Samia Suluhu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Samia Suluhu
Illustration.
Samia Suluhu en 2017.
Fonctions
Présidente de la République unie de Tanzanie
En fonction depuis le
(1 mois et 2 jours)
Vice-président Philip Mpango (en)
Premier ministre Kassim Majaliwa
Prédécesseur John Magufuli
Vice-présidente de la République unie de Tanzanie

(5 ans, 4 mois et 14 jours)
Élection 25 octobre 2015
Réélection 28 octobre 2020
Président John Magufuli
Prédécesseur Mohamed Gharib Bilal
Successeur Philip Mpango (en)
Ministre d'État pour les Affaires de l'Union

(4 ans, 11 mois et 8 jours)
Président Jakaya Kikwete
Premier ministre Frederick Sumaye
Edward Lowassa
Mizengo Pinda
Prédécesseur Muhammed Seif Khatib
Successeur January Makamba
Députée tanzanienne

(4 ans, 8 mois et 11 jours)
Élection
Circonscription Makunduchi
Successeur Ameir Timbe
Biographie
Nom de naissance Samia Suluhu Hassan
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Zanzibar
Nationalité Tanzanienne
Parti politique Chama cha Mapinduzi
Conjoint Hafidh Ameir (en)
Diplômée de Université Mzumbe
Université de Manchester
Université libre de Tanzanie
Religion Islam

Samia Suluhu
Présidente de la République unie de Tanzanie

Samia Suluhu Hassan, née le au Zanzibar (alors protectorat britannique, aujourd'hui en Tanzanie), est une femme d'État tanzanienne. Elle est présidente de la République unie de Tanzanie depuis le .

Membre du parti Chama cha Mapinduzi (CCM), elle est d’abord ministre dans la région semi-autonome de Zanzibar.

De 2010 à 2015, elle est députée pour la circonscription électorale de Makunduchi ainsi que ministre d'État pour les Affaires de l'Union. En 2014, elle est élue vice-présidente de l'Assemblée constituante chargée de rédiger la nouvelle constitution du pays.

À la suite des élections générales de 2015, elle devient la première femme vice-présidente de Tanzanie, au côté du président John Magufuli. Après la mort de celui-ci en 2021, elle devient présidente du pays et la première femme à occuper cette fonction.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Samia Suluhu naît dans le protectorat de Zanzibar. Après avoir terminé ses études secondaires en 1977, elle est employée par le ministère de la Planification et du Développement. Elle poursuit en parallèle un certain nombre de formations. En 1986, elle est diplômée de l'Institut de la gestion du développement (aujourd'hui université Mzumbe) avec un diplôme en administration publique[1].

En 1978, elle épouse Hafidh Ameir. Ils ont quatre enfants[2] : leur deuxième fille, Mwanu Hafidh Ameir, née en 1982, est membre de la Chambre des représentants de Zanzibar[1].

Diplômée, Samia Suluhu travaille sur un projet financé par le Programme alimentaire mondial. Entre 1992 et 1994, elle reprend des études à l'université de Manchester et obtient un diplôme de troisième cycle en économie[1],[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Samia Suluhu se lance en politique en 2000. Elle est élue membre de la Chambre des représentants de Zanzibar et est nommée ministre par le président Amani Abeid Karume. Elle est la seule ministre femme de premier rang dans le cabinet, et constate des attitudes quelquefois sexistes de ses collègues masculins[2]. En 2005, elle est réélue et est de nouveau nommée ministre, avec un autre portefeuille[Lequel ?][2].

Samia Suluhu en 2011.

En 2010, elle est de nouveau candidate à l'Assemblée nationale, dans la circonscription électorale de Makunduchi et gagne par plus de 80 % des suffrages exprimés[2]. Le président Jakaya Kikwete la nomme alors ministre d'État pour les Affaires de l'Union[3]. En 2014, elle est élue vice-présidente de l'Assemblée constituante chargée de rédiger la nouvelle constitution du pays[4]. Elle reprend à nouveau des études, en formation continue, et obtient en 2015 une maîtrise en développement économique communautaire via un programme proposé conjointement par l'université libre de Tanzanie et de l'université du sud du New Hampshire[1].

En , le candidat du CCM à la présidentielle, John Magufuli, la choisit comme colistière pour l'élection présidentielle, incluse dans les élections générales tanzaniennes de 2015 ; elle est la première femme choisie comme colistière par un candidat à une élection présidentielle tanzanienne[5],[6]. Elle devient aussi la première femme vice-présidente de l'histoire du pays, à la suite de la victoire de John Magufuli[1],[7]. L'Afrique de l'Est n'avait pas connu une femme assumant une fonction de vice-présidente depuis plus d'une décennie. C'était Specioza Wandira-Kazibwe, vice-présidente de l'Ouganda de 1994 à 2003[1].

Le ticket Magufuli-Suluhu l’emporte à nouveau lors de l’élection présidentielle de 2020.

Le 17 mars 2021, Samia Suluhu annonce à la télévision la mort du président[8]. Elle prend sa succession en prêtant serment deux jours plus tard, le 19 mars[9]. Elle est la première femme à occuper cette fonction.

À son arrivée au pouvoir, elle doit toutefois composer avec plusieurs difficultés. Jusque là inconnue du grand public, ne disposant pas de grands réseaux, elle est par ailleurs de confession musulmane alors que, note Le Figaro, « au sein de son parti, le Chama cha Mapinduzi (CCM), les militants d'un christianisme agressif, ne manquent pas »[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Meet Samia Suluhu Hassan, Tanzania’s first ever female vice president », Mshale,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d et e (en) Alvar Mwakyusa, « Samia Suluhu Hassan : A tough journey from activism to politics », Tanzania Daily News,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Tanzania: History Made as Samia Picked Running Mate », Tanzania Daily News,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Alvar Mwakyusa, « Tanzania: Union 'Stalwart' Samia Is CA Vice-Chairperson », Tanzania Daily News,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Omar Mohammed, « Tanzania’s ruling party nominates John Magufuli as presidential candidate », Quartz,‎ (lire en ligne)
  6. Emile Costard, « Tanzanie : le parti au pouvoir désigne son candidat pour les élections d’octobre », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. (en) K. Daniel Kalinaki, « CCM's John Magufuli declared Tanzania fifth president », The East African,‎ (lire en ligne)
  8. « Le président tanzanien John Magufuli est décédé », sur lefigaro.fr, .
  9. « Samia Suluhu Hassan succède à Magufuli et devient la première femme à diriger la Tanzanie », sur Le Point,
  10. Tanguy Berthelmet, « Tanzanie : la mort du président propulse une femme au pouvoir », Le Figaro, 20-21 mars 2021, p. 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :