Marie-Octobre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Marie-Octobre (téléfilm, 2008)

Marie-Octobre

Réalisation Julien Duvivier
Scénario Julien Duvivier
Jacques Robert
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 1959
Durée 90 minutes (h 30)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Marie-Octobre est un film français de Julien Duvivier sorti en 1959. Josée Dayan en a réalisé un remake pour la télévision en 2008.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film raconte les retrouvailles d'un groupe d'ex-résistants, dont certains s'étaient perdus de vue depuis la fin de la guerre. Ils dînent ensemble dans la demeure de leur ancien chef, Castille, qui a été arrêté et tué dans ce lieu même, évènement qui a précipité la chute du réseau.

Cette soirée est organisée par Marie-Octobre, nom de code de l'ancienne estafette du réseau, et du propriétaire actuel des lieux, François Renaud-Picart. En réalité, ils ont organisé la réunion pour percer le mystère de la mort de Castille : un ancien membre de la police allemande leur a avoué que c'était grâce à un traître qu'ils avaient réussi à les découvrir ce soir-là.

Petit à petit, les anciens membres découvrent ou supposent de bonnes raisons à chacun d'avoir pu trahir : l'amour, l'appât du gain, la lâcheté, la méprise, la collaboration... Ils votent, malgré les oppositions d'un avocat et d'un prêtre, la mort du traître, Rougier. Celui-ci tentera de s'échapper, puis fera appel à leur pitié. Il sera tué par Marie-Octobre, qui appellera ensuite la police non sans avoir brûlé la confession que Rougier a été forcé d'écrire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La recherche du traître met en lumière la personnalité de chaque membre du réseau, mais aussi et surtout celle de Castille, son chef, personnage fort mais différent de la légende qui s'était tissée autour de lui.

La mort du traître ne changera rien à l'ambiguïté des personnages. Ainsi quand Marie-Octobre abat elle-même le coupable, est-ce pour faire justice ou pour venger son ancien amant ?

L'évolution de cette enquête à huis clos rend suspects, tour à tour, chacun des protagonistes. Le casting réunit des acteurs emblématiques du cinéma français de l'époque (Darrieux, Roquevert, Frankeur, Blier, Ventura, Dalban, Meurisse), avec l'apport symbolique d'un acteur à la notoriété alors plus récente (Guers), et de celui d'une actrice de seconds rôles active depuis les années 1930 (Fusier-Gir).
Il est à noter que le déroulement du film respecte la règle classique des "trois unités", soit le temps, le lieu et l'action.

Autres adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Octobre, roman, Notice BnF no FRBNF32575317q

Lien externe[modifier | modifier le code]