Négation de la Shoah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Négation de la shoah)
Aller à : navigation, rechercher

La négation de la Shoah est une forme de négationnisme remettant en cause le génocide commis par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale à l'égard des Juifs. Elle est généralement défendue par des militants d'extrême droite, voire néonazis, et plus rarement issus de groupuscules qui se réclament de l'ultragauche. Elle est aussi promue par certaines personnalités et organisations politiques dans les pays musulmans. Son ressort primordial est l'antisémitisme[1].

Cette idéologie, qui se présente elle-même comme une « méthode historique » alternative à l'« histoire officielle », est en réalité une « négation de l'histoire » et est en conséquence condamnée par la totalité des historiens.

Le négationnisme consiste ainsi à prétendre, notamment par la négation de l'existence des chambres à gaz ou de la volonté d'extermination des juifs d'Europe par les nazis, que la réalité (ou le contexte) de ces crimes relèverait du mythe[2]. L'idée d'un complot juif destiné à propager la croyance dans la Shoah, ou d'un complot juif à l'origine du conflit dont ils ont été victimes, est souvent (mais pas invariablement) l'un des moteurs de cette argumentation.

Thèses négationnistes

Les différentes thèses négationnistes relatives aux évènements de la Seconde Guerre mondiale remettent en cause l'existence du génocide et de la volonté planifiée d'extermination des juifs d'Europe par les nazis. Cette remise en cause va de la contestation du nombre ou de la nature des victimes (victimes militaires, et non civiles) à l'existence même des chambres à gaz ou des camps d'extermination[3].

Par la manipulation et la falsification des documents (textes, photographies) produits par les acteurs et les témoins de la « solution finale » et le rejet des preuves matérielles, les négationnistes (qui se nomment eux-mêmes révisionnistes, en référence à la démarche des historiens) affirment notamment tout ou partie des assertions suivantes[4] :

  • aucun ordre ne fut donné en haut lieu pour l'extermination des Juifs[5] ;
  • il n'y a pas eu de plan pour mener à bien une telle extermination ;
  • il n'y avait ni organisation ni budget pour mener à bien un tel ordre ;
  • il n'y avait pas dans les camps d'extermination de matériels suffisamment efficaces (gaz, fours, combustible), et sûrs pour les bourreaux, qui permettent de tuer en masse, et donc pas de chambres à gaz[6] ;
  • la capacité des crématoires n'était pas suffisante pour faire disparaître les millions de corps ;
  • le chiffre de six millions de morts est largement exagéré, les négationnistes parlent de 200 000 à un million de morts, y compris les morts naturelles, précisent-ils encore[7] ;
  • la mort de juifs est imputable aux seules causes d'hygiène (typhus) et d'épuisement des prisonniers en camps de concentration et aux bombardements des Alliés (bombardements des trains, des routes, des camps, des usines, etc.).
  • les juifs, hors les problèmes d'hygiène et de nutrition liés à la guerre (et dont les nazis eux-mêmes auraient souffert) étaient relativement bien traités (pour certains, il ne s'agirait que de camps de travaux forcés) ;
  • il n'y a pas de camp d'extermination ;
  • l'Allemagne nazie ne porte pas la responsabilité de la Seconde Guerre mondiale[8] et que les assassinats de juifs ont été dans certains cas des représailles légitimes[9] ;
  • les crimes de guerre de l'URSS stalinienne sont plus graves que les crimes nazis (qui donc relativement étaient des crimes de guerre comme il y en a souvent)[10];
  • le génocide est une invention de la propagande alliée, principalement juive ou sioniste[8].

Au milieu des thèses négationnistes, on trouve souvent l'argument consistant à accuser les Juifs d'être d'une façon ou d'une autre responsables du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale[11]. Cet argument ne peut cependant pas être qualifié de « négationniste », car le négationnisme porte « sur la réalité du crime », non sur la responsabilité ou les excuses des auteurs et/ou des complices. Il sert toutefois à justifier une prétendue légitime défense des nazis contre les Juifs.

