Tracy Bond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bond.
Tracy Bond
Personnage de fiction apparaissant dans
James Bond.

Nom original Teresa Draco
Alias Comtesse Teresa di Vicenzo (premier nom marital)
Teresa Bond (second nom marital)
Naissance 1943 (dans le roman)
Origine Drapeau de la France France
Famille Marc-Ange Draco (père)
James Bond (mari)
Giulio di Vicenzo (ex-mari)

Créé par Ian Fleming
Interprété par Diana Rigg
Roman(s) Au service secret de Sa Majesté

Teresa « Tracy » Bond, née Draco, Comtesse di Vincenzo, est un personnage de fiction de l'univers de James Bond. Elle joue un rôle très particulier dans la saga. Elle apparait dans le roman Au service secret de Sa Majesté publié en 1963.

Il s'agit de la première femme à avoir épousé l'agent 007 (la seconde étant Kissy Suzuki). Mal lui a pris, puisqu'elle meurt de la main même du pire ennemi de James Bond, Blofeld. Cette fille du chef de la mafia corse, Marc-Ange Draco, est un personnage suicidaire et dépressif qu'un court séjour avec James Bond modifiera sensiblement. Tracy aide Bond à échapper à Blofeld et à ses hommes de main.

Biographie[modifier | modifier le code]

La pierre tombale de Tracy Bond, visible dans le pré-générique de Rien que pour vos yeux

Roman[modifier | modifier le code]

Teresa Draco nait en 1943. Elle est la fille unique de Marc-Ange Draco, chef de l'Union corse. Sa mère meurt en 1955. Son père l'envoie alors dans un internat en Suisse.

Elle se marie ensuite au Comte Giulio di Vicenzo. Mais cela ne se passe pas très bien. Son mari meurt dans un accident de voiture avec l'une de ses maitresses. De plus, elle aura un enfant qui décèdera des suites d'une méningite. Désespérée, elle tente de se suicider, mais est sauvée par James Bond.

Elle est tuée par Irma Bunt, pour le compte d'Ernst Stavro Blofeld.

Suite de sa mort[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Dans la chronologie des romans, la mort de Tracy laisse James Bond en piteux état. Dans On ne vit que deux fois, il se met à boire beaucoup d'alcool. M songe à le radier du MI-6 mais sir James Molony, un neurologue renommé, conseille de lui laisser une dernière chance. Il pense en effet qu'une mission impossible à accomplir pourrait ressusciter l'agent hors pair qu'était Bond. M se laisse convaincre et le transfère à la section diplomatique, sous le matricule 7777.

Films[modifier | modifier le code]

Dans la chronologie des films, Bond traque Blofeld dans la séquence de pré-générique de Les diamants sont éternels, puis le retrouve durant le film, mais il ne fait que le rendre hémiplégique. Dans les films ci-dessous, on trouve plusieurs références à Tracy.

  • L'Espion qui m'aimait : Anya Amasova récite à James Bond quelques faits de sa vie, dont le fait qu'il a été marié une fois et que sa femme a été tuée.
  • Rien que pour vos yeux : James Bond se rend sur la tombe de sa femme, avant d'être pris en chasse par Blofeld en hélicoptère qui porte autour du cou le même plâtre que dans Au service secret de sa majesté, après s'être fait étranglé par une branche d'arbre suite à un corps à corps avec 007.
  • Permis de tuer : lors du mariage de Felix Leiter, Della, la femme de ce dernier jette sa jarretière. C'est Bond qui la rattrape. Della lui dit alors qu'il sera le prochain à se marier. Bond semble alors contrarié. Surprise, Della demande à son mari de lui expliquer la réaction de 007, qui lui explique qu'il a déjà été marié.
  • GoldenEye : vers la fin du film, Alec Trevelyan demande à Bond s'il a trouvé le pardon, dans les bras de toutes ces femmes consentantes, pour toutes celles dont il n'a pu éviter la mort.
  • Le monde ne suffit pas : quand Bond rencontre Elektra King, cette dernière lui demande s'il a une bien-aimée. Il change de sujet rapidement.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Elle est interprétée par Diana Rigg dans Au service secret de Sa Majesté sorti en 1969.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Le personnage apparaît dans 007 Legends en 2012.

Lien externe[modifier | modifier le code]