Pont-canal de Barberey-Saint-Sulpice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pont-canal de Barberey-Saint-Sulpice
Pont-canal de Barberey-Saint-Sulpice 01.JPG
Le pont-canal vu depuis la rive gauche de la Seine.
Présentation
Type
Construction
Restauration
Depuis le Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Aube

(Voir situation sur carte : Aube)
Point carte.svg

Le pont-canal de Barberey-Saint-Sulpice franchit la Seine à Barberey-Saint-Sulpice, dans le département français de l'Aube[1].

Description[modifier | modifier le code]

Vue de la cuvette en 2010

Le pont-canal, de longueur totale 49 m, est fondé sur 4 piles en maçonnerie d'épaisseur 1,3 m, espacées de 9,80 m. Chacune de ses 5 travées, d'ouverture 8,40 m, comprend 6 fermes en fonte intégrant des arcs surbaissés de flèche 0,7 m[2]. Les fermes et leurs raidisseurs transversaux, placés sur les piles et les culées, sont assemblés par simple emboîtement. La bâche, de construction modulaire, comporte des panneaux eux aussi en fonte de longueur 1,225 m. Les panneaux sont fixés par boulonnage sur des nervures transversales. Les parois verticales sont rigidifiées par des tirants en fer forgé disposés dans les angles intérieurs. Les chemins de halage étaient portés par deux passerelles latérales en bois, aujourd'hui disparues, construites dans la cuvette.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le pont-canal est situé sur la commune de Barberey-Saint-Sulpice, dans le département français de l'Aube.

Historique[modifier | modifier le code]

Conçu par l'ingénieur Pierre-Olivier Lebasteur, il a été construit en 1846. L'entreprise Hippolyte Cavy de Nevers en a réalisé les maçonneries et le maître de forges parisien Jean-Pierre-Victor André, les parties métalliques[3] . Les fermes ont été coulées par la fonderie Rollet & Remy de Joinville[4]. Sa construction en fonte, audacieuse à cette époque, a permis au canal de la Haute-Seine de franchir la Seine à faible hauteur au-dessus de celle-ci, alors qu'un pont en maçonnerie, pour ne pas constituer un barrage en cas de crue, aurait dû être plus haut[5]. Des cassures ont été constatées avant 1870 sur deux fermes en fonte [6],[7] . Après un confortement provisoire, celles-ci ont été remplacées par des fermes neuves en fer lors de la restauration du pont en 1887[8], [9], [10] . Des réparations par soudure de sa structure ont été effectuées en 1930 [11] . À la suite de la radiation de la nomenclature des voies navigables du canal de la Haute-Seine en 1957[12], il est désaffecté. La construction de la station d'épuration de l'agglomération de Troyes à proximité immédiate du pont-canal, entraine le comblement en 1973[13], de la partie amont du canal jusqu'à la ville de Troyes, pour accueillir la canalisation des égouts. Depuis lors, le pont-canal est à sec. Plus ancien pont-canal métallique encore en place, l'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1984[1].

Le pont-canal au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

À partir du , le Conseil général de l'Aube entreprend la restauration du pont-canal. Ces travaux d'un montant de 962 000  s'inscrivent dans le projet de prolongement de la voie verte du canal de la Haute-Seine. Le pont-canal demeure hors d'eau et porte désormais une passerelle accessible aux piétons et cyclistes. La nouvelle voie verte de la Seine a été ouverte au public en [14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pont-canal enjambant la Seine », notice no PA00078050, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. A. Debauve, Manuel de l'ingénieur des ponts et chaussées, 19e fascicule, (lire en ligne), « Pont-canaux en fonte », p. 336
  3. « Le pont-canal de Barberey », sur Histoire & Patrimoine des Rivières & Canaux (consulté le 13 avril 2018)
  4. « Photo de la marque du fabricant. », sur Wikimedia Commons
  5. A. Debauve, Manuel de l'ingénieur des ponts et chaussées, 19e fascicule, (lire en ligne), « Pont-canaux en fonte », p. 335
  6. « Délibérations du conseil général de l’Aube 1873 », sur gallica BNF (consulté le 20 janvier 2013)
  7. « Délibérations du conseil général de l’Aube 1880 », sur gallica BNF (consulté le 20 janvier 2013)
  8. « Délibérations du conseil général de l’Aube 1886 », sur gallica BNF (consulté le 4 mai 2015)
  9. « Annales industrielles, 27 mars 1887 », sur gallica BNF (consulté le 4 mai 2015)
  10. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 27 mars 1887 », sur gallica BNF (consulté le 7 mai 2015)
  11. « Délibérations du conseil général de la Marne 1931 », sur gallica BNF (consulté le 4 mai 2015)
  12. « Journal officiel de la République française; 7 août 1957; page 7794 », sur Légifrance (consulté le 10 août 2016)
  13. « Vues aériennes anciennes », sur Remonter le temps, IGN (consulté le 30 mars 2017)
  14. « Prolongation de la voie verte du canal de la Haute-Seine : le début des travaux », sur Conseil général de l'Aube (consulté le 28 septembre 2014)