Voici un exemple de rhétorique négationniste, traduite (et légèrement abrégée) par Pierre Vidal-Naquet :

« Le IIIe Reich voulait l'émigration des Juifs, non leur liquidation. S'il avait voulu les liquider il n'y aurait pas en Israël 500 000 survivants des camps de concentration [chiffre imaginaire] touchant des indemnités allemandes pour des persécutions imaginaires. Pas un seul juif n'a été « gazé » dans un camp de concentration. Il y avait dans ces camps des fours crématoires pour brûler les cadavres de ceux qui étaient morts pour une raison quelconque et, particulièrement, à la suite des raids génocidaires des bombardiers anglo-américains. La majorité des juifs qui moururent dans les pogroms et ceux qui ont disparu et dont la trace n'a pas été retrouvée sont morts dans des territoires contrôlés par l'URSS, non par l'Allemagne. La majorité des juifs qui sont supposés avoir été tués par les Allemands étaient des éléments subversifs, des partisans, des espions et des criminels et aussi, souvent, des victimes de représailles malheureuses, mais conformes au droit international… »

— Austin J. App, Journal of Historical Review[12].

Justifications données au « discours officiel »

En général, les négationnistes présentent les thèses des historiens sur le génocide nazi comme de la propagande au profit d'un nouvel ordre mondial qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, ordre mondial qui aurait profité, selon eux, à l'État d'Israël[13]. Il s'agit donc d'une théorie du complot de nature antisémite, comparable à la propagande diffusée par les Protocoles des Sages de Sion. Cette théorie du complot soutient également la thèse que les Juifs ont commencé à inventer la Shoah pendant la guerre, prévoyant la création d'un État qui pourrait tirer profit du sentiment de culpabilité qu'éprouverait le monde occidental devant l'ampleur des massacres. Le mobile des Juifs (de la « juiverie internationale ») serait donc l'argent, par le paiement des indemnités que l'Allemagne a versé après la guerre. Un tract intitulé Le mythe de l'extermination des Juifs, signé Faurisson, et distribué dans des écoles à la fin des années 1980 prétend ainsi : « Les Juifs n'admettront jamais qu'on mette en péril le deutsche Mark. C'est la monnaie des « réparations ». »[14] et la création d'un État juif. L'idéologie antisémite se mêle ainsi, et notamment dans les pays musulmans et au sein de l'ultragauche, à l'antisionisme comme justification du négationnisme[13].

Procédés du négationnisme

Dans le champ de la recherche historique, les arguments avancés par les négationnistes ont été unanimement disqualifiés et beaucoup d'historiens considèrent que la simple discussion de ces thèses est une perte d'énergie. En fait d'arguments, tous les travaux menés sur cette question mettent en lumière l'emploi de simples mensonges[15], d'une méthode hypercritique, tout comme la dissimulation d'information (ou mensonge par omission) et la falsification de documents ou de citations. Sont présentés ci-après les critiques faites par les historiens ayant déconstruit les travaux négationnistes.

Mensonges

L'information donnée par les négationnistes est la plupart du temps simplement fausse, par exemple le nombre de victimes de la Shoah qui aurait été en permanence revu à la baisse par ceux que les négationnistes se plaisent à appeler les « historiens officiels ». Les négationnistes citent, par exemple, l'évaluation du nombre de victimes juives au camp d'Auschwitz-Birkenau, qui était selon eux de quatre millions (sur les six millions au total) jusqu'en 1995 et qui aurait été revu à la baisse à un million cinq cent mille[16].

La réalité est cependant qu'aucun historien n'a jamais avancé le chiffre de quatre millions, qui était mentionné seulement sur une plaque apposée par les autorités communistes (soviétiques puis polonaises). Ce chiffre était issu d'un calcul effectué en 1945 et visait l'ensemble des victimes du camp (le mot « juif » n'apparaît que rarement dans l'évocation par les Soviétiques et les Polonais de quatre millions de victimes à Auschwitz)[17].

Il n'y a donc jamais eu de chiffre de victimes juives revu à la baisse dans la proportion que prétendent les négationnistes. Les chiffres donnés par les historiens pour les victimes juives pour Birkenau ont toujours varié entre 1 et 2 millions, et se basaient sur les documents et témoignages disponibles (dès 1946, Rudolf Höss, commandant d'Auswchitz, donnait un chiffre de 1,13 million)[18].

Les négationnistes prétendent qu'aucun ordre ne fut donné en haut lieu pour l'extermination des Juifs. Les preuves du contraire sont cependant jugées abondantes par nombre d'historiens :

  • Exemple d'un rapport : Hitler a reçu en décembre 1942 un rapport d'Heinrich Himmler établissant que 363 211 juifs avaient été assassinés d'août à novembre 1942[19].
  • Rudolf Höss, commandant d'Auschwitz : « Selon la volonté d'Himmler, Auschwitz était destiné à devenir le plus grand camp d'extermination de toute l'histoire de l'humanité. Au cours de l'été 1941, lorsqu'il me donna personnellement l'ordre de préparer à Auschwitz une installation destinée à l'extermination de masse et me chargea moi-même de cette opération […] »[20].

