Saint-Thurial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Thurial
Saint-Thurial
Ville de Saint-Thurial.
Blason de Saint-Thurial
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montfort-sur-Meu
Intercommunalité Communauté de communes de Brocéliande
Maire
Mandat
David Moizan
2014-2020
Code postal 35310
Code commune 35319
Démographie
Gentilé Thurialais, Thurialaise
Population
municipale
2 084 hab. (2015 en augmentation de 10,5 % par rapport à 2010)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 48″ nord, 1° 55′ 50″ ouest
Altitude 70 m
Min. 32 m
Max. 128 m
Superficie 18,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Thurial

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Thurial

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thurial

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thurial
Liens
Site web www.saint-thurial.com

Présentation de la commune

Saint-Thurial est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Elle fait aussi partie de la communauté de communes de Brocéliande, et du Pays de Brocéliande, territoire célèbre pour sa forêt, ses légendes et ses paysages. Entre deux vallées, est situé la bourg de la commune, avec une architecture typique de la région, en pierre de schiste rouge.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Thurial est située à 29 km du centre de Rennes.

Rose des vents Monterfil Le Verger Bréal-sous-Montfort Rose des vents
Treffendel N
O    Saint-Thurial    E
S
Maxent Baulon Goven

Saint-Thurial est limitrophe avec les communes de Bréal-sous-Montfort à l'ouest, Le Verger et Monterfil au nord, Treffendel et Maxent à l'est et Baulon et Goven au sud. Cependant, la commune est limitrophe de Goven sur 40 mètres seulement. Traditionnellement, la commune fait partie du Pays pourpre.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint Thurial est caractérisé par l'omniprésence de la pierre de schiste avec cependant, la présence de grès armoricain au sud. Une vallée, la vallée de La Chèze, coupe le plateau en deux d'ouest en est. Le relief est très différent selon les endroits, d'un coup la pente sera douce et parfois le relief sera brut, formant ainsi les contreforts du four à chaux.

Une deuxième vallée est présente sur la commune, celle-ci moins visible et plus préservée. C'est la vallée du Rohuel qui sert de frontière entre Saint-Thurial et Le Verger. Cette vallée, très encaissée et profonde se situe derrière le village de Cossinade, le plus gros village de la commune. Tantôt des pentes douces puis des affleurements rocheux abrupts, il y a une diversité de milieux dans cette vallée. Landes, bois, prairies, roches sont autant de milieux qu'il est possible d'apercevoir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le barrage de la Chèze, construit en 1975, est situé à 1,5 km du bourg de Saint-Thurial. Le réservoir d'eau mesure 7 km de long pour une surface de 220 hectares. Sa profondeur maximale est de 30 m. Cette eau est apportée à Rennes par 20 km de conduite enterrée d'un mètre de diamètre. Elle rejoint la station de pompage de Meu. Cette réserve permet d'alimenter en eau Rennes Métropole surtout pendant la période estivale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancti Turiavi en 1202[1].

Du nom d'un saint d'origine bretonne Turiaf, autrement connu comme saint Turiau, latinisé en Turiavus[2].

La finale -af a fait place à -al par influence des noms terminés par -al dans les environs, notamment Bréal-sous-Montfort à côté.

On retrouve ce nom de saint dans deux autres communes de Bretagne : Saint-Thuriau et Saint-Thurien, ainsi qu'une commune de Normandie, Saint-Thurien située dans l'Eure, près de l'ancienne exemption de Dol.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une foire se tenait autrefois à Saint-Thurial à la Saint-Eutrope le 30 avril.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Thurial Blason D'azur à une croix archiépiscopale tréflée terrassée d'argent, soutenue par deux chèvres affrontées du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Saint-Thurial.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? mars2001 René Barbedor    
mars 2001 mars 2014 Xavier Rolland[3] DVD Retraité
mars 2014 juillet 2014[4] Auguste Thésée[5]   Cadre commercial retraité
juillet 2014 en cours David Moizan SE Fonctionnaire territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la richesse de la flore, en partie en raison de la présence de calcaire, Saint-Thurial fait partie des communes du département possédant dans leurs différents biotopes le plus de taxons, soit 562 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1373 taxons (118 familles). On compte notamment 34 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 15 taxons protégés et 27 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237) [6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 2 084 habitants[Note 1], en augmentation de 10,5 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : +5,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
936982938874973930979965948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9349529571 0021 0151 0419981 0121 020
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0301 0321 023948996958939765728
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7277497721 0201 2731 4851 7181 8802 078
2015 - - - - - - - -
2 084--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le club VTT Saint-Thurial Brocéliande est un club sportif convivial qui rassemble des personnes de tous âges, enfants et adultes, pour rouler ou pour faire du VTT trial. Des compétitions de trial sont organisées un peu partout dans le grand-ouest. Renseignements auprès de la CIRO VTT TRIAL : http://www.cirotrial.fr/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Pages 111 et 112, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne) [1]
  3. « Ils ont été élus maires », Dimanche Ouest-France (éd. Ille-et-Vilaine), no 535,‎ , p. 10-13 (ISSN 1285-7688)
  4. Démissionne le 30 juin 2014 : « Auguste Thésée, le maire, démissionne », Ouest-France, 22 juillet 2014.
  5. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  6. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]