Ambassade de France en Tanzanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ambassade de France en Tanzanie
Drapeau de la France
France
Vue de la mission diplomatique

Lieu Ali Hassan Mwinyi Road (angle Kilimani Road)
Dar es Salam
Coordonnées 6° 47′ 21″ sud, 39° 16′ 42″ est
Ambassadeur Frédéric CLAVIER
Nomination
Site web https://tz.ambafrance.org/
Géolocalisation sur la carte : Tanzanie
(Voir situation sur carte : Tanzanie)
Ambassade de France en Tanzanie

Voir aussi : Ambassade de Tanzanie en France

L'ambassade de France en Tanzanie est la représentation diplomatique de la République française en République unie de Tanzanie. Elle est située à Dar es Salam, la capitale économique du pays, et son ambassadeur est, depuis 2018, Frédéric Clavier.

Ambassade[modifier | modifier le code]

L'ambassade est située à l'angle de Ali Hassan Mwinyi Road et de Kilimani Road. Elle accueille aussi une section consulaire. La Résidence de France se trouve à l'arrière du bâtiment de la chancellerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ambassadeurs de France en Tanzanie[modifier | modifier le code]

De À Ambassadeur
1961 1966 Henri Chassaing de Bourdeille[1],[2]
1966 1971 André Naudy[3]
1971 1975 Jean Desparmet[4]
1975 1977 Georges Denizeau[5]
1977 1981 Bertrand de Guilhem de Lataillade[6]
1981 1982 André Le Guen[7]
1982 1985 Roger Establie[8]
1985 1990 Georges Vinson[9]
1990 1992 Bernard Lodiot[10]
1992 1995 Georges Rochiccioli[11]
1995 1997 Alain du Boispéan[12]
1997 2000 Jacques Migozzi[13]
2000 2004 Jean-François Lionnet[14]
2004 2007 Emmanuelle Michelin, épouse d'Achon[15]
2007 2011 Jacques Champagne de Labriolle[16]
2011 2014 Marcel Escure[17]
2014 2017 Malika Berak[18]
2018 auj. Frédéric Clavier[19]

Historique des relations franco-tanzaniennes[modifier | modifier le code]

Les relations entre la France et les sultans de Kilwa et de Zanzibar remontent à la fin du XVIIIe siècle. Le premier consul français, M. Broquant[20], s'installe à Zanzibar, capitale du sultanat de Mascate et Oman, le . Au cours du XIXe siècle, des missions religieuses françaises s'installent progressivement en Tanzanie : les pères du Saint-Esprit à Zanzibar en 1858, les Spiritains à Bagamoyo en 1863. Les pères-blancs s'installent sur le continent en 1875 pour lutter contre l’esclavagisme. Dans la pratique, le rachat d'esclaves est souvent à l'origine des premières communautés africaines qui se forment autour des missionnaires, bâtissant des villages protégés par les armes à l'abri des razzias islamiques[21].

Le jour même de l'indépendance du royaume du Tanganyika, le , est ouverte l'ambassade de France à Dar es Salam[22].

La France et la Tanzanie partagent un intérêt commun sur les enjeux de sécurité régionaux. Au cours de leur présidence de l'Organe politique de la SADC, en 2011-2012, les autorités tanzaniennes ont collaboré avec la France et ont apporté leur soutien sur la résolution des crises à Madagascar et en RDC. Le gouvernement tanzanien soutient également les interventions que la France a menées au Mali et en République centrafricaine depuis 2013. La France soutient en retour la participation de la Tanzanie aux opérations de maintien de la paix au Liban (FINUL), au Darfour (MINUAD), en République Démocratique du Congo (MONUSCO) ainsi que son engagement dans la médiation dans la guerre civile sud-soudanaise[23].

Les relations entre la France et la Tanzanie se sont intensifiées depuis 2013 et s'illustrent par un dialogue soutenu et des rencontres présidentielles et ministérielles fréquentes, la dernière en date étant la visite à Paris du Ministre des Affaires Étrangères tanzaniens Augustine Mahiga en .

