Le Procès (film, 1962)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Procès (homonymie) et Trial (homonymie).

Le Procès

Description de cette image, également commentée ci-après

Un lieu de tournage, la gare d’Orsay
(carte postale du début du XXe siècle)

Titre original Le Procès
Réalisation Orson Welles
Scénario Orson Welles d’après le roman de Franz Kafka
Acteurs principaux

Anthony Perkins (Joseph K.)
Orson Welles (l'avocat)
Romy Schneider (Léni)

Sociétés de production Mercury Productions
Paris Europa Productions
FICIT
Hisa Films GmbH
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Sortie 1962
Durée 120 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Procès est un film germano-franco-italien réalisé par Orson Welles et sorti en 1962.

C'est une adaptation du roman éponyme de Franz Kafka.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un beau matin, des inspecteurs de police font irruption chez Joseph K. Ils le déclarent en état d'arrestation et procèdent à une perquisition. Joseph K. les interroge sur les chefs d'accusation sans obtenir de réponse. Son voisinage porte sur lui des regard suspicieux, sinon accusateurs. Joseph K. cherche de quoi il pourrait être coupable, serait-ce pour fréquenter une locataire équivoque comme Mademoiselle Burstner ? Il se retrouve dans un gigantesque et étrange bâtiment pour l'instruction judiciaire où toute la procédure est sibylline : Joseph K. est perdu dans les arcanes de la justice et n'en finit pas d'errer de couloirs interminables en bureaux poussiéreux. Confronté à un juge, il n'apprend rien de plus sur les charges qui pèsent sur lui. Que des membres de sa famille, qu'un avocat ou que Léni, une employée pleine de sollicitude amoureuse se manifestent, ils ne font qu’exacerber son angoisse. Joseph K. abandonne alors toute résistance, comprenant qu'il sera inéluctablement déclaré coupable, peut-être simplement de vivre...

« Cette histoire est contée dans un roman : Le Procès par Franz Kafka »

— Orson Welles, en épilogue du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

BO[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

  • Orson Welles interprète lui-même le rôle de l'avocat.
  • Madeleine Robinson[1] : « J'avais une petite scène avec Anthony Perkins au début du film. […] Malgré le peu d'importance de ce rôle, ce fut un grand moment, sinon de ma carrière, du moins de ma vie, que de travailler avec ce dernier [Orson Welles] pour lequel j'ai, professionnellement, une admiration sans réserve. […] Or, s'il m'a choisie comme comédienne, s'il a été civil et cordial dans ses relations de travail, génial dans ses indications de metteur en scène, il ne s'est intéressé en rien à la personne que j'étais. Je me suis donc fait petite souris et ai passé ces trois jours à bien regarder ce merveilleux Raminagrobis. Ce n'était plus Falstaff. Il ne jouait pas de sa réputation de monstre sacré, d'ogre génial. Il était simplement heureux parce qu'il faisait ce qu'il aimait. »

Tournage[modifier | modifier le code]

  • Période de prises de vue du 26 mars au 5 juin 1962 :
  • L'apologue intitulé La Porte de la loi (Before The Law[2]) utilise le procédé de l'écran d'épingles, mis au point par Alexandre Alexeïeff et Claire Parker.
  • Madeleine Robinson[1] : « Orson Welles a une immense considération pour le travail des autres quand il est bien fait. Que ce soit celui du comédien, du travelling-man, de l'électricien, du maquilleur, de l'habilleuse ou du cameraman. Ce n'est pas ce dernier qui me contredira : il chevauchait une Dolly, un appareil de prises de vue monté sur roues ainsi que sur une grue. Il devait, à « l'œilleton », suivre cette scène fort longue en un seul plan, entre Perkins et moi. Il se contorsionnait en fonction des exigences qu'Orson Welles imposait à ladite Dolly. Aucun de nous ne réalisa sa fatigue extrême, au bout de la dixième ou quinzième prise, à l'exception d'Orson Welles qui, au beau milieu de la scène, cria : « Cut ! ». Puis d'ajouter : « Allez, Adolphe, va dans ta loge te reposer. Tu n'en peux plus. On reprendra quand tu auras récupéré. » Pour tout cela, j'aurais aimé m'imposer davantage à lui afin qu'il me rejetât plutôt que de m'ignorer. Timidité, c'est certain, mais aussi sot orgueil. »

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Dans cette adaptation du roman écrit par Franz Kafka et paru en 1926 (à titre posthume), Orson Welles décrit par des plans tous plus oppressants l'enfermement du jeune Joseph K. lors de son accusation non fondée. Une critique d'un régime totalitaire inconnu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Extrait du chapitre Ma famille, je t'aime (pages 82-83) de l'autobiographie de Madeleine Robinson (préf. Claude Dauphin), Belle et Rebelle, Lausanne, Éditions Publi-Libris, coll. « Destins »,‎ 2001, 220 p. (ISBN 2940251010, présentation en ligne)
  2. Tiré de la Parabole de la Loi.

Liens externes[modifier | modifier le code]