Valençay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Valençay » redirige ici. Pour les autres significations, voir Valençay (homonymie).
Valençay
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Valençay
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre
Arrondissement Châteauroux
Canton Valençay
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Écueillé - Valençay
Maire
Mandat
Claude Doucet
2014-2020
Code postal 36600
Code commune 36228
Démographie
Gentilé Valencéens
Population
municipale
2 571 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 41″ N 1° 34′ 01″ E / 47.1613888889, 1.56694444444 ()47° 09′ 41″ Nord 1° 34′ 01″ Est / 47.1613888889, 1.56694444444 ()  
Altitude Min. 91 m – Max. 154 m
Superficie 41,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Valençay

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de Indre
City locator 14.svg
Valençay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valençay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valençay
Liens
Site web valencay.fr

ValençayPrononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le nord[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Nord.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Veuil (5 km), Vicq-sur-Nahon (6 km), Fontguenand (7 km), Varennes-sur-Fouzon (7 km), Poulaines (7 km), Villentrois (9 km), Issoudun (40 km), Châteauroux (40 km), Le Blanc (70 km) et La Châtre (72 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : la Charperas, les Launais et Bréviande.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Nahon.
Le Nahon.

Le territoire communal est arrosé par la rivière Nahon[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé observé de 1961 à 1990, à la station météorologique de Châteauroux - Déols (36)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 1,2 2,6 4,9 8,2 11,2 13,2 13,1 10,9 7,6 3,5 1,1 6,5
Température moyenne (°C) 3,4 4,7 6,9 9,7 13,2 16,5 19,1 18,7 16,3 12,1 6,9 4 11
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,2 11,2 14,5 18,2 21,8 25 24,3 21,6 16,7 10,3 6,9 15,4
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16/01/1985
−15
05/02/1963
−10
03/03/1965
−3,9
12/04/1986
−0,2
08/05/1974
3
05/06/1969
5,8
02/07/1975
4,5
06/08/1967
1,1
19/09/1962
−2,8
25/10/1964
−6,3
23/11/1988
−17
10/12/1967
−22,8
16/01/1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
30/01/1967
22,9
24/02/1990
24,3
28/03/1989
26,9
20/04/1968
31,1
27/05/1967
35,6
28/06/1986
36,8
21/07/1990
37,3
16/08/1974
34
17/09/1987
29,5
02/10/1985
21,6
01/11/1984
20,5
16/12/1989
37,3
16/08/1974
Nombre de jours avec gel 13,4 11,6 9,1 2,5 0,1 0 0 0 0 0,8 6,8 12,9 57,2
Ensoleillement (h) 47 76 121 150 181 201 235 203 165 123 63 48 1 613
Record de vent (km/h)
date du record
101
30/01/1983
115
03/02/1990
126
10/03/1982
83
11/04/1985
87
02/05/1988
97
07/06/1987
94
26/07/1983
72
26/08/1986
97
22/09/1987
94
16/10/1987
101
08/11/1982
97
30/12/1981
126
10/03/1982
Précipitations (mm) 61,7 63,2 63,8 56,6 75,3 53,4 51,5 50,6 60,9 59,9 65,7 65,7 728,3
dont pluie (mm) 29,5 28,2 32,4 42,6 39,7 39,7 48,3 43 58,6 43 35,2 35 58,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
29,5
12/01/1962
28,2
13/02/1990
32,4
29/03/1978
42,6
18/04/1964
39,7
06/05/1985
39,7
20/06/1977
48,3
22/07/1963
43
29/08/1968
58,6
17/09/1975
43
29/10/1981
35,2
05/11/1962
35
14/12/1979
58,6
17/09/1975
Nombre de jours avec précipitations 11 10,4 11,1 10,3 11,9 8,1 6,6 7,7 7,5 9,1 11 11,1 115,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 4,1 4,1 4,5 3,8 5,2 3,7 3,2 2,9 3,6 4,1 4,8 4,5 48,5
Humidité relative (%) 88 85 79 75 76 74 69 70 76 84 88 88 79,33
Nombre de jours avec neige 3,3 3,4 1,9 0,8 0 0 0 0 0 0 1,3 2,7 13,4
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,4 1,1 3,4 3,3 0 0 2,1 0,9 0,3 0,3 12,1
Nombre de jours avec brouillard 5,7 4,4 2,3 1,4 1,2 1,1 0 0 2,8 5,9 5,8 6,4 37
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,3
0,5
61,7
 
