de Celle et Henri évêque de Beauvais, troisième fils du roi Louis VI de France [1]

Jean est choisi pour diriger la nouvelle abbaye Sainte-Croix de Guingamp fondée en 1134 par Étienne Ier de Penthièvre et son épouse Havoise elle-même vraisemblablement originaire de la maison de Blois [2]. Il aurait été élu à la fin de 1142 ou au début de 1143 presque simultanément sur les sièges épiscopaux de Tréguier et d'Aleth et choisit finalement le second. Le début de son épiscopat est marqué par le long procès qui l'oppose aux moines de Marmoutier pour récupérer l'église Saint-Malo-de-l'Isle que leur avait cédée l'un de ses prédécesseurs Benoît-Judicaël en 1108, pour y transférer son siège épiscopal, au prétexte que Maclou lui-même s'y serait établi.

Les moines bénédictins obtiennent d'abord gain de cause devant le Pape Lucius II qui refuse de recevoir Jean de Châtillon à Rome en 1144. Sur le conseil de Bernard de Clairvaux, l'évêque malouin retourne à Rome plaider sa cause devant le nouveau Pape Eugène III successeur de Lucius II en 1145 et qui avait été moine à l'Abbaye de Clairvaux. Il triomphe finalement le 16 août 1146 lorsque le pape entérine la restitution et impose à l'abbé de Marmoutiers et à ses moines un « silence perpétuel sur ce sujet »[3]. Jean de Châtillon institue un Chapitre de Chanoines réguliers suivant la règne de l'abbaye Saint-Victor de Paris, dans la nouvelle Cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo. Il dote le Chapitre de revenus substantiels émanant de nombreuses paroisses (entre 13 et 31) selon les sources et d'entre 10 et 20 % de ceux du diocèse[4]

Huit siècles plus tard lors de la restauration de la cathédrale après 1945, les restes de style roman de l'ancien cloître de ces chanoines furent trouvés dans les ruines d'une maison située à l'angle sud-ouest de la cathédrale dont Jean de Chatillon entreprit la construction[5]. Ses successeurs prennent ensuite définitivement le titre d' « évêque de Saint-Malo ».

Contrairement à son prédécesseur Donoald, il se détourne des ordres religieux traditionnels pour favoriser les ordres nouveaux, cisterciens et augustins. Un de ses actes concerne l'Abbaye cistercienne de Boquen, située dans le diocèse voisin de Saint-Brieuc il est aussi associé à la fondation de l'abbaye de chanoines réguliers de Saint-Jacques de Montfort où il consacre l'autel majeur de l'abbatiale en 1152 et le premier abbé Bernard en 1162. Il est également présent lors de la refondation de l'Abbaye de Buzay autre implantation cistercienne, par Conan III de Bretagne. Jean de Chatillon est présent lors de la consécration de la cathédrale Saint-Julien du Mans en 1158 et il accompagne l'archevêque de Tours au Concile de Montpellier de 1162

Il meurt le 1er février 1163, et fait l'objet d'un culte populaire local. Il faut d'ailleurs protéger son tombeau (toujours visible dans le chœur de la cathédrale Saint-Vincent à Saint-Malo) de la ferveur des fidèles par une grille de fer, ce qui lui valut son surnom de Jean de la Grille en latin Johannis de Craticula. Sa béatification officielle n'intervint néanmoins qu'en septembre 1517 après l'intervention de l'évêque Denis Briçonnet auprès du pape Léon X. Il était fêté le 1er février mais faute de canonisation son culte n'a pas perduré [6]

Hommage[modifier | modifier le code]

  • La ville de Saint-Malo a donné son nom à la place de la cathédrale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cyprien Henry & Stéphane Morin Saint-Jean dit de la Grille abbé de Sainte-Croix de Guingamp et évêque de Saint-Malo (1144-1163) Mémoire de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne t. LXXXIX, 2011 p. 40-41.
  2. Stéphane Morin Trégor, Goëlo, Penthièvre. Le pouvoir des Comtes de Bretagne du XIIe au XIIIe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2010. (ISBN 9782753510128), Tableaux généalogiques p. 102 & 123 Havoise est une fille de Thibaud III de Blois et de sa seconde épouse Adèle de Valois
  3. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle Ouest-France Université Rennes (1987) (ISBN 9782737300141) p. 259
  4. Cyprien Henry & Stéphane Morin Op.cit p. 50.
  5. Plaque apposée sur les lieux par la Ville de Saint-Malo
  6. Les Dossiers de la Société d'Histoire Jean de Chatillon second fondateur de Saint-Malo éditions Cristel Saint-Malo 2014 (ISBN 9782844211118) note n°18 p. 121

Sources[modifier | modifier le code]