Rencontres ministérielles et présidentielles franco-tanzaniennes depuis 1961[24]
Années Participants Lieu
1965 Général de Gaulle - Julius Nyerere Paris
1969 Général de Gaulle - Julius Nyerere Paris
1979 Olivier Stirn - Benjamin Mpaka Paris
1980 Jean-François Poncet - Julius Nyerere Dar es Salaam
1981 François Mitterrand - Julius Nyerere Paris
1982 Claude Cheysson - Julius Nyerere Dar es Salaam
1989 François Mitterrand - Ali Hassan Mwinyi Paris
2000 Charles Josselin - Benjamin Mpaka Dar es Salaam
2000 Edgar Maokola-Majogo (Ministre de la Défense) Paris
2001 Hubert Védrine (Ministre des Affaires Étrangères) Dar es Salaam
2002 Dominique de Villepin - Benjamin Mpaka Mtwara
2002 Edward Lowassa (Ministre de l'eau et de l'élevage) Paris
2003 Jacques Chirac - Benjamin Mpaka Paris
2003 Zakhia Meghji (Ministre des ressources naturelles et du tourisme) Paris
2006 Jacques Chirac - Jakaya Mrisho Kikwete Paris
2008 Alain Joyandet - Jakaya Mrisho Kikwete Dar es Salaam
2011 Henri de Raincourt - Jakaya Mrisho Kikwete Dar es Salaam
2012 Bernard Membe Paris
2013 François Hollande - Jakaya Mrisho Kikwete Paris
2013 Bernard Membe - Laurent Fabius Paris
2014 Nicole Bricq - Jakaya Mrisho Kikwete Dar es Salaam
2015 François Hollande - Jakaya Mrisho Kikwete Paris
2015 Annick Girardin - Mohammed Gharib Bilal Dar es Salaam
2016 Jean-Marc Ayrault - Augustine Mahiga Dar es Salaam
2016 Ségolène Royal - Augustine Mahiga Dar es Salaam
2019 Jean-Yves le Drian - Augustine Mahiga Paris


Aide au développement [25],[26][modifier | modifier le code]

Le Groupe Agence Française de Développement (AFD) est présent en Tanzanie depuis 1993 à travers sa filiale PROPARCO. En 1997, la création de l'agence régionale de Nairobi a permis de développer l’activité de l'AFD en Tanzanie depuis le Kenya, en attendant l'ouverture en 2008 d'un bureau à Dar es Salaam.  L'AFD intervient désormais de manière croissante en Tanzanie, mobilisant essentiellement des concours souverains dans plusieurs secteurs prioritaires pour le gouvernement tanzanien, tels que l'eau et l'assainissement, l'énergie, les transports, l'éducation et la santé.Entre 1995 et 2016, le volume total des engagements du groupe AFD en Tanzanie s'est élevé à 580 millions d'euro, dont 75% sous forme de prêts souverains concessionnels. L'Agence s'est concentrée sur l'eau et l’assainissement pour la moitié de ses engagements entre 2010 et 2016, et sur l'énergie pour 20%. Le soutien à la santé, les transports et l'éducation existe également mais de manière moins importante.

Les financements de l'AFD à des projets d'amélioration de l'accès à l'eau et à l'assainissement concernent des villes secondaires comme Mwanza, Musoma, Bukoba et Morogoro. Des contributions au fond multi-bailleurs ont permis de développer des projets de taille plus modestes ailleurs.

Les versements de l'AFD sont en augmentation régulière depuis 2010, et devraient atteindre 600 millions d'euros pour la période 2017-2021, dont 500 millions d'euros sous forme de prêts souverains et 100 millions d'euros sous forme de financements non-souverains. L'AFD est ainsi devenue un bailleur de fonds de référence dans le secteur de l'eau et de l’assainissement et un acteur important dans le secteur de l'énergie. Cette nouvelle donne est illustré par le co financement de l'AFD à hauteur de 130 millions d'euros du projet d'interconnexion électrique entre le Kenya, la Tanzanie et la Zambie porté par la Banque Mondiale.

