Ferdinand Barbedienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Ferdinand Barbedienne par Thomas Couture.
Tombe de Ferdinand Barbedienne au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Buste par Henri Chapu.
The River God par Barbedienne et Barye.

Ferdinand Barbedienne (né le 6 août 1810 à Saint-Martin-de-Fresnay[1], mort le 21 mars 1892[2] à Paris), est un industriel français. Il est connu pour sa fonderie de bronze de reproduction d'art.

Tombe de Ferdinand Barbedienne (cimetière du Père Lachaise)

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un modeste cultivateur normand, il réalise une première fortune dans les papiers peints dans une affaire installée au 24 et 26 rue Notre-Dame-des-Victoires à Paris, avant de s’associer en 1838 avec le mécanicien Achille Collas (1795-1859), qui venait d’inventer un procédé de réduction d'objets d'art en bronze.

En 1839, Barbedienne fonde la maison où il fait reproduire en bronze et en réduction un grand nombre d'œuvres sculptées conservées dans des musées européens pour pouvoir orner les intérieurs modernes. Son idée est de démocratiser l'art, en rendant financièrement accessible des reproductions fidèles de chefs-d'œuvre. Les thèmes choisis sont souvent allégoriques, et puisent largement dans le répertoire antique. Il édite également sous contrat les œuvres de sculpteurs contemporains comme Carrier-Belleuse, Barye, Fremiet, Gardet, Mène, Chapu, Fabio Stecchi ou Eugène Aizelin, et crée de très nombreux modèles de bronze d’ameublement, des émaux, cloisonnés, hauts et bas-reliefs en bois, etc.

N'ayant pas eu d'enfant, c'est son neveu et successeur, Gustave Leblanc-Barbedienne, qui développe la fonderie en se spécialisant dans les bronzes monumentaux. En 1893, un décret présidentiel pris par Sadi Carnot autorise en effet Gustave Leblanc à s'appeler désormais Gustave Leblanc-Barbedienne. Les ateliers se trouvaient rue de Lancry dans le 10e arrondissement de Paris. En France, beaucoup de monuments aux morts sont signés Leblanc-Barbedienne.

La qualité de la fonte, de la ciselure et de la patine, propres à la technique de Barbedienne ont fait que progressivement, la signature du fondeur a gagné en importance.

Il est inhumé le 25 mars 1892 au cimetière du Père-Lachaise (53e division)[3],[4].

Références dans la culture[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. de Champeaux, Dictionnaire des fondeurs, ciseleurs, modeleurs en bronze et doreurs depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque actuelle, Paris, Rouam, Londres, Gilbert & Cie, 1886, vol. I (A - C), (Barbedienne, p. 59-68)
  • Catherine Chevillot, « Les Stands industriels d’édition de sculptures à l’Exposition universelle de 1889 : l’exemple de Barbedienne », La Revue de l’Art, 1992, no 95, p. 61-67
  • Elisabeth Lebon, Dictionnaire des fondeurs de bronze d’art, France 1890-1950, Perth, Marjon éditions, 2003
  • Bernard Metman, « La Petite sculpture au XIXe siècle. Répertoire », Documents sur la sculpture française et répertoire des fondeurs du XIXe siècle, Archives de l’art français (Société d’Histoire de l’Art français), 1989, t. XXX, p. 175-218
  • Florence Rionnet, « Barbedienne ou la fortune de la sculpture au XIXe siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, année 2001, 2002, p. 301-324
  • Florence Rionnet, Le rôle de la Maison Barbedienne (1834-1954) dans la diffusion de la sculpture aux XIXe et XXe siècles. Considérations sur les bronzes d’édition et l’histoire du goût, Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV), sous la direction de M. Bruno Foucart, 5 volumes, juin 2006 [en cours de publication aux Editions Arthena, à paraître en 2015]
  • Florence Rionnet, La Maison Barbedienne. Correspondances d’artistes, Paris, CTHS, "format" n°65, 2008

Les papiers personnels de Ferdinand Barbedienne aux Archives nationales sous la cote 368AP[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « LH/107/30 », sur Base Léonore (consulté le 31 janvier 2013)
  2. « Informations », Le Figaro,‎ 22 mars 1892 (lire en ligne)
  3. « Informations », Le Figaro,‎ 24 mars 1892 (lire en ligne)
  4. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 75-76
  5. Voir la notice dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :