Max Hymans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hymans.
Max Hymans
Image illustrative de l'article Max Hymans
Fonctions
Parlementaire français
Député 1928-1946
Gouvernement IIIe république
Groupe politique SFIO (1928-1936)
USR (1936-1940)
Biographie
Date de naissance 2 mars 1900
à Paris
Date de décès 7 mars 1961 (à 61 ans)
à Saint-Cloud
Résidence Indre

Max Hymans est un homme politique français, né le 2 mars 1900 à Paris et mort le 7 mars 1961 à Saint-Cloud. Il a été élu député et a occupé plusieurs postes ministériels avant 1940. Il fut membre de la Résistance pendant la guerre puis président d'Air France de 1948 à 1961.

Biographie[modifier | modifier le code]

Max Hymans naît à Paris le 2 mars 1900. Après son baccalauréat il obtient un diplôme d'ingénieur des Arts et Manufactures de l'École centrale de Paris en menant en parallèle des études de droit.
Il entre comme ingénieur chef aux chantiers de Clairoix près de Compiègne, Oise où son orientation socialiste le fait entrer en conflit avec l'administrateur délégué au sujet des salaires des ouvriers français, et de leur relève par des ouvriers étrangers encore plus mal payés[1].
Le 22 octobre 1925, il s'inscrit comme avocat à la Cour d'appel de Paris. Il ouvre un cabinet spécialisé dans les affaires de contrefaçon et de brevets d'invention pour utiliser sa double compétence d'ingénieur et de juriste.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

1925 (suite)

  • Il adhère à la SFIO.
  • Il collabore au travail parlementaire de l'avocat Marcel Plaisant, député radical du Cher et délégué de la France à la Société des Nations, qui est comme lui spécialisé dans les affaires de contrefaçon et de brevets d'inventions. Il lui prépare des propositions de loi concernant les salariés agricoles, les petits commerçants ou les brevets d'invention.

1928

  • C'est le début d'une carrière politique nationale, qui durera douze ans, d'abord comme député SFIO, puis comme député USR (Union Socialiste Républicaine), au cours de laquelle il sera successivement :
à la Chambre des députés : • président de la Commission des Douanes et des Conventions • membre de la commission du commerce et de l'industrie • membre de la Commission des Finances • rapporteur du budget de l'Air • membre de la commission de la Législation Civile et Criminelle • rapporteur du budget de l'armement.
au gouvernement : • sous-secrétaire d'État au Commerce et à l'Industrie dans le gouvernement Camille Chautemps (3), du 22 juin 1937 au 18 janvier 1938 • sous-secrétaire d'État aux Finances dans le gouvernement Camille Chautemps (4), du 18 janvier au 13 mars 1938. Du fait de son départ de la SFIO vers l'USR il ne peut pas participer à des gouvernements socialistes, mais uniquement à des gouvernements radicaux. Ses postes ministériels sont liés à son rôle dans la guerre d'Espagne. En effet, Léon Blum conditionnait son aide aux différents cabinets Chautemps, à la continuation du soutien aux républicains espagnols, d'où sa nomination aux Finances. Les douanes dépendant du ministère des Finances, il était nécessaire de les contrôler pour faire transiter des armes vers l'Espagne.

1929

  • Première élection au conseil municipal de Valençay, le maire était Eugène Colin.

1931

  • Première élection au conseil général de l'Indre.

1932

  • Deuxième élection comme député de la deuxième circonscription de l'Indre. Il améliore fortement sa position, en effet au premier tour, il obtient 40 % des voix des électeurs inscrits. Au deuxième tour il bat de nouveau le candidat de droite Guillaume d'Ornano, par 8 150 voix contre 5 278, malgré le maintien du candidat communiste, Marius Ollivier.

1933

  • Il quitte la SFIO pour le Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (PSdF), qui défend les idées du Néo-socialisme avec pour devise « Socialiste, Républicain, Français ».
  • Ce nouveau parti, présidé par Max Bonnafoux, compte une quarantaine de parlementaires. Comme tous les néo-socialistes, Max Hymans était partisan d'une collaboration gouvernementale avec les radicaux, ce que refusait la S.F.I.O. Il s'est prononcé de nombreuses fois en faveur de la création d'un ministère de l'économie[3], et en politique extérieure, en faveur d'une union militaire avec l'URSS et la Yougoslavie. Max Hymans s'est rendu deux fois en URSS, en qualité de rapporteur de la commission de l'Air. Il en est revenu chaque fois, encore plus persuadé de la puissance de l'armée Soviétique. Les Russes lui ont montré un lâché d'unités parachutistes. Il en a été très impressionné, ce corps n'existait pas encore dans l'armée française. Il sera créé en 1935 à Avignon-Pujaut, dépendant de la base d'Istres, concrétisant une initiative de Pierre Cot. Ceci, sous la direction technique d'un officier soviétique, au moment de la signature du traité d'amitié franco-soviétique de 1935[4].
  • Rapporteur du budget de l'Air à la Chambre, il vote le 31 août en faveur de la fusion des compagnies aériennes en une seule : Air France. Les compagnies de navigation aériennes françaises (comme on dit à l'époque) sont : Air Orient, Air Union, Cidna (ex Franco-Roumaine) et SGTA Farman. L'Aéropostale du banquier Marcel Bouilloux-Lafont ayant été mise en faillite, est également rachetée.

1935

  • Il est élu conseiller municipal de Valençay. Il le restera jusqu'à sa révocation par le Gouvernement de l'État Français en 1941[6]. Sa carrière politique locale reprendra après la guerre.
  • Son parti, le PSdF et deux autres petits partis socialistes, le Parti socialiste français PSF et le Parti républicain-socialiste PSR, fusionnent pour former l'Union Socialiste et Républicaine (USR).

1936

Max Hymans, rapporteur de la Commission de l'air de la Chambre des Députés, en escale à Vienne et en partance pour Moscou, devant un Dewoitine D 338, en 1936.
  • Il est réélu député pour la troisième fois, sous l'étiquette USR, au deuxième tour contre le candidat radical Alexis. L'Indre devient ainsi l'un des bastions de l'USR, avec Louis Dechizeaux, élu député USR de Châteauroux.
  • Il est nommé Secrétaire Général de la Délégation des Gauches[7], qui conduit au Front Populaire.
  • Il représente la France à la conférence des capitulations de Montreux[8].

1937

Max Hymans chez Joseph Paul-Boncour à Saint-Aignan.
Max Hymans aux côtés d'Albert Lebrun dans la cour de la Sorbonne à l'occasion de l'exposition universelle de 1937.
  • En raison des grèves de 1936, la préparation de l'Exposition Universelle dont le nom officiel est « Art et Technique », a pris un retard important. L'ouverture est prévue symboliquement le 1er mai, date importante pour un gouvernement de Front Populaire. Tout retard ferait l'objet de moqueries de la part de la droite. Le gouvernement souhaite absolument respecter cette date. Il nomme Max Hymans Commissaire Général de l'Exposition. IL parvient à respecter les délais impartis, contribuant à construire sa réputation d'homme énergique. Certes des bâtiments n'étaient pas terminés, certains appelés à durer, ne le seront qu'après sa fermeture. Cela est passé inaperçu auprès du public. Comme, par exemple, le Palais d'Iéna, œuvre d’Auguste Perret, qui ne sera terminé qu'en 1946. Il devait devenir le musée national des Travaux publics, il est aujourd'hui le siège du Conseil économique, social et environnemental, après avoir été le siège de l’Assemblée de l’Union française, puis après 1958 celui de la Communauté française.
  • Le jour de l'ouverture, deux pavillons, qui se font face, sont terminés et reçoivent la médaille d'or de l'exposition : celui de l'Allemagne nazie et celui de l'URSS.
  • Le 10 octobre, Max Hymans est réélu conseiller général de l'Indre pour le canton de Valençay.

1938

  • En mars-avril, il dirige l'organisation semi-clandestine créée par Léon Blum pour armer la République espagnole[8], lorsque l'on constate que ni l'Allemagne, ni l'Italie, ne respectent le pacte de non intervention, signé par l'ensemble des pays européens.
  • Secrétaire d'État au Commerce, il se rend, accompagné de sa femme, à la foire internationale de San Francisco. Là, il fait la rencontre, qui aura une énorme répercussion dans sa vie de résistant, d'André Girard qui est chargé de la décoration du pavillon français. Son amitié pour André Girard ne se démentira jamais.

1939

  • Août. À la demande du gouvernement français, une mission du général Aimé Doumenc dont il fait partie se rend à Moscou, juste avant le Pacte germano-soviétique du 23 août 1939, afin de convaincre Staline de déclarer la guerre à l'Allemagne, avec la France et le Royaume-Uni. Il est choisi en raison des bonnes relations qu'il a entretenu avec le NKVD pendant la guerre civile espagnole.