L'AFD soutient également à travers des prêts non-souverains des acteurs non gouvernementaux œuvrant pour le développement de la Tanzanie. En 2013, elle a ainsi octroyé 40 millions d'euros pour financer l'extension de l'Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam. L'AFD soutient également les projets de développement portés par des acteurs privés : elle a accordé la même année un crédit non-souverain de 10 millions d'euros à Bank of Africa-Tanzania ainsi qu'une assistance technique destinée à l'instruction de projets favorisant les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique .

L'AFD apporte enfin un soutien financier sous forme de subventions aux organisations de la société civile française présentes en Tanzanie. Le Centre international de Développement et de Recherche (CIDR) - actif dans le secteur de l'accès aux soins des populations défavorisées- ou encore la Fondation Internationale pour la Gestion de la Faune ont ainsi pu bénéficier de financements.

Présence culturelle [23][modifier | modifier le code]

La présence culturelle française en Tanzanie s'illustre principalement les deux centres culturels du réseau Alliance Française présents à Arusha (ouverte en 2000) en et à Dar es Salaam (depuis 1961). Ils dispensent des cours de français, accueillent des expositions d'art et promeuvent la culture française sous ses multiples formes (cinéma, musique, littérature, débats). À Zanzibar, l'Association Franco-Zanzibarite propose également des cours de français et des événements culturels.

Une association, Le Cercle franco-tanzanien, a été lancée en pour favoriser les échanges entre les Français et les Tanzaniens.

L'école Française de Dar es Salaam dispense la totalité du cursus scolaire français, de la maternelle à la terminale.

Environ 1,5 million de Tanzaniens étudient le français.

Coopération culturelle [27][modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la promotion du français, l'Ambassade de France a conclu un partenariat en avec le Dar es Salaam University College of Education pour renforcer l'enseignement du français, via la dotation de nouveaux matériels informatiques et notamment d'une bibliothèque numérique développée par Bibliothèque sans Frontière, la seconde installée en Tanzanie après Kigoma. En 2017, l'Ambassade a financé une formation de quatre semaine destinée à 46 professeurs de français de la région de Kigoma et travaillant au sein du camp de réfugié de Nyarugusu.

Dans le cadre de la nouvelle stratégie d'accueil du gouvernement français "Welcome in France" annoncée en 2019, l’Ambassade de France en Tanzanie s’est associée avec l’Université de Dar es Salaam (UDSM) et le Ministère de l’Éducation tanzanien pour ouvrir un point d’information Campus France au sein de l’université, en continuité avec celui précédemment ouvert à l’Alliance Française de Dar es Salaam[28]. Cet espace favorise l’accès des étudiant(e)s tanzanien(n)es aux universités françaises en offrant un accompagnement renforcé dans les différentes démarches préalable à leur départ : choix des cursus, des universités, coût de la vie en France, candidature aux bourses, visas, sécurité sociale, logement. Les étudiants tanzaniens passés par le réseau universitaire français ont ensuite l'opportunité de rejoindre le réseau France Alumni de Tanzanie, qui regroupe les entreprises francophones et les professionnels francophiles dans le pays[29].

L'Ambassade de France accorde également indépendamment de Campus France des bourses d'études basées sur le mérite à 3 étudiants tanzaniens par an.

Des partenariats universitaires entre des universités françaises et tanzaniennes ont été mis en place pour favoriser l'apprentissage du swahili par des étudiants français: Sciences Po a noué un partenariat avec l'Université d'État de Zanzibar et l'INALCO a fait de même en 2016 avec l'Université de Dar es Salaam.

Depuis l’année universitaire 2015 - 2016, l’IESEG – School of management envoie des étudiants en échange à l’Institut de Finance et de Management basé à Dar Es Salaam[30].

D'autre part, la France apporte un soutien financier à des organisations la société civile tanzanienne via le fonds de développement PISCCA (Projets Innovants des Sociétés Civiles et des Coalitions d'Acteurs) à hauteur de plusieurs centaines de milliers d'euros par an, majoritairement dans les domaines des droits des femmes, du développement durable ou de la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles. Plusieurs ONG françaises sont en outre actives en Tanzanie: Partage Tanzanie, Médecins du Monde, Fert, ATD Quart Monde, CIDR, Fondation Internationale pour la Gestion de la Faune Bibliothèques sans Frontière.

