Usine Renault de Flins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flins.
Usine Renault de Flins
Image illustrative de l'article Usine Renault de Flins
Localisation
Situation Flins, Île-de-France
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 58′ 38″ N 1° 51′ 41″ E / 48.977147, 1.8613648° 58′ 38″ Nord 1° 51′ 41″ Est / 48.977147, 1.86136  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Usine Renault de Flins

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Usine Renault de Flins
Installations
Type d'usine Usine automobile
Superficie 237[1] ha
Fonctionnement
Opérateur Renault
Effectif 2 600
Date d'ouverture 1952
Production
Produits Automobiles
Marques Renault
Modèles Renault Clio III
Renault Clio IV
Renault Zoé

Construite par l'architecte Bernard Zehrfuss et inaugurée en 1952, l'usine Renault de Flins, baptisée Pierre Lefaucheux à la mort de ce dernier est, en France, la plus importante et, depuis la fermeture de celle de Boulogne-Billancourt, la plus ancienne des usines de carrosserie du constructeur automobile Renault (le site du Mans, construit en 1936, est une usine de mécanique). Elle est située dans les Yvelines, en bordure de Seine, à 40 km environ en aval de Paris, à cheval sur les communes de Flins et d'Aubergenville. L'usine s'étend sur 237 hectares dont 67 sont occupés par des bâtiments couverts. Elle est appelée en interne « usine Pierre Lefaucheux ». On retrouvera en référence ci-après l'histoire en bref de cette usine[2].

L'usine est spécialisée dans les "Citadines". La production annuelle d'environ 400 000 voitures à la fin des années 1990 a été ramenée à moins de 150 000 à partir de 2009 (130 000 en 2013). Les effectifs sont passés dans le même temps d'environ 7000 à 2500 personnes (maximum de plus de 20 000 dans les années 1970).

Production[modifier | modifier le code]

Depuis son inauguration, l'usine de Flins a fabriqué de nombreux modèles qui ont marqué l'histoire de l'automobile. En 60 ans d'existence, l'usine de Flins a produit plus de dix-huit modèles différents : Juvaquatre, 4CV, Dauphine, Renault 8, Renault 10, Renault 16, Renault 5, Supercinq, Twingo I et Clio. Cette production représente plus de 17 millions de véhicules.

L'usine de Flins produit actuellement :

Elle fabrique également des pièces pour d'autres usines du groupe ainsi que pour la direction des pièces et accessoires qui alimente le réseau commercial en pièces de rechange.

En 2011, l'usine de Flins a produit 147 971 Clio III et 2 millions de pièces de rechange.

Elle emploie à ce jour environ 2 600 salariés.

En 2009, Flins s'est vu confier la fabrication d'un des quatre modèles de la gamme complète de véhicules électrique Zéro Émission (ZE) de Renault, la Renault Zoé, commercialisée à partir du du second semestre 2012.

Depuis 2012, l'usine de Flins assemble également la remplaçante de la Clio III, la Clio IV. Sa commercialisation a débuté au second semestre 2012.

En 2014, le site de Flins accueillera une nouvelle usine de fabrication de modules de batteries lithium-ion.

À partir de 2016, Nissan produira 82000 Micra sur le site de Flins.

Processus de fabrication[modifier | modifier le code]

L'usine de Renault Flins dispose d'une ligne d'assemblage produisant la Clio III, 3 et 5 portes. Le processus de fabrication se décompose en quatre étapes principales : emboutissage, tôlerie, peinture et montage.


  • L'emboutissage marque le début du processus de fabrication. La matière première arrive à l'usine sous forme de bobines d'acier par voie ferrée ou par camions. Elles sont tout d'abord découpées en flans. Ceux-ci passent ensuite sur une ligne de presses pour être emboutis, détourés, poinçonnés et calibrés. À la suite de ces opérations, les pièces sont prêtes à être utilisées en tôlerie en tant que composants de la caisse (côtés de caisse, capot...). L'activité « Plastiques » consiste à former des ailes à partir de granulés de plastique fondu.


  • La tôlerie est chargée de la fabrication des caisses nues. Elle assemble les pièces embouties pour former une caisse. La carrosserie prend ainsi forme sur la ligne d'assemblage, grâce à différentes techniques telles que la soudure (3 400 points pour Clio III), le rivetage et le clinchage. Ces opérations sont, à 98 %, effectuées par des robots.
  • La peinture a pour missions de protéger la caisse contre la corrosion et de lui donner son aspect final. Après le traitement anticorrosion par immersion, le mastic est appliqué sur les jonctions de tôle (étanchéïté et insonorisation). Une couche d'apprêt, de base colorée et de vernis est appliquée sur la caisse afin d'obtenir l'aspect final du véhicule avant injection de cire dans les corps creux, toujours pour protéger la caisse.
  • Le montage est la dernière étape du processus de fabrication où sont assemblés et montés les éléments mécaniques, le poste de conduite, la miroiterie et l'habillage intérieur du véhicule (tapis, siège...). En parallèle, des ateliers de préparation permettent l'assemblage des sous-éléments (la mécanique, le poste de conduite, l'habillage des portes...). C'est à ce stade que l'usine effectue les derniers contrôles avant commercialisation.

