Canal de la Haute-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canal de la Haute-Seine
Illustration.
Le bassin du canal depuis les quais à Troyes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Début Bar-sur-Seine
48° 06′ 53″ N, 4° 22′ 35″ E
Fin Marcilly-sur-Seine
48° 33′ 39″ N, 3° 43′ 04″ E
Traverse Aube, Marne
Caractéristiques
Statut actuel Radié, aliéné partiellement
Longueur 76 km
Altitudes Début : 153 m
Fin : 68 m
Maximale : 153 m
Minimale : 68 m
Dénivelé 85 m
Gabarit Freycinet
Mouillage m
Hauteur libre 3,70 m
Infrastructures
Écluses 32
Histoire
Année début travaux 1805
Année d'ouverture 1846
Concepteur Pierre-Olivier Lebasteur

Le canal de la Haute-Seine est un cours d'eau artificiel français traversant les départements de l'Aube et de la Marne entre la confluence de l’Aube et de la Seine, près de Romilly-sur-Seine, et Troyes.

Projeté dès le XVIIIe siècle mais décidé sous l’Empire, le canal est mis en service en 1846. Il est intégralement fermé à la navigation depuis 1968.

Présentation et localisation[modifier | modifier le code]

Le canal de la Haute-Seine est situé en région Champagne-Ardenne. Long de 76 km, seuls 44 km furent utilisés pour la navigation[1].

Ce cours d'eau est composé de deux parties :

  • Le canal de la Haute-Seine proprement dit traverse la ville de Troyes jusqu'à celle de Marcilly-sur-Seine,
  • La partie dite du « canal sans eau », située entre Bar-sur-Seine et Troyes, n'a jamais été mise en service.

Des projets de raccordement au canal de Bourgogne et au canal latéral à la Marne ont été abandonnés[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne navigation[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIe siècle, la navigation ne pouvait remonter la Seine au delà de Nogent-sur-Seine. En 1676, une compagnie formée par Hector Boutheroüe de Bourgneuf obtient de Louis XIV des lettres patentes lui accordant l'exclusivité de la navigation sur la partie du fleuve qu'elle aurait rendue navigable[2]. En 1703, la liaison est établie jusqu'à Troyes au moyen de onze canaux de dérivation[3]. Le succès ne fut qu'éphémère et en 1746, les ouvrages réalisés étaient en ruines[4]. Plusieurs projets de rétablissement de la navigation échouèrent jusqu'à la fin du XVIIIe siècle.

Le vœu de l'empereur[modifier | modifier le code]

En visite à Troyes le , Napoléon Ier déclare qu'avant six ans, la Seine sera rendue navigable depuis Paris jusqu'à Bar-sur-Seine et au-delà[4],[5]. Cette annonce est rapidement confirmée par un décret du précisant les aménagements à réaliser jusqu'à Châtillon-sur-Seine[6].

Les travaux démarrent en 1806 par la construction de l'écluse de descente dans la Seine à Méry-sur-Seine[7]. Cependant le projet de l'administration s'arrête à Troyes. Il comprend la réalisation entre Troyes et Marcilly-sur-Seine, de sept dérivations[8]. Pour satisfaire au décret de l'empereur, les écluses auront de grandes dimensions (7,8 m x 40 m) comme sur la Seine en aval[9],[10]. Elles seront construites entièrement en bois[6]. Pour alléger la dépense, on ne construira le plus souvent que des pertuis (écluses simples fermées par une seule paire de portes). Il faudra franchir 39 écluses se décomposant en 33 pertuis et 6 écluses à sas[4]. Ce système, extrêmement consommateur d’eau, n’autorisera que la navigation par convois en alternat. Les terrassements des dérivations entre Troyes et Méry-sur-Seine sont réalisés de 1808 à 1812. Le premier bassin du canal à Troyes[11] est creusé en 1812. Retardé par les guerres napoléoniennes, le projet ne fut réalisé que partiellement et finalement abandonné en 1823[12].

Par une loi du [13], l'État tente la concession de la navigation de la Haute-Seine depuis Courcelles-les-Rangs jusqu'à Nogent-sur-Seine. Cette loi restera sans exécution[4].

Achèvement[modifier | modifier le code]

Le port de Troyes en 1860

Autorisé avec un budget de 3 500 000 francs par la loi du [14], le projet est repris par l'ingénieur Pierre-Olivier Lebasteur. Il renonce à l’ancien système et opte pour un « canal latéral à eaux dormantes »[4] indépendant du cours de la Seine. Deux nouveaux biefs sont construits entre Vallant-Saint-Georges et Saint-Oulph évitant la traversée de Méry dans le lit de la Seine[15]. Les dérivations déjà creusées sont élargies et raccordées pour former un canal continu comprenant 15 écluses[4]. Cinq ponts-canaux sont édifiés. Les dimensions des écluses sont réduites à 5,2 m x 34 m, mais les bateaux peuvent se croiser en tout point du canal. Ce gabarit, un peu plus long que celui défini par le plan Becquey, a été choisi pour sa compatibilité avec le canal de Bourgogne auquel le canal pourrait être raccordé à l'avenir. Les écluses sont construites en pierre avec des portes métalliques[4]. Les travaux commencent en 1840. L'architecte troyen Louis-Henri Boulanger[16], alors jeune conducteur des ponts et chaussées, y prend part. Le canal est ouvert à la navigation de Méry à Marcilly le [17].

