Mississippi (État)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis État du Mississippi)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mississippi.

33° 00′ 00″ N 90° 00′ 00″ O / 33, -90 ()

State of Mississipi
(fr) État du Mississipi
Sceau
Sceau
Drapeau
Drapeau
Carte des États-Unis avec le State of Mississipi en rouge.SurnomThe Magnolia StateEn français : « L'État du Magnolia »DeviseVirtute et armis (latin)« De la Bravoure et des Armes »
Carte des États-Unis avec le State of Mississipi en rouge.

Surnom
The Magnolia State
En français : « L'État du Magnolia »

Devise
Virtute et armis (latin)
« De la Bravoure et des Armes »
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Jackson
Adhésion à l’Union 10 décembre 1817 (20e État)
Gouverneur Phil Bryant (R)
Sénateurs Thad Cochran (R)
Roger Wicker (R)
Nombre de représentants 4
ISO 3166-2 US-MS
Fuseau horaire -6
Démographie
Gentilé Mississippien, Mississippienne
Population 2 984 926 hab. (2012[1])
Densité 24 hab./km2
Rang 31e
Ville la plus peuplée Jackson
Géographie
Altitude 90 m (min. : 0 m) (max. : Woodall Mountain 246 m)
Superficie 125 546 km2
Rang 32e
– Terre 121 606 km2
– Eau (%) 3 940 km2 (3.1 %)
Liens
Site web www.mississippi.gov

Le Mississippi est un État du Sud des États-Unis. Il est bordé à l'ouest par la Louisiane et l'Arkansas, au nord par le Tennessee, à l'est par l'Alabama et au sud par le golfe du Mexique. L'État du Mississippi ne doit pas être confondu avec le fleuve Mississippi.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de l'État vient de l'amérindien qui signifie « grand fleuve ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Village Chacta du Mississipi, par François Bernard, 1869.

Histoire pré-colombienne[modifier | modifier le code]

La civilisation du Mississippi s'épanouit au VIIIe siècle : c’était une société agricole avec d’importantes populations rurales dans des villages permanents (environ 200 habitants au km²). Une révolution agricole, avec l’introduction de plants de maïs plus productifs (pouvant mûrir en 120 jours hors-gel au lieu de 200), permet de pareilles densités, et parfois deux récoltes dans les régions abritées. Outre la culture du maïs, on cultive le noisetier, le tournesol, les haricots et les courges. Cette société comportait aussi des villes entourées de palissades, où s’alignaient des maisons longues aux murs en rondins enduits de torchis et aux toits de chaume, dominées par de grands tertres rectangulaires à sommet plat, surmontés de temples et de mausolées pour les hautes classes.

Histoire post-colombienne[modifier | modifier le code]

Les voyageurs européens qui atteindront les villes du Mississippi aux XVIe et XVIIe siècles décriront une société matriarcale régie par un chef qui contrôle quatre classes sociales bien définies.

Les Amérindiens vivant dans l’actuel Mississippi au XVIIIe siècle étaient principalement des Chickasaws et des Chactas de langues Muskogees, avec des minorités Natchez, Yazoo et Biloxi. Les Chactas sont connus en France surtout par le biais de leur chef Pushmataha, qui, avec son ami d’origine française Louis LeFleur, furent des alliés des États-Unis dans la guerre de 1812.

L'Alabama compte à la même époque 9 046 habitants dont 2 565 esclaves, soit au total 38 000 habitants non-amérindiens pour les deux futurs États[4]. En 1820 c'est deux fois plus (74 693) et en 1830, 4 fois plus (183 208). Trois fois moins peuplé que le Mississippi en 1810, l'Alabama comptera deux fois plus d'habitants que lui en 1830, entre-autres par l'ajout des colons français de St-Domingue.

