Élection présidentielle américaine de 1952

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élection présidentielle américaine de 1952
531 membres du collège électoral
(Majorité absolue : 266 membres)
Type d’élection Élection présidentielle
Suffrage universel indirect
Participation
63,3 %  +10,3
Dwight D. Eisenhower, official photo portrait, May 29, 1959.jpg Dwight D. Eisenhower – Parti républicain
Colistier : Richard Nixon
Voix 34 075 529
55,2 %
Grands électeurs 442
AdlaiEStevenson1900-1965.jpg Adlai Stevenson – Parti démocrate
Colistier : John Sparkman
Voix 27 375 090
44,3 %
Grands électeurs 89
Le collège électoral en 1952
Carte
Président des États-Unis
Sortant Élu
Harry S. Truman
(démocrate)
Dwight D. Eisenhower
(républicain)

L'élection présidentielle américaine de 1952 a lieu le mardi . C'est la quarante-deuxième élection du président des États-Unis. Elle vit la victoire du républicain Dwight D. Eisenhower face au démocrate Adlai Stevenson.

Cette élection vit la fin de 20 années de présence démocrate à la Maison-Blanche, le parti étant au pouvoir depuis 1933. Le pays fut marqué par le krach boursier de 1929, le New Deal, l'attaque de Pearl Harbor, la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et le début de la Guerre froide.

L'importance des enjeux de l'élection présidentielle, marquée par le maccarthysme et l’enlisement militaire de la guerre de Corée provoqua une très forte mobilisation des conservateurs et amena à la plus forte participation électorale de l'histoire des États-Unis à une élection fédérale.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le , Harry S. Truman est élu président des États-Unis contre le candidat républicain Thomas Dewey et le dissident démocrate Strom Thurmond. Il sera investi sur le Capitole le pour un second mandat, mais le premier en étant élu président. En effet, il avait succédé à Franklin Delano Roosevelt, décédé au cours de son quatrième mandat le . Son premier mandat fut marqué par la fin de la Seconde Guerre mondiale en Asie avec les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki, le début de la Guerre froide et le blocus de Berlin. Le , Truman définira sa doctrine au cours d'une séance au Congrès. Cette doctrine rencontrera l'opposition de nombreux conservateurs et de nombreux membres du Parti républicain, notamment ceux qui soutiennent le maccarthysme.

Son second mandat est marqué par la guerre de Corée, dans laquelle les États-Unis sont intervenus dans le cadre d'une coalition internationale menée avec l'aval de l'ONU. Cette coalition a été marquée par l'absence de l'Union soviétique au Conseil de sécurité. Le maccarthysme, qui s'est développé au cours du premier mandat de Truman, prend une autre dimension, lorsque Joseph McCarthy commença à accuser des membres de l'armée. L'acteur Charlie Chaplin, soupçonné d'être communiste, choisira de s'exiler en Suisse. L'opinion publique américaine est défavorable à la guerre en Corée et soutient le maccarthysme. En 1951, le Congrès va adopter le XXIIe amendement qui empêche un président américain de se présenter une troisième fois, car le pays fut marqué par la longévité de Roosevelt à la tête de l'État (trois mandats complets et le quatrième inachevé, soit 12 ans), ou une deuxième fois s'il a exercé plus de la moitié de son premier mandat après avoir pris son poste étant le vice-président en exercice. Néanmoins, cette mesure ne s'est pas appliquée à Truman.

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti démocrate[modifier | modifier le code]

Candidats à la primaire[modifier | modifier le code]

Primaires[modifier | modifier le code]

Primaires démocrates de 1952. Les États en gris n'ont pas organisé de primaire.

Les primaires démocrates démarrent par la primaire du New Hampshire. Harry S. Truman est alors battu par le sénateur du Tennessee Estes Kefauver, qui reçut l'intégralité des huit délégués. Cela constitue un échec pour Truman, Kefauver étant un opposant à son administration dont il avait fait enquête entre 1950 et 1952. Le , au cours d'une allocution, Truman annonce qu'il renonce à se représenter de nouveau. Il avait par ailleurs approché Dwight D. Eisenhower pour qu'il se représente avec l'aval du parti, mais Eisenhower choisira le Parti républicain. Kefauver remportera la plupart des autres primaires, mais ne remportera pas l'investiture du parti. C'est finalement le gouverneur de l'Illinois Adlai Stevenson qui sera désigné, au troisième tour de scrutin. Le sénateur de l'Alabama John Sparkman sera désigné candidat à la vice-présidence.