L’entrée de l'eau de la Seine en 1846 à Troyes signe la fin des travaux. Le canal est inauguré le [5].

L'échec du prolongement[modifier | modifier le code]

Écluse disparue des Bas-Trévois à Troyes. Aucun bateau ne l'a jamais franchie.
Extrémité amont à Bar-sur-Seine comblée pour faire place à la route nationale 71.

En 1844, les travaux entre Troyes et Marcilly-sur-Seine sont en voie d’achèvement et déjà sont envisagés le prolongement et la liaison avec le canal de Bourgogne. Au sein du conseil général de l'Aube, deux options s’affrontent. L’une recommande que la liaison s’opère au port de Charrey (Marolles-sous-Lignières), l’autre que le canal de jonction soit dirigé par Polisy, Les Riceys, Laignes et Ravières[18]. Cette dernière a la préférence de l'administration qui entreprend les études[19]. La préparation du projet est terminée en 1847 entre Troyes et Polisy[20] et a été approuvée par l’administration supérieure entre Troyes et Bar-sur-Seine[21].

Pour faire face à la crise économique en 1848, l'État affecte un crédit de 500 000 francs au prolongement amont du canal de la Haute-Seine par un décret du [22]. Dès le , 300 ouvriers au chômage, issus des ateliers nationaux, partent pour le chantier[23]. Jusqu'à 1 500 ouvriers sont progressivement affectés aux travaux de terrassement du canal entre Troyes et Bar-sur-Seine. En 1849, les travaux sont bien avancés sur toute la longueur, mais les ateliers sont dissous et le chantier est abandonné[21].

Le Ministre des Travaux publics approuve en principe, par décision du , les projets présentés pour l'achèvement du canal entre Troyes et Bar-sur-Seine[24]. La dépense totale est estimée à 2 700 000 francs, mais aucun crédit n’est affecté[25].

Un décret du autorise l'exécution de l'avant-projet dressé pour le prolongement du canal de la Haute-Seine jusqu'aux Maisons-Blanches (Buchères) seulement[26]. Son coût est évalué à 1 400 000 francs, et la construction sera échelonnée suivant les ressources disponibles[27]. En 1862, un premier crédit de 50 000 francs permet de commencer les travaux[28]. Ils seront poursuivis, au gré des financements obtenus, jusqu’à leur achèvement en 1876. Lors des premiers essais de mise en eau, d’importantes infiltrations sont constatées[29]. Il ne pourrait y être remédié qu’au prix de couteux travaux d’étanchement.

Par décision ministérielle du , le projet d'achèvement du canal de la Haute-Seine entre les Maisons-Blanches et Bar-sur-Seine, est approuvé[30] et financé à hauteur de 2 500 000 francs[29]. Les travaux reprennent.

La circulaire du [31] préconise un nouveau gabarit (gabarit Freycinet). Or les écluses, en aval de Troyes ainsi que sur la partie terminée entre Troyes et les Maisons-Blanches, ont des dimensions insuffisantes[32]. Sur cette dernière partie, les travaux d’étanchéité à l’étude, nécessitent en certains endroits le bétonnage de la cuvette (2 350 m)[33]. Ils ne peuvent être envisagés que simultanément à l’allongement des écluses et à l’approfondissement de la cuvette. Sur la partie en construction, les nouvelles dimensions de la cuvette et des écluses conduisent à des augmentations de coûts. Pour y faire face dans le budget prévu, l'administration a décidé l’ajournement de certains travaux. La construction des perrés dans les ports, du pont-canal de la Sarce, de l’écluse de L’enclos qui le jouxte (Virey-sous-Bar)[34] et des portes des écluses sont différés sine die[35].

En 1881, les travaux sont interrompus car les crédits sont épuisés, mais le canal n’est pas terminé entre Troyes et Bar-sur-Seine. L'administration a pris conscience que le canal nécessite aussi des travaux d’amélioration depuis les Maisons-Blanches jusqu'à Marcilly-sur-Seine pour le porter au gabarit Freycinet. Un avant-projet global est étudié pour l’achèvement et l’amélioration du canal sur toute sa longueur. Son coût est évalué à 7 millions de francs[36]. Les travaux ne seront pas entrepris et la partie inachevée entre Troyes et Bar-sur-Seine sera nommée ironiquement « canal sans eau ».

Un canal en impasse[modifier | modifier le code]

Carte de 1878 montrant le projet de canal de grande ceinture.

