Les Innocents aux mains sales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Innocents aux mains sales

Réalisation Claude Chabrol
Scénario Claude Chabrol
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : Italie Jupiter Generale Cinematografica
Drapeau : France Les Films de La Boétie
Drapeau : République fédérale d'Allemagne Terra Filmkunst
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
Genre Drame
Sortie 1975
Durée 121 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Innocents aux mains sales est un film franco-italo-allemand réalisé par Claude Chabrol, sorti en 1975.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Saint-Tropez, Wormser vit retiré des affaires avec sa femme, Julie, beaucoup plus jeune que lui. Cardiaque, il doit éviter les rapports sexuels et se saoule pour oublier sa frustration. Julie devient la maîtresse d'un écrivain. Les amants décident de tuer Wormser en camouflant sa mort en accident de canotage.

Malheureusement, les choses ne se déroulent pas comme prévu. Julie est horrifiée d'apprendre que non seulement son mari disparaît, mais aussi tout son argent... et son amant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

« Les Innocents aux mains sales (1974) était bizarre : il y avait dedans un jeune premier italien qui était hallucinant de médiocrité, épouvantable, mais vraiment à chier (rires)… Romy Schneider était la seule femme du film – même les figurants étaient des hommes – et c'était intéressant de voir que cette fille pouvait se mettre avec n'importe quel crapoteux. Il faut bien dire ce qui est : ce film n’est pas terrible. Mais vous voyez, c’est quand même une curiosité. »

— Interview de Claude Chabrol par Serge Kaganski, parue dans Les Inrocks le 23 août 1995[1]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site des Inrocks, consulté le 4 septembre 2013