Primaires républicaines[modifier | modifier le code]

Lorsque la Convention nationale républicaine de 1952 s'est ouverte à Chicago, dans l'Illinois, la plupart des experts politiques ont classé Taft et Eisenhower au coude à coude dans le total des votes des délégués. Les dirigeants d'Eisenhower, menés par Thomas Dewey et le sénateur du Massachusetts Henry Cabot Lodge Jr, ont accusé Taft de "voler" les votes des délégués dans les États du Sud tels que le Texas et la Géorgie. Ils ont affirmé que les dirigeants de Taft dans ces États avaient injustement refusé des places de délégués aux partisans d'Eisenhower et mis les délégués de Taft à leur place. Lodge et Dewey ont proposé d'expulser les délégués pro-Taft dans ces États et de les remplacer par des délégués pro-Eisenhower ; ils ont appelé cette proposition "Fair Play". Bien que Taft et ses partisans aient nié avec colère cette accusation, la convention a voté en faveur du Fair Play 658 contre 548, et Taft a perdu de nombreux délégués du Sud. Eisenhower a également reçu deux autres coups de pouce, d'abord lorsque plusieurs délégations d'États non engagés, comme le Michigan et la Pennsylvanie, ont décidé de le soutenir, et ensuite lorsque Stassen a libéré ses délégués et leur a demandé de soutenir Eisenhower, dont il préférait de loin les politiques modérées à celles de Taft. Le retrait de nombreux délégués sudistes pro-Taft et le soutien des États non engagés ont décidé de la nomination en faveur d'Eisenhower.

Cependant, l'ambiance à la convention fut l'une des plus amères et des plus émotionnelles de l'histoire américaine. Lorsque le sénateur Everett Dirksen de l'Illinois, un partisan de Taft, a pointé du doigt Dewey dans l'enceinte de la convention au cours d'un discours et l'a accusé de mener les républicains "sur la voie de la défaite", des encouragements et des acclamations mitigés ont fusé des délégués, et il y a même eu des bagarres entre certains délégués de Taft et d'Eisenhower.

Finalement, Eisenhower a battu Taft de justesse au premier tour de scrutin. Pour soigner les blessures causées par la bataille, il se rendit dans la suite de l'hôtel de Taft et le rencontra. Taft publie une brève déclaration félicitant Eisenhower pour sa victoire, mais il est amer à propos de ce qu'il estime être une fausse accusation de "vol de délégués", et il refuse son soutien actif à Eisenhower pendant plusieurs semaines après la convention. En , Taft et Eisenhower se rencontrent à nouveau à Morningside Heights à New York, où Taft promet de soutenir activement Eisenhower en échange de l'acceptation d'un certain nombre de demandes de ce dernier. Parmi ces demandes figurait celle de voir Eisenhower donner aux partisans de Taft une part équitable des postes de patronage s'il remportait les élections, et celle de voir Eisenhower accepter d'équilibrer le budget fédéral et de "combattre le socialisme intérieur rampant dans tous les domaines". Eisenhower a accepté ces conditions, et Taft a fait une campagne acharnée pour obtenir le ticket républicain. En fait, Eisenhower et Taft se sont entendus sur la plupart des questions intérieures ; leurs désaccords portaient principalement sur la politique étrangère.

Bien qu'il ait été initialement suggéré que Warren aurait pu gagner la place de vice-président du parti pour la deuxième élection consécutive s'il se retirait et soutenait Eisenhower, il a finalement choisi de ne pas le faire. Eisenhower lui-même avait eu tendance à donner le feu vert à Stassen, qui avait soutenu Eisenhower de son propre chef et avait des positions politiques généralement similaires. Les chefs du parti, cependant, étaient désireux de trouver un colistier qui pourrait apaiser les partisans de Taft, car le schisme entre les ailes modérées et conservatrices était si grave que, dans le pire des cas, il pourrait potentiellement conduire les conservateurs à faire passer Taft comme candidat d'un tiers parti.