Depuis la mise en service du canal, la navigation ne peut se poursuivre en amont de Troyes. Cette situation ne permet pas un développement considérable de l'activité ; aussi la nécessité d'une liaison à d'autres voies navigables est apparue immédiatement. Le choix initial de poursuivre le canal latéral jusqu'à Bar-sur-Seine, conduisait à prévoir la jonction au canal de Bourgogne. Les études préliminaires de l'administration envisageaient en 1845, le raccordement à Ravières par un canal à bief de partage. La région de Chatillon-sur-Seine serait desservie par une branche alimentaire navigable partant de Sainte-Colombe-sur-Seine. Le bief de partage comprendrait un tunnel de 1 500 m. De Troyes à Ravières, le canal aurait une longueur de 93 km et comporterait 66 écluses[19]. Inachevé de Troyes à Bar-sur-Seine et non entrepris au delà, le projet fut abandonné.

Le , un projet d'envergure nationale dit « canal de grande ceinture » intégrant le canal de la Haute-Seine est présenté à l'assemblée nationale[37],[38]. Cette grande artère passerait par ou près de Chauny, Laon, Reims, Châlons-en-Champagne, Vitry-le-François, Arcis-sur-Aube, Troyes, Joigny et Montargis[39]. Une partie à construire relierait le canal de Bourgogne à Germigny au canal latéral à la Marne à Vitry-le-François et croiserait le canal de la Haute-Seine à Verrières, lui offrant un débouché à la fois vers le nord et vers le sud. Ce projet, discuté jusqu'après la première Guerre mondiale, ne recevra aucune exécution.

Amélioration de la navigation sur la Seine en aval[modifier | modifier le code]

Barrage mobile sur la Petite-Seine à Conflans-sur-Seine

Au XIXe siècle, le canal de la Haute-Seine favorisa le développement du transport fluvial mais n’apporta pas la prospérité espérée.
Après des débuts encourageants, l'activité du canal fut pénalisée par son envasement, par la mauvaise navigabilité de la Petite-Seine entre Nogent-sur-Seine et Montereau-Fault-Yonne[40] et subit la concurrence du chemin de fer après l'ouverture en 1848 de la ligne de Montereau à Troyes.

La navigabilité de la Petite-Seine et du canal seront améliorées progressivement par la réalisation de nombreux ouvrages.

À la fin du siècle, la navigation peut remonter la Petite-Seine, dans des conditions satisfaisantes, jusqu'à l'entrée du canal de la Haute-Seine à Marcilly-sur-Seine, mais le gabarit du canal (Gabarit Becquey) est désormais insuffisant pour les bateaux modernes.

L'abandon au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Écluse disparue de Troyes, située à côté de l'actuel théâtre de Champagne.

À cause de son gabarit insuffisant, qui ne permet pas la circulation des péniches du Nord dont l'emploi se généralise[42], et en l'absence de débouché au sud, l'activité du canal devient si faible que la ville de Troyes demande, par une délibération du conseil municipal du , la restitution de son emprise sur tout son territoire, en vue de la création de nouvelles artères[43].

La Première Guerre mondiale, par la pénurie des transports qu'elle engendre, induit un regain d'activité du canal[42]. L'État s'est ainsi rendu compte que les canaux peuvent encore rendre des services et reprend dès 1919, l'étude d'un projet devant relier Vitry-le-François à Montargis[44]. L'un des tracés possibles joindrait le canal de Bourgogne vers Saint-Florentin au canal latéral à la Marne à Vitry-le-François et rencontrerait le canal de la Haute-Seine aux Maisons-Blanches[45],[46]. Le canal de la Haute-Seine retrouverait une utilité et l'aliénation envisagée est ajournée.

Le projet étant abandonné, le « canal sans eau » est rayé de la nomenclature des voies navigables, mais maintenu dans le domaine public, entre Troyes et Bar-sur-Seine par un décret du [47]. La ville de Troyes obtient le , la remise de la partie située en amont du port aux bois et y établit le boulevard Jules Guesde[48]. La commune de Saint-Julien-les-Villas procède de même pour construire l'avenue des Sapins qui le prolonge.

Le canal connaît encore une certaine activité à partir du port de Méry-sur-Seine vers l'aval, qui justifie l'allongement au gabarit Freycinet de ses 5 dernières écluses en 1936[49].

En 1942, le canal est radié des voies navigables de Troyes à La Chapelle-Saint-Luc[50], puis en 1957 jusqu'à Méry-sur-Seine[51]. En 1968, la section comprise entre Méry-sur-Seine et Marcilly-sur-Seine, bien que toujours classée navigable, est fermée à la navigation[52]. En 1974, il fut décidé par arrêté la fin du canal de Troyes[53]. L'avenue Chomedey de Maisonneuve, l'avenue Georges Vanier[54] et la pénétrante nord sont construites sur son emprise. Sous les voies, a aussi été établie la conduite d'évacuation des égouts de Troyes jusqu'à la station d'épuration de Barberey-Saint-Sulpice. À Troyes, seuls l'ancien port, nommé à présent bassin de la préfecture, et une partie du premier bief aval, situés dans le secteur sauvegardé, seront maintenus en eau[55].

À Bar-sur-Seine, l'extrémité amont est comblée en 1956 pour faire place au contournement du centre-ville par la route nationale 71[56]. La partie amont du canal jusqu'à Troyes ne sera intégralement et officiellement déclassée que tardivement en 1976[57]. Au sud-est de Troyes, une partie de la rocade entre Bréviandes et Buchères empreinte le tracé de l'ancien canal sur 3,5 km depuis 1985[58]. Deux anciens ponts routiers du canal y ont été conservés et le pont-canal de l'Hozain a été converti en pont routier.

Un espace de loisir redécouvert[modifier | modifier le code]

Les quais du canal à Troyes

Dans le but de rendre le canal plus touristique, des aménagements ont été effectués par le Conseil général de l'Aube depuis 2000[5]. Il a été décidé :

Le département de l'Aube obtient de l'État, le transfert de propriété de la partie du canal située sur son territoire jusqu'à Méry-sur-Seine, par un arrêté préfectoral du [60]. Les travaux de la voie verte entre Barberey-Saint-Sulpice et Saint-Oulph, ont été réalisés de 2008 à 2010 pour un montant de 12 600 000 [61]. La voie verte a été inaugurée le .

En 2010, la ville de Troyes propose la réouverture du canal sur une longueur de 115 m dans la partie comprise entre les quais Dampierre et des Comtes-de-Champagne[62]. Ce projet, financé pour 570 000 , a été achevé fin 2011.

Du à l'été 2014, le Conseil général de l'Aube rénove les 7 écluses situées entre Barberey-Saint-Sulpice (écluse No 4 de Vannes) et Méry-sur-Seine (écluse No 10 de Méry)[63]. Le coût des travaux, s'élève à 1 100 000 .

Du à , le Conseil général de l'Aube prolonge la voie verte du canal depuis Barberey-Saint-Sulpice jusqu'à La Chapelle-Saint-Luc, la raccordant à la voie verte de la Seine de l'agglomération troyenne. Ces travaux d'un montant de 1 800 000  comprennent la restauration du pont-canal de Barberey-Saint-Sulpice[64].

À partir de , le conseil départemental de la Marne entreprend le prolongement de la voie verte du canal depuis Saint-Oulph vers l'aval sur 20 km. Cet aménagement complète la véloroute jusqu'à l'extrémité du canal à Marcilly-sur-Seine et la poursuit sur les berges de la Seine, puis le long du canal de dérivation de Bernières à Conflans jusqu'à Crancey. Les travaux dureront jusqu'au printemps 2020 pour un coût de 4 641 000 [65],[66].

Communes desservies[modifier | modifier le code]

Dans la Marne[modifier | modifier le code]

Clesles, Bagneux, Saint-Just-Sauvage, Saron-sur-Aube, Marcilly-sur-Seine

Dans l'Aube[modifier | modifier le code]

Partie qui fut naviguée[modifier | modifier le code]

Troyes, La Chapelle-Saint-Luc, Barberey-Saint-Sulpice, Sainte-Maure, Saint-Lyé, Saint-Benoît-sur-Seine, Payns, Savières, Chauchigny, Rilly-Sainte-Syre, Saint-Mesmin, Vallant-Saint-Georges, Droupt-Sainte-Marie, Méry-sur-Seine, Saint-Oulph

Partie dite du « canal sans eau » jamais mise en service[modifier | modifier le code]

Bar-sur-Seine, Bourguignons, Virey-sous-Bar, Fouchères, Chappes, Saint-Parres-lès-Vaudes, Vaudes, Clerey, Saint-Thibault, Buchères, Bréviandes, Saint-Julien-les-Villas, Troyes.

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Écluses[modifier | modifier le code]

Les écluses sont au nombre de 32 (15 dans la partie mise en service et 17 dans le « canal sans eau »[1],[67]). Certaines ont disparu. Le tableau ci-dessous les présente de l'aval vers l'amont[4],[68],[69]. Les écluses du « canal sans eau » ont été vendues à des particuliers, ce qui a permis la préservation des maisons éclusières. Elles sont pour la plupart, toujours habitées.