Pendant la guerre[modifier | modifier le code]

1940

Première partie d'une lettre de Max Hymans à Philippe Pétain.
Deuxième partie de la lettre.
  • Bien que dégagé de ses obligations militaires en qualité de parlementaire, il demande son intégration dans l'armée[10]. Il sera parmi les rares députés avec Jean Pierre-Bloch, Pierre Mendès France, et François Chasseigne à demander à servir. Il est vrai qu'il s'agissait des plus jeunes, les autres n'ayant peut être plus l'âge de s'engager. Il refuse absolument un poste dans un état-major, où l'Armée tenait à le placer, elle ne souhaitait pas qu'un parlementaire voit trop de choses. Il exige un poste dans un régiment de combat[11]. Le 17 avril 1940, il reçoit une affectation au premier groupe du 31e régiment d'Artillerie divisionnaire de campagne, en qualité de capitaine. Il s'agit d'une unité hippomobile équipée de canons de 75 et stationnée sur la frontière luxembourgeoise. En mai et juin, il participe aux batailles du Luxembourg, de l'Aisne et de l'Ailette. Il est décoré de la croix de guerre avec deux citations.
  • Le 10 juillet, venant directement du front, après avoir vécu l'effondrement militaire et avoir été abasourdi par l'exode des populations, il vote les pouvoirs constituants au Maréchal Pétain. Il s'en expliquera publiquement dans une lettre adressée au préfet de l'Indre et dans des discours prononcés les 19 août et 22 octobre 1944 : « Je suis arrivé à Vichy la veille de l'Assemblée après avoir assisté à l'exode des populations civiles sans précédent dans l'histoire. Je croyais qu'en attendant le redressement allié et la défaite allemande, les intérêts immédiats des populations françaises seraient défendus[12]. »
  • Août. Il constate que la politique du Maréchal n'est pas une politique de résistance camouflée, comme il l'espérait.
Il demande à Farki Pacha, ministre d'Égypte, de lui permettre cette liaison[14]. Celui-ci le reçoit froidement, quand il comprend ses intentions. L'Égypte souhaitait une victoire allemande qui entrainerait le départ des britanniques de son sol.
Il remet des messages à des personnes de confiance qui se rendent à l'étranger, comme l'attaché commercial français à Stockholm. Finalement deux lettres parviennent à Londres : l'une confiée à M. Beaujard[15] et à Madame Bonnet[16], pour faire savoir à Londres « qu'il se considère comme mobilisé et qu'il se tient à la disposition de la France Libre pour tout travail à effectuer à l'intérieur ». Il précise qu'il habite à 20 km de la ligne de démarcation, ce qui lui permettrait de faciliter les liaisons entre les deux zones.
  • Hiver. Il obtient des documents par l'intermédiaire d'Éric Labonne, ancien ambassadeur de France à Moscou jusqu'en 1939, qu'il a retrouvé à Vichy au Ministère des affaires étrangères[17]. Sans savoir l'usage qui en sera fait, il les fait parvenir à Londres par l'intermédiaire de Madame Cathala et du consulat britannique de Barcelone[18] :
- consignes quotidiennes de censure de presse ;
- copies des procès-verbaux des séances de la Commission d'armistice de Wiesbaden ;
- copie d'un rapport du général Doyen, délégué à cette commission ;
- informations relatives aux prélèvements allemands sur le ravitaillement ;
- informations sur la mise en route des fabrications pour l'Allemagne ;
- renseignements sur l'emplacement des troupes ennemies.

1941.

Note administrative du régime de Vichy annonçant une prochaine perquisition au domicile de Max Hymans.
Max Hymans et un container parachuté
  • La lettre confiée à M. Beaujard est un message destiné à André Labarthe. Après plusieurs mois, le message arrive enfin à Londres par l'intermédiaire d'un diplomate sud-américain. Max Hymans a écrit : « Je t'écoute à la radio, je veux servir la même cause que toi. Je suis à Valençay avec ma femme et mon beau-père. Je t'envoie un diplomate neutre rencontré à Vichy. Réponds si tu le peux ». Signé : Max Hymans[19].
  • Le lendemain, André Labarthe, au lieu de le mettre en contact avec la France Libre, va trouver Thomas Cadett qu'il avait connu comme correspondant du Times à Paris. En France il était déjà un agent de l'intelligence service (Secret Intelligence Service)[20]. À Londres, Thomas Cadett avait intégré la section française du SOE appelée section F, section qui était dirigée par le colonel Maurice Buckmaster, et totalement indépendante de la France Libre.
  • Le 7 mai, quelqu'un se présente à son domicile. C'est Georges Bégué : la veille, il a été parachuté en aveugle à l'est de Valençay ; il est le premier opérateur radio envoyé clandestinement en France par le SOE (Special Operations Executive ; il doit commencer par prendre contact avec Max Hymans. La prise de contact est difficile : Max Hymans se méfie, car il pense avoir devant lui un imposteur envoyé pour le faire tomber dans un piège et le faire arrêter. De son côté, Georges Bégué n'est pas sûr d'avoir en face de lui le vrai Max Hymans. Pour convaincre Max Hymans, Georges Bégué lui présente le permis de conduire d’André Labarthe, sur lequel ce dernier avait écrit : « Tu peux faire une confiance absolue à celui qui te remettra ce document[21] ».
  • Il héberge Georges Bégué les deux nuits suivantes. Dans l'après-midi du 8, il l'emmène à Saint-Aignan pour le présenter à Joseph Paul-Boncour. Il prend alors comme pseudonyme « Frédéric ». Il demande à son frère[22] de lui trouver un logement à Châteauroux. André Hymans en trouvera un, 14 rue des pavillons. Max Hymans le met alors en relation avec deux de ses amis Henri Renan, pharmacien, qui va devenir la première boîte aux lettres du SOE en France, et Marcel Fleuret, garagiste 86 rue de la Couture[23].
  • Le premier message radio du SOE, à destination de Londres, sera envoyé le 9 mai 1941. D'après Georges Bégué, émettre depuis Châteauroux, qui n'était alors qu'une ville de 30 000 habitants, n'était pas si difficile que l'on l'imagine généralement. La police locale ne possédait pas de véhicules goniométriques, c'est-à-dire chargés du repérage des émissions. Elle devait faire appel à l'armée de l'armistice, qui en possédait, mais qui refusait de le faire. Dès l'entrée de ses véhicules de repérage, on repérait par triangulation, dans Châteauroux, elle coinçait l'aiguille de ses appareils en bas à gauche afin que personne, y compris eux-mêmes, ne sache d'où les émissions provenaient. Le gouvernement de l'État Français était parfaitement au courant de ce fait mais il n'osait pas s'opposer à son armée sur ce point, l'Abwerh l'était également. C'est la raison pour laquelle, Pierre Laval a autorisé début 1942, à des unités allemandes d'opérer des repérages en Zone Libre[24],[25] Dans ce message Georges Bégué donne l'adresse de Fleuret[26], comme boîte aux lettres.
  • Georges Bégué lui apprend que le SOE est un service d'action et non pas un service de renseignements. « Frédéric » et « Georges », tout en recrutant de nouvelles boîtes aux lettres, comme le docteur Pierre Samuel, orientent alors leur action vers la recherche de terrains adaptés à des parachutages ou des atterrissages. Ils en repèrent un près de Tendu, dans un champ situé derrière la ferme « Les Cerisiers » exploitée par les frères Ernest et Auguste Chantraine. Ce dernier était le maire socialiste de Tendu.
  • Max Hymans avait trouvé un moyen pratique pour passer d'une zone à l'autre, grâce à A. Boivin, entrepreneur de travaux publics et exploitant de graviers dans le Cher, à Chabris, qui possédait une grue dont un pied se trouvait en zone libre et l'autre en zone occupée. Sous cette grue se trouvait un wagonnet, par ce wagonnet on passait aisément d'une zone à l'autre. M. Boivin a repris une activité pour le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA) en 1942. Un parachutage effectué à Luçay-Le-Mâle en janvier 1943 ayant été repéré par la gendarmerie de Valençay, il a été arrêté comme un des participants, et il est mort en déportation[27].
  • Max Hymans est le premier à permettre la création d'un réseau SOE, le réseau Lucas-AUTOGIRO, avec comme chef Pierre de Vomécourt. Ce dernier a immédiatement quitté Châteauroux pour Paris afin d'y créer ses réseaux. Max Hymans prend les contacts nécessaires pour créer le réseau de Châteauroux. Les premières recrues sont des amis de la SFIO[28], à commencer par Jean Pierre-Bloch qu'il présente en août à Jacques Vaillant de Guélis, citoyen anglais malgré son nom français, et officier d'État Major de la section F du SOE. Max Hymans et Georges Bégué avaient réceptionné Jacques Vaillant de Guélis, lors d'un atterrissage dans l'Indre. Il était interdit à un officier d'État Major d'être parachuté en France, en effet, s'il parlait c'est toute l'organisation qui tombait. Il n'y eut que deux exceptions, Vaillant de Guélis et Peter Churchill (sans lien de parenté avec le Premier Ministre). Winston Churchill avait bien un fils officier au SOE, il s'agissait de Randolph Churchill qui s'est illustré en Tunisie en passant derriére les lignes allemandes[29]. Peter Churchill, quant à lui, est arrivé en France en sous-marin le 9 janvier 1942, depuis Gilbraltar[30], pour essayer de régler le problème du réseau Carte d'André Girard, qui refusant toujours de se rallier au général de Gaulle, devenait un problème pour le SOE. Un parachutage de saboteurs devant avoir lieu pour bientôt, de Guélis en confie l'organisation à Jean Pierre-Bloch en Dordogne, car il y a eu beaucoup de survols dans l'Indre. La population et la gendarmerie comprennent bien qu'il se passe quelque chose, ils ne disent rien, mais cela inquiète Georges Bégué.
  • Durant l'été, a lieu à Lyon un congrès clandestin du Parti Socialiste. Il n'est ni invité, ni même prévenu, bien que ce congrès soit présidé par un de ses amis Félix Gouin, en présence de quelqu'un avec qui il est en contact permanent, Jean Pierre-Bloch. Il n'est plus considéré par les socialistes comme membre du parti, ce qui aura pour lui de graves conséquences à Alger, et en France après la Libération.
  • Deux des agents parachutés cette nuit-là, Camille du Puy et Georges Bloch devant rejoindre le réseau Autogiro à Paris sont passés en zone nord à Chabris, grâce à M. Boivin. Max Hymans et Georges Bégué ont assisté à ce passage[32].
  • Octobre. Le 2, la radio, émet le message de mise en alerte, « Gabriel[33] vous envoie ses amitiés ».
  • Le 3, Gerry Morel, qui était en mission pour le SOE depuis un mois, est arrêté. Il était entré tôt un matin dans un buffet de gare, et avait demandé un café et un calvados, provoquant un silence étonné dans la salle. Il ne comprit pas la réponse du patron : "jour sans" et réitéra sa demande. Devant une telle ignorance, le patron a pensé avoir affaire à un espion, et il a prévenu la Gendarmerie. Gerry Morel ne savait pas que l'amiral Darlan avait institué un jour sans alcool, le mercredi, d'où l'expression "jour sans". Aucun français ne pouvait l'ignorer[34]. Gerry Morel avait pensé que pour se rendre à Limoges, il valait mieux descendre dans une petite gare, de bonne heure, et faire le reste du chemin à pied, plutôt que de descendre dans une grande gare, comme celle de Limoges, qu'il pensait surveillée. En cela, il ne s'était pas trompé, son arrestation a été effectuée en zone rural, donc par la Gendarmerie. S'agissant d'une affaire touchant à la Sécurité de l'État, il fut remis, par celle-ci, à un commissaire spécial. Après l'affaire Dreyfus, le gouvernement, devant les erreurs de l'armée, avait confié le contre-espionnage au Ministère de l'intérieur, ce qui a entraîné la création d'un corps de commissaires spéciaux, et d'une police spéciale, que l'on trouvait surtout dans les gares et les ports. Ce n'est qu'après la deuxième guerre mondiale que le contre-espionnage a été entièrement confié à la DST (Direction de la surveillance du territoire) par une ordonnance du général de Gaulle, ce qui a entrainé la disparition des commissariats spéciaux. Parmi les nombreuses adresses découvertes dans ses papiers, la police retient particulièrement celle de Marcel Fleuret. Morel reconnait que cette adresse lui a été indiquée comme boîte aux lettres à utiliser au cas où il aurait besoin de se mettre en rapport avec Londres. Dans cette éventualité, il devait remettre à ce garage un pli au nom de "Monsieur Georges", il s'agissait de Georges Bégué. La police perquisitionne le garage Fleuret le 4 mars, Max Hymans s'y rend ce jour-là. Il échappe à la police et entre en clandestinité.
Récit de l'entrée en clandestinité, d'après un rapport de police, du 4 octobre 1941[35].
En fin d'après-midi, en rentrant à son domicile en compagnie de sa fille, Madame Fleuret trouve la police en train de perquisitionner. Son mari, emmené par la police, lui dit « Voilà dans quel pétrin on m'a mis ». Cette déclaration habile de Fleuret adressée à sa femme, mais destinée à la police, le fait plutôt passer pour une victime que pour un résistant actif, elle sera efficace. En effet, il sera libéré en 1944. Lors de la perquisition, la police n'a pas trouvé la boîte aux lettres qui était cachée dans le moyeu d'une roue. Apprenant que Max Hymans doit venir, la police, au lieu de monter une souricière, charge Mme Fleuret de les prévenir de son arrivée. Un quart d'heure après le départ de Fleuret, Max Hymans arrive. Aussitôt, il remonte en voiture et part prévenir Georges Bégué. Par la suite, elle fera prévenir par sa fille la famille de Max Hymans résidant à Châteauroux (c'est-à-dire son frère), et elle ne livrera à la police le courrier destiné à Georges Bégué qu'avec un grand retard, déclarant l'avoir oublié, ce que la police jugera plausible."
  • Octobre (suite). Max Hymans envoie une lettre codée à Jean Pierre-Bloch : « Mon cher ami, je te remercie des boîtes de foie gras [Jean Pierre-Bloch s'était retiré à Villamblard comme fabricant de conserves de foie gras] que tu m'as envoyées. Malheureusement, deux étaient tournées et j'ai dû les jeter [Jean Pierre-Bloch interprète : « Il y avait deux mouchards à l'affût lors de notre dernière rencontre à Châteauroux. La police est à mes trousses. Notre affaire est éventée. »]. J'ai bien d'autres mauvaises nouvelles à t'envoyer. J'ai eu avec ma femme une violente querelle, trop violente, et j'ai quitté le domicile conjugal. Ne m'écris plus et n'essaye pas de me revoir — Frédéric. » Pendant huit jours, le message d'alerte est répété à la BBC, puis c'est le message final, pour action, « Gabriel va bien ». L'opération a lieu dans la nuit du 10 au 11. Le SOE parachute, pour la première fois en même temps, des agents et des armes en France à Beleymas, non loin de la propriété que Jean Pierre-Bloch possède à Villamblard. La photo du monument érigé à cet endroit avec Albert Rigoulet dit "Le Frisé" se trouve sur la page de Beleymas. Pour accueillir les quatre agents parachutés et récupérer les deux conteneurs d'armes, le comité de réception comprend Jean Pierre-Bloch, Édouard Dupuis, maire de Villamblard et Albert Rigoulet.
Photographie de Max Hymans en clandestinité.
  • Désormais, Max Hymans est activement recherché. Le ministre de l'intérieur, Pierre Pucheu, se vantera même d'avoir « la peau d'Hymans ». Mais Max Hymans se déplace sans cesse : Toulouse, Marseille[36], Lyon[37], Paris, Antibes[38], Chambéry[39], en général chez des relations d'André Girard. Il vit sous différents pseudonymes (Robert, Georges, ...), et il modifie son aspect physique. Un tribunal militaire de Lyon le condamne à mort par contumace « pour réception d'armes et complot contre la sûreté de l'État ».

