Rémy Julienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Julienne.
Rémy Julienne en 2014.

Rémy Julienne, né le 17 avril 1930 à Cepoy, dans le Loiret est un cascadeur et directeur de cascades français. Avec plus de 1 400 productions à son actif (environ 400 films cinématographiques, des séries télévisées, des publicités…) et une carrière internationale, il est considéré comme « le casse-cou du cinéma français »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Rémy Julienne a été champion de France de moto-cross en 1957 (sur une Gilera Saturno, catégorie 500 cm³), classé deuxième en coupe lors des saisons 1960 et 1962 et de ce fait sélectionné de nombreuses fois en équipe de France.

Il débute sa carrière de cascadeur dans le film Fantômas en 1964. Il est recruté par le responsable des effets spéciaux du film, Gil Delamare[2]. À l'époque le cascadeur le plus réputé outre Delamare était Jean Sunny.

Il règle les cascades pour plusieurs grosses productions ou des films populaires français parmi lesquels on peut retenir : La Grande Vadrouille, Le Pacha, L'aventure c'est l'aventure, Le Grand Bazar, Les Aventures de Rabbi Jacob, La Menace, Trois hommes à abattre, Le Marginal, Taxi ainsi que quelques James Bond dont : Dangereusement vôtre, Permis de tuer ou encore GoldenEye et la série des Gendarmes de Saint-Tropez ou il double notamment la scène de la religieuse en 2 CV[réf. souhaitée].

Sa dernière collaboration pour James Bond fut en 1995 avec GoldenEye. Il a d'ailleurs reçu le prix meilleur coordinateur de cascades pour le film Rien que pour vos yeux en 1981[réf. souhaitée]

En 1986, Rémy Julienne monte à Bologne (Italie) un spectacle mécanique qui connaît un immense succès[réf. souhaitée] : son « Motor Show » reçoit 1 600 000 spectateurs en seulement neuf jours de représentation[réf. nécessaire].

Parallèlement à son activité cinématographique le groupe Disney fait appel à Rémy Julienne et à sa compétence pour la conception d'une attraction liée à Disneyland Paris. C'est ainsi qu'il monte de toutes pièces dans le nouveau parc Walt Disney Studios le spectacle à connotation cinéma Moteurs, Action!. Présenté depuis 2002, son show recueille « le meilleur indice de satisfaction du public »[réf. souhaitée]. Le succès est tel que depuis 2005 le spectacle est reproduit de manière identique en Floride où il remporte un succès constant au Disney-MGM Studios[3],[4].

La télévision a fait appel à lui de nombreuses fois pour des spots publicitaires (Fiat, Citroën…).

Suite à un accident survenu sur le tournage de Taxi 2 le 16 août 1999, le cameraman Alain Dutartre (41 ans) meurt. Rémy Julienne, responsable des cascades, est jugé et condamné à dix-huit mois de prison avec sursis et 13 000 euros d'amende[5]. En appel, il a été condamné le 29 juin 2009 à six mois de prison avec sursis et 2 000 euros d'amende[6],[7].

Lors de ces deux procès, Rémy Julienne n'était pas présent à la barre. Les deux fois, il avait demandé le report des procès, en justifiant de son état de santé alarmant (deux infarctus du myocarde)[8]. Sa requête a été refusée.

Même si la Cour de cassation a donné raison à Rémy Julienne, en août 2012 il n'est pas possible de dire si ce feuilleton judiciaire continue ou a pris fin[9],[8].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Rémy Julienne aux 22es Rencontres Cinématographiques de Cannes.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Un prix Rémy-Julienne est remis chaque année depuis 1999 lors du Festival du film d'aventures de Valenciennes à « un comédien capable d’aborder avec le même talent des rôles physiques et des personnages intimistes dans des films d’auteur »[10].

Dans Les Aventures de Rabbi Jacob, Rémy Julienne a exécuté l'une des plus dures cascades de sa carrière dans laquelle une voiture avec un bateau sur son toit devait se retourner et tomber dans un lac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]