Écluse double de Saint-Just
Écluse de Saint-Mesmin
Écluse de Vannes
Nom Remarque Chute Dimensions État actuel Coordonnées géographiques
Écluse de Marcilly Partie qui fut naviguée 4,05 m 5,20 x 39 m Écluse conservée. Maison éclusière disparue 48° 33′ 39″ N, 3° 43′ 09″ E
Écluse inférieure de Saint-Just 2,50 m 5,20 x 39 m Écluse conservée. Maison éclusière disparue 48° 33′ 39″ N, 3° 47′ 27″ E
Écluses accolées de Saint-Just 2 x 2,40 m 5,20 x 39 m Complète. Écluse double 48° 33′ 27″ N, 3° 47′ 49″ E
Écluse de Saint-Oulph 2,40 m 5,20 x 39 m Complète 48° 30′ 47″ N, 3° 52′ 34″ E
Écluse de Méry 2,40 m 5,20 x 34 m Écluse conservée. Maison éclusière disparue 48° 30′ 37″ N, 3° 53′ 17″ E
Écluse de Vallans 2,43 m 5,20 x 34 m Complète 48° 27′ 55″ N, 3° 55′ 10″ E
Écluse de Saint-Mesmin 2,40 m 5,20 x 34 m Complète 48° 26′ 44″ N, 3° 56′ 38″ E
Écluse du Melda (Savières) 2,79 m 5,20 x 34 m Écluse conservée. Maison éclusière disparue 48° 25′ 25″ N, 3° 57′ 11″ E
Écluse de Villacerf 2,20 m 5,20 x 34 m Écluse conservée. Maison éclusière disparue 48° 23′ 29″ N, 3° 58′ 58″ E
Écluse de Riancey 2,20 m 5,20 x 34 m Écluse conservée. Maison éclusière disparue 48° 22′ 18″ N, 4° 00′ 16″ E
Écluse de Vannes 2,20 m 5,20 x 34 m Complète 48° 21′ 29″ N, 4° 01′ 32″ E
Écluse inférieure de Barberey 2,40 m 5,20 x 34 m Écluse disparue. Maison éclusière conservée 48° 20′ 32″ N, 4° 02′ 24″ E
Écluse supérieure de Barberey 2,85 m 5,20 x 34 m Écluse conservée. Ruines de la maison éclusière 48° 20′ 09″ N, 4° 02′ 44″ E
Écluse de Troyes 2,40 m 5,20 x 34 m Disparue. Avenue Chomedey de Maisonneuve 48° 18′ 05″ N, 4° 04′ 30″ E
Écluse des Bas-Trévois Canal sans eau ? 5,20 x 34 m Disparue. Boulevard Jules Guesde 48° 17′ 31″ N, 4° 04′ 56″ E
Écluse de la Grande-Ruelle ? 5,20 x 34 m Disparue. Boulevard Jules Guesde 48° 17′ 03″ N, 4° 05′ 01″ E
Écluse de la Saulte (Saint-Julien-les-Villas) ? 5,20 x 34 m Disparue 48° 16′ 04″ N, 4° 05′ 30″ E
Écluse de Villebertin (Marots) ? 5,20 x 39 m Sas conservé. ZAC Écluse des Marots 48° 13′ 22″ N, 4° 08′ 09″ E
Écluse de Saint-Thibault ? 5,20 x 39 m Sas et maison éclusière conservés 48° 12′ 55″ N, 4° 08′ 48″ E
Écluse de la Rompure (Terres Rouges) ? 5,20 x 39 m Sas et maison éclusière conservés 48° 12′ 13″ N, 4° 09′ 46″ E
Écluse de la Vacherie ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 11′ 37″ N, 4° 10′ 36″ E
Écluse de la Fontaine-Sainte-Claire ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 11′ 03″ N, 4° 11′ 25″ E
Écluse de la Plaine-de-Vaudes ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 10′ 26″ N, 4° 12′ 15″ E
Écluse de Saint-Parres-lès-Vaudes ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 10′ 02″ N, 4° 13′ 05″ E
Écluse de la Voie-Pousse ? 5,20 x 39 m Sas et maison éclusière conservés 48° 09′ 34″ N, 4° 14′ 11″ E
Écluse de Fouchères ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 08′ 50″ N, 4° 15′ 57″ E
Écluse de la Fontaine-aux-Dames (Morte Vieille) ? 5,20 x 39 m Sas et maison éclusière conservés 48° 08′ 35″ N, 4° 17′ 16″ E
Écluse de l'Enclos ? 5,20 x 39 m Jamais construite de même que le pont-canal attenant 48° 08′ 30″ N, 4° 18′ 08″ E
Écluse de Virey-sous-Bar ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 08′ 23″ N, 4° 19′ 13″ E
Écluse de Foolz ? 5,20 x 39 m Sas et maison éclusière conservés 48° 07′ 55″ N, 4° 20′ 23″ E
Écluse de Bourguignons ? 5,20 x 39 m Maison éclusière conservée 48° 07′ 39″ N, 4° 21′ 36″ E

Gares de chargement et déchargement[modifier | modifier le code]

Le port de Méry-sur-Seine

Les gares correspondent à un élargissement du canal plus ou moins étendu permettant aux péniches de charger et décharger sans gêner la navigation. 6 gares principales sont aménagées entre Troyes et Marcilly[4].

Nom Localisation Coordonnées géographiques
Bassin de Troyes Troyes 48° 17′ 49″ N, 4° 04′ 49″ E
Gare de Barberey (asséchée) Barberey-Saint-Sulpice 48° 20′ 22″ N, 4° 02′ 34″ E
Gare de Saint-Mesmin Rilly-Sainte-Syre 48° 26′ 48″ N, 3° 56′ 38″ E
Gare de Droupt-Sainte-Marie Droupt-Sainte-Marie 48° 29′ 33″ N, 3° 55′ 10″ E
Gare de Méry Méry-sur-Seine 48° 30′ 39″ N, 3° 53′ 08″ E
Gare de Saron Saron-sur-Aube 48° 33′ 40″ N, 3° 44′ 37″ E

Ponts-canaux[modifier | modifier le code]

Les ponts-canaux sont au nombre de quatre[1] et sont situés dans les communes de : Barberey-Saint-Sulpice ; Riancey ; Chauchigny ; Droupt-Sainte-Marie.

Prises d'eau[modifier | modifier le code]

4 prises d’eau sont établies à partir de Troyes[4].

Vestiges du canal sans eau[modifier | modifier le code]

Le canal a été en grande partie comblé en amont de Troyes. Cependant de nombreux vestiges subsistent le long de la route RD 671 de Troyes à Bar-sur-Seine. On peut encore voir douze maisons éclusières, six ponts ainsi que quelques portions encore en eau.

Véloroute et voie verte[modifier | modifier le code]

Les départements intéressés ont entrepris l'aménagement pour les loisirs des berges du canal sur toute sa longueur. Dans l'Aube l'itinéraire est nommé « Voie verte du canal de la Haute-Seine » ; dans la Marne, la « Véloroute du canal de la Haute-Seine » le prolonge. Les deux parcours font partie de la Véloroute V16.

Voie verte du canal de la Haute-Seine[modifier | modifier le code]

La voie verte à Vallant-Saint-Georges

Le canal, resté à l'abandon pendant soixante-dix ans sur cette section, a nécessité d'importants travaux réalisés par le département de l'Aube. Six ponts, busés ou vétustes, ont été reconstruits à neuf et quatre autres ont reçu une rénovation esthétique. Sept écluses ont été restaurées.

La voie verte s'étend de Barberey-Saint-Sulpice à Saint-Oulph sur 25 km en site propre. Une piste avec revêtement enrobé lisse est accessible à bicyclette, en rollers ainsi qu'aux personnes à mobilité réduite. Elle suit le chemin de halage en rive gauche. Le chemin de contre-halage en rive droite est enherbé. Il est réservé aux marcheurs, aux cavaliers et aux pêcheurs. Grâce au passage sous les ponts, les croisements routiers à niveau sont évités. Le parcours est agrémenté de quarante bancs, deux pontons d’observation et trente-et-un pontons pêcheurs. Le canal peut être parcouru en canoë. Seize escaliers permettent la mise à l’eau des embarcations et le franchissement des écluses[70]. Sept zones de stationnement sont réparties sur le parcours à Barberey-Saint-Sulpice (48° 20′ 33″ N, 4° 02′ 20″ E), Payns (48° 23′ 37″ N, 3° 58′ 47″ E), Savières (48° 24′ 45″ N, 3° 57′ 45″ E), Saint-Mesmin (48° 26′ 44″ N, 3° 56′ 36″ E), Vallant-Saint-Georges (48° 28′ 18″ N, 3° 54′ 37″ E), Droupt-Sainte-Marie (48° 29′ 36″ N, 3° 55′ 05″ E) et Saint-Oulph (48° 31′ 02″ N, 3° 51′ 38″ E). La voie verte est raccordée au sud à la voie verte de la Seine conduisant jusqu'à Troyes.

La continuité rétablie du canal ainsi que les écluses rénovées préparent à terme, une réouverture à la navigation de plaisance.

Véloroute du canal de la Haute-Seine[modifier | modifier le code]

La véloroute à Clesles

La partie aval du canal de Saint-Oulph à Marcilly-sur-Seine est fermée à la navigation depuis 1968, mais demeure dans le domaine public fluvial géré par Voies navigables de France. De Marcilly-sur-Seine à Crancey, la voie d'eau est toujours en service. Les travaux réalisés par le département de la Marne ont nécessité la consolidation des berges sur 2 200 m ainsi que la construction de deux passerelles, l'une à Marcilly-sur-Seine et l'autre à Conflans-sur-Seine.

