Ambassade de France à Monaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ambassade de France à Monaco
Drapeau de la France
France
Lieu Le Roc Fleuri, 1 rue du Tenao
Monaco 98000
Coordonnées 43° 44′ 57″ nord, 7° 26′ 01″ est
Ambassadeur Marine de Carné de Trécesson de Coétlogon
Nomination
Site web Consulter

Géolocalisation sur la carte : Monaco

(Voir situation sur carte : Monaco)
Ambassade de France à Monaco

Géolocalisation sur la carte : Monaco

(Voir situation sur carte : Monaco)
Ambassade de France à Monaco

Voir aussi : Ambassade de Monaco en France
Ambassadeurs françaisConsuls français

L’ambassade de France à Monaco est la représentation diplomatique de la République française auprès de la Principauté de Monaco. Elle est située à Monaco, ville-État, et son ambassadrice, est, depuis 2016, Marine de Carné de Trécesson de Coétlogon.

Avant 2006, il s'agissait seulement d'un consulat général.

Ambassade[modifier | modifier le code]

L'ambassade est située rue du Tenao, à Monaco, dans un immeuble dénommé « Le Roc Fleuri »[1]. Elle accueille aussi une section consulaire.

Histoire des relations diplomatiques[modifier | modifier le code]

Le premier traité, dit de Péronne, entre la France et Monaco date du . Conclu entre le Prince Honoré II et le roi de France Louis XIII, il reconnaît la liberté et la souveraineté du Prince de Monaco. Après une période tourmentée, de la Révolution française à l'influence du royaume de Piémont-Sardaigne, les relations entre les deux pays sont fixés par un traité de 1861 signé par Napoléon III et Charles III. Par le traité du (repris dans le traité de Versailles de 1919), la France s'engage à défendre l'indépendance et la souveraineté de la principauté de Monaco, tandis que cette dernière exerce ses droits de souveraineté en conformité avec les intérêts supérieurs français. Le traité de 1945 puis l'accord de 1963 ont défini ces relations. En vigueur depuis 2005, un nouveau traité signé avec la France le [2] a permis la nomination d'ambassadeurs étrangers à Monaco et d'ambassadeurs de Monaco dans les pays étrangers, en consacrant ainsi le principe de réciprocité sur le plan de la représentation diplomatique. Le , le consulat général a ainsi été élevé au rang d'ambassade.

Ambassadeurs de France à Monaco[modifier | modifier le code]

De A Ambassadeur
2006 2007 Serge Telle[3],[4]
2007 2008 Éric Danon[5]
2008 2011 Odile Remik-Adim[6]
2011 2011 Yves Marek[7],[9]
2011 2014 Hugues Moret[10]
2014 2016 Hadelin de La Tour du Pin Chambly de La Charce[11]
2016 auj. Marine de Carné de Trécesson de Coétlogon[12]

Consulat[modifier | modifier le code]

Communauté française[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2016, 7 697 Français sont inscrits sur les registres consulaires[13], ce chiffre étant en baisse continuelle depuis 1985, où les inscrits étaient 15 300. Ce déclin s'explique par la fiscalité imposée aux Français et la cherté des loyers monégasques. De 47 %, la part de Français dans la population totale de Monaco est tombée à 28 %, l'écart avec les Monégasques et les Italiens se creusant[14].

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004
9 323 9 454 9 639 9 075
2005 2006 2007 2008
7 923 8 294 8 838 8 848
2009 2010 2011 2012
8 545 8 302 7 792 7 683
2013 2014 2015 2016
7 865 7 731 7 692 7 697
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016)

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Depuis la loi du [15] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de Conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français de Monaco élisent pour six ans trois conseillers consulaires. Ces derniers ont trois rôles :

  1. ils sont des élus de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. ils appartiennent à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. ils intègrent le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger, Monaco représentait jusqu'en 2014 une circonscription électorale. Elle attribuait un siège à cette assemblée[16]. Monaco appartient désormais à la circonscription électorale « Europe du Sud » dont le chef-lieu est Rome et qui désigne cinq de ses 21 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[17].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, Monaco dépend de la 5e circonscription.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. À ne pas confondre avec une villa du même nom des années 1900 située sur la commune toute proche du Cap-d'Ail.
  2. [PDF] Traité du 24 octobre 2002
  3. Premier ambassadeur de France à Monaco, il était consul général depuis 2002.
  4. « Décret du 1erjanvier 2006 »
  5. « Décret du 2 août 2007 »
  6. « Décret du 11 avril 2008 »
  7. « Décret du 10 mai 2011 »
  8. Ambassade de France : le flou diplomatique, sur Monaco Hebdo, 28 septembre 2011.
  9. Son décret de nomination ayant fait l'objet d'un recours déposé par la CFDT devant le Conseil d'État, il n'a pas rejoint son poste. Claudine Jaffré-Baron a été chargée d'affaires a.i. à partir du 31 août 2011 et jusqu'à la nomination de son successeur[8], intervenue avant la décision.
  10. « Décret du 19 octobre 2011 »
  11. « Décret du 1er août 2014 »
  12. Décret du 2 août 2016, JORF no 180 du 4 août 2016, texte no 38, NOR MAEA1617311D.
  13. Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2016.
  14. « Français de Monaco : les raisons du déclin », Monaco hebdo, Sabrina Bonarrigo, 6 octobre 2010
  15. Loi no 2013-659 du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France sur Légifrance.
  16. Décret no  2005-552 du 24 mai 2005.
  17. Élections 2014 - découpage mondial par circonscription AFE, sur le site du ministère des Affaires étrangères.