Les Fantômes du chapelier (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Fantômes du chapelier (homonymie).

Les Fantômes du chapelier

Réalisation Claude Chabrol
Scénario Claude Chabrol
Acteurs principaux
Sociétés de production SFP Cinéma
Horizons Productions
Les Films A2
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 1982
Durée 124 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Fantômes du chapelier est un film français réalisé par Claude Chabrol sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Léon Labbé, un bourgeois de Concarneau, tient une boutique de chapeaux en face d'un tailleur d'origine arménienne, Kachoudas. Ce dernier suit le chapelier dans ses pérégrinations.

Il finit par se rendre compte qu'il est l'étrangleur de vieilles femmes qui sévit dans la région depuis deux mois. Kachoudas renonce à le dénoncer et tombe malade. Labbé finit par lui avouer la raison de ses crimes : il a assassiné sa femme et, pour cacher son crime, il lui faut éliminer toutes les amies de son épouse, car celles-ci entendaient lui rendre visite pour son prochain anniversaire. Alors que Labbé est sur le point de tuer sa dernière victime, il apprend que celle-ci, malade, est décédée quinze jours auparavant. Dans le même temps, Kachoudas meurt. Mais Labbé est toujours agité par des pulsions de mort. Il étrangle sa bonne, puis une prostituée de ses connaissances, aux côtés de laquelle, ivre, il s'endort… Au matin, il est découvert et se fait arrêter.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Simenon avait écrit en 1947 une nouvelle intitulée Le Petit Tailleur et le chapelier. Il reprit le thème l'année suivante, en modifiant la fin, sous le titre Bénis soient les humbles dont la traduction anglaise lui valut un prix du mensuel « Ellery Queen's Mystery Magazine ». Le roman qu'il publia en 1949 sous le titre Les Fantômes du chapelier offre un troisième dénouement, celui qu'a respecté Chabrol.
  • L'action de ce film suit de façon très stricte celle du roman homonyme de Georges Simenon. Elle a simplement été déplacée de La Rochelle à Concarneau. Certaines scènes ont été tournées à Quimper. Comme en témoigne l'affiche du film Ben-Hur placardée dans une rue de la ville, l'action se déroule au début des années 1960.
  • Ce n'est pas la première fois que Michel Serrault interprète un chapelier; il l'avait déjà fait auparavant, dans un registre comique, dans La Tête du client.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cahiers du cinéma, n° 338, 1er juillet 1982
  • Cinéma 82, n° 282, 1er juin 1982
  • Cinéma 85, n° 325, 16 octobre 1985
  • Cinématographe, n° 79, 1er juin 1982
  • Positif, n° 257-258, 1er juillet 1982
  • La Revue du cinéma, n° 374, 1er juillet 1982

Liens externes[modifier | modifier le code]