1942.

  • Mars. Il est hébergé à Lyon par Lucie et Raymond Aubrac. Il devait quitter la France grâce à Virginia Hall, l'agent du SOE en poste à Lyon, dont la couverture était maintenant d'être la correspondante, en France non occupée, du quotidien New-Yorkais le New York Post. Elle organise un départ en sous-marin à partir d'Antibes. L'agent du SOE à Antibes était le Dr Elie Levy, médecin, voisin, et ami de Max Maurey. C'est par son gendre Max Hymans, qu'il est entré au SOE. Sa villa, 31 boulevard du Maréchal-Foch, servait de point de passage pour les cadres de la résistance comme Jean Moulin, d'Astier de La Vigerie etc. quand ils quittaient la France pour Londres via Gilbraltar. Il est mort en déportation, non pas en raison de son appartenance au SOE, mais parce qu'il appartenait à de nombreux réseaux. Le nom du Dr Levy se trouve sur le monument du SOE maritime dans un square qui porte son nom, à côté de la plage de l'Ilette, à Antibes[40]. Londres veut le plus rapidement possible un rapport de Max Hymans sur l'activité du SOE dans l'Indre, dans le midi où il y a eu des arrestations, sur le réseau CARTE, et enfin dans toute la France. Malheureusement un contrôle, en gare à Lyon, va lui faire manquer son train. Il prendra le suivant manquant son rendez-vous. Après l'avoir attendu vainement, le sous-marin qui se trouvait plage de la Garoupe a fini par repartir sans lui. La plage de la Garoupe, une anse située à la pointe du cap d'Antibes, protégée par des rochers de chaque côté et terminée par une plage de sable fin était idéale pour des débarquements clandestins, elle a n'a jamais été repérée par les Allemands. Preuve en est que ces derniers ont placé des tripodes en béton devant toutes les plages du sud, sauf devant celle-ci. Aucun débarquement ou embarquement réalisé par le SOE, que ce soit en Bretagne où dans le Midi n'a jamais été intercepté par les allemands.
  • Le SOE utilise largement la voie maritime depuis Gibraltar, avec des bateaux de pêche à équipages polonais, des felouques et des sous-marins[41],[42] Il va quitter la France grâce à un réseau d'évasion SOE plus classique en traversant l'Espagne. Il était accompagné de Félix Gouin, et de deux jeunes résistants gaullistes. Il traverse l'Espagne sous le nom Frédéric Glen[43]. Lors de l'inauguration du monument consacré à la mémoire des agents du SOE britanniques morts pour la France, à Valençay. L'un d'entre eux, Jean-Louis Thomas a envoyé une lettre à Mme Hymans, dans laquelle il lui raconte ce voyage. Âgé de 20 ans, il avait reçu comme consigne de protéger dans la mesure du possible, les deux hommes politiques qui l'accompagnaient, et dont il ignorait la véritable identité[44]. Le rendez-vous fut fixé à Collioure, ils ont traversé les Pyrénées sans guide, Max Hymans, Félix Gouin, et Jean-Louis Thomas sont arrêtés à la gare de Figueras par la Garde Civile, en essayant de prendre un train de fret roulant au ralenti. Ils ont été emprisonnés à Gérone, Barcelone, Saragosse, et enfin au camp de Miranda. Il se déclare Canadien, ce qui lui permettait d'expliquer son mauvais anglais.
  • Juillet. L'Espagne, comme de nombreux pays, calquait sa politique étrangère sur l'évolution de la situation militaire. En 1942, après l'attaque allemande contre la Russie et l'entrée en guerre des États-Unis, la victoire de l'Allemagne n'était plus aussi certaine qu'en 1940. Elle collaborait donc en sous-main avec les Anglais[45]. C'est pourquoi à la suite d'une demande du consulat britannique de Barcelone, ils sont libérés et peuvent quitter l'Espagne, par Gibraltar, et rejoindre l'Angleterre. À Gibraltar il rencontre pour la première fois le général de Gaulle et s'entretient avec lui. Ce dernier revenait d'Haïfa, les Anglais lui ayant refusé l'entrée en Syrie, après la signature de l'armistice de Saint-Jean-d'Acre le 14 juillet 1941[46].
  • Août. Il devient l'un des intervenants réguliers de la BBC dans l'émission Les Français parlent aux Français que dirige Maurice Schumann. Il intervient sous les noms de Granpré et Fromuzeau, Fromuzeau vient de "from Muzeau", du nom du lieu où se trouvait sa première habitation à Valençay. Il souhaitait, par des pseudonymes faciles à déchiffrer, que ses électeurs le reconnaissent. Il incite les agriculteurs à résister aux demandes de livraisons de produits agricoles aux Allemands, par l'intermédiaire de Vichy, et à les vendre directement aux habitants des villes. Ses discours ont déclenché des incendies de récolte et de matériel agricole, en particulier dans le Berry[47].
  • Octobre. Le 12, il est radié du barreau de Paris.
  • Le Général de Gaulle lui confie plusieurs missions : il est nommé Secrétaire Général du "Comité Central d'Aide aux Prisonniers". Pour cela il met en place l'envoi, aux soldats français prisonniers en Allemagne, de colis provenant des États-Unis (le Free French Relief Committee à New York), du Canada, d'Afrique du Nord (l'œuvre du colis d'Algérie et du Maroc), et d'Amérique latine, les uns sont offerts, les autres achetés grâce à l'or de de la Banque de France déposé aux États-Unis. Il arrive à faire livrer, inégalement en raison des destructions partielles des ports d'arrivées, c'est-à-dire Naples et Marseille, ainsi que des chemins de fer allemand, jusqu'à 800 000 colis par mois. Ils sont distribués, dans les camps allemands aux prisonniers de guerre, par la Croix-Rouge. 1 600 000 soldats français ont été transférés en Allemagne en 1940[48]. En janvier 1942, il en restait 1 400 000, compte tenu des retours anticipés et de la relève[49], et 900 000[50] à la Libération.
  • Il participe aux délibérations du « Groupe des Parlementaires Français adhérents à la France Combattante », dont le président est Félix Gouin. Il partage un petit appartement au 18 Hyde Park avec ce dernier, en raison de la pénurie de logements dans la capitale anglaise. Les membres de ce groupe sont : Paul Antier, député indépendant de la Haute-Loire, qui fut le premier parlementaire à rejoindre le général de Gaulle, Jean Pierre-Bloch, Lucien Gallimand, Fernand Grenier, Louis Jacquinot, André Maroselli, Pierre Mendès France, Jules Moch, Henri Queuille, Pierre Viennot, et André Philipp.
  • Le 9 novembre, Max Hymans écrit au président Roosevelt, avec Félix Gouin, Jean Pierre-Bloch, Pierre Mendès France et Paul Antier pour lui faire savoir qu'« au cours de ces deux dernières années, le peuple français a considéré le général de Gaulle comme le symbole de la Résistance ». La situation du général est à ce moment particulièrement critique. En effet, il n'a été informé par les alliés du débarquement en Afrique du Nord que le 9 novembre à 2h du matin, soit exactement quatre heures avant le déclenchement des combats. Les Américains trouvant sur place l'amiral Darlan, ont pensé qu'il ferait un excellent gouverneur. Quant aux Anglais, ils ont exfiltré en sous-marin, grâce au SOE, le général Henri Giraud, pour prendre cette place. Il s'agit d'une manœuvre de l'entourage du général de Gaulle, destinée à faire comprendre au Président des États-Unis que le général de Gaulle n'était pas un officier d'extrême droite fascisant, dont il voulait débarrasser l'Europe d'après-guerre. En effet, le Président Roosevelt était franc-maçon et tous les auteurs de cette lettre[51], sauf Antier, dont on ne pouvait pas omettre la signature en raison de son ancienneté dans la France Libre, le sont[52].

1943.

  • Janvier. Le 19, il est nommé au commissariat à la justice et à l'Instruction Publique.
  • Début 43, la Corse va être libérée par une coalition regroupant, la résistance locale, c'est-à-dire les communistes, l'armée italienne, le SOE et le général Giraud, ce qui était ce que le général de Gaulle redoutait le plus. Cela va s'avérer extrêmement positif pour la France Libre. En effet, quand les alliés vont voir que les résistants communistes en armes font voter les hommes à main levé devant les mairies (à cette époque les femmes ne votaient pas). Ils vont comprendre que seule une libération de la France par le Général de Gaulle, peut empêcher une prise de pouvoir par les communistes. Ils vont donc changer totalement leur politique vis-à-vis de la France Libre, et par conséquent le SOE va se mettre entièrement à la sa disposition[24].
  • Août. Il cesse ses interventions à la BBC. Il arrive à Alger le 13 août. Le général de Gaulle le nomme "Directeur des Transports Aériens", c'est-à-dire des infrastructures aériennes du Comité français de la Libération nationale (CFLN). Le général de Gaulle lui demande aussi d'étudier la possibilité de mettre en place un service aérien pour importer du riz depuis Madagascar. Lorsqu'il se rend dans cette île, il fait un rapport détaillé sur les lignes aériennes militaires (LAM), dont le directeur était Lionel de Marmier. Il était, de plus, le pilote personnel du général de Gaulle, il disparaîtra dans un accident d'avion le 30 décembre 1944, lors d'un vol Alger/Paris. C'est après la disparition de Lionel de Marmier, premier officier supérieur à avoir rejoint la France Libre, héros des deux guerres, que le général pensera à Max Hymans pour la présidence d'Air France. C'est pourquoi il a signé le 19 janvier 1946, sa nomination à la direction du Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale, avant de quitter le pouvoir le 20 janvier 1946[53].
  • À Antibes, son beau-père voit un inconnu frapper à sa porte. Il ne le reconnait pas, il s'agit de Max Hymans venu en sous marin d'Alger, puis déposé plage de la Garoupe au Cap d'Antibes. En regardant la photo qui se trouve sur ce site prise durant sa clandestinité, on comprend qu'il ne l'ait pas reconnu, avec sa moustache rasée, amaigri, ses cheveux longs et peignés dans le sens contraire. De plus, il le croyait toujours à Londres, et puis comment comprendre qu'il soit habillé de façon impeccable ? Il était revenu pour prendre contact avec les anciens membres du réseau Carte, et les convaincre de reconnaître enfin l'autorité du général de Gaulle. Il est revenu également pour des raisons privées, il était très inquiet au sujet de sa famille, et ce voyage lui a permis d'être rassuré par Max Maurey, sur le sort de sa mère, de sa femme, et de son fils, c'est à ce moment qu'il apprit que sa famille se cachait chez un cousin germain de Mme Maurey, Yvon Leroy au 10 rue de Douai. Était-ce possible ? Le SOE, qui alors travaillait totalement de concert avec la France Libre, possédait un camp d'entrainement à 20 kilomètres à l'ouest d'Alger au "Club des Pins", où il formait des chefs de maquis. Il s'agissait d'Anglais membres du SOE, d'Américains membres de l'Office of Strategic Services (OSS) et de Français. Les Alliés craignaient que, sans la présence d'officiers nationaux, les maquis ne tombent dans les mains des communistes. Ils avaient peur de réquisitions extravagantes chez les agriculteurs, ce les auraient monté contre la France Libre, et de bains de sang inutiles, les maquis n'ayant ni l'armement, ni l'expérience pour affronter directement l'armée allemande. Il en a profité pour aller à Châteauroux voir sa fille qu'il n'avait jamais vue, et prendre par l'intermédiaire de Mme Andrée Redon, des nouvelles de sa famille du côté de son frère avec qui elle était en contact. Lors de son premier départ pour Londres, il avait découpé au ciseau des pages de journaux. Il en avait emporté avec lui la moitié, Mme Redon en gardant l'autre, il les a remis au SOE, ce qui a permis à des parachutistes d'être hébergés chez elle en lieu sûr. Elle vérifiait que les deux parties du même journal s'emboitaient exactement. Ce fait ne peut pas être documenté, en particulier parce qu'il a fait ce voyage sous un faux nom, que nous ignorons. Les voyages se faisaient à partir d'Alger, mais les registres étaient tenus à Gibraltar, par la marine britannique, il n'y apparait pas. Non seulement les noms étaient souvent faux, mais les passagers étaient quelquefois cités par leur fonction, et non par un nom, par exemple : agent SOE, homme politique français, etc.[54],[55].
  • Premier échec : le Comité Français de Libération Nationale a créé le 17 septembre l'Assemblée consultative provisoire. Celle-ci comprenait vingt membres de la Chambre des Députés, tel qu'elle se composait au jour de la déclaration de guerre. C'est-à-dire trois communistes[56], cinq socialistes, cinq radicaux et centre gauche, huit centre et droite, de quarante-neuf représentants des mouvements de la Résistance métropolitaine, de douze représentants de la Résistance extra-métropolitaine, de douze délégués élus des conseils généraux des territoires déjà libérés[57]. Max Hymans a été élu[24], dans le quota réservé aux socialistes. Le parti socialiste interdisant à tous néo-socialiste de le représenter, il a dû écrire au secrétaire général de l'Assemblée consultative provisoire qu'il n'était pas candidat, afin d'éviter une invalidation. le moyen mis en œuvre a été, son vote en faveur des pleins pouvoirs constituant au Maréchal. Il avait été prévu une dérogation pour faits de résistance, qui bien entendu, n'a pas été utilisée[58].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

1944

Retrouvailles du général François d'Astier de La Vigerie, à gauche, de Max Hymans, au centre, et de André Parpais, à droite, devant les grilles de la préfecture de Châteauroux en septembre 1944.
Max Hymans signant l'accord de fondation de l'Organisation de l'aviation civile internationale en 1944 à Chicago.
  • Retour en France métropolitaine. Il atterrit le 28 août à l'aéroport d'Évreux et retrouve sa femme qui se cachait à Pigalle. Deux miliciens étaient venus arrêter en 1943 Mme Raphaël Hymans, Mme Max Hymans et son fils aîné à Valençay. Max Maurey leur ayant expliqué que tout ce qu'ils y gagneraient, c'est un coup de pistolet dans la nuque au retour de Max Hymans, ces derniers avaient conseillé à Mme Hymans de se cacher au milieu des Allemands. Mme Hymans mère a été cachée, quant à elle, chez des agriculteurs de Valençay, Monsieur et Madame Fouquet, après avoir été déclarée au seuil de la mort et intransportable par les deux médecins de Valençay. Elle a fait le trajet cachée dans une charrette remplie de foin.
  • La direction des Transports aériens est transférée d'Alger à Paris. Max Hymans en assure toujours la direction, sous la tutelle du ministre de l'Air du premier gouvernement de Gaulle, du 10 septembre 1944 au 21 novembre 1945, le communiste Charles Tillon. C'est la première fois dans l'histoire de France que des communistes vont participer à un gouvernement. Car, sous le Front Populaire, ils s'étaient contentés d'un soutien sans participation.
  • Il représente la France à la conférence de Chicago, lors de la création de l'OACI (Organisation de l'Aviation Civile Internationale). Il est conseillé par Me Garnault, avocat spécialisé dans le droit aérien.
  • Le 11 novembre 1944, le "Congrès national extraordinaire des cadres des fédérations socialistes reconstituées dans la Résistance" décide de le réintégrer au sein de la SFIO, avec huit autres parlementaires ayant voté les pleins pouvoirs au maréchal, en raison des services rendus à la Résistance.
  • À la demande de son beau-père, il se démène pour faire libérer Sacha Guitry. Ce dernier, en gardera une grande reconnaissance à la famille Maurey, et ne fera désormais jouer ses pièces qu'au théâtre des Variétés. Il offrira à Max Maurey le magnifique buste d'Offenbach qui se trouve actuellement dans le fumoir du théâtre. Quant à son cousin Yvon Leroy, qui faisait collection de tout, il lui bradera ses magnifiques voitures.