  • 1811 : 31 306 non-amérindiens, dont 14 706 esclaves vivent dans cinq comtés au Nord de celui d'Adams, sur les états actuels du Mississippi, de l'Alabama et de la Louisiane.
  • 1812 : première vague d'immigration favorisée par la guerre de 1812, qui est motivée par des spéculations immobilières liées aux rebondissement du scandale de Yazoo Land.
  • 1814 : seconde vague d'immigration[3], favorisée par la fin imminente de la guerre de 1812.
  • 10 décembre 1817 : le Mississippi est le vingtième État à intégrer l'union des États-Unis d'Amérique. C'est un État esclavagiste.
  • 1817 : pic de la période d'immigration : en neuf jours, 4 000 personnes s'installent.
  • 1820 : en une décennie, la population non-amérindienne a doublé, probablement dépassé celle des Amérindiens (qui n'étaient pas recensés mais seulement estimés[2]) et atteint 75 450 habitants, dont 42 176 blancs et 33 272 esclaves : c'est la « Mississippi fever ». La croissance, au cours de la même décennie, de l'Alabama voisin, a été encore plus rapide: elle a été multipliée par 20, pour atteindre 146 863 habitants non-amérindiens (99 198 blancs et 47 665 esclaves), grâce en particulier au succès de la Vine and Olive Colony créé en 1816 par des colons français de St-Domingue qui obtiennent 370 kilomètres carrés de terres.
  • 1830 : à la suite du traité de Dancing Rabbit Creek, la population amérindienne est entièrement transférée à l'ouest du fleuve Mississippi : c'est la fin d'une présence de plusieurs dizaines de millénaires dans l'État. La population blanche et noire ne cesse d'augmenter dans un système économique largement basé sur l'esclavage.
  • 9 janvier 1861 : le Mississippi est le deuxième État à faire sécession et à rejoindre la Confédération des États américains.
  • 23 février 1870 : après cinq ans de tutelle fédérale, le Mississippi est réintégré dans l'Union. L'esclavage est officiellement aboli, remplacé par une stricte ségrégation raciale elle aussi basée, idéologiquement, sur une interprétation très particulière de la Genèse 9:27 (le Mississippi fait partie du « Bible belt »), et pratiquement sur l'intimidation des noirs par la violence.
  • 1948 : État ségrégationniste, les électeurs du Mississippi choisissent le « Dixiecrate » Strom Thurmond lors de l’élection présidentielle.
  • 1964 : au cours de « l'été de la liberté », des milliers de jeunes se rendent dans le Sud ségrégationniste pour aider les noirs à s'inscrire sur les listes électorales. Le 21 juin, James Chaney, un jeune noir de 21 ans, rejoint par deux camarades blancs de l'État de New York, Michael Schwerner et Andrew Goodman, sont arrêtés sous un prétexte futile par la police du bourg de Philadelphia. Ils sont retenus puis libérés en pleine nuit pour tomber dans une embuscade du Ku Klux Klan. Leurs corps criblés de balles, portant des traces de lynchage, seront découverts 44 jours plus tard par le FBI. Près d'une vingtaine de membres du Klan, dont Edgar Ray Killen, mis ensuite hors de cause, seront interpellés mais seulement sept personnes finalement condamnées en 1967 à des peines de prison, n'excédant pas six ans, pour "violation des droits civiques". Cet événement est relaté dans le film Mississippi Burning d'Alan Parker.
  • 1966 : le Mississippi est le dernier État à mettre fin à la prohibition.
  • 1969 : l'Ouragan Camille tue 248 personnes dans le Mississippi.
  • 1995 : le Mississippi ratifie le treizième amendement interdisant l'esclavage, mais attend... 2013 pour le notifier à l’Archiviste des États-Unis (or sans une preuve écrite de l'Archiviste, la ratification n'était pas officialisée… on peut donc affirmer que le Mississippi n'a juridiquement renoncé à l'esclavage qu'en 2013 !).
  • 2001 : par référendum, les électeurs de l'État choisissent à 65 % de conserver sur le drapeau du Mississippi l'emblème confédéré, la « Southern Cross » ou Stainless Banner (dont les formes ressemblent à la Croix de saint André). Voir Drapeaux des États confédérés d'Amérique.
  • 2004 : un amendement constitutionnel interdisant le mariage gay ou toute forme d'union civile de ce genre est soumis à référendum et approuvé par 86 % des électeurs du Mississippi.
  • 2005 : Edgar Ray Killen, le principal responsable du massacre en 1964 de Chaney, Schwerner et Goodman, est enfin reconnu coupable et condamné. L'Ouragan Katrina ravage le sud de l'État dont la ville de Biloxi.
  • 2013 : le 7 février, l'État Mississippi notifie la ratification de l'amendement interdisant l'esclavage, et devient donc le dernier État à ratifier le treizième amendement.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 125 546 km², le Mississippi est peuplé de 2 984 926 habitants (2012).

La capitale du Mississippi et la ville principale est Jackson.

Principales villes[modifier | modifier le code]

Principaux cours d'eau[modifier | modifier le code]

Panneau d'accueil à l'entrée de l'État

Politique[modifier | modifier le code]

Le Mississippi est à la fois un des États les plus conservateurs et les plus pauvres des États-Unis.