L'usine pour fabriquer ces véhicules s'appuie également sur les services supports comme notamment la logistique, la qualité,...

  • La logistique pilote les flux d'approvisionnement et le flux des véhicules. Elle travaille en interface avec les fournisseurs et les autres départements de fabrication pour que les bons composants soient prêts à l'instant et au lieu précis où ils sont nécessaires tout au long du processus de fabrication.
  • La qualité est la priorité tout au long du processus de fabrication. À chaque étape, celui-ci doit permettre au modèle de répondre rigoureusement aux définitions du cahier des charges. Au moyen de divers contrôles et audits, à chaque étape du processus de fabrication (dont l'autocontrôle au poste de travail), et par des tests sur bancs et sur piste avant expédition, le département Qualité garantit la conformité des véhicules produits afin de répondre aux exigences de Renault dans ce domaine et pour la satisfaction du client.

Activités complémentaires du site[modifier | modifier le code]

Depuis 1952, Flins s'est transformé en complexe industriel en accueillant d'autres directions du Groupe ainsi qu'une diversité d'activités.

Flins compte une activité importante de fabrication de pièces destinées à alimenter d'autres usines du Groupe mais également le réseau après-vente. L’emboutissage produit de nombreuses références (acier et plastique injecté) pour d’autres usines de montage dans le monde entier (Renault, Nissan), environ 60 % de sa production. Un atelier de tôlerie réalise des sous-ensembles pour d’autres sites comme la Clio III RS et les pièces de rechange (exemple : porte de coffre de Megane 2). Un atelier de peinture réalise la protection et masticage de pièces de tôlerie et plastique de tous véhicules du groupe, à l’attention des pièces de rechange (environ 4 000 pièces/jour).

Depuis 1964 le site abrite un magasin central de pièces et accessoires (le CDPA) appartenant à la direction commerciale. Il fait partie des trois existants en France. Il a comme objectif de réceptionner, de stocker et de distribuer des pièces et accessoires dans le réseau après-vente Renault. Le CDPA de Flins gère 40 000 références.

La société CAT (Compagnie d’affrêtement et de transport) dispose d’un centre livreur de stockage et distribution de véhicules Renault et autres marques. Il gère la livraison de la production de l'usine de Flins mais également collecte et réexpédie les autres modèles du Groupe à travers le monde par trois moyens de transport : 20 % par barge sur la Seine, 20 % par voie ferroviaire et le reste par camions.

Le site de Flins accueille également Le Global Training Center (GTC). C'est un centre de formation spécialisé dans les métiers de la fabrication automobile pour les salariés du Groupe Renault. Il a dispensé plus de 58 000 heures de cours pour l'année 2011.

Renault Tech réalise toutes sortes d'adaptations pour répondre à la demande des clients, comme, par exemple, des voitures adaptées aux besoins de personnes à mobilité réduite.

La Direction de la préparation des Besoins Spéciaux pilote et gère la préparation des besoins spéciaux du groupe comme les véhicules presse, salons... hors véhicules utilitaires.

Renault Classic gère plus de 700 véhicules, des milliers d'archives et d'objets divers. Ce service met en valeur la Collection Renault au travers des expositions, de salons, d'évènements sportifs...

Contraintes environnementales[modifier | modifier le code]

Situé en bordure de Seine, en proche banlieue parisienne, et proche d’une nappe phréatique, le site est soumis à des exigences quant aux impacts environnementaux sévèrement contrôlés et a fait l’objet d’aménagements significatifs.

La centrale thermique abrite un équipement de cogénération, c’est-à-dire élaboration de vapeur et d’énergie électrique avec une source peu polluante et d’exploitation optimisée (gaz). La centrale à charbon est fermée au début des années 2000.

Le traitement des eaux polluées est confié à une station d’épuration par laquelle transitent toutes les conduites en eaux usées de l’usine (aucun rejet direct en Seine)

Cette disposition a été renforcée en 2005 par le confinement (rétention des eaux pluviales avant traitement par la station). Deux grands bassins permettent d’éviter tout rejet en Seine lors des orages, contexte défavorable à l’équilibre en oxygène et à la faune aquatique.

Le département peinture a réduit ses émissions COV (composés organiques volatils) de 75 % (entre 2004 et 2008) par l’utilisation des bases hydrosolubles (peinture à l'eau).

Le tri sélectif des déchets et leur valorisation sont généralisés (plastique, papier, cartons, chutes de métal).

Ces réalisations, ainsi que la continuité des actions d’amélioration, font que le site est certifié ISO 14001 depuis 2000 (référentiel environnemental) et cette certification lui est annuellement renouvelée depuis.

Avenir de l’usine[modifier | modifier le code]

En 2009, 179 495 Clio III ont été produites à Bursa (Turquie) contre 125 400 à Flins[6].

Le site a été retenu en septembre 2008, et confirmé le 5 novembre 2009, pour fabriquer un véhicule électrique (sur la base du "concept car" Zoé). L’avenir du site est lié à ce projet porteur d'espoirs, où l’usine devrait aussi assurer la fabrication et l’assemblage de batteries.

