Roger Corbeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbeau (homonymie).

Roger Corbeau est un photographe de plateau français, né le à Haguenau (Alsace), mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Corbeau nait dans une famille bourgeoise juive alsacienne de Sylvain Corbeau (né en 1878 à Haguenau), industriel et Blanche Lévy (née à Mulhouse en 1884), cinéphile admiratrice de l'actrice allemande Henny Porten. Il est le petit-fils de Simon Corbeau et Jeannette Half et a une sœur, Carmen. Il étudie à Nancy avant de rejoindre, en 1931, une compagnie d'importation de thé et de café à Amsterdam. En 1932, il débarque à Paris au 7, Rue Anatole-de-La-Forge, ayant repéré le tournage d’un remake de l’opérette Violettes impériales sous la direction d’Henry Roussel, où le tournage de ce film était annoncé, devient d'abord habilleur, puis accessoiriste pour Marcel Pagnol. Lorsque Pagnol découvre, par hasard, des photos faites par son accessoiriste sur le tournage de Le Gendre de M. Poirier, il décide d'en faire le photographe de plateau de son prochain film, Jofroi.

Il commence, dès lors, une carrière qui va faire de lui l'un des grands photographes de plateau du cinéma français, des années 1930 aux années 1970, de Marcel Pagnol (La Femme du boulanger) à Claude Chabrol (Violette Nozière) en passant par Jean Cocteau (Orphée), Robert Bresson (Journal d'un curé de campagne) ou Orson Welles (Le Procès).

Corbeau est notamment un grand spécialiste du portrait.

En 1985 il est nommé chevalier de la Légion d'honneur au titre des Arts et des Lettres, et reçoit sa décoration des mains de Daniel Gélin, à la Cinémathèque française.

En 1994, il a fait don de l'ensemble de son œuvre photographique à l'État français[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

Chabrol à propos de Corbeau :

« Il rehausse en quelque sorte la qualité de tout le film ; son ascendant s'exerce à tous les niveaux, pousse chacun à se surpasser. Tant de rigueur inquiète porte ses fruits. Ses photos ont contribué au succès d'un très grand nombre de films ; parce qu'elles sont fortes, avec tout ce que cela comporte de non-dit, de non montré, de profondeur en somme. »

— Claude Chabrol, in Roger Corbeau, Portraits de cinéma, Éditions du Regard

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jean Cocteau, Orphée : Film, photographies de Roger Corbeau, Édition de la Parade, 1951 (notice BnF no FRBNF37449464c)
  • Portraits de cinéma, Éditions du Regard, Paris, 1982, 180 p. (ISBN 2903370028)
  • Corbeau : L'Œil noir du cinéma français, préface Pierre Borhan, Assouline, Paris, 1995 , 133 p. (ISBN 2908228483)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêtés du 8 août 1994 portant acceptation de donations, JORF no 189, 17 août 1994, p. 12032, NOR MCCB9400426A, sur Légifrance.
  2. Fiche aux Archives françaises du film, CNC.
  3. Les Noces rouges : Un film de Claude Chabrol, photogr. Roger Corbeau, Seghers, coll. « Filmothèque », Paris, 1973, 199 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]