 
 
8,2
1,2
63,2
 
 
 
11,2
2,6
63,8
 
 
 
14,5
4,9
56,6
 
 
 
18,2
8,2
75,3
 
 
 
21,8
11,2
53,4
 
 
 
25
13,2
51,5
 
 
 
24,3
13,1
50,6
 
 
 
21,6
10,9
60,9
 
 
 
16,7
7,6
59,9
 
 
 
10,3
3,5
65,7
 
 
 
6,9
1,1
65,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[3] : 4, 15, 13, 22A, 37, 956 et 960.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne de Salbris au Blanc passe par le territoire communal, une gare[3] dessert la commune. Les autres gares ferroviaires les plus proches sont celles de Gièvres[3] (ligne de Salbris au Blanc et ligne de Vierzon à Saint-Pierre-des-Corps), et Selles-sur-Cher[3] (ligne de Vierzon à Saint-Pierre-des-Corps). Elles sont situées à 16 km.

Le territoire communal est desservi par les lignes A et T du réseau L'Aile Bleue[4].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[3], à 39 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays : Pays de Valençay[2].

Réseau électrique[modifier | modifier le code]

La commune possède un poste source[5] sur son territoire qui est situé à proximité du lieu-dit la Charperas.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin Valentiacus, Gentilice Valentius, formé sur le surnom valens = le fort, le robuste, et suffixe de possession acus.

La commune fut appelée : De Valentiaco en 1144, De Valentiaco en 1220, Villa de Valenchay en 1226, De Valenceiaco en 1236, Reginaldus dictus Li Gros, burgensis de Valençay[6] en 1244, Raginaldus dictus Legros, burgensis de Balanceai[7] en août 1246, Valençay en 1248, Valencey en 1288, Li habitan du bourg du temple de Valencyaco en 1312, Valençay[8] en mai 1370, Valançay[9] en novembre 1460, Court de Valençay en Berry en 1490, Valençay[10] le 4 novembre 1788, Vallençay[11] au XVIIIe siècle et Vallençay[Note 1] le 9 fructidor an IX.

Ses habitants sont appelés les Valencéens[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie (puis marquisat) de Valençay a été détenue par la Maison d'Estampes de 1451 à 1747.

En 1813, par le traité de Valençay, Napoléon Bonaparte rend le trône d'Espagne à Ferdinand VII.

Valençay a été le lieu de tournage du film Les Noces rouges de Claude Chabrol, en 1972[13].

La gare de Valençay, sur le chemin de fer du Blanc-Argent, a été le lieu de tournage d'une des scènes du film Le Grand Meaulnes, un film français de Jean-Daniel Verhaeghe sorti en 2006[14]. Cette gare particulière, dont la construction en pierre de tuffeau en fait un bâtiment d'exception, est classée monument historique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de Châteauroux, du canton de Valençay, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Écueillé - Valençay.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 mai 1945 Pierre Boussion  ?  ?
mai 1945 1949 Marcel Ferré  ?  ?
1949 1961 Max Hymans  ? Président d'Air France
1961 mars 1965 Raymond Trouvé  ? Notaire
mars 1965 mars 1971 Maurice Pairoux DVG Conseiller général de l'Indre
mars 1971 1979 Jean Mailley  ? Intendant Général
1979 juin 1995 Pierre Renard DVD Conseiller général de l'Indre
juin 1995 mars 2001 Jean Meunier  ?  ?
mars 2001 en cours Claude Doucet[15],[16],[17] UMP Cadre de banque retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 571 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 299 2 300 2 519 2 712 3 095 3 289 3 229 3 425 3 627
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 476 3 587 3 653 3 547 3 517 3 554 3 547 3 621 3 431
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 346 3 411 3 343 2 976 2 874 2 789 2 762 2 739 2 679
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 732 2 754 2 952 2 947 2 912 2 736 2 641 2 571 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2004[25].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieux d'enseignements[26] : une école maternelle publique, une école primaire privée (Notre-Dame), une école élémentaire publique (Benjamin Rabier) et un collège public (Alain-Fournier). Les lycées publics de secteur[27] se trouvent à Châteauroux (lycée polyvalent Pierre et Marie-Curie et lycée polyvalent Blaise Pascal).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival Paille à Son est un festival de musiques organisé chaque été depuis 2008 par l'Association Lunik-Son[28].
  • Fête annuelle.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un hôpital local[30].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Stade Max Hymans.
  • Gymnase.
  • Dojo.
  • Trois courts de tennis.
  • Piscine d'été.