1945

  • Deuxième échec : Le 21 octobre, ont lieu les premières élections d'après guerre. Le "Comité local de Libération National" de Valençay le déclare éligible. Il ainsi est éligible dans un conseil municipal et dans un conseil général. Tandis que le "Comité Départemental de Libération Nationale" de l'Indre le déclare inéligible en raison de son vote en faveur du Maréchal le 10 juillet 1940, il est donc inéligible à la première Assemblée Constituante.
  • Il lui est reproché d'avoir agi isolément et d'avoir travaillé pour un réseau anglais. Le délégué communiste ira jusqu'à dire, lors de la réunion du "Comité Départemental de Libération Nationale" : « On affirme que Max Hymans a fait de la Résistance, mais moi je ne l'ai jamais vu dans un maquis ! ». Sa carrière politique est brisée.
  • 16 juin, Air France est nationalisée à la demande de Charles Tillon, qui aura été le dernier ministre de l'Air. Après l'Armistice de 1940, tout service avec l'étranger fut interrompu, et Air France fut placée sous la tutelle de l'État Français. Son siège fut transféré à Marseille, en zone libre. Le choix de cette ville s'explique par la proximité d'une importante base d'hydravions située sur l'étang de Berre. Après l'invasion de la zone libre, toutes les liaisons vers l'Afrique furent suspendues. En Afrique du nord et en Afrique noire, elle a continué son activité, sous l'autorité de sa direction locale située à Alger. Après la prise du pouvoir par le général de Gaulle, elle fut dissoute et remplacée, le 30 juin 1943, par les Réseaux Aériens Militaires Français (RAMF), sous la direction de Lionel de Marmier. Le 1er juillet 1944 elle prit le nom de Transports Aériens Militaires (TAM). Enfin le 9 août 1944, elle fut réunifiée lors de sa réquisition, en vertu de divers textes sur la militarisation de l'aéronautique civile en temps de guerre.
  • La nationalisation d'Air France ne signifie pas un monopole des transports aériens, le gouvernement s'était laissé la liberté d'octroyer des exploitations de ligne par décrets pour des périodes exceptionnelles, mais de fait automatiquement renouvelées.
  • Aucune raison n'a jamais été donnée par le gouvernement pour la nationalisation d'Air France, qui ne figurait, ni sur le programme du Conseil national de la Résistance, ni dans le discours du général de Gaulle du 2 mars 1945. C'est ce qui l'a fait classer par Robert Esperou comme une nationalisation-sanction[59].
  • Septembre le 30, il est élu conseiller général de Valençay avec 2 545 voix, contre 1 830 au candidat communiste Lemoine, grâce à l'élection de dix Conseillers généraux socialistes, il en devient le Président pour six ans.

1946

  • Le 19 janvier, le Gouvernement provisoire de la République française le nomme à la tête du Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale (SGACC). C'est une des dernières décisions prises par le Général de Gaulle avant sa démission le lendemain, le 20 janvier. Il y tenait donc tout particulièrement[60]. Il a maintenant comme ministre de tutelle, Jules Moch. Il prend comme Directeur de cabinet Georges Bégué qui avait terminé la guerre comme chef des transmission du Commandement suprême des alliés en Europe (SHAEF), alors basé à Londres. Lors de sa nomination à la présidence d'Air France, le 4 août 1948, Max Hymans le nommera, à compter du 1er octobre, représentant du Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale à Washington, puis l'aidera à intégrer une entreprise de radio-télécommunication dont Air France était un client, "l'Atlantic Rechearch Corporation". Il va créer les structures du SGACC et choisir les hommes qui les dirigeront. Il reconstruira en priorité les sept aérodomes les plus à mêmes de rétablir la puissance et le prestige français, c'est-à-dire : Paris/Orly, Marseille/Marignagne, Alger/Maison Blanche, Dakar, Saïgon, Pointe-à-Pitre et Fort de France. Le Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale (SGACC) deviendra en 1976, la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC), lors de la disparition des secrétariats généraux dans l'administration.
  • Il va conseiller le gouvernement dans la rédaction de la loi qui créé le statut d'Air France, d'autant plus qu'il sait qu'il en sera nommé président. Edgar Faure, qui était par principe hostile aux nationalisations, a fait échouer le vote de la loi qui instituait le nouveau statut d'Air France. Max Hymans suggère alors au gouvernement de faire d'Air France, une société anonyme de droit privé, qui remplit une mission de service public. Ce qui ne signifie rien dans la mesure où l'État et les collectivités locales devaient être propriétaires statutairement d'au moins 85 % du capital. Il s'agit de l'article 4 de la loi du 16 juin 1948, qui est ainsi rédigé : "En aucun cas, le total des actions souscrites par la deuxième catégorie (les personnes privées) ne pourra excéder 15 % du capital". De plus, il était prévu que le président et le directeur général soient nommés en Conseil des ministres. Cela a suffi à apaiser la droite et à faire voter cette loi[61],[62].
  • Réintégré à la Libération au barreau de Paris, il en démissionne définitivement le 1er décembre.

1947

  • Le 7 décembre, il signe, au nom de la France, la Convention de Chicago qui établit les règles de l'air.

1948

  • Le 4 août, il devient président d'Air France, avec comme directeur général Henri Ziegler, le futur Président de Sud-Aviation. Auparavant, il avait choisi Fernand Hederer, inspecteur général de l'Air, pour diriger après lui le Secrétariat Général à l'Aviation Civile. En effet, jusqu'en 1956 un représentant du Secrétariat général à l'Aviation civile siégeait de droit au Conseil d'Administration d'Air France. Il devra d'abord pacifier une entreprise dans laquelle une guerre larvée existait entre ceux qui venaient d'Alger, et ceux qui, restés en France, avaient dû collaborer. Air France avait du assurer l'entretien des avions de la Lufthansa à Toulouse et prêter des équipages inemployés à cette Compagnie. Il associera le plus possible à ses décision la CGT, qui dirigeait plus ou moins l'entreprise depuis 1944. Il le fera grâce à la présence statutaire de deux délégués du personnel au sein du Conseil d'Administration. Il lance un programme d'achat d'avions raisonné, en ayant le courage de s'opposer à la volonté du gouvernement d'acheter des appareils français, qui n'étaient pas au niveau mondial. Il leur préfère des avions d'excellente qualité : Douglas DC-3, Douglas DC-4, enfin des Lockheed Constellation, tous américains. Il adaptera constamment la flotte[63]. il pense que la montée des nationalismes rendra de plus en plus difficile l'obtention de lignes nouvelles[64].
  • Son passé devient problématique. En qualité de Président d'Air France, il est amené à communiquer au niveau national. Comment expliquer alors au public, et aux syndicats qu'il ait pu être nommé à la tête d'une Société nationale tout en ayant voté les pleins pouvoirs au Maréchal ? Il va donc s'autoproclamer député jusqu'en 1940, ce qui évitera que l'on lui demande ce qu'il a voté en juillet 1940. Un décret de juillet 1939 a prorogé les mandats des députés élus en 1936, ils sont ainsi restés députés jusqu'aux élections de 1946. Jamais la C.G.T. qui a pourtant fait circuler des documents faux contre lui n'a eu l'idée de l'attaquer sur ce point, elle ignorait tout simplement ce fait. Lors d'une assemblée générale de l'IATA qui avait lieu à Acalpuco, les présidents des différentes compagnies aériennes se sont réunis au bord de la piscine de l'hôtel. Des photos y ont été prises. L'une d'entre elle a été interceptée par la C.G.T. et diffusée à Air France avec la légende suivante : "Max Hymans prend ses vacances avec des patrons américains". Elle est réapparue à Valençay à la veille d'une élection au Conseil général. Le Parti Communiste l'a distribuée un vendredi matin, avant-veille du jour du vote, dans le but de ne pas lui laisser le temps de répondre, puisque les campagnes électorales se terminent le vendredi à minuit.
  • Comment expliquer à la C.G.T. qui était alors le principal syndicat d'Air France, qu'il avait été un agent des services secrets britanniques, quand la lutte contre le "Grand capital anglo-saxon" était l'un de ses slogans préférés. Il va donc être des plus vagues quant à sa résistance, sans jamais entrer dans les détails, sans jamais nommer le SOE, ni parler des parachutages, des sous-marins etc. Cela ne signifie pas qu'il ne restera pas en contact avec ses camarades du SOE. Son secrétaire particulier, Pierre Babet un ancien du SOE, assistait aux réunions de "Libre Résistance" l'association des anciens de ce réseau, et il devait le tenir au courant des problèmes des uns et des autres.
  • Il est élu à la présidence de l'OACI, organisation des Nations Unies destinée à rationaliser le transport aérien.
  • René Brouillet, secrétaire général du Gouvernement tunisien, fait appel à lui. Car, les tunisiens manifestent le désir d'avoir leur propre compagnie aérienne. Max Hymans va régler les problèmes juridiques, techniques et financiers, permettant la naissance de Tunisair. Comme il l'avait déjà fait, un an auparavant quand il était Secrétaire Général à l'aviation civile avec Air Algérie, et au Maroc avec Atlas Air, devenu par la suite Royal Air Maroc. Il pense que l'indépendance de ces pays étant inéluctable, il vaut mieux créer des compagnies amies avant, plutôt que d'avoir des compagnies hostiles après.
Max Hymans, maire de Valençay, accueillant l'archevêque de Bourges.

