Goven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le cap du Kamtchatka, voir cap Goven.

Goven
Goven
Église de Goven.
Blason de Goven
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Guichen
Intercommunalité Vallons de Haute-Bretagne communauté
Maire
Mandat
Philippe Gourronc
2014-2020
Code postal 35580
Code commune 35123
Démographie
Gentilé Govenais
Population
municipale
4 553 hab. (2015 en augmentation de 7,41 % par rapport à 2010)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 24″ nord, 1° 50′ 46″ ouest
Altitude 105 m
Min. 15 m
Max. 116 m
Superficie 39,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Goven

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Goven

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Goven

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Goven
Liens
Site web www.goven.fr

Goven est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 17 km au sud-ouest de Rennes. Les communes limitrophes voisines sont : Guichen (le chef-lieu du canton), Lassy, Baulon, Bréal-sous-Montfort, Mordelles, Chavagne, Bruz.

Goven n’est pas limitrophe de Saint-Thurial mais les deux frontières sont distantes d’une cinquantaine de mètres seulement.

Communes limitrophes de Goven
Bréal-sous-Montfort Mordelles Chavagne
Baulon Goven Bruz
Lassy Guichen

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Goven se trouve intégralement dans le bassin versant de la Vilaine.

Elle est traversée par trois cours d’eau : la Vilaine (à l’est), le Meu (au nord) et le Canut (à l’ouest).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Gouen (1101), Goven en 1202, Guoven (1330), Govain (XVIe siècle), Gauvan (1630), Gauvain (1665)[1]. Goven tiendrait son nom de Saint Goulven (évêque de Léon dans le Finistère).

Le nom breton de la commune reste Goven[1]. En gallo, le nom s’écrit Govaen[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Goven a été la résidence d'un prince de Bretagne Gourmaëlon au VIe siècle après Jésus-Christ.

Le château de Blossac se trouve à la confluence du Meu et de la Vilaine. .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De vair à la fasce de gueules chargée d’un huchet d’or lié de sable.

Économie[modifier | modifier le code]

La ZA de la Corbière est située au nord-est de la commune de Goven. Elle longe la voie express Rennes-Redon. 24 entreprises sont implantées dans la ZA, les d’activités développées sont : la chaudronnerie, le transport, la construction, la maçonnerie, l’isolation, l’aluminium, la nutrition animale, la distribution de produits industriels…

De nombreux commerces sont implantés dans le bourg de Goven. Une cinquantaine d’artisans et commerçants Govenais sont regroupés au sein de l’association GOVAEC.

La commune de Goven compte trente-six exploitations agricoles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Goven
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1964 juin 1995 Robert Garel    
juin 1995 mars 2008 Marcel Petry DVG Agriculteur
mars 2008 avril 2018 Philippe Gourronc DVG Professeur
Président de Vallons de Haute-Bretagne Communauté (2014 → 2018)
avril 2018 en cours Norbert Saulnier[3] DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 4 553 habitants[Note 1], en augmentation de 7,41 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : +5,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7659211 9262 0312 0682 0201 9982 0032 177
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1592 1522 1672 2522 3502 3572 3542 3722 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0952 0522 0191 8351 8091 7601 7151 6601 648
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6901 7632 1492 2702 6382 9673 6873 7893 890
2013 2015 - - - - - - -
4 4174 553-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune abrite un monument historique :

  • Le château de Blossac, construit à partir du XVIIe siècle sur l’emplacement d’un manoir du XVe siècle dont il ne reste qu’une tourelle, est inscrit par arrêté du 15 mars 1957[8].

Autres monuments :

  • L’église Saint-Martin, construite de 1849 à 1854 par Jacques Mellet[9].
  • La chapelle Notre-Dame de l'Hermitage, construite en 1938[10]. Elle contient :
    • un groupe sculpté du XVIe représentant sainte Anne[11]
    • un maître-autel en marbre[12]
    • un retable architecturé à niche[13]
    • une clôture de chœur[14]
  • Le manoir de la Feuillée[15]
  • Le manoir de Beaulac[16]
  • Le manoir de Lampatre[17]
  • Le château de la Tournerais[18]
  • La Butte de Gourmalon, ancienne motte féodale datant du Xe siècle. C’est le plus vieux monument de la commune[19].
  • l'ancien manoir de la Cucuère[19].
  • l'ancien manoir de la Hayrie[19].
  • l'ancien manoir de Caffort[19].
  • l'ancien manoir de Saint-Samson[19].
  • l'ancien manoir de la Rivière[19].
  • l'ancien manoir de Talanzac ou d'Amansac[19].
  • l'ancien manoir de Noyal[19].
  • l'ancien manoir du Bas-Buris[19].
  • l'ancien manoir du Haut-Buris.
  • l'ancien manoir du Champ-Blancs.
  • l'ancienne Chapelle Saint-Vincent.
  • des traces de fortifications dans les lieux-dits tels que La Porte Yvon et Le Portail.
  • l'ancien manoir de la Turais.
  • l'ancien manoir de la Verrerie ou de la Vairie.
  • la tombe des seigneurs de Blossac.
  • les deux croix situées dans le nouveau cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1942, Émile Gernigon entre en contact avec le groupe de la résistance du Front national [Note 2]. Sa ferme de « Bolac » à Goven sert de boîte aux lettres et de dépôt de matériel. Il héberge également des résistants de passage. Le 24 mai 1944, Émile Gernigon est arrêté. La Gestapo et la milice incendient sa ferme. Il est incarcéré et torturé à la prison Jacques-Cartier à Rennes. Le 20 juin 1944, il est condamné à mort puis fusillé le 30 juin 1944 à la MaltièreSaint-Jacques-de-la-Lande). Une rue de Goven et une rue de Bruz portent son nom.

L'astéroïde (8371) Goven fut nommé en l'honneur du village par un astronome amateur américain Charles P. de Saint-Aignan qui y séjourna pendant un an dans les années 1980.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. Le réseau de résistance Front national n'a aucun lien avec le parti politique actuel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Résultats concernant « Goven » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 5 juin 2012).
  2. « Fiche descriptive de la ville de Goven », sur Géobreizh (consulté le 5 juin 2012).
  3. Goven. Bien vivre Goven remporte l’élection municipale, Ouest-France, article du 16 avril 2018.
    « La liste de Norbert Saulnier est arrivée en tête du deuxième tour des élections municipales de Goven, qui se déroulait dimanche 15 avril. Philippe Gourronc, maire depuis 2008, est maintenant dans l’opposition. »
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Notice no PA00090583, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no IA00007426, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no IA00007425, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IM35001500, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Notice no IM35001499, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. Notice no IM35001498, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Notice no IM35001497, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. Notice no IA00007424, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no IA00007423, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA00007420, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00007419, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. a b c d e f g h et i « Goven : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Guichen) », sur www.infobretagne.com (consulté le 30 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]