Coopération militaire [23][modifier | modifier le code]

La France et la Tanzanie sont des puissances riveraines de l'Océan Indien. L'armée tanzanienne et les forces armées françaises dans la zone sud de l'Océan indien (FASZOI) coopèrent à ce titre ponctuellement sur le plan militaire. En 2000 et en 2003, les Tazanian People's Defence Forces (TPDF) et l'armée française ont ainsi pris part, aux côtés d'autres armées africaines, à des exercices militaires multinationaux sur l'île de la Réunion, puis en Zambie. En 2003, le troisième exercice de maintien de la paix du cycle RECAMP (Renforcement des capacités africaines de maintien de la paix) s'est déroulé en Tanzanie. Cet exercice, dénommé TANZANITE-RECAMP 3, a réuni plus de trente pays et organisations internationales à Dar es Salaam et à Tanga, dans le nord-est du pays.

Plus récemment, la coopération militaire entre la France et la Tanzanie a pris la forme de l'enseignement du français en milieu militaire, l'accueil d'officiers tanazaniens en France pour des formations ou au sein des écoles nationales à vocation régionale (ENVR). Une ou deux escales maritimes de la flotte française sont également réalisées chaque année.

Relations Économiques [31][modifier | modifier le code]

Les relations économiques et commerciales entre le Tanzanie et la France demeurent mesurées et se limitent à une gamme réduite de produits. Les grands contrats se concentrent principalement sur le secteur des transports et sont pour l'instant peu diversifiés. Si le volume des échanges commerciaux bilatéraux -établi en 2018 à 170 millions d'euros (+42% sur un an)- reste instable, la balance commerciale redevient excédentaire au profit de la France en 2018 pour atteindre +103 millions d'euros.

Cette évolution est le résultat d'une forte augmentation des exportations françaises vers la Tanzanie qui s'établissent à 137 millions d'euros en 2018 (+61% sur un an). Cette intensification est soutenue par la stratégie nationale de renforcement du transport aérien tanzanien, qui a conduit à des acquisitions d'instruments et d'appareils de mesure et de navigation ainsi que d'aéronefs français, à l'image de l'achat par Air Tanzania d'un Airbus A220-300.

De l'autre côté, les importations françaises en provenance de Tanzanie ont largement diminué en 2018 (-50%) pour s'établir à 34 millions d'euros. Elles sont essentiellement constituées de productions manufacturiers et agroalimentaires (tabac, produits de la pêches, fruits) ainsi que d'articles de joailleries et de bijouterie.

À l'échelle de l'Afrique subsaharienne, les importations de Tanzanie représentent 1,9% du total des importations françaises et les exportations françaises vers la Tanzanie comptent pour 0,64% des exportations. La croissance stable et relativement forte de la Tanzanie (7% ces 10 dernières années) augure néanmoins des opportunités intéressantes pour les entreprises françaises. À cet égard, une délégation de 31 entreprises du Medef s'est rendue en Tanzanie en (la plus importante mission économique française à ce jour pour ce pays) et a rencontré plusieurs ministres et acteurs économiques tanzaniens afin d'explorer les perspectives commerciales potentielles entre les deux pays.

Longtemps structurées autour de grands groupes français traditionnellement implantés en Afrique, la présence française en Tanzanie se diversifie. Une trentaines d'implantations françaises autour de treize filiales de groupes français sont ainsi dénombrées. Certaines entreprises françaises opèrent autour de projets structurants : Bouygues Énergies et Services réalise l'interconnexion électrique avec le Kenya, Engie via Power Corner poursuit le déploiement de réseaux fonctionnant à l'énergie solaire en zones rurales, IGN FI établit le cadastre de la ville de Dar es Salaam et Airbus Helicopters fournit des appareils aéronautiques au gouvernement tanzanien. Une dizaine d'entreprises françaises ont également des participations au capital de sociétés tanzaniennes (notamment dans l'agro-alimentaire) ou sont représentées par des franchises ou des partenaires locaux.