1949

  • le 21 mars, Il est élu maire de Valençay avec 2 662 voix, face au communiste Maxime Bonnet, qui n'en obtient que 1 736.

1950

  • Après la défaite de 1940, le transport aérien a été vu comme un moyen permettant de retrouver une certaine grandeur. les Anglais étaient encombrés par deux compagnies aériennes, l'Allemagne était absente, l'Italie aussi. C'est pourquoi le gouvernement a pris à sa charge 90 % du déficit des lignes internationales. Les bénéfices, sur les long-courriers de l'Union Française, permettaient de combler les 10 % restants. À quoi, il fallait ajouter une subvention pour la formation du personnel navigant, et une autre, à partir de 1951, pour l'exploitation des douze Breguet Deux-Ponts, entre Paris et Alger, que l'État lui avait imposée.

1951

Max Hymans lors de l'inauguration de l'aérogare des Invalides le 21 août 1951.
  • Il est réélu au Conseil Général de l'Indre, mais il en perd la présidence en faveur de Vincent Rotinat, élu CNI du canton de Neuvy-Saint-Sépulchre.

1952

  • Au cours d'une conférence donnée aux Ambassadeurs, (il s'agit du théâtre des Ambassadeurs, où avaient lieu des conférences prestigieuses, devenu aujourd'hui l'Espace Cardin). Il se prononce pour la création d'une compagnie aérienne fédérant les compagnies d'Europe Occidentale. La France se trouvant du côté des vainqueurs, Air France est en position de force face à l'Allemagne, mais avec le temps, il pense que celle-ci retrouvera sa position économique dominante en Europe, et qu'il faut donc profiter de la situation. Son projet, connu sous le nom d'Air Union, réunit, outre Air France, trois compagnies européennes : La Sabena, Alitalia et Lufthansa. Ce projet, pourtant bien avancé (le siège d'Air Union devait se trouver à Paris sur les Champs-Élysées dans l'hôtel Marcel Dassault), est finalement refusé par le gouvernement, lors du retour au pouvoir du Général de Gaulle. Il considérait qu'Air France, symbole de la France, devait rester entièrement français[65].

1953

  • Les appareils utilisés par les grandes compagnies étant plus ou moins les mêmes, Max Hymans va mettre en avant la "qualité française". Il fait recruter des cuisiniers des plus grands restaurants, ou des paquebots de luxe, et des stewards parmi les serveurs des grands hôtels comme le Ritz. L'exemple le plus symbolique en est le "Parisien Spécial", inauguré le 3 mars 1953, avec le Super Constellation L-1049, qui relie Paris à New York en vingt heures, escales comprises. Il comprenait les plus luxueuses installations jamais réalisées sur un appareil commercial, avec lits et cabines privées : en effet, huit cabines particulières sont transformées pour la nuit en cabines-chambres, avec des lits doubles, ainsi que deux salons avec seize fauteuils-couchettes, et bien sûr des repas gastronomiques. Le Super Constellation L-1049 est le premier avion qui, pour servir des plats chauds, est muni de fours au lieu de marmites isothermes.

1954

  • Disparition de sa mère, ce qui l'affecte beaucoup. Depuis la fin de la guerre, il faisait une cure à Vichy, pensant que la fatigue qu'il ressentait de plus en plus était due à un problème de foie, et non à un début de cancer.
  • Les médecins découvrent qu'il a un cancer du poumon, mais ne lui disent rien, car à l'époque on ne pouvait pas en guérir. Il avait une forte addiction au tabac, il prenait toujours ses notes sur des paquets de Gitanes.
  • Signature des accords de Peïra-Cava, il s'agit d'une ville des Alpes-Maritimes située à 40 kilomètres au nord de Nice. Ils mettaient fin à la concurrence franco-française dans les colonies, et y organisaient le partage des lignes faisceau par faisceau. Air France se retrouve à égalité avec soit A.U.T soit avec la T.A.I. et gardait ses positions en Afrique du Nord, grâce à la demande des compagnies de ces pays qui, devenus indépendants, souhaitaient continuer à coopérer avec elle.
  • Il est élu président de l'International Air Transport Association (IATA) pour l'année 1954-1955.
  • Henri Ziegler quitte la direction générale d'Air France pour devenir directeur de cabinet du ministre des Transports. Max Hymans va alors assumer à la fois la présidence et la direction générale d'Air France.

1955

  • Dans son discours de fin de présidence de l'IATA, il préconise l'entrée de L'URSS dans cette association[66].
  • Il choisit Louis Lesieux en qualité de directeur général d'Air France, le Ministre des transports lui ayant rappelé que le statut d'Air France en prévoit un. Louis Lesieux conservera ce poste jusqu'en 1967.

1956

  • Signature simultanée et très médiatisée des premiers contrats d'achat d'avions à réaction. Il s'agit de 12 Caravelle et de 10 Boeing 707.
  • Il apprend, par hasard, qu'il a un cancer et qu'il est condamné. Cela s'est passé à l'Hôpital américain de Paris, où il était allé consulter un spécialiste. Arrivé en avance et fatigué. Il entend Deux infirmières qui font la conversation, et l'une explique à l'autre que son patron attend le Président d'Air France, à la question de quoi souffre-t-il, elle répond d'un cancer, et ajoute qu'il est condamné. Il pense néanmoins pouvoir guérir grâce aux rayons X, très en vogue à cette époque. Pour cela, il va se faire soigner plusieurs fois aux États-Unis.
  • Le 2 janvier, Léon Boutbien est battu aux élections législatives dans l'Indre. Il l'avait été précédemment comme candidat au Conseil Général pour la ville de Buzançais. Les communistes obtiennent deux sièges, les radicaux deux également, et la S.F.I.O aucun. De plus la S.F.I.O, n'obtient qu'un nombre de voix très faible, les élections sont faites à la proportionnelle. La S.F.I.O arrive à 13 169 voix, les radicaux à 30 888, et les communistes à 41 531. Léon Boutbien avait-il été un bon choix ? On peut légitimement se le demander. En effet, la grande question de cette époque était l'adhésion ou la non-adhésion de la France à la CED (Communauté européenne de défense). Max Hymans en était partisan, mais il a gardé un silence total à ce sujet. À l'Assemblée Nationale Léon Boutbien a voté en faveur de cette adhésion. Cette question était des plus sensible dans l'Indre, dans ce département la population y était totalement hostile. Il faut se souvenir que la 2e division SS Das Reich se trouvait au repos à Mautauban, au moment du débarquement de juin 1944, elle y reçut alors l'ordre de rejoindre la Normandie. Elle a dû effectuer ce trajet par la route, la Résistance ayant fait sauter toutes les voies ferrées. Son chemin fut semé de massacres, les plus connus sont le massacre de Tulle et le massacre d’Oradour-sur-Glane. Dans le département de l'Indre il y eut des exécutions un peu partout[67]. On comprend alors pourquoi c'était une erreur politique de voter en faveur de cette ratification. La population s'est sentie trahie par ce vote.
  • Pour Max Hymans, son retour en politique passe désormais par un futur siège au Sénat, c'est pourquoi il attachera tant d'importance à son poste de Conseiller général.

1957

  • Air France reçoit ses derniers Super Constellations, ils devront être abandonnés seulement trois ans plus tard au profit des Boeing 707, ce qui montre la vitesse extraordinaire de l'évolution de l'aviation civile durant ces années.
  • Il est réélu pour la dernière fois au Conseil général de l'Indre.

1958

Arrivée au pouvoir du général de Gaulle, qu'il accompagne dans tous ses déplacements, qui sont nombreux : Algérie, Afrique noire, Amérique du Sud. Le général le consulte discrètement sur les questions économiques[68],[69].

  • Grâce à l'allongement du rayon d'action du Lockheed Constellation "Super Starliner L 1649", le 26 janvier est inaugurée la ligne Paris/Tokyo par le pôle, avec escale à Anchorage en Alaska.
  • Dénonciation de l'accord aérien franco-américain conclu en 1946, due à la création, en 1957, par la Panamericain Airway, d'une liaison Los Angeles-Paris par le pôle sans réciprocité pour les Français.

1959

Max Hymans et Yvonne de Gaulle lors du baptême de la Caravelle Lorraine en 1959.

Le 8 mars, dernières élections municipales à Valençay. Trop fatigué pour faire campagne, il présente une liste de large union. Ainsi il n'y aura que deux listes : la sienne alliant les modérés, le centre, et le centre-gauche, et l'habituelle liste communiste.

1960

  • Sa santé se détériore de plus en plus vite. Joseph Roos, qui lui succèdera l'année suivante à la Présidence d'Air France, déclare avoir été épouvanté au mois de juillet par son aspect physique, puis avoir été sondé dès ce moment par le ministre des Transports, pour succéder à Max Hymans[70].
  • L'arrivée des avions à réaction provoque au quatrième trimestre une longue grève des pilotes, qui demandent l'établissement d'une réglementation nationale sur les règles du travail du personnel navigant.

1961

  • Janvier. le nouveau régime mis en place par le général de Gaulle, ne voulant pas montrer de faiblesse, réquisitionne le personnel navigant technique[71],[72]. Certains pilotes quittent leur uniforme pour éviter cette réquisition. Max Hymans ne se rend que trois fois à Air France, au cours du début du mois. Aphone, il rencontre les représentants syndicaux des pilotes pour les adjurer de ne pas porter un coup dur à la Compagnie. Le 17, il préside son dernier conseil d'administration, et présente son successeur Joseph Roos. Enfin, le 19, il vient démissionner de la présidence d'Air France, dont il devient président d'honneur. Il fait ses adieux à ses collaborateurs. Le 21, le général de Gaulle lui fait porter une lettre amicale l'élevant au grade de Grand Officier de la Légion d'honneur tout en l'encourageant à surmonter sa maladie.
  • Le dimanche 5 mars, René Brouillet, chef de cabinet du général de Gaulle, qu'il connaissait depuis 1944, vient le voir. René Brouillet a fait le récit complet de cette visite, dans Icare no 58, un des plus beaux textes jamais écrit sur Max Hymans. Sa mission officieuse était de voir l'état de Max Hymans, le général de Gaulle souhaitant venir lui remettre sa plaque de Grand Officier, à son domicile. Le lundi 6, il manifeste le désir de revoir son ancien secrétaire particulier, Pierre Babet, qu'il avait connu au SOE. Le mardi 7, il demande, par geste, au professeur Maurice Mayer, qu'il avait connu dans la résistance, de l'euthanasier. Il décède à 17h10, à Saint-Cloud, (Hauts-de-Seine). Il est enterré le vendredi 10 au cimetière du Montparnasse[73]. Son éloge funèbre est prononcée par : Edgar Faure au nom des parlementaires qui affirma : « C'est une grande chance pour un homme de faire coïncider sa vie avec sa mission », Jules Moch au nom des anciens du parti socialiste qui déclara : « Peu d'hommes ont eu la joie, comme lui, de vivre plusieurs vies en une seule », Vincent Rotinat, au nom du département de l'Indre, enfin Robert Buron, ministre des Transports, au nom du gouvernement[74].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Max Hymans a reçu un nombre considérable de décorations en trois vagues, la première à l'occasion de l'Exposition de 1937, la deuxième en raison de son action durant la guerre, enfin la troisième pendant les années 1950/60 correspondant aux inaugurations de lignes en Amérique du Sud, les pays desservis ayant tenu à le décorer.

Plaques[modifier | modifier le code]

  • Une plaque est apposée sur la maison d'où, grâce à lui, l'opérateur radio Georges Bégué, a pu envoyer vers Londres, le 9 mai 1941, le premier message radio. Adresse : 14, rue des Pavillons, Châteauroux (Indre).
  • Un monument a été édifié à Beleymas (Dordogne) à l'endroit où a eu lieu le premier parachutage d'armes, il est visible sur le site de ce village sur Wikipedia.
  • Un médaillon, dû au sculpteur Paul Belmondo, a été posé dans le hall du nouveau siège social d'Air France, 45 rue de Paris à Roissy.

Voies[modifier | modifier le code]

Timbre[modifier | modifier le code]

  • Un timbre à son effigie a été émis par la Poste[76].
  • Une médaille a été réalisée pour lui rendre hommage, en 1981, par Georges Guiraud, Grand Prix de Rome.

