Saint-Péran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Péran
L'église
L'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montfort-sur-Meu
Intercommunalité Communauté de communes de Brocéliande
Maire
Mandat
Maurice Renault
2014-2020
Code postal 35380
Code commune 35305
Démographie
Gentilé Saint-Péranais, Saint-Péranaise
Population
municipale
369 hab. (2012)
Densité 39 hab./km2
Population
aire urbaine
15 104 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 19″ N 2° 03′ 18″ O / 48.0552777778, -2.05548° 03′ 19″ Nord 2° 03′ 18″ Ouest / 48.0552777778, -2.055
Altitude 130 m (min. : 84 m) (max. : 160 m)
Superficie 9,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Péran

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Péran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Péran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Péran
Liens
Site web Site de la commune

Saint-Péran est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Péran a été créée à la Révolution française (1790), par démembrement de la commune de Paimpont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1855 1888 Charles Rallé    
mai 1888 1932 Edmond Rawle    
mai 1932 1945 Armand Rénimel   Boucher
1945 1965 Félix Ferron    
1965 1989 Bernard Mehault   Artisan
1989 janvier 2000 Vincent Regnault    
mars 2001 mars 2008 Ronan Guéblez    
mars 2008 mars 2014 Loïc Richard   Artisan
mars 2014 en cours Maurice Renault[1]   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 369 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
311 301 513 346 299 287 291 318 361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351 370 387 381 360 402 377 352 329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344 341 344 283 291 309 278 272 239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
210 209 168 160 169 196 282 299 336
2012 - - - - - - - -
369 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La qualité architecturale du bourg réside dans la polychromie des matériaux de construction, dont les maçonneries traditionnelles à gros moellons sont dominées par le rose du grès de Corrouët.

  • Église de Saint-Péran, bâtie au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en schiste rouge à l'image des églises du pays de Montfort, elle possède un porche d'entrée appuyé sur deux gros piliers cylindriques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.


Liens externes[modifier | modifier le code]