La commune regroupe plusieurs association sportives comme l'Amicale Sportive Levroux-Valençay Handball le club de badminton, le club de karaté, le club de judo, le club de tennis, l'Union Sportive la Française de Valençay (U.S.F.V.) (Club de Football), l'Association Les Mollets de Gâtines (Club de course à pied), Les Amis du Cheval (Club d'équitation), la Gymnastique (Volontaire et douce) et la société de pêche La Gaule Valençéenne.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La commune de Valençay dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné du Boischaut Nord[31] et de la paroisse de Valençay. Le lieu de culte est l'église Saint-Martin.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Valençay.

Valençay est le centre de la région de production du fromage homonyme. Il s'agit d'un chèvre, caractéristique en raison de sa forme : une pyramide tronquée.

La viticulture est l'une des activités de la commune, qui se trouve dans la zone couverte par l'AOC valençay.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La halle au blé.
La halle au blé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Valençay Blason D'argent aux trois tours d'azur, maçonnées de sable, rangées en fasce et posées sur une terrasse de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Logo Valençay.jpg Logotype de la commune de Valençay :

Le logo de Valençay est blanc avec deux tours du château de Valençay à droite et « Ville de Valençay » en lettres gris et rouge, à gauche.
Markering geel-rood.svg Drapeau de Valençay :

A Valençay est utilisé un drapeau formé de deux bandes horizontales jaune et rouge. Celui-ci est aux couleurs des Talleyrand-Périgord, dont les armoiries se décrivaient : de gueules à trois lions armés, lampassés et couronnés d'azur. D'après des cartes postales du début du XXe siècle, le drapeau figurait sur le paratonnerre du donjon du château. Un drapeau similaire a également été déployé sur le paratonnerre de la grande aile sur le parc, pendant plusieurs années, entre 1980 et 1995[33].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décret d’application de la loi du 8 pluviôse an 9.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b, c et d Site du Géoportail : Valençay, consulté le 15 décembre 2013.
  3. a, b, c, d et e Site de ViaMichelin : Valençay, consulté le 14 décembre 2013.
  4. Site du conseil général de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 14 décembre 2013.
  5. « Un grand défi technique pour ERDF », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ 28 octobre 2009.
  6. Cartulaire du Lieu Notre-Dame, charte 101, p. 70.
  7. Cartulaire du Lieu Notre-Dame, charte 65, p. 49.
  8. Archives Nationales-JJ 100, n° 835, fol. 247.
  9. Archives Nationales-JJ 190, n° 185, fol. 99.
  10. Archives Départementales du Cher-C 1109, Élection de Châteauroux.
  11. Carte de Cassini.
  12. « Nom des habitants des communes françaises, Valençay », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 11 février 2012).
  13. Site de Movie Database : Les noces rouges (1973), consulté le 26 août 2012.
  14. « ? », La République du Centre,‎ 3 octobre 2006, p. 12.
  15. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  16. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  17. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  18. Site de la préfecture de l'Indre : Direction Départementale des Finances Publiques, consulté le 25 août 2012.
  19. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  20. Site de Berry Province, consulté le 5 février 2013.
  21. Site de la commune de Valençay : Social, consulté le 23 août 2012.
  22. Site de Région de Gendarmerie du Centre : Groupement de l'Indre, consulté le 23 août 2012.
  23. Site du conseil général de l'Indre : Avec le Conseil général des routes encore plus sûres !, consulté le 18 août 2012.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  26. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  27. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  28. Site de Lunik-Son, consulté le 26 août 2012.
  29. Site de la communauté de communes du Pays de Valençay : Musée du sucre d'art, consulté le 26 août 2012.
  30. Site hopital.fr : Hôpital (Valençay), consulté le 24 août 2012.
  31. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné du Boischaut Nord, consulté le 4 mai 2013.
  32. Site de la commune de Valençay : Maison de Charité et Tombeau de Talleyrand, consulté le 26 août 2012.
  33. Site des Emblèmes de France : Drapeaux de Valençay, consulté le 25 août 2012.