Famille[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Weill, Max Hymans, fondateur d’Air France, 1900-1961, avec photographies.
  • Air & Cosmos no 1272 du 17 février 1990. Texte J. Noetinger.
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / (EAN 9782847343298). Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle sur le SOE en France.
  • Michel Jouanneau, Mémoire d'une époque, Indre 1940-1944, tome 1, 1995.
  • Gilles Groussin, La Résistance dans le canton de Valençay (Les Maquis de Gâtine), 2006 ; (ISBN 2-9515378-1-6).
  • Icare. Revue de l'aviation française, no  58 largement consacré à Max Hymans, été 1971.
  • Patrice Beaussier (sous la dir.), Le "doyen" de la Résistance, mémoire collectif, collège Honoré de Balzac, 36100 Issoudun.
  • Véronique Martin-Mollet, Le résistant Max Hymans, mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine, Faculté des lettres, langues et sciences humaines de Limoges.
  • Philippe-Michel Thibault et Anaïs Leclerc, Air France L'art du voyage, coll. Découverte, Gallimard, 2008 ; (ISBN 978-2-07-042903-5).
  • Maurice Nicault, Résistance et Libération de l'Indre. Les insurgés, coll. Passé simple, Royer, 2003 ; (ISBN 2-908670-85-2).
  • Jean Joly (sous la direction de), Dictionnaire des Parlementaires Français (Notice biographique sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940), Presses universitaires de France, 1960.
  • Claire Lemercier, « Le Club du Faubourg, Tribune Libre de Paris, 1918-1939 », Cahiers d'histoire, janvier 1997.
  • Sabine Jansen, Pierre Cot, collection Nouvelles études contemporaines, édition Fayard, octobre 2002 ; (ISBN 2-213-61403-2).
  • Cécile Desprairies, Ville Lumière, Années Noires, Denoël, 2008 ; (ISBN 978-2-207-25925-2).
  • Sir Brooks Richards, Flottilles secrètes, les liaisons clandestines en France et en Afrique du Nord 1940-1944, Édition Marcel-Didier Vrac (MVD), 2001.
  • Maurice Buckmaster, Specially Employed, édition Batchworth, 1952.
  • Thomas Rabino, Le réseau Carte - Histoire d'un réseau de la Résistance, antiallemand, antigaulliste, anticommuniste et anticollaborationniste, Perrin, 2008 ; (ISBN 978-2-262-02646-2).
  • Robert Durandeau, Histoire des francs-maçons en Berry, édition Lucien Souny, 1990 ; (ISBN 2-905262-42-7).
  • Marceau Long, P. Weill, Guy Braibant et autres, Les Grands Arrêts de la Jurisprudence Administrative, édition Dalloz, 16e édition, 2007 ; (ISBN 978-2-247-07424-2).
  • François Marcot (sous la dir. de), Dictionnaire historique de la Résistance, collection Bouquins, Robert Laffont, 2006 ; (ISBN 2-221-09997-4).
  • Robert Esperou et Gérard Maoui, AIR FRANCE, des origines à nos jours, Édition Le cherche midi ; (ISBN 2-86274-537-5).
  • Pierre Péan, Vies et Morts de Jean Moulin, Fayard, 1998 ; (ISBN 2-213-60257-3).
  • Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France Libre, Gallimard 1996 ; (ISBN 2-07-073032-8).
  • Jacques Nobécourt, Le colonel de la Rocque, 1885-1946, ou, Les pièges du nationalisme chrétien, Fayard, 1996 ; (ISBN 978-2213596877).
  • Philippe Randa, Dictionnaire commenté de la Collaboration française, Édition Jean Picollec, 1997 ; (ISBN 2-912476-00-3).
  • Pierre Mendès France, S'engager 1922-1943, édition Gallimard, 1984 ; (ISBN 2-07-070275-8).
  • Jean Pierre-Bloch, Le temps d'y penser encore, édition Jean-Claude Simoën, 1977.
  • Colonel Edmond Petit, Missions très spéciales, éditions de la Pensée moderne, 1964 ; ch. 7, Gabriel vous envoie ses amitiés (10 octobre 1941).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Beaussier, p. 7.
  2. Pour plus de détail sur Guillaume d'Ornano, voir l'article sur Michel d'Ornano, son fils.
  3. Jean Joly (dir.), Dictionnaire des Parlementaires Français, aux Presses universitaires de France tome VI, 1960.
  4. Sabine Jansen, p. 296.
  5. Philippe-Michel Thibault, préface de Jean-Cyril Spinetta, Le Roman d'Air France, Gallimard 2003 (ISBN 2-74-241104-6).
  6. Durandeau, page 232.
  7. Beaussier, p. 15.
  8. a et b Beaussier, p. 16.
  9. Source : Gérard Orizet, directeur du cabinet de Max Hymans à Air France.
  10. Lettre adressée par Max Hymans à M. Vallière, Président de la Commission des Finances :
    Mon cher Président,
    Au début des hostilités, j'avais demandé à partir aux armées.
    Avant d'avoir reçu une affectation, la Commission des Finances m'a fait l'honneur de me confier le rapport du ministère nouveau de l'Armement, et de me nommer membre de sa sous-commission de contrôle des armements.
    J'ai considéré alors, après une conversation avec vous, mon cher Président, et étant donnée la physionomie de la guerre, que mon activité serait plus efficace dans les fonctions que la Commission m'avait confiées et que j'ai tenté de remplir de mon mieux par des contrôles sur pièces et sur place, contrôles opérés tant dans les usines que dans des formations militaires.
    Aujourd'hui, la situation est différente. La ruée allemande s'est abattue sur un nouveau pays [Note : il s'agit de la Norvège]. Chaque jour, nous craignons des complications. Nul ne peut prévoir l'avenir.
    Je vous ai indiqué quand vous m'avez fait ressortir l'importance du rapport de l'Armement, que je tenais absolument à faire une réserve ; elle était la suivante : à savoir que je puisse obtenir un poste actif aux armées à la première alerte.
    J'ai donc demandé au moment du dernier événement à partir aux armées.
    Mon affectation dans une unité combattante est incompatible avec l'exercice d'une fonction de contrôle parlementaire.
    Je vous prie donc de bien vouloir remercier les membres de la Commission pour la bienveillance avec laquelle ils ont accueilli mes rapports et j'ai l'honneur de vous demander de pourvoir à mon remplacement dans les fonctions que la Commission des Finances m'avaient confiées.
    Veuillez agréer, etc...
    [Source: La Dépêche, quotidien de l'Indre, 9 mai 1940.
  11. Beaussier, p. 19.
  12. Tous les parlementaires de l'Indre ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal : les deux sénateurs, Bénazet et Gautier (le troisième, Dautry, étant décédé), et les cinq députés, François Chasseigne, Albert Chichery, Louis Deschizeaux, Max Hymans et Vincent Rotinat.
  13. Beaussier, p. 25-27.
  14. Max Hymans et Farki Pacha s'étaient rencontrés dans des conférences internationales consacrées à résoudre le problème de la dette égyptienne
  15. M. Beaujard est le beau-frère du président de l'Association des Anciens Combattants de l'Indre, M. Destouches. Il rejoint son poste d'attaché commercial en Amérique du Sud.
  16. Madame Bonnet est une journaliste américaine.
  17. Thomas Rabino, p. 121.
  18. Beaussier, p. 31.
  19. Edmond Petit, p. 130.
  20. Source : Edmond Petit. Le colonel Edmond Petit a passé toute la guerre dans le même Oflag (camps de prisonniers réservés aux officiers) que le frère de Mme Hymans, Denis Maurey. Ils se sont très bien connus, car tous les deux avaient choisi comme activité le théâtre. Il sera le premier conservateur du Musée Air France. Son successeur le commandant Lasserre est l'auteur du numéro de la revue Icare, consacrée à Max Hymans.
  21. Icare no 58, récit de Georges Bégué, p. 91-92 ; Icare no 141 p. 56-57 ; Patrice Beaussier, p. 43.
  22. Max Hymans a probablement craint, s'il l'avait fait lui-même, d'attirer l'attention. En effet, il était connu de vue de tous, ses photos avaient été publiées dans la presse locale durant douze ans. Il était le principal orateur, lors de diverses manifestations dites de "Défense de la République", organisées à Châteauroux durant les années trente, par la Ligue des Droits de l'Homme, la Ligue de l'Enseignement ou le Comité des Parlementaires de l'Indre.
  23. Patrice Beaussier, p. 44-48.
  24. a, b et c Crémieux-Brilhac.
  25. Une plaque de marbre a été apposée sur le mur du 14 rue des pavillons pour commémorer l'envoi de ce premier message.
  26. Groussin, p. 154.
  27. Source : Jean-Louis Laubry, professeur agrégé d'histoire à l'Université d'Orléans.
  28. En fait, ils étaient pratiquement tous membres de la loge La Gauloise de Châteauroux
  29. Brooks Richards, p. 807.
  30. Source : idem page 924.
  31. Beaussier, p. 72-76.
  32. Source Jean Louis Laubry, professeur agrégé d'histoire à l'Université d'Orléans, Directeur de L'IUFM de Châteauroux.
  33. Gaby était le prénom de madame Jean Pierre-Bloch.
  34. Il ne s'agissait pas d'un manque d'alcool, mais d'une mesure hygiéniste prise en vue de la "regénérence de la race" conformément aux idéaux de l'époque.
  35. Source : rapport de police. Voir Maurice Nicault, p. 90-91.
  36. Chez son cousin Paul Mezguer, réfugié de Strasbourg.
  37. Chez le couple Aubrac, pour empêcher Max Hymans de sortir, Raymond Aubrac lui donnera des livres à couvrir, source entretien Raymond Aubrac avec Eva Doucet.
  38. Chez André Girard, 10 Bd. du Cap. [Rabino].
  39. Dans une lettre adressée à Pierre Cot depuis Londres : « Il y a un an et demi, quand j'ai échappé à l'arrestation, je suis allé vivre quelques jours à Chambéry (...) J'ignorais alors que tu avais choisi un cabinet si agissant que presque tous ses membres se distinguent aujourd'hui. » [Pierre-Cot, p. 616.]
  40. Source : numéro hors série de Nice matin du 3 septembre 2009, consacré à la guerre dans les Alpes-Maritimes, page 71, intitulé "Des êtres d'exception".
  41. Rabino et Brooks Richards.
  42. . Il existe à Antibes, square Élie Levy, en bas du Bd. Maréchal Foch, face à la mer, un monument dédié aux agents antibois du SOE maritime.
  43. Source Beaussier
  44. Source Beaussier page 100.
  45. Les autorités espagnoles ont laissé passer vers l'Algérie entre 25 et 30 000 Français souhaitant reprendre le combat. [Crémieux-Brilhac]
  46. Dictionnaire historique de la Résistance, p. 605].
  47. Source Beaussier.
  48. Source : Patrick Buisson, Vichy ou les infortunes de la vertu, Albin Michel
  49. Source idem, page 287.
  50. source ibidem
  51. Max Hymans a été initié le 16 avril 1926 dans la loge "Isis-Montyon", du Grand Orient de France. Source Henry Coston : Dictionnaire de la Politique Française.
  52. Noguère, Tome III, page 63.
  53. Le pilote officiel du général de Gaulle, après son retour au pouvoir en 1958, pour ses voyages officiels à bord des appareils d'Air France, sera Lionel Casse (1915-2008).
  54. Brooks Richards.
  55. Ce fait a été raconté par Mme Hymans et Mme Redon, en termes identiques.
  56. Dont le père de Guy Môquet, Prosper Môquet, que le général de Gaulle avait fait libérer, de la prison de Fort-de-l'eau à son arrivée à Alger.
  57. Dictionnaire historique de la résistance, p. 228.
  58. Par rapport à la réussite après guerre, des cinq socialistes élus à cette Assemblée, celle de Max Hymans apparaît des plus relative. Vincent Auriol est devenu Président de la République, Le Troquer, Président du Sénat, Félix Gouin, Président du Conseil, Jules Moch, ministre des Transports et de l'Intérieur. Seul, Pierre-Bloch n'a pas accédé à de hautes fonctions.
  59. Robert Esperou.
  60. Témoignage de son chef de Cabinet René Brouillet. [Source Icare no 58]
  61. LOI no 48-976 du 16 juin 1948, Portant Institution de la Compagnie Nationale Air France, (Journal officiel du 17 juin 1948 - Page 5863) ART. 1er Il est institué sous le nom de Compagnie Nationale Air France, une société soumise aux règles édictées par la présente loi et, dans tout ce qu'elles n'ont pas de contraire à celle-ci, par les lois sur les sociétés anonymes.
  62. Sur le statut juridique d'Air France, voir Grands Arrêts de la Jurisprudence Administrative, l'article consacré au différend entre Air France et les époux Barbier, p. 590 et suivantes. Il s'agit d'une analyse complète du statut d'Air France de l'époque. Il a été réalisé par le Tribunal des Conflits.
  63. La flotte évolue comme suit sous sa présidence :
  64. témoignage de René Brouillet, dans Icare no 58 page 95.
  65. Icare. Revue de l'Aviation française, article de Nicolo Garandini, ancien Président d'Alitalia, page 122.
  66. "Icare revue de l'aviation française" no  58, témoignage de Jacques Santini, ancien Directeur des Relations Extérieures de la Compagnie Air France, page 118.
  67. A Valençay, par exemple la ville a été partiellement incendiée.
  68. Pour cela, il entre à l'Élysée par la porte située rue de L'Élysée, source Paul Metzguer
  69. Il faut envisager la fin de carrière de Max Hymans, après un renouvellement de mandat (à Air France, les mandats présidentiels sont de trois ans), il lui propose le poste d'ambassadeur de France à Washington. Il aurait certainement préféré un retour en politique, comme ministre, il gardera le silence sur ce point. Source Marcel Maurey.
  70. Icare, no  58, p. 100.
  71. L'attitude de Max Hymans vis-à-vis du PNT Personnel Navigant Technique a été jugée à Air France comme trop laxiste. L'explication avancée est qu'entre 1910 et 1940, les héros de la France, et du monde, étaient des pilotes. Georges Guynemer, Jean Mermoz, Henri Guillaumet, Antoine de Saint Exupéry, Charles Lindbergh, en sont quelques exemples, exaltés par les récits de Joseph Kessel, et les livres d'Antoine de Saint Exupéry.
    • les récits d'Antoine de Saint Exupéry montrent qu'avant 1940, les pilotes gagnaient très moyennement leur vie, et ne possédaient pas les multiples avantages qui sont devenus la norme après la guerre. C'est sous la pluie, que les pilotes de l'Aéropostale attendaient devant l'hôtel du Grand Balcon, mélangés à tout le personnel, un vieux tramway pour se rendre de Toulouse au terrain (comme on disait à l'époque), de Toulouse-Montaudran.
    • En 1948, les pilotes d'Air France étaient tous syndiqués à la CGT (Confédération Générale du Travail) pour deux raisons, la première, est que c'est la CGT dirigeait les commissions d'épuration, la seconde est que ce syndicat dirigeait plus ou moins cette entreprise dont tous les administrateurs, sauf un, Paul Desbruères, étaient incarcérés pour collaboration. Ce n'est qu'en 1950 que sera créé le Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL), syndicat corporatiste.
    • M. Santini aborde cette question dans le numéro 58 d'Icare, pour affirmer que cette opinion est fausse et que Max Hymans a « fait ce qu'il a pu ». M. Santini a été Président des anciens d'Air France
  72. Antoine de Saint Exupery : Terre des Hommes Hachette 1956. Page 18.
  73. 30e Division, 2 nord-35 est. Entrer par la rue Émile-Richard, prendre la première entrée à droite en venant de la rue Froideveau et continuer toujours tout droit, par la petite allée précédée de pavés. Pour Mme Hymans, prendre l'entrée opposée et tourner à droite le long du mur, jusqu'à la première allée plantée d'arbres, la tombe Maurey est juste à gauche.
  74. Max Hymans n'ayant pas manifesté de désirs concernant ses obsèques, Mme Hymans a décidé qu'il devrait être enterré comme ses parents. C'est donc le Grand Rabbin de Paris, Meir Jaïs, qui prononça les prières d'usage, en l'absence du Grand Rabbin de France, Jacob Kaplan, retenu à New York.
  75. C'est Robert Esperou, ancien chef du service des transports aériens au sein de la Direction générale de l'aviation civile, et historien de l'aviation, qui a suggéré à l'OACI de lui décerner ces distinctions
  76. C'est Louis Mexendeau, Ministre des P.T.T, et gendre de Gaston Cusin qui a fait réaliser ce timbre.