La véloroute, en cours de construction, s'étend de Saint-Oulph à Crancey sur 20 km en site propre. La piste avec revêtement enrobé lisse est réservée aux modes de déplacement doux. Elle suit le chemin de halage du canal en rive gauche jusqu'à Marcilly-sur-Seine puis les berges de la Seine et se poursuit sur le chemin de halage du canal de dérivation de Bernières à Conflans en rive droite jusqu'à Crancey. Grâce au passage sous les ponts, les croisements routiers à niveau sont peu nombreux. Cinq aires de repos sont réparties sur le parcours à Conflans-sur-Seine, Marcilly-sur-Seine, Saron-sur-Aube, Saint-Just-Sauvage et Clesles. Trois zones de stationnement sont prévues à Conflans-sur-Seine, Marcilly-sur-Seine et Saint-Just-Sauvage[66]. Le prolongement jusqu'à Nogent-sur-Seine par le département de l'Aube est en projet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Le canal de la Haute Seine », sur Le dictionnaire des canaux et rivières de France (consulté le 18 décembre 2010)
  2. Théodore Ravinet, Code des ponts et chaussées et des mines, ou collection complète des lois concernant le service des ponts., t. 4, Supplément, Carilian-Goeury, (lire en ligne), p. 31
  3. Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, Des Canaux de navigation et spécialement du canal de Languedoc, Veuve Desaint (Paris), , 588 p. (lire en ligne), « Marne, Seine », p. 275
  4. a b c d e f g h i et j Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Mémoires, Dufour-Bouquot, , 236 p. (lire en ligne), « Notice sur la navigation de la Haute-Seine par Pierre-Olivier Lebasteur », p. 175-200
  5. a b et c « Réhabilitation du canal de la haute Seine; site du Conseil général de l'Aube » (version du 1 décembre 2008 sur l'Internet Archive)
  6. a et b Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'Etat, vol. 15, A. Guyot et Scribe (Paris), , 392 p. (lire en ligne), « 19 au 23 germinal an 13 », p. 166
  7. Archives parlementaires, recueil complet des débats législatifs de 1800 à 1860, P. Dupont (Paris), , 763 p. (lire en ligne), « Empire français 5 mars 1806 », p. 63
  8. « Carte de l'état major de 1818 à 1837. », sur Geoportail (consulté le 23 janvier 2013)
  9. Joseph-Michel Dutens, Histoire de la navigation intérieure de la France, Auguste Sautelet, , 651 p. (lire en ligne), « Navigation de la Haute-Seine ou canal de Troyes », p. 577-582
  10. Ernest Granger, Précis historique et statistique des voies navigables de la France et d'une partie de la Belgique, Napoléon Chaix, , 796 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 649-652
  11. Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube., Dufour-Bouquot, , 166 p. (lire en ligne), « Navigation du canal de la Haute-Seine », p. 102
  12. Administration Générale des Ponts et Chaussées et des Mines, Situation des travaux: 1840, Imprimerie royale, , 549 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 191
  13. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'Etat, vol. 25, A. Guyot et Scribe (Paris), , 331 p. (lire en ligne), « Charles X; 8 juin 1825 », p. 172
  14. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'Etat, vol. 4, A. Guyot et Scribe (Paris), , 568 p. (lire en ligne), « Monarchie constitutionnelle; Louis-Philippe 1er; 8-22 juillet 1840. », p. 212
  15. Administration Générale des Ponts et Chaussées et des Mines, Situation des travaux: 1843, Imprimerie royale, , 628 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 131-134
  16. Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Mémoires, Dufour-Bouquot, , 482 p. (lire en ligne), « Notice sur M. Boulanger », p. 449
  17. Rapports et délibérations, Département de la Marne, Conseil général, , 364 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 74
  18. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 249 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 21
  19. a et b Administration Générale des Ponts et Chaussées et des Mines, Situation des travaux: 1845, Imprimerie royale, , 512 p. (lire en ligne), « Jonction du canal de la Haute-Seine avec le canal de Bourgogne », p. 227-229
  20. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 225 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 86
  21. a et b Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 432 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 30
  22. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'Etat, A. Guyot et Scribe (Paris), , 802 p. (lire en ligne), « 10, 12, 14 juin 1848 », p. 340
  23. Compte rendu des séances de l'assemblée nationale du 17 juin au 7 août 1848, , 951 p. (lire en ligne), « Séance du 19 juin 1848 », p. 33
  24. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 278 p. (lire en ligne), « Prolongement du canal en amont de Troyes », p. 13
  25. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 260 p. (lire en ligne), « Prolongement du canal », p. 12
  26. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie nationale, , 970 p. (lire en ligne), « Décret impérial N° 10.273 », p. 872
  27. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 190 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 23
  28. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 190 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 50
  29. a et b Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 260 p. (lire en ligne), « Navigation, Rapport de l'ingénieur en chef », p. 104
  30. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 21 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 11
  31. Alphonse Debauve, Dictionnaire administratif des travaux publics, , 856 p. (lire en ligne), « Fixation de la longueur utile des sas », p. 267
  32. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 311 p. (lire en ligne), « Prolongement et achèvement du canal de la Haute-Seine », p. 119
