Decumanus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Decumanus Maximus de Palmyre, en Syrie.

Le decumanus est un axe est-ouest dans une ville romaine.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot decumanus est probablement en rapport avec le nombre dix (decem en latin), sans que l'on puisse comprendre la raison de cette dérivation[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

En urbanisme de la Rome antique, un decumanus est une voie orientée d'est en ouest, dans une ville, un camp ou une colonie romaines. Le decumanus principal est le Decumanus Maximus, qui relie normalement la Porta Praetoria (la plus proche de l'ennemi dans un camp romain) à la Porta Decumana (la plus éloignée).

Suivant un plan hippodamien, le Decumanus Maximus et l'axe qui lui est perpendiculaire, le Cardo Maximus, sont les axes principaux qui structurent tout camp romain et en principe toute fondation de colonie romaine. Ce schéma d'urbanisation, qui se diffuse dans tout l'Empire romain, trouverait son origine dans les rites du bornage étrusque[2],[3]. En pratique, l'orientation selon les points cardinaux pouvait être respectée plus ou moins exactement, l'orthogonalité des axes étant plus systématiquement respectée.

Le forum, cœur de la vie économique de la ville, est normalement situé à l'intersection du Cardo Maximus et du Decumanus Maximus (la groma), ou à proximité immédiate.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Italie :
    • Aoste : le decumanus correspond à l'axe formé par la via Porta Pretoria, la via Jean-Baptiste de Tillier et la via Édouard Aubert.
    • Naples : le Decumanus Maximus est l'un des axes urbains qui traverse, depuis l'époque gréco-romaine, le centre historique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Grimal, Les Villes romaines, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 657),‎ 1990, 7e éd. (1re éd. 1954) (ISBN 2130433685), p. 18
  2. [PDF] Dominique Briquel, « Rome comme ville étrusque », Université de Caen,‎ 2004
  3. Brice Gruet, La Rue à Rome, miroir de la ville : entre l'émotion et la norme, Presses Paris Sorbonne,‎ 2006 (ISBN 2-84050-416-2, lire en ligne)
  4. (en) C. M. Hogan, « Diocletian's Palace », The Megalithic Portal
  5. (en) William E. Mierse, Temples and Towns in Roman Iberia, University of California Press,‎ 1999 (ISBN 0-520-20377-1)
  6. « Histoire de Strasbourg : quand Strasbourg était Argentorate », B&S Éditions
  7. a et b (en) Ivan Mannheim, Syria & Lebanon Handbook: the Travel Guide, Footprint Travel Guides,‎ 2000 (ISBN 1-900949-69-5)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Le Gall, « Les Romains et l'orientation solaire », in Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité, tome 87, no 1, 1975, p. 287-320, [PDF] [Lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]