Eisenhower avait apparemment peu réfléchi au choix de son colistier. Lorsqu'on lui a posé la question, il a répondu qu'il supposait que la convention choisirait quelqu'un. La place est finalement revenue au jeune sénateur californien Richard Nixon, qui était considéré comme se trouvant exactement au centre du GOP. Nixon était connu comme un militant agressif et un anticommuniste féroce, mais il s'éloignait de certaines des idées les plus extrêmes de la droite du parti, notamment l'isolationnisme et le démantèlement du New Deal. La plupart des historiens pensent aujourd'hui que la nomination d'Eisenhower était principalement due au sentiment qu'il était un "gagnant sûr" contre les démocrates ; la plupart des délégués étaient des conservateurs qui auraient probablement soutenu Taft s'ils avaient eu le sentiment qu'il pouvait gagner les élections générales.

Bien qu'il n'ait pas obtenu la nomination présidentielle ou vice-présidentielle, Warren sera par la suite nommé juge en chef en , tandis que Stassen occupera divers postes au sein de l'administration d'Eisenhower.

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

De nombreux démocrates ont été particulièrement contrariés lorsque Dwight D. Eisenhower, lors d'une campagne électorale prévue dans le Wisconsin, a décidé de ne pas prononcer un discours qu'il avait écrit pour critiquer les méthodes de McCarthy, et s'est ensuite laissé photographier en train de serrer la main de McCarthy comme s'il le soutenait. Harry S. Truman, autrefois ami d'Eisenhower, n'a jamais oublié ce qu'il considérait comme une trahison ; il avait auparavant pensé qu'Eisenhower ferait un bon président, mais a déclaré : "il a trahi presque tout ce que je pensais qu'il représentait".

Eisenhower a conservé son énorme popularité personnelle grâce à son rôle de premier plan dans la Seconde Guerre mondiale, et des foules énormes se sont déplacées pour le voir dans tout le pays. Son slogan de campagne, "I Like Ike", a été l'un des plus populaires de l'histoire américaine. Adlai Stevenson a attiré le soutien de la jeune classe intellectuelle émergente de l'après-guerre, mais Eisenhower a été considéré comme plus attirant pour la rue principale. Stevenson était ridiculisé dans certains milieux comme étant trop efféminé pour être président, le New York Daily News, résolument conservateur, l'appelait "Adelaide" Stevenson, même s'il avait la réputation d'être un homme à femmes et plusieurs maîtresses.

Un événement notable de la campagne de 1952 concerne un scandale qui a éclaté lorsque Richard Nixon, le colistier d'Eisenhower, a été accusé par plusieurs journaux d'avoir reçu 18 000 dollars en "cadeaux" non déclarés de riches donateurs. En réalité, les contributions n'ont été faites qu'à dessein par les premiers partisans et ont été limitées à 1 000 dollars, avec une obligation de rendre des comptes. Nixon, qui avait accusé les démocrates de cacher des escrocs, s'est soudain retrouvé sur la défensive. Eisenhower et ses assistants envisagèrent de retirer Nixon du ticket et de choisir un autre candidat.

Eisenhower, qui connaissait à peine Nixon, a hésité et a refusé de commenter l'incident. Nixon sauva cependant sa carrière politique avec un discours dramatique d'une demi-heure, le "Checkers speech", en direct à la télévision. Dans ce discours, Nixon a nié les accusations portées contre lui, a donné un compte rendu détaillé de ses modestes avoirs financiers et a offert une évaluation élogieuse de la candidature d'Eisenhower. Le point culminant du discours a été lorsque Nixon a déclaré qu'un partisan avait offert à ses filles un cadeau - un chien nommé "Checkers" - et qu'il ne le rendrait pas, car ses filles l'aimaient. Le "discours de Checkers" a conduit des centaines de milliers de citoyens à travers le pays à envoyer un télégramme au Comité national républicain, exhortant le Parti républicain à maintenir Nixon sur le billet, et Eisenhower est resté avec lui.

Malgré les pressions exercées par l'aile droite du GOP, la campagne a été menée dans l'ensemble avec une grande dignité et Stevenson a été perçu comme un moyen de revigorer un parti démocratique épuisé après 20 ans au pouvoir et de rafraîchir son attrait auprès des jeunes électeurs. Il a accusé Eisenhower de tolérer silencieusement les excès de Joseph McCarthy. Stevenson se présente devant la Légion américaine, bastion du conservatisme de la ligne dure, et déclare avec audace que ce que fait Joseph McCarthy n'a rien de patriotique ou d'américain.

Malgré la dignité de la campagne, l'antipathie entre les deux candidats était visible ; Stevenson critiqua la non-condamnation de McCarthy par Eisenhower et l'utilisation de spots télévisés, et Eisenhower, bien qu'il ait d'abord respecté Stevenson, en vint avec le temps à le considérer simplement comme un autre politicien de carrière, ce qu'il détestait fortement.

La campagne électorale de 1952 a été la première à utiliser le nouveau média qu'est la télévision, en partie grâce aux efforts de Rosser Reeves, le directeur de l'agence Ted Bates, une importante société de publicité. Reeves avait initialement proposé une série de spots radio à Thomas Dewey lors de la campagne de 1948, mais Dewey les considérait comme indignes, et Reeves soutenait que Dewey aurait pu gagner les élections s'il avait été un peu plus ouvert d'esprit.

En étudiant le discours de Douglas MacArthur lors de la convention républicaine de juillet, Reeves a estimé que les mots du général étaient "puissants", mais "peu précis" et "de toutes parts". Les discours publics d'Eisenhower étaient encore pires, il était incapable de faire valoir son point de vue auprès du public votant de manière claire et intelligible. Reeves a estimé qu'Eisenhower devait condenser son message en quelques slogans simples et facilement digestibles.

Au début, Eisenhower s'est également mal débrouillé à la télévision et a eu du mal à paraître détendu et à l'aise devant la caméra. L'éclairage de la télévision n'était pas flatteur et le faisait paraître vieux et peu attrayant, en particulier son front qui avait tendance à scintiller sous les lumières. Eisenhower s'est énervé lorsque le correspondant de CBS, Dave Schoenbrun, lui a fait remarquer cela et lui a suggéré d'essayer de modifier ses poses pour rendre son front moins visible et de se maquiller pour qu'il ne brille pas sous la lumière. Finalement, il a cédé et a accepté ces modifications. Reeves voulait également qu'Eisenhower ne porte pas ses lunettes devant la caméra pour paraître plus jeune, mais il ne pouvait pas lire le tableau du prompteur sans elles, alors Reeves a conçu un grand panneau écrit à la main.

Le travail de Reeves à la télévision, bien que pionnier, a fait l'objet de nombreuses critiques au motif qu'il tentait de vendre un candidat à la présidence au public de la même manière qu'on vendrait une voiture ou une marque de dentifrice. Adlai Stevenson, pour sa part, n'avait rien à voir avec la télévision et condamnait l'utilisation de ce média par Eisenhower, qu'il qualifiait de "vendre la présidence comme des céréales". Il a lui-même souligné le fait qu'il ne possédait pas de télévision ou qu'il ne regardait pas la télévision, et que beaucoup de ses proches en faisaient autant.

Les deux campagnes ont fait appel à des publicités télévisées. Une publicité notable pour Eisenhower était un dessin animé sans problème et rassurant, avec une chanson d'Irving Berlin intitulée "I Like Ike". Pour la première fois, les antécédents médicaux personnels d'un candidat à la présidence ont été rendus publics, de même que des versions partielles de ses antécédents financiers, en raison des questions soulevées dans le discours de Nixon. Vers la fin de la campagne, Eisenhower, dans un discours important, a annoncé que s'il gagnait les élections, il irait en Corée pour voir s'il pouvait mettre fin à la guerre. Son grand prestige militaire, combiné à la lassitude du public face au conflit, a donné à Eisenhower l'impulsion finale dont il avait besoin pour gagner.

Pendant toute la campagne, Eisenhower a été en tête de tous les sondages d'opinion, et de loin dans la plupart d'entre eux.


Résultats[modifier | modifier le code]

Candidats Parti Grands électeurs Vote populaire
Dwight D. Eisenhower/Richard Nixon Parti républicain 442 34 075 529
Adlai Stevenson/John Sparkman Parti démocrate 89 27 375 090
Autres NC 0 244 564

Sur les autres projets Wikimedia :