Mississippi Burning

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mississippi Burning
Description de cette image, également commentée ci-après
Affiche de recherche du FBI de Michael Schwerner, Andrew Goodman et James Chaney, en 1964, dont la disparition a inspiré le film.
Titre québécois Le Mississippi brûle
Réalisation Alan Parker
Scénario Chris Gerolmo
Musique Trevor Jones
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 128 minutes
Sortie 1988


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mississippi Burning ou Le Mississippi brûle au Québec est un film américain d'Alan Parker, sorti en 1988.

Le film s'inspire en partie des meurtres de la Freedom Summer. Trois militants pour les droits civiques (James Chaney, Andrew Goodman et Michael Schwerner) sont assassinés en juin 1964 dans l'État du Mississippi[1],[2]. Les trois victimes travaillaient pour la campagne appelée Freedom Summer organisée par le Council of Federated Organizations (COFO) afin d'inciter les Afro-Américains à s'inscrire sur les listes électorales.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1964, trois hommes, membres d'un comité de défense des droits civiques, disparaissent dans le comté de Jessup[3], dans l’État du Mississippi, ne laissant aucune trace.

Alan Ward et Rupert Anderson, des agents du FBI, sont chargés d’éclaircir cette affaire. Le premier est un homme jeune, agissant avec « les méthodes officielles du FBI », à savoir la méthode systématique un peu violente mais légaliste du FBI de J. Edgar Hoover. Le second, plus âgé, originaire du sud, utilise des moyens moins conventionnels, mais plus efficaces. Afin de les aider dans leur enquête, ils font appel à des renforts qui fouillent les alentours de la ville à la recherche des corps des trois disparus. Des violences sur fond de racisme éclatent alors dans le comté tandis que l'enquête semble s'enliser dans un bourbier sans fond.

Anderson poursuit l’enquête, en parallèle de l'équipe moderne de Ward, mais selon des méthodes plus subtiles. Ses soupçons se portent sur le shérif Stuckey et son adjoint Pell, dont l'alibi au moment des disparitions est sa femme.

L’ambiance est délétère et explosive : un homme est presque lynché, alors que Townley, le chef du Ku Klux Klan, attise les haines et la violence. Madame Pell, l'épouse de l’adjoint du shérif, écœurée par ces évènements, se résout à parler et révèle à Anderson l’endroit où se trouvent les corps des trois disparus. Tilman, le maire, après avoir été terrorisé dans un faux enlèvement par un agent noir du FBI, donne des indications qui débouchent sur l’arrestation des coupables : Townley, Swilley, Cowens, Bailey, Stuckey, Pell et Cooke.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu dans l'État du Mississippi (Braxton, Canton, Jackson, New Hebron, Port Gibson, Bovina (en), Vaiden (en), Vicksburg) et à LaFayette dans l’État de l’Alabama[7].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 34 603 000 $ au box-office en Amérique du Nord pour un budget de 15 000 000 $[8]. En France, il a réalisé 687 170 entrées[5].

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 89 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6,4/10 et sur la base de 18 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[9].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Mississippi Burning s'inspire de faits réels qui ont eu lieu en juin 1964 dans l’État du Mississippi au tout début du Freedom Summer. Trois militants pour les droits civiques, Michael Schwerner, Andrew Goodman et James Chaney furent assassinés par des membres du Klan[10]. Le racisme, l’insécurité et la manipulation des foules dans le sud des États-Unis sont rendus avec justesse.[réf. nécessaire] Toutefois, pour l'historien Howard Zinn, qui conseillait le SNCC à l'époque, le film fait la part trop belle aux agents fédéraux venus enquêter alors que « nous savions que leur conduite avait été scandaleuse — à l'image de celle du gouvernement fédéral en général — lorsque ces trois jeunes avaient disparu »[11]. Les mêmes faits sont également relatés dans l'épisode Les écoles de la liberté de la série Cold Case.

En marge du film, les suites judiciaires[modifier | modifier le code]

En 1967, un procès avait eu lieu où dix-huit personnes étaient accusées, sept d'entre elles avaient été condamnées d'atteinte aux droits civiques des trois militants assassinés. La peine maximale prononcée fut de dix ans de prison.

En 1998, l'un des condamnés met en cause un certain Edgar Ray Killen, alors un des responsables du Ku Klux Klan, qui n'avait jamais été inquiété. Le dossier est rouvert et des témoignages établissent l'implication de ce nouveau suspect dans le meurtre, autorisant la tenue d'un nouveau procès. Le , Killen, âgé de 80 ans, a été reconnu coupable du meurtre des trois militants des droits civiques. Il a été condamné à 60 ans de prison par le tribunal de Philadelphia, Mississippi, plus de 40 ans après les faits.

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sortie vidéo[modifier | modifier le code]

Le film sort en DVD/Blu-ray le 17 mars 2020, édité par L'Atelier d'Images, avec en complément une interview d'Alan Parker par Jean-Pierre Lavoignat et Christophe D'Yvoire (9'), les coulisses du tournage (6'), des entretiens avec Willem Dafoe (9'), Alan Parker (20'), et le scénariste Chris Gerolmo (15') ainsi que la bande annonce d'époque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) James Newman, Southeast Missouri State University, « Neshoba County Murders », sur Mississippi Encyclopedia (consulté le 19 novembre 2019)
  2. (en-US) « Murder in Mississippi | American Experience | PBS », sur www.pbs.org (consulté le 19 novembre 2019)
  3. Jessup County est un comté fictif, inspiré du Comté de Neshoba, où les faits réels ont eu lieu.
  4. a et b (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  5. a et b Mississippi Burning sur JP‘s Box-Office.
  6. « MISSISSIPPI BURNING : Visa et Classification », sur CNC, (consulté le 8 mai 2018).
  7. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  8. Mississippi Burning sur Box Office Mojo.
  9. Mississippi Burning sur Rotten Tomatoes.
  10. (en) Seth Cagin, Philip Dray, We Are Not Afraid: The Story of Goodman, Schwerner, and Chaney and the Civil Rights Campaign for Mississippi, Nation Books, 2006.
  11. Howard Zinn, Désobéissance civile et démocratie, Agone, coll. « Éléments », 2010, p. 418 sq. Lire aussi du même auteur en anglais « Federal Bureau of Intimidation » (2006).
  12. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]