  33. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 75 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine; Avant-projet d'amélioration », p. 8
  34. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 279 p. (lire en ligne), « Prolongement et achèvement du canal de la Haute-Seine », p. 120
  35. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 394 p. (lire en ligne), « Prolongement et achèvement du canal de la Haute-Seine », p. 108
  36. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 103 p. (lire en ligne), « Avant-projet général de de l'achèvement et de l'agrandissement du canal de la Haute-Seine », p. 19
  37. assemblée nationale, Annales de l'Assemblée nationale : compte rendu in extenso des séances, A. Wittersheim & cie (Paris), , 615 p. (lire en ligne), « Rapport sur la situation des voies navigables dans le bassin de la Seine, par M. Krantz », p. 515-540
  38. Antoine Larue, Manuel des voies navigables de la France, Pautet (Creusot), , 400 p. (lire en ligne), « Canal de grande ceinture », p. 47-50
  39. Association pour le développement et l'amélioration des moyens de transport (France), Carte du réseau de la navigation intérieure en 1878, Association pour l'amélioration et le développement des moyens de transport (Paris), (lire en ligne)
  40. Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Mémoires, Dufour-Bouquot, , 384 p. (lire en ligne), « La navigation de la Haute-Seine dans les temps modernes par Félix Fontaine », p. 295-309
  41. Administration des ponts et chaussées, Annales, vol. 18, Carilian-Goeury (Paris), , 410 p. (lire en ligne), « Mémoire sur les hausses mobiles et automobiles : construction du barrage de Conflans-sur-Seine par M. Chanoine », p. 197-231
  42. a et b Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 361 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 19
  43. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 345 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 25
  44. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 436 p. (lire en ligne), « Canal de Vitry-le-François à Montargis », p. 107
  45. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 515 p. (lire en ligne), « Séance du 24 août 1921 », p. 162
  46. Auguste Pawlowski, « Le congrès Franco-américain de Tours », Le Génie civil,‎ , p. 360 (lire en ligne, consulté le 9 juin 2019)
  47. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, Journaux officiels (Paris), , 128 p. (lire en ligne), « 1er janvier 1927 », p. 45
  48. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 266 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 22
  49. Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 326 p. (lire en ligne), « Canal de la Haute-Seine », p. 32
  50. Journal officiel de l'État français, , 1760 p. (lire en ligne), « 12 mai 1942 », p. 1746
  51. « Journal officiel de la République française; 7 août 1957; page 7794 », sur Légifrance (consulté le 30 juin 2016)
  52. « La Seine amont, l’Yonne et le Loing », sur Voies navigables de France (consulté le 24 juillet 2016)
  53. L’Héritage troyen du XIXe siècle, de Gabriel Groley, La Renaissance, 1984. « l’eau fut condamnée à l’obscurité des buses pour faire place à une avenue. Puis, dans la traversée de Troyes, il a été soit recouvert, soit comblé. C’en était fini du canal troyen. »
  54. « PRESS’TROYES; janvier 2011; Les quais se mettent en Seine », sur Ville de Troyes (consulté le 30 juin 2016)
  55. « Le canal de la Haute-Seine, dans La vie en Champagne, no 81, janvier/mars 2015 », sur L'AubeServeur (consulté le 1er août 2016)
  56. « Route nationale française 71 », sur fandom.com (consulté le 3 mai 2019)
  57. « Journal officiel de la République française; 17 juillet 1976; page 4281 », sur Légifrance (consulté le 2 mai 2019)
  58. « Rocade de Troyes », sur fandom.com (consulté le 3 mai 2019)
  59. « La voie verte du canal de la Haute-Seine », sur Aube en Champagne (consulté le 3 août 2018)
  60. Mathilde Kernéis, « Le transfert de propriété du domaine public fluvial aux collectivités en France, note no 55 », sur Vertigo (consulté le 3 août 2016)
  61. « Au fil de la Seine, n° 36 septembre-octobre 2009 », sur La Seine en Partage (consulté le 20 mars 2016)
  62. « Dossier de Presse - Réouverture du canal de la Haute-Seine », sur le site de la ville de Troyes (consulté le 18 décembre 2010)
  63. « La rénovation des écluses du Canal de la Haute Seine débute », sur Conseil général de l'Aube (consulté le 30 novembre 2013)
  64. « Prolongation de la voie verte du canal de la Haute-Seine : le début des travaux », sur Conseil général de l'Aube (consulté le 28 septembre 2014)
  65. « Véloroute du canal de Haute Seine, les travaux ont débuté », sur La Marne en ligne, Marne.fr, (consulté le 29 avril 2019)
  66. a et b « Voie verte du Canal de la Haute-Seine: bientôt la liaison avec la Marne », sur L'AubeServeur, Aube.fr, (consulté le 29 avril 2019)
  67. « Le Bassin de Haute Seine; anpei.org » (version du 13 février 2015 sur l'Internet Archive)
  68. « Le canal sans eau; Office de tourisme de Bar-sur-Seine » (version du 5 mars 2016 sur l'Internet Archive)
  69. Les documents suivants donnent les noms des écluses du « canal sans eau ».
    Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 288 p. (lire en ligne), « Prolongement du canal de la Haute-Seine », p. 93
    Rapports et délibérations, Département de l'Aube, Conseil général, , 122 p. (lire en ligne), « Achèvement du canal de la Haute-Seine », p. 57
    Journal officiel de la République française., Journaux officiels (Paris), , 1304 p. (lire en ligne), « 21 février 1879 », p. 1304
  70. « La voie verte du canal de la Haute-Seine », sur L'AubeServeur (consulté le 22 mai 2019)