Q (James Bond)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Q
Desmond Llewelyn, le principal acteur ayant incarné ce rôle
Desmond Llewelyn, le principal acteur ayant incarné ce rôle

Nom original Major Boothroyd
Activité(s) Chef de la section « Q » du MI-6

Créé par Ian Fleming
Interprété par Peter Burton
Desmond Llewelyn
Geoffrey Bayldon
Alec McCowen
John Cleese
Ben Whishaw
Film(s) voir ci-dessous

Q[1] est un personnage fictif de la série James Bond créé par Ian Fleming. Il est le responsable de la section « Q », division recherche et développement du MI6 qui invente et fournit les célèbres gadgets de James Bond.

Description[modifier | modifier le code]

Q est un militaire grincheux, mais qui, selon le chef du service M, demeure le plus grand expert au monde des armes de petits calibres. Dans la série, il aurait travaillé si longtemps dans la section Q qu'on aurait décidé de le surnommer ainsi.

Au départ, Ian Fleming l'avait nommé « major Boothroyd », mais le personnage fut baptisé « Q » pour dissimuler un changement d'acteurs. Car, si son rôle reste secondaire, c'est dans les films que son personnage se fait remarquer, en grande partie grâce à la prestation de Desmond Llewelyn. En réalité, dans ses romans, Ian Fleming n'a jamais associé le major Boothroyd au département Q : le major Boothroyd n'apparaît qu'une fois (dans le roman Dr No) en tant qu'armurier. Ian Fleming fait référence plusieurs fois au département Q chargé, entre autres missions, d'alimenter les agents du MI6 en gadgets divers. Au cinéma, il réapparaîtra dès Bons Baisers de Russie (qui suit Dr No) pour présenter à James Bond, l'attaché-case mis au point par le département Q. Le personnage de « Q » était né, donnant un nom et un visage (celui de Desmond Llewelyn) à un anonyme service d'intendance.

Son excentricité face à ses inventions qu'il s'amuse à faire tester par ses techniciens (régulièrement blessés), son impatience face aux sarcasmes de Bond, ainsi que son inquiétude quant au traitement que l'agent secret inflige à ses créations en ont fait un personnage apprécié du public, car prêtant à rire malgré son importance, puisque ce sont ses gadgets qui viennent au secours de Bond la plupart du temps.

Histoire de Q[modifier | modifier le code]

Geoffrey Boothroyd[modifier | modifier le code]

Le maître-armurier major Boothroyd apparaît pour la première fois dans le sixième livre sur James Bond, Docteur No. Nommé ainsi par Ian Fleming d'après Geoffrey Boothroyd, un expert en arme à feu qui vivait à Glasgow et qui lui avait écrit, juste après la parution d'Espions, faites vos jeux, pour lui souligner que le Beretta .25 de Bond était « aussi inutile qu'un calibre de femme » et lui conseiller un Smith & Wesson .38 ou un Walther PPK.

Le major Boothroyd apparaît aussi parfois dans quelques-unes des suites de John Gardner.

Ses premières apparitions à l'écran sont dans James Bond 007 contre Dr. No et Bons baisers de Russie, mais joués par deux acteurs différents. C'est d'ailleurs pour camoufler ce changement d'acteur que le major Boothroyd se changea en « Q ». Après Goldfinger, la dénomination « Q » semble en effet adoptée, sauf dans L'Espion qui m'aimait, en 1977, lorsque le major Amasova le nomme par politesse « commandant Boothroyd » (dans la version française). Dans L'Homme au pistolet d'or, M le nomme par son prénom ou son surnom Joe.

Si aucune indication n'a jamais été mentionnée dans les livres, certaines sources (notamment un jeu de rôle James Bond des années 1980) semblent indiquer que le prénom du major Boothroyd serait bien Geoffrey, comme son modèle.

Les différents Q[modifier | modifier le code]

C'est le comédien Peter Burton qui l'incarne pour la première fois à l'écran dans James Bond 007 contre Dr. No (1962). Il y remplace le Beretta de Bond par un Walther PPK qui deviendra un des emblèmes de la série.

Indisponible pour reprendre son rôle l'année suivante dans Bons baisers de Russie, Peter Burton laisse sa place à Desmond Llewelyn qui jouera ce rôle dans presque tous les autres James Bond[2] jusqu'à sa mort en 1999. Dans sa dernière apparition (Le monde ne suffit pas) tournée peu avant sa mort, Q envisageait de se retirer et présentait à Bond son successeur : « R », interprété par John Cleese. Celui-ci le remplacera effectivement à la direction de la section Q dans Meurs un autre jour en 2002. Après deux films d'absence, Q revient sous les traits de l'acteur Ben Whishaw dans Skyfall[3].

Inventions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des gadgets de James Bond.

Quelques-uns des gadgets les plus marquants de Q :

Interprètes[modifier | modifier le code]

Une version de Q apparaît dans tous les films « officiels » (EON) de James Bond de James Bond 007 contre Dr. No à Meurs un autre jour[4], puis à partir de Skyfall, ainsi que dans les non officiels Casino Royale de 1967 et Jamais plus jamais.

Films « officiels » d'EON Productions
Peter Burton
Desmond Llewelyn
John Cleese
Ben Whishaw


Films « hors-série »[5]

Particularités[modifier | modifier le code]

  • Le fonds In-Q-Tel, lancé par la CIA pour suivre de très près les entreprises travaillant sur des technologies sensibles, a été baptisé ainsi en l'honneur de Q.
  • Outre les livres de Ian Fleming, le major Boothroyd est également mentionné dans les suites de John Gardner et de Raymond Benson. Gardner préfère se concentrer sur un nouveau personnage, l'assistante de Boothroyd, Ann Reilly (Surnommée « Q'ute »). Elle est introduite dés le premier roman de l'auteur, Permis renouvelé. À la fin de l’ère Gardner, c'est elle qui prend la direction de la branche Q, succédant ainsi au major Boothroyd. James Bond a également diverses relations extra-professionnelles avec elle.
  • Ian Fleming s'est inspiré d'un personnage réel, Charles Fraser Smith (en), qu'il a rencontré durant la Seconde guerre mondiale, quand tous les deux travaillaient pour le renseignement militaire. Fraser Smith était officiellement un fonctionnaire du ministère du Ravitaillement, mais travaillait en réalité pour la branche Q, section chargée de fournir les services secrets en gadgets (appareils photos miniatures, mini-boussoles, encre invisible, etc.). Il a notamment fabriqué le coffre tubulaire utilisé pour transporter le corps du major Martin au cours de l'« opération Chair-à-pâté »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abréviation de « quartermaster » (quartier-maître).
  2. Sauf dans Casino Royale où le rôle est joué par Geoffrey Bayldon, Vivre et laisser mourir dans lequel il n'y a pas Q et Jamais plus jamais où le rôle est joué par Alec McCowen.
  3. Ben Whishaw, le nouveau Q
  4. À l'exception de Vivre et laisser mourir (1973).
  5. La dénomination de films « non officiels » doit être évitée, dans la mesure où lorsque ces œuvres ont été mises sur le marché, les producteurs en détenaient les droits. On leur préfèrera plutôt la dénomination de films « hors série » ou « indépendants. »
  6. Ben Macintyre, Opération Mincemeat, Éditions Ixelles

Liens externes[modifier | modifier le code]