Consulat[modifier | modifier le code]

Communauté française[modifier | modifier le code]

Au , 681 Français sont inscrits sur les registres consulaires en Tanzanie[32].

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004 2005
408438437435449
2006 2007 2008 2009 2010
465453485529578
2011 2012 2013 2014 2015
630668672664744
2016 2017 2018 - -
681660597--
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016)

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Depuis la loi du [33] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de Conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français d'une circonscription recouvrant le Burundi, le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe élisent pour six ans trois conseillers consulaires. Ces derniers ont trois rôles :

  1. ils sont des élus de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. ils appartiennent à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. ils intègrent le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger, la Tanzanie appartenait jusqu'en 2014 à la circonscription électorale de Nairobi[34], comprenant aussi le Burundi, le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda, et désignant deux sièges. La Tanzanie appartient désormais à la circonscription électorale « Afrique centrale, australe et orientale » dont le chef-lieu est Libreville et qui désigne cinq de ses 37 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[35].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, la Tanzanie dépend de la 10e circonscription.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ambassadeur de France au Tanganyika.
  2. Décret du 22 décembre 1961, JORF du 23 décembre 1961.
  3. Décret du 10 juin 1966, JORF du 11 juin 1966.
  4. Décret du 11 janvier 1971, JORF du 14 janvier 1971.
  5. Décret du 17 janvier 1975, JORF du 21 janvier 1975.
  6. Décret du 22 décembre 1977, JORF du 24 décembre 1977.
  7. Décret du 10 avril 1981, JORF du 14 avril 1981.
  8. Décret du 17 septembre 1982, JORF du 21 septembre 1982.
  9. Décret du 29 avril 1985, JORF du 2 mai 1985.
  10. Décret du 22 mars 1990, JORF du 24 mars 1990.
  11. Décret du 10 décembre 1992, JORF du 12 décembre 1992.
  12. Décret du 4 mai 1995, JORF du 6 mai 1995.
  13. Décret du 31 mai 1997, JORF du 1er juin 1997.
  14. Décret du 23 juin 2000, JORF du 29 juin 2000.
  15. Décret du 13 août 2004, JORF du 14 août 2004.
  16. Décret du 27 mars 2007, JORF du 28 mars 2007.
  17. Décret du 12 octobre 2011, JORF du 14 octobre 2011.
  18. Décret du 1er août 2014, JORF du 3 août 2014.
  19. Décret du 5 décembre 2017, JORF du 7 décembre 2017.
  20. Voir aussi Eugène Maizan.
  21. « Missions catholiques au XIXe et au XXe siècles », dans Wikipédia, (Missions catholiques au XIXe et au XXe siècles)
  22. Chronologie des relations bilatérales, sur le site de l'ambassade.
  23. a b et c « Présentation des relations bilatérales. », sur La France en Tanzanie (consulté le 6 mars 2019)
  24. « Chronologie des relations bilatérales. », sur La France en Tanzanie (consulté le 6 mars 2019)
  25. « Présentation générale de notre coopération », sur La France en Tanzanie (consulté le 6 mars 2019)
  26. https://www.afd.fr/sites/afd/files/2018-06-04-16-38/CIP-Tanzanie-v3.pdf
  27. « Coopération - La France en Tanzanie », sur tz.ambafrance.org (consulté le 7 mars 2019)
  28. « Ouverture du second point d’information Campus France « Study in France » en Tanzanie à l’Université de Dar es Salaam », sur La France en Tanzanie (consulté le 7 mars 2019)
  29. « Lancement de France Alumni Tanzanie », sur La France en Tanzanie (consulté le 7 mars 2019)
  30. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://tanzanie_fiche_curie_esr_avril_2016__cle45e6c3
  31. « Relations économiques bilatérales - TANZANIE | Direction générale du Trésor », sur www.tresor.economie.gouv.fr (consulté le 6 mars 2019)
  32. Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2016.
  33. Loi no 2013-659 du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France sur Légifrance.
  34. Décret no  2005-552 du 24 mai 2005.
  35. Élections 2014 - découpage mondial par circonscription AFE, sur le site du ministère des Affaires étrangères.