Micro-trottoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le micro-trottoir est une technique journalistique qui consiste à interroger des personnes ciblées, le plus souvent dans la rue, pour leur poser une question et collecter leur opinion spontanée sur un sujet.

La question est toujours la même pour chaque personne interrogée. Elle peut être fermée, c’est-à-dire demander une réponse qui soit « oui » ou « non » ou encore « pour » ou « contre » avec une argumentation ; ou alors ouverte, c’est-à-dire demander des réponses développées, par exemple : « que pensez-vous de... », « que faut-il faire pour... ».

Par la spontanéité implicite des réactions obtenues, un micro-trottoir sert à donner un aperçu de l'opinion publique dans des domaines variés, par exemple l'opinion sur un pays[1], ou bien une idée politique[2].

Utilisation dans les médias[modifier | modifier le code]

Le micro-trottoir, qui dans le jargon journalistique se transforme en « micro-trott », est largement utilisé en radio et en télévision pour enrichir un reportage de « sons » (témoignages). Les témoignages d'un micro-trottoir sont généralement insérés dans un sujet général. Cette technique permet notamment d'illustrer ou de rendre plus vivant un sujet ardu en mêlant, par exemple, l'avis de spécialistes et des témoignages de gens de la rue.

Afin de trouver des personnes acceptant de répondre à leur(s) question(s), les journalistes réalisent leur micro-trottoir le plus souvent sur les marchés ou dans des rues commerçantes. En cas de sujet lié à l'actualité d'un lieu, le micro-trottoir pourra être réalisé dans une gare un jour de grève des chemins de fer ou devant un musée le jour de l'ouverture d'une nouvelle exposition.

Le micro-trottoir peut également faire l'objet d'un traitement particulier. Ainsi, le quotidien français Le Parisien/Aujourd'hui en France illustre chaque jour un sujet important d'actualité avec la Voix express, une rubrique récurrente de cinq témoignages (avec photo)[3].

Il s'agit d'un genre souvent décrié car mettant en avant des opinions personnelles au détriment du travail d'enquête et d'information[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabienne Boulineau, Ce que les Américains pensent des Français, france-amérique.com, 2000.
  2. a et b « Radioscopie d'un micro-trottoir », enquête réalisée par le site de critique des médias Tocsin.net.
  3. « La parole est au quidam », article de Pascale Caussat paru dans Stratégies le 2 décembre 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]