Vallon-Pont-d'Arc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallon (homonymie), Pont (homonymie) et D'Arc.
Vallon-Pont-d'Arc
Le Pont d'Arc
Le Pont d'Arc
Blason de Vallon-Pont-d'Arc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Vallon-Pont-d'Arc (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Gorges de l'Ardèche
Maire
Mandat
Pierre Peschier
2014-2020
Code postal 07150
Code commune 07330
Démographie
Population
municipale
2 359 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Population
aire urbaine
3 091 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 28″ N 4° 23′ 40″ E / 44.4077777778, 4.3944444444444° 24′ 28″ Nord 4° 23′ 40″ Est / 44.4077777778, 4.39444444444  
Altitude Min. 60 m – Max. 434 m
Superficie 28,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Vallon-Pont-d'Arc

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Vallon-Pont-d'Arc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallon-Pont-d'Arc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vallon-Pont-d'Arc

Vallon-Pont-d'Arc est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Vallonais.

Vallon-Pont-d'Arc est un haut lieu de la préhistoire et du tourisme culturel. Ce petit village, paisible en hiver, voit sa population multipliée par 10 en été. Son importance touristique vient surtout de ce qu'il est le point de départ de la descente des gorges de l'Ardèche (du Pont d'Arc à Saint-Martin-d'Ardèche).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vallon-Pont-d'Arc se situe aux portes de l'un des plus beaux sites touristiques de France : les gorges de l'Ardèche. Le célèbre Pont d'Arc, arche naturelle de plus de 60 mètres de hauteur creusée par la rivière Ardèche et classé « Grand Site de France », lui a donné son nom.

Accès[modifier | modifier le code]

Vallon-Pont-d'Arc est accessible par les autocars TER depuis les gares de Valence-TGV et de Montélimar ; ainsi que par les autocars départementaux de l'Ardèche depuis Avignon et Aubenas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vallon-Pont-d'Arc est entourée de six communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche, à savoir :

Elles sont réparties géographiquement de la manière suivante :

Communes limitrophes de Vallon-Pont-d'Arc
Ruoms Lagorce
Sampzon Vallon-Pont-d'Arc Saint-Remèze
Salavas Labastide-de-Virac

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Rhinocéros à grande corne

La grotte Chauvet est une grotte ornée paléolithique située en Ardèche. Le site comporte 420 représentations d'animaux (peintures, gravures). De nombreuses datations directes par la méthode du carbone 14 ont donné des résultats cohérents proches de 31 000 ans BP. La communauté scientifique admet quasi unanimement que les œuvres de la grotte Chauvet datent de l'Aurignacien et comptent parmi les plus anciennes au monde. La diversité et la maîtrise des techniques dont elles témoignent ont profondément remis en cause l'idée d'un art préhistorique évoluant très lentement et de manière linéaire et ascendante. La grotte est située sur la commune de Vallon-Pont-d'Arc. Elle se trouve au lieu-dit de la Combe d'Arc, qui constitue l'ancien méandre de la rivière Ardèche, avant l'érosion du pont d'Arc. La grotte a été découverte le 18 décembre 1994 par Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hillaire. Avec Lascaux (1940), Cosquer (1991) et Cussac (2000), la grotte Chauvet est l'une des grottes françaises majeures par les qualités esthétiques de ses œuvres. Elle présente également un très grand intérêt scientifique, tant d'un point de vue paléontologique que de celui de l'art pariétal. Les peintures de l'époque aurignacienne témoignent de la maîtrise de techniques très diversifiées (préparation des parois, gravures, tracés digités, mains positives, peintures, estompes, recherche de la perspective, etc.). Les thèmes abordés sont essentiellement animaliers, comme c'est généralement le cas dans l'art paléolithique[2].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

  • 1801 : Saint-Martin-d'Arc rattaché à Chames.
  • 1825 : Chames rattaché à Vallon.
  • 25 septembre 1948 : Vallon devient Vallon-Pont-d'Arc.
Étymologie

Le nom de Vallon est la francisation de l’occitan Valon, issu d'un mot gaulois, avallo, qui signifiait la pomme[3]. Ce mot accompagné du suffixe -one, désignait une pommeraie.

Vers 1243, certains actes mentionnent le nom de Castrum de Avalone[4]. Au XVe siècle, Vallon est San Saornin de Avalone[5] ; puis le nom s'est simplifié en Avalone (ou Avallone dans une Table de décimes ecclésiastiques de 1516)[4].

Au fil des siècles, la référence à la pomme n'étant plus comprise, le nom de Avalone a évolué en Valon en occitan, puis Vallon[5].

En 1948, pour des raisons touristiques, Vallon prit le nom de Vallon Pont d'Arc.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vallon-Pont-d'Arc

Les armes de Vallon-Pont-d'Arc se blasonnent ainsi :
De gueules à trois rocs d'échiquier d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1977 Henri Ageron SFIO puis PS Directeur de distillerie
mars 1977 mars 1983 Marc Peschier PCF Notaire
mars 1983 mars 1989 Francis Rochette PCF Agriculteur
mars 1989 juin 1995 Jean-Pierre Ageron PS Administrateur
juin 1995 1995 Henri Savarin PS retraité
1995 mars 2001 Jean-Pierre Ageron PS Administrateur
mars 2001 mars 2008 Pierre Peschier DVD Gérant de société
mars 2008 mars 2014 Claude Benahmed PS Gérant de société
mars 2014 en cours Pierre Peschier DVD Gérant de société
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts

En 2011, la commune comptait 2 359 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 738 1 569 1 752 1 904 2 430 2 627 2 637 2 677 2 756
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 750 2 640 2 586 2 489 2 414 2 398 2 425 2 547 2 575
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 313 2 150 2 111 1 859 1 870 1 918 1 875 1 679 1 666
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 706 1 831 1 837 1 787 1 914 2 027 2 359 2 470 2 337
2011 - - - - - - - -
2 359 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chevaux de la grotte Chauvet
  • L'Hôtel de Ville ; un château construit de 1630 à 1639 sous Louis XIII) abrite sept tapisseries d'Aubusson figurant les croisades, exposées dans la salle d'honneur. Le château, acquis par la famille Merle de Lagorce en 1748, fut acheté en 1847 par la commune de Vallon pour 42 000 Francs.
  • La place couverte, place de la halle aux grains; c'est la plus ancienne place de Vallon.
  • L'église Saint Saturnin; Selon la tradition, un seigneur de retour de la première croisade fit construire une chapelle dédiée à Saint Saturnin sur une eminence qui dominait la plaine de Vallon couverte de chênes. À la fin de la Guerre de Cent Ans, les habitants du vieux Vallons vinrent s'installer autour de cette chapelle. Cette chapelle fut remplacée par une église de style roman qui fut en partie détruite par les protestants dès le début des guerres de religions. La pratique de la religion catholique fut alors interrompue pendant 61 ans, de 1560 à 1621, jusqu'à l'intervention des troupes catholiques de Henri II de Montmorency. Jusqu'au début du XIXe siècle, l'église était entouré de son cimetière. Au milieu du XIXe siècle, la population catholique étant importante, le conseil municipal fit construire, de 1862 à 1866, l'église actuelle, en partie sur les fondation de l'ancienne.
Église réformée
  • Le temple protestant; Un premier temple exista entre 1601 et 1629 dans une autre partie de la ville. Le temple actuel fut terminé en 1823. Il était alors au milieu des vergers et des vignes. Les immeubles cossus qui l'entourent datent du milieu du XIXe siècle.
  • Raveyron - Le mas Gonthier; Ce hameau est mentionné au XIV et au XVe siècles dans des reconnaissances paysannes et aux Estimes de 1464, était très nettement séparé de Vallon jusqu'au XIXe siècle.
  • la place Armand Puaux, anciennement place du Verger; En 1773, la commune acheta cet espace pour créer, hors les murs de la ville, un champ de foire.
  • La Grotte Chauvet est non visitable. Un site d'exposition, copie conforme de la grotte, est ouvert au public qui peut ainsi découvrir les plus anciennes peintures paléolithiques — 32 000 av. J.-C. — et les modes de vie de l'homme de Cro-Magnon
  • Le musée de la Grotte Chauvet
  • Les Gorges de l'Ardèche
  • Le Pont d'Arc
  • La Réserve naturelle des Gorges de l'Ardèche

Économie[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Le village est très vivant, surtout l'été, avec en son centre de nombreux commerces ainsi que ses marchés du jeudi matin et mardi en nocturne, qui connaissent un gros succès.

Pour le week-end de Pâques se déroule le Raid Nature du Pont d'Arc, environ 1000 concurrents s'élancent par équipes de deux pour un raid multisport (course à pieds, canoë, VTT).

Chaque été, nombre d'évènements y sont organisés :

  • la fête de l'olivier ;
  • le festival jeune public « Môme Z'émerveille » début juillet ;
  • la fête de la lavande ;
  • les journées de la préhistoire avec expositions, ateliers, conférences et projections qui se déroulent sur une semaine après le 15 août.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'historien du protestantisme français, Noé Armand François Puaux, pasteur de l'église réformée, né à Vallon le 24 décembre 1806, mort à Paris le 20 février 1895.
  • L'homme de science et pionnier de la préhistoire, Jules Ollier de Marichard, né et mort à Vallon-Pont-d'Arc (1824-1901)
  • Le peintre René Aberlenc, né à Alès en 1920 et décédé à Vallon-Pont-d'Arc en 1971.
  • Le peintre d'origine espagnole Evaristo
  • Le kayakiste Benoit Peschier champion olympique en kayak en 2004 à Athènes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr,‎ 2007 (consulté le 10/10/2011)
  2. La grotte Chauvet sur le site culture.gouv.fr
  3. Le mot gaulois abalo-, aballo- (pomme, pommier), apparaît dans le glossaire de Vienne sous la forme avallo ; source : Xavier Delamarre - Dictionnaire de la langue gauloise - Éditions Errance - 2003 (ISBN 2 87772 237 6), p. 29. Vallon (Ardèche) est cité dans : Les noms d'origine gauloise - La Gaule des dieux - Jacques Lacroix - Éditions Errance - 2007 (ISBN 978-2-87772-349-7) § Les pommiers de l'Autre Monde, p. 35-36 ; voir à ce sujet Avalon.
  4. a et b Vallon-Pont-d'Arc : Castrum de Avalone (1243, Donation d'Agnès de Brissac) ; Avallone (1516, Table de décimes ecclésiastiques) ; source : Carte archéologique de la Gaule - L'Ardèche 07. - Académie des inscriptions et belles-lettres - 2001 (ISBN 2-87754-069-3) p. 416.
  5. a et b Vallon et son histoire, sur le site de l'Office de Tourisme de Vallon Pont d'Arc
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :