Euro-Américains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Euro-Américains
Populations significatives par région
Population totale 234 940 100 (73,1 % de la population des États-Unis) (2016)
Autres
Régions d’origine Europe
Langues Anglais
Espagnol
Allemand
Italien
Français
Russe
Religions Christianisme
Judaïsme
Pourcentage d'Euro-Américains par État en 2010 :
  •      - de 50 %
  •      de 50 à 60 %
  •      de 60 à 70 %
  •      de 70 à 80 %
  •      de 80 à 90 %
  •      + de 90 %
Pourcentage d'Euro-Américains par comté en 2000.

Les Euro-Américains (en anglais : European Americans) sont les Américains d'ascendance européenne.

Le terme est souvent utilisé de façon interchangeable avec ceux de Caucasien (Caucasian American) ou Blanc américain (White American)[1]. La grande majorité des publications du gouvernement américain[2] désignent en général les membres s'identifiant dans ce groupe comme « blanc » (white)[3].

Les Euro-Américains représentent environ 73,1 % de la population américaine en 2016[4].

Précision[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'Euro-Américains s'identifient également comme faisant partie d'une communauté ethnique particulière, comme celle des Irlando-Américains (Irish American) ou des Italo-Américains (Italian American)[3].

Par ailleurs, les frontières culturelles séparant les Blancs d'autres catégories raciales ou ethniques restent sujettes à polémique et constamment mouvantes. L'administration américaine distingue classiquement cinq catégories raciales : indienne, asiatique, afro-américaine, hawaïenne, blanche[5].

À noter : Les Hispaniques (Hispanic Americans) sont le plus souvent classés parmi les Blancs bien qu'ils n'aient pas toujours une ascendance européenne à l'inverse des Hispano-Américains. Quelquefois, le Bureau de recensement des États-Unis parle de la catégorie des Blancs non-hispaniques, en excluant les Hispaniques, mais aussi de façon plus surprenante les Hispano-Américains, pourtant physiquement blancs.

Niveau de vie[modifier | modifier le code]

De nos jours, les Euro-Américains font partie de la catégorie américaine la moins pauvre. Ils possèdent le meilleur revenu médian par foyer, et le meilleur revenu par individu ainsi que le second niveau d'éducation le plus élevé des États-Unis, derrière les Asio-Américains. Ces données doivent cependant prendre en compte le fait que les Asio-Américains représentent seulement 4,3 % de la population américaine. Parmi les Américains considérées ou s'identifiant comme « blancs », les Juifs américains (Jewish Americans) et les Arabes américains arrivaient premier pour le revenu par foyer, par individu et niveau d'éducation. Les Américains nés à Cuba (native-born Cuban Americans) avaient également un revenu médian et un niveau d'éducation supérieurs à ceux des « blancs » non hispaniques. En 2005, un foyer de « blancs » non hispaniques avait un revenu médian par foyer de 48 977 dollars, soit 10,3 % au-dessus de la médiane nationale de 44 389 $. Les Blancs américains se situaient 3 points de pourcentage au-dessus de l'indicateur de pauvreté américain avec seulement 8,6 % d'individus « blancs » vivant sous le seuil de pauvreté[6].

En 2003, près d'un tiers des Euro-Américains possédaient un baccalauréat (système universitaire anglo-saxon), et le niveau d'éducation était supérieur parmi ceux nés en dehors des États-Unis. 37,6 % des immigrés « blancs » et 29,7 % des résidents « blancs » nés aux États-Unis possédaient un diplôme universitaire. Ces deux chiffres étaient supérieurs à la moyenne nationale de 27,2 %[7].

Répartition[modifier | modifier le code]

Les Germano-Américains (16,5 %), les Irlando-Américains (11,9 %), les Anglo-Américains (9,0 %), les Italo-Américains (5,8 %), les Franco-Américains (3,3 %), les Polono-Américains (3,1 %), les Scotto-Américains (3,1 %), les Hollando-Américains (1,6 %), les Norvégo-Américains (1,5 %), les Suédo-Américains (1,4 %), les Russo-Américains (1,0 %), les Gallo-Américains (0,7 %) et les Luso-Américains (0,4 %) forment ensemble plus de la moitié de la population blanche d'origine européenne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lee, Sandra S. Mountain, Joanna. Barbara, Koening A. The Meanings of Race in the New Genomics: Implications for Health Disparities Research. Yale University. 2001 [PDF]
  2. Un exemple typique peut être observé dans la table suivante : Historical Income Tables - Households, un document en ligne du Bureau du recensement des États-Unis.
  3. a et b « Racial and Ethnic Classifications Used in Census 2000 and Beyond » (consulté le 5 octobre 2006)
  4. (en) « ACS demographic and housing estimates: 2015 American Community Survey 1-Year Estimates », United States Census Bureau (consulté le 20 mars 2017).
  5. En anglais : « The Office of Management and Budget's standards... establish a minimum of five categories for race: American Indian or Alaska Native, Asian, Black or African American, Native Hawaiian or Other Pacific Islander, and White. Respondents will be able to select one or more of these racial categories... For most surveys, however, tables will show data at most for the White, Black, and Asian populations ».
  6. « US Census Bureau, Household income in 2005 by race » (consulté le 23 décembre 2006)
  7. « US Census Bureau report on educational attainment in the United States, 2003 » (consulté le 23 décembre 2006) [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]