Maxent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maxent
L'église paroissiale Saint-Maxent.
L'église paroissiale Saint-Maxent.
Blason de Maxent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montfort-sur-Meu
Intercommunalité Communauté de communes de Brocéliande
Maire
Mandat
Henri Doranlo
2014-2020
Code postal 35380
Code commune 35169
Démographie
Gentilé Maxentais
Population
municipale
1 447 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Population
aire urbaine
15 104 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 01″ nord, 2° 01′ 56″ ouest
Altitude 110 m (min. : 51 m) (max. : 137 m)
Superficie 39,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Maxent

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Maxent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maxent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maxent
Liens
Site web www.maxent.fr/

Maxent (prononciation : /ma'ksɑ̃/) est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maxent
Plélan-le-Grand Treffendel Saint-Thurial
Plélan-le-Grand Maxent Baulon
Loutehel Campel
Maure-de-Bretagne
Bovel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Schirio en 863[1], Sanctus Maxentius en 866[2], basilicam Sancti Maccentii en 869 et 875 [3], Macent en 1330[1], Mecent en 1382[1], Massant au XVIe siècle[2].

Maxent est issu de Maxentius, saint abbé poitevin du Ve siècle[2].

Ne demeure que le nom propre sans référence à la religion. La chute du qualificatif, saint, s’est produite le plus souvent vers, et rarement avant, le XIVe siècle, ( Maxent dès le Xe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Église de Saint-Maxent. Sur la pelouse, c'est une ancienne église Saint-Sauveur.

Vers 860, les moines de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon demandent protection au roi de Bretagne Salomon, pour se protéger des incursions normandes. Le roi, qui possède une résidence sur le territoire de l'actuelle commune de Maxent, leur fait construire un monastère richement doté sur ce territoire[4]. Ce monastère prend le nom de "Saint-Maxent" lorsque Salomon fait déposer dans l'église du jeune monastère le corps de saint Maxent, ce qui accroît la renommée du site, jusqu'à ce que le corps du saint soit finalement restitué à sa paroisse poitevine d'origine.

La renommée des lieux grandit rapidement : le monastère Saint-Sauveur de la paroisse de Plélan prend le nom de Saint-Maxent.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux trois chevrons de gueules accompagnés de trois croix tréflées du même. Écu soutenu par deux branches de châtaignier chargées de bogues d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2003 Yves Le Roux    
2003 2014 Jacques Guillemot    
2014 en cours Henri Doranlo[5] PS Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 447 habitants, en augmentation de 12,26 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 715 1 613 1 395 1 651 1 774 1 887 1 808 1 716 1 825
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 915 2 030 2 127 2 181 2 203 2 193 2 130 2 138 2 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 032 2 107 2 082 1 809 1 780 1 747 1 649 1 504 1 329
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 209 1 149 1 087 982 980 1 040 1 263 1 422 1 447
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Association M.A.R.C.H.E. : Maxent Arts Randonnées, Culture, Histoire, Environnement, créée en 1997, et ayant pour but la promotion du patrimoine naturel, historique, architectural et culturel de Maxent [1]
  • Bibliothèque municipale.

Accueil des personnes âgées[modifier | modifier le code]

  • La MARPA (Maison d'Accueil Rurale pour Personnes Âgées) accueille les personnes âgées dans 18 logements individuels adaptés et sécurisés avec services (permanence médicalisée 24/24h), dans un ensemble situé près du bourg.

Transports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancienne église de Maxent.
  • Mégalithe la Pierre Droite
  • L'intersection du 48e parallèle nord et du 2e méridien à l'ouest de Greenwich se trouve sur le territoire de la commune (voir aussi le Degree Confluence Project).
  • Les vestiges (mis au jour lors de fouilles en 1990) et du mobilier (fonts baptismaux du XVe siècle) de l'ancienne église Saint-Maxent (IXe siècle : 1893 - 1896 - 1962), détruite en 1897 et remplacée par l'église actuelle (1893 - 1897) de l'architecte Arthur Regnault. À noter que l'église actuelle est presque unique dans son architecture (romano-byzantin), et qu'elle ne possédait pas à l'origine, faute de moyens, de véritable clocher. Ce qui fut pendant 65 ans, jusqu'à la construction de l'actuel clocher-pignon, un sujet de moquerie récurrent.
  • le château des Hayes (XIXe siècle), édifié à l'emplacement du manoir des Hayes, route de Loutehel. Ancienne propriété de la famille de Poulpiquet du Halgouët
  • la fontaine Saint-Maxent (XIXe siècle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean-Yves Le Moing : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.
  2. a, b et c « Etymologie et Histoire de Maxent », infobretagne
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.
  4. Chartes du Cartulaire de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon.
  5. « Henri Doranlo élu maire dès le 1er tour, Ouest-France, 1er avril 2014.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Archives[modifier | modifier le code]

  • Manuscrit de Dom Noël Georges sur Pierre Porcher, prieur et recteur de Maxent, commencé en 1621, achevé vers 1640, 505 fol. et table. (Archives I&V - Microfilm 1 Mi 27 R 2).

Liens externes[modifier | modifier le code]