Le Mississippi est historiquement un bastion des ségrégationnistes du sud (favorables à la discrimination raciale) et aussi connus sous le nom de Dixiecrats du fait qu'ils sont politiquement représentés par le Parti Démocrate pour le droit des États, une tendance locale populiste du parti démocrate.

Les lois sur les droits civiques dans les années 1960 ont mis un terme à la domination locale du parti démocrate, abandonné progressivement par les fondamentalistes chrétiens et les conservateurs blancs.

Le Mississippi est aujourd'hui un bastion national de la droite chrétienne et du Parti républicain bien que localement, le parti démocrate, dominé par les populistes, arrive encore à maintenir sa prédominance.

En 2004, les électeurs du Mississippi ont approuvé un amendement à la constitution interdisant le mariage homosexuel à 86 % des voix, la plus forte proportion de tous les États-Unis. Cet amendement interdit aussi au Mississippi de reconnaître les mariages homosexuels célébrés dans les autres états et les autres pays [1] [2].

Du bastion démocrate au bastion républicain pour les élections présidentielles[modifier | modifier le code]

De 1876 à 1944, le Mississippi n'a accordé ses suffrages qu'aux candidats démocrates avec des scores moyens rarement inférieurs à 90 % des voix

En 1948, les électeurs du Mississippi font une première incartade en préférant voter à 87,17 % de leurs suffrages pour le Dixiecrat Strom Thurmond contre 10,09 % au président démocrate Harry Truman et 2,62 % au candidat républicain Thomas Dewey.

Après un retour plus modeste dans le giron démocrate aux élections présidentielles de 1952 et 1956, ils refusèrent de choisir entre le démocrate et le républicain aux élections de 1960.

En 1964, le conservateur Barry Goldwater est le premier républicain à emporter l'État avec le score historique de 87,14 % contre 12,86 % à Lyndon Johnson, réélu nationalement.

En 1968, le démocrate ségrégationniste George Wallace emportait 63,23 % des suffrages devant le candidat démocrate Hubert Humphrey (23,02 %) et le républicain Richard Nixon (13,52 %).

Aucun candidat démocrate ne l'a emporté aux élections présidentielles depuis Jimmy Carter en 1976.

Lors de l’élection présidentielle de 2004, le président George W. Bush l'a emporté avec 59,45 % des voix contre 39,73 % au candidat démocrate John Kerry.

Le Mississippi est aujourd'hui considéré comme politiquement perdu pour de nombreuses années pour les démocrates.

Un État longtemps à parti unique[modifier | modifier le code]

Les suites de la guerre civile et de l'occupation nordiste ont laissé un profond ressentiment chez les habitants du Mississippi contre les nordistes et tout ce qui s'en approche, à commencer par le parti républicain de Lincoln. Ainsi, pendant 116 ans, de 1876 à 1992, la direction de l'État ne connaît aucune alternance politique et est sous la domination d'un régime de parti unique, celui du parti démocrate, dont les membres locaux sont tour à tour appelés Southern Democrats puis Dixiecrats, en fait des démocrates ségrégationnistes, populistes ou conservateurs.

Il faut attendre les années 1970 pour que les premiers républicains (souvent d'anciens démocrates comme Trent Lott) emportent des sièges nationaux et locaux et 1992 pour qu'un gouverneur républicain soit élu.

Depuis 2004, le gouverneur est le républicain Haley Barbour et le lieutenant-gouverneur Amy Tuck (ancienne démocrate passée aux républicains en 2002). Quatre des six autres postes élus de l'exécutif sont détenus par des démocrates.

La législature de l'État est composée d'un sénat et d'une chambre des représentants à majorité démocrate. Lors de la législature 2007-2008, la chambre des représentants de 122 membres est dominée par 74 démocrates et le sénat de 52 membres par 27 démocrates.

Au niveau fédéral, en 2008, le Mississippi est représenté au Sénat par les républicains Roger Wicker et Thad Cochran et par deux démocrates et deux républicains à Chambre des représentants.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Mississippi est un État qui exploite beaucoup ses ressources naturelles comme le maïs, la canne à sucre, le soja et le blé ainsi que quelques gisements importants de pétrole. Le Mississippi est aussi le troisième producteur de coton aux États-Unis.

Société[modifier | modifier le code]

Le Mississippi reste un des États les plus pauvres et les plus agricoles des États-Unis. Malgré l´obtention des droits civiques pour les Afro-américains, le communautarisme existe bien de facto.[réf. nécessaire]

Culture[modifier | modifier le code]

Enseignement

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]