Autre activité en développement : le recyclage des véhicules en fin de vie. Mise en place d’un atelier de déconstruction.

Grandes dates de l'usine[modifier | modifier le code]

  • 1947 : début des travaux de construction
  • 1952 : inauguration le 2 octobre, puis 50 Frégate tombent de chaîne chaque jour.
  • 1955 : décès de Pierre Lefaucheux, président de la RNUR, dont l'usine prendra le nom.
  • 1956 : la Dauphine conduit l'usine vers la très grande série; 250 000 vh/an dépassés en 1958.
  • 1957 : la production dépasse 1 000 / jour. Visite d'Elisabeth II. Plus de 5 000 salariés dans l'usine.
  • 1959 : visite de Nikita Khrouchtchev.
  • 1962 : l'usine dépasse 10 000 salariés.
  • 1964 : construction d'un centre de distribution de pièces de rechange pour le réseau.
  • 1968 : arrêtée en mai, la production cessera jusqu'au 17 juin (33 jours)
  • 1969 : la production dépasse 300 000 véhicules dans l'année.
  • 1972 : 21 000 salariés à l'usine (point culminant). Début de la R5 phénomène de société.
  • 1976 : record de production à 420 000 véhicules.
  • 1978 : lancement de la R18, dernier grand véhicule lancé à Flins. Après 1986, Flins ne fait plus que des petits véhicules.
  • 1981 : démarrage d'un bâtiment de traitement de surface anticorrosion par cataphorèse (toujours en service en 2009). Développement de l'automatisation : 82 % de la tôlerie R18 robotisée.
  • 1988 : la 10 millionième voiture (une Super 5) sort de l'usine.
  • 1991 : lancement de la Clio, première génération.
  • 1993 : lancement de la Twingo.
  • 1994 : démarrage de l'activité de plasturgie (boucliers puis ailes injectés)
  • 2007 : arrêt de la production de la Twingo. L'usine passe sur une seule ligne de montage, sa capacité est divisée par deux (nominal 160 000/an)
  • 2008 : réindustrialisation de la Clio 2 du fait de la crise, une première pour l'entreprise.

Modèles fabriqués[modifier | modifier le code]

En 2010, l'usine dépassé les 17 millions de voitures fabriquées réparties selon la liste ci-dessous :

  • Juvaquatre : de 1952 à 1960, en versions breaks tôlés et vitrés (dauphinoise à compter de 1956). 59 057 exemplaires, ce modèle né à Billancourt finit ses jours à Flins.
  • Frégate : 126 958 exemplaires assemblés à Flins de 1952 à 1960. La Frégate fut le seul véhicule haut de gamme fabriqué dans cette usine (les 53 505 autres exemplaires fabriqués à Billancourt).
  • Renault 4CV : de 1952 à 1961, 59 545 sur un total du modèle ayant dépassé 1,1 million.
  • Dauphine : de 1956 à 1963, 1 390 891 assemblées.
  • Renault 4 : de 1961 à 1972, 546 492, la majorité des plus de 8 millions de véhicules fabriqués provenant de Billancourt puis de Slovénie.
  • Renault 8 : 841 947 de 1962 à 1971.
  • Renault 16 : de 1964 à 1973, 338 889, le gros de la production étant assemblé à Sandouville.
  • Renault 10 : 412 330 de 1965 à 1969.
  • Renault 12 : 1 415 252 de 1969 à 1978
  • Renault 5 : 3 050 643 de 1972 à 1984
  • Renault 18 : 600 657 de 1977 à 1986
  • Renault 5 : deuxième génération (Super 5), 1 815 805 de 1984 à 1990. Fin de production en Slovénie.
  • Clio I : 1 800 232 de 1989 à 1997
  • Twingo I : de 1993 à 2007, 2 075 000 fabriquées sur un volume total de 2,4 millions.
  • Clio II : depuis 1997, 1 475 166 sorties à fin juillet 2009.
  • Clio III : depuis septembre 2005 (après avoir culminé à 1 300 véhicules/jour soit 325 000 par an, la cadence est tombée à 564 véhicules/jour en février 2009 suite à la crise). 1 294 021 fabriquées à fin décembre 2013.
  • Clio IV : depuis septembre 2012, 104 530 fabriquées à fin décembre 2013.
  • Zoé : depuis le second trimestre 2012, 10 112 exemplaires fabriqués à fin décembre 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont 67 ha de bâtiments couverts
  2. « Flins - Association RENAULT HISTOIRE », sur Association RENAULT HISTOIRE,‎ 11/10/2014 (consulté le 11/10/2014)
  3. Renault produira en France les futures Clio IV "haut de gamme", sur le site latribune.fr
  4. L'usine de Flins démarre la production de la Clio IV, nouveau fer der lance de Renault, sur le site latribune.fr
  5. Clio IV à Flins : Renault entretient le flou, sur le site europe1.fr
  6. « Bursa, l'usine modèle de Renault en Turquie », Le Figaro,‎ 18 janvier 2010 (consulté le 19 janvier 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]