Violette Nozière (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nozière.

Violette Nozière

Réalisation Claude Chabrol
Scénario Odile Barski
Hervé Bromberger
Frédéric Grendel
Acteurs principaux
Sociétés de production Filmel-FR3 (Paris)
Cinévidéo (Montréal)
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Genre Film dramatique
Sortie 1978
Durée 124 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Violette Nozière est un film franco-canadien, réalisé par Claude Chabrol en 1977, sorti sur les écrans en 1978.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Violette Nozière.

Le film est inspiré de l’histoire réelle de Violette Nozière qui défraya la chronique judiciaire et criminelle en 1933 et 1934. Au cours des années 1930, Violette Nozière est une adolescente qui se prostitue en secret. Ses parents, chez qui elle vit, ne remarquent rien : ni son père Baptiste Nozière, ni sa mère Germaine Nozière. En révolte contre leur mode de vie et leur mentalité étriqués, elle tombe amoureuse d’un jeune panier-percé, Jean Dabin, qu’elle fait pratiquement vivre grâce à de petits vols chez ses parents ainsi qu’avec le bénéfice issu de la prostitution occasionnelle.

Pendant ce temps, ses parents sont informés par le médecin de Violette qu’elle a la syphilis. Violette réussit à convaincre plus ou moins sa mère, tout de même méfiante, et son père, plus indulgent, que d’une manière ou d’une autre, c’est d’eux qu’elle a hérité la maladie. Grâce à ce prétexte, elle arrive à leur faire prendre un médicament qui est en fait du poison. Son père meurt mais sa mère en réchappe, et Violette se voit arrêtée et accusée du meurtre. Pour se défendre elle affirme que son père avait abusé d’elle. Convaincue d’empoisonnement et parricide, Violette Nozière est condamnée à la peine de mort. Mais à la fin du long-métrage une voix off, Claude Chabrol, nous fait savoir :

« Condamnée à mort le 13 octobre 1934[1], Violette Nozière fut graciée le 24 décembre par le président Albert Lebrun et sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité. Suite à son exemplaire conduite en prison, le maréchal Pétain ramène sa condamnation à douze ans. Résolue à prendre le voile dès l'expiration de sa peine, libérée le 29 août 1945, puis graciée le 1er septembre[2] par le général de Gaulle qui signe en sa faveur un décret annulant les vingt-cinq ans d'interdiction de séjour[3] auxquels elle était condamnée. Violette Nozière épouse finalement le fils du greffier comptable de la prison, qui lui donnera cinq enfants. Ils ouvriront un commerce. En 1963, peu avant sa mort, la Cour de Rouen, fait unique dans l'histoire de la justice française s'agissant d'un condamné à mort de droit commun, prononce sa réhabilitation. »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Avec, par ordre alphabétique :

Voix-off (non crédité) :

  • Claude Chabrol : récitant du commentaire final.

Musique[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Claude Chabrol connaissait « l'affaire Violette Nozière », mais c'est Pierre Brasseur qui lui parla sérieusement de réaliser un film sur ce personnage fascinant[8]. Violette Nozière a laissé son empreinte, propre à émouvoir et passionner Pierre Brasseur. Ce qui ne pouvait pas laisser indifférent Claude Chabrol qui s'intéresse aux faits divers. Pour le cinéaste, le fait divers assure une authenticité, une crédibilité aux personnages et une bonne base pour un film. Les enfants de Violette Nozière ne souhaitaient pas un film sur l'histoire de leur mère. Leur autorisation était nécessaire pour que ce film voit le jour. Claude Chabrol a dissipé toute inquiétude et réussi à convaincre les enfants, sur le bien-fondé de son entreprise[9]. L'impression qui se dégage de ce film, est celle de la compassion pour Violette. C'est aussi un réquisitoire contre la peine de mort. Le réalisateur souhaitait Isabelle Huppert pour jouer le rôle de Violette et Jean Carmet, interpréter celui de son père. Nous retrouvons précédemment ces deux acteurs dans le film Dupont Lajoie, d'Yves Boisset, où Jean Carmet violait Isabelle Huppert. Claude Chabrol reconnaît avoir choisi ses acteurs en référence à ce film, ce qui lui permettait de suggérer dans l'inconscient du public, la relation incestueuse, même s'il ne croit pas à la version de Violette[10]. Claude Chabrol par son utilisation brusque de flash-backs, fait qu'on ne sait pas au juste, si c'est un mensonge pur et simple de Violette ou s'il s'agit de la vérité, il conserve ainsi toute l'ambiguïté des personnages.

Documentaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François de la Bretèque, « L'affreux nœud de serpent des liens du sang : Violette Nozière », Les Cahiers de la Cinémathèque, Institut Jean Vigo, no 58 « les grandes affaires criminelles françaises »,‎ mai 1993, p. 78 à 82

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La condamnation à mort est prononcée le vendredi 12 octobre 1934.
  2. La grâce présidentielle du général de Gaulle est signée le 15 novembre 1945.
  3. L'interdiction de séjour de Violette Nozière était de vingt ans.
  4. Jean-Marie Fitère, Violette Nozière, Presses de la Cité,‎ 3e trimestre 1975, 222 p. (ISBN 2-258-00423-3)
  5. Aurore Paquiss est le pseudonyme d’actrice de Aurore Pajot. Elle était l’épouse de François Maistre. En 1983, Aurore Pajot épouse Claude Chabrol, qui venait de divorcer de Stéphane Audran.
  6. Se reporter à la fiche technique du film sur le site : Allociné, « Violette Nozière »
  7. Dominique Zardi a également écrit la chanson du film : Les Fauvettes.
  8. Interview de Claude Chabrol sur son film : « Violette Nozière »
  9. Consulter à ce propos, le site d'Isabelle Huppert.
  10. Le chroniqueur et producteur Maurice Leroux reçoit le réalisateur Claude Chabrol et la comédienne Isabelle Huppert au cours de son émission sur le festival international du film, le 19 mai 1978 (France 3 Régions Marseille). Claude Chabrol explique pourquoi il s'arrête à la moitié de la vie de Violette Nozière, son choix concernant Jean Carmet dans le rôle du père, la question de l'inceste, les trois grâces présidentielles et la réhabilitation. Isabelle Huppert évoque son personnage et le compare à celui de La Dentellière. Elle donne également son avis sur Violette Nozière.