Ploubezre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ploubezre
Le château Kergrist.
Le château Kergrist.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Canton Lannion
Intercommunalité Lannion-Trégor Communauté
Maire
Mandat
Brigitte Gourhant
2014-2020
Code postal 22300
Code commune 22211
Démographie
Gentilé Ploubezrien
Population
municipale
3 451 hab. (2011)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 15″ N 3° 26′ 53″ O / 48.704167, -3.448056 ()48° 42′ 15″ Nord 3° 26′ 53″ Ouest / 48.704167, -3.448056 ()  
Altitude 94 m (min. : 3 m) (max. : 114 m)
Superficie 31,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Ploubezre

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Ploubezre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ploubezre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ploubezre
Liens
Site web www.ploubezre.fr

Ploubezre [plubɛʁ] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en Région Bretagne.

Ses habitants sont les ploubézriens, le z ne se prononce pas.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, relativement étendue, possédait une gare au lieu-dit Kerauzern

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine dans Ploubezre et ses environs remonte à plus de cinq mille ans. Il y fut trouvé des grattoirs datant du Néolithique ainsi que des haches en pierre polie. Le menhir « Ar Min Sul », marque une des époques les plus anciennes de Ploubezre (il a aujourd'hui disparu).

Au Run se trouvent des vestiges d'un tumulus, un cimetière datant de la même époque est également présent à Keryanouen, les différentes fouilles effectuées ont permis de constater qu'il fut utilisé à l'époque romaine.

Des haches en bronze ont été découvertes sur la commune. Une stèle signale également la période gauloise. Les différentes fouilles effectuées à Runfao ont permis de découvrir, dans la basse cour du château, des tuiles, des briques et des restes de construction, ce qui atteste la présence d'une occupation romaine.

En 1330 apparaît la première mention de Ploubezre, des traces de cet écrit figurent dans le procès de canonisation de saint Yves, Ploubezre a alors pour nom de Plebis Petri (pour paroisse de Pierre).

Au Moyen Âge s'élèvent à Ploubezre des mottes féodales, Kerhervé, des châteaux, notamment ceux de Coatfrec et Runfao. Ces deux châteaux sont les plus puissants de la paroisse.

Plusieurs manoirs viennent couvrir le sol de la commune, ils affichent la richesse des seigneurs locaux durant le XVe siècle.

Le chef de guerre La Fontennelle, tristement célèbre pour ses méfaits, occupe le château de Coatfrec en 1592.

À partir du XVIIe siècle, la noblesse préfère résider à Lannion, et de ce fait Ploubezre vit dans l'orbite de Lannion qui se développe de plus en plus.

Au XIXe siècle, la commune de Ploubezre est amputée de quelques hameaux proches de Lannion au profit de cette dernière ville.

Principaux événements[modifier | modifier le code]

  • Le 13 juin 1451, le seigneur de Coëtfrec, Guillaume de Penhoët, reçoit le titre de banneret du duc de Bretagne, ce qui valut à la terre de ce nom le titre de baronnie.
  • Le 8 mai 1577 commencent l'édification du clocher-mur de l'église Saint-Pierre et Saint-Paul (inscription sur le porche).
  • En 1592, le capitaine Guy Eder de La Fontenelle s'établit dans le château de Coëtfrec au nom du duc de Mercour suivant mandement donné à Nantes le 24 juillet. Il s'y fortifie et dirige des incursions sur les environs. Il en est chassé par Sourdéac, gouverneur de Brest, au printemps 1593.
  • Vers 1600, le château de Coëtfrec, qui avait servi de repaire aux Ligueurs pendant la guerre précédente, est démantelé sur ordre de Henri IV.
  • En 1817, le clocher de l'église est frappé par la foudre.
  • Le 11 septembre 1822, Ploubezre cède le hameau de Keranstivel et le moulin de Rosalic au profit de Lannion.
  • Le 27 mai 1830, le clocher est foudroyé une seconde fois.
  • Le 23 juillet 1944, des maquisards font sauter un pont de chemin de fer sur la commune.
  • Vers 1950, la chapelle Saint-Guirec, qui datait de 1698, est démolie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Louis Grall    
    Yves Le Loares    
    Marquis de Kergariou    
1832 1848 Jean-Marie Allain    
1848 1851 Yves Aurégan    
1851 1855 Laurent Allain    
1855 1890 Jean-Marie Derrien    
1890 1891 Jean-Baptiste Longeart    
1891 1902 Arsène Allain    
1902 1929 Charles Le Parquer    
1929 1942 M. Allain   Docteur
1942 1965 Jean-Pierre Huon de Penanster    
1965 1989 Claude Queffelou    
1989 1992 André Paugam PS  
1992 2014 Jean-Yves Menou PS Retraité
2014 en cours Brigitte Gourhant DvD Agricultrice

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 451 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 925 2 806 2 983 3 091 3 582 3 320 3 346 3 487 3 393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 490 3 396 3 394 3 358 3 302 3 233 3 129 3 054 2 905
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 983 2 950 2 900 2 685 2 608 2 512 2 325 2 149 2 128
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 052 1 934 2 196 2 652 2 709 2 624 2 855 2 922 3 376
2011 - - - - - - - -
3 451 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Résultats des élections[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

  • En breton, la commune se nomme Ploubêr.
  • Le maire, Jean-Yves Menou, a signé la charte « Ya d'ar brezhoneg », visant à promouvoir le breton au sein de la commune, le 23 octobre 2009.
  • Il n'y a plus de filière bilingue breton-français à Ploubezre depuis la fermeture en 2011 de l'école privée Saint-Louis qui dispensait cet enseignement.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les cinq croix (Ar Pemp Kroaz).
La chapelle de Kerfons-en-Kerfaouës.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]