Les négationnistes dissertent sur l'antisémitisme d'Hitler et font également fi des déclarations de ce dernier, qui montrent qu'il nourrissait dès le début de sa carrière politique un fantasme d'assassinat des Juifs[21], qui s'est transformé en projet[22]. De la même façon, contrairement à ce que prétendent les négationnistes, de nombreux documents contemporains illustrent la politique d'extermination menée à bien par les nazis contre les Juifs[23], et l'on dispose de toute une litanie de déclarations et témoignages contemporains sur la volonté d'extermination des nazis et sur le déroulement du génocide[24].

Dernier exemple tiré des obsessions technicistes des négationnistes : ils prétendent que la capacité des crématoires n'était pas suffisante pour faire disparaître les millions de corps. Les preuves du contraire sont les suivantes : les négationnistes se fondent sur la capacité de crématoires commerciaux destinés à un usage individuel. Outre les fosses crématoires[25], les fours nazis sont des crématoires militaro-industriels. En 1939, la firme Topf und Söhne a gagné un contrat pour construire un fourneau à Dachau, qui avait une capacité estimée d'un corps par heure et par moufle (fois deux moufles). En augmentant la pression de l'air, en juillet 1940, ils avaient fabriqué un fourneau capable de brûler un peu moins de deux corps par heure et par moufle (fois deux moufles, de nouveau). Il nécessitait trois heures d'entretien par jour. Un calcul théorique montre qu'à Auschwitz, les crématoires – plus nombreux – construits sur ces principes, auraient suffi dans une hypothèse de rendement maximal (c'est-à-dire sans arrêt pour entretien) pour brûler 1,7 million de corps entre avril 1943 et novembre 1944[26].

Méthode hypercritique

La méthode hypercritique consiste à « monter en épingle » des faits exacts, mais insignifiants ou isolés, pour en tirer des conclusions qui vont à l'encontre de ce que l'examen de l'ensemble des faits connus implique.

S'il est prouvé qu'une personne s'est trompée ou a été peu précise lorsqu'elle témoignait sur les chambres à gaz, certains négationnistes présenteront ce fait comme une preuve que tout le témoignage est mensonger, puis par extension que tous les témoins mentent ou se trompent. C'est la « théorie des dominos ».

Dans le même ordre d'idée, une critique négationniste du Journal d'Anne Frank est basée sur le fait qu'il contient des pages écrites au stylo à bille, alors que les stylos à bille ne se sont répandus qu'après la guerre. Cette critique passe sous silence le fait, bien connu par les experts ayant analysé le journal, qu'Otto Frank, le père d'Anne, avait apporté des corrections au stylo à bille et que des feuilles volantes, écrites au stylo à bille, avaient été insérées postérieurement dans le journal par quelqu'un d'autre qu'Anne. Les textes rédigés par Anne et authentifiés comme tels ne sont cependant jamais écrits au stylo à bille.

Dissimulation d'information et d'éléments de réfutation

La méthode hypercritique, qui tend à isoler de leur contexte les faits analysés, atteint son paroxysme dans l'occultation de sources contradictoires. Les négationnistes écartent ainsi les faits positifs réfutant objectivement leurs arguments. L'occultation par les négationnistes des conclusions des travaux de Jean-Claude Pressac est ici emblématique.

Un procédé particulièrement habile consiste à dissimuler un élément à charge, puis à y substituer un second, anodin. Par exemple, les négationnistes affirment que les portes des « prétendues » chambres à gaz étaient trop peu solides et peu étanches pour résister au gaz et à la pression d'une foule essayant de s'échapper. À l'appui de cette thèse, les négationnistes présentent des photos de portes de chambres d'épouillage, c'est-à-dire des locaux qui ne servaient pas à l'assassinat d'êtres humains. En fait, aucune chambre à gaz n'est demeurée dans son état original et il n'y a guère de moyen de prouver exactement comment ces portes étaient en réalité. Pourtant, une porte découverte dans le dépôt de matériel de Birkenau nous en donne une idée : elle est massive, renforcée de barreaux en fer, et le judas est protégé depuis l'intérieur par une grille de métal (le verre du judas est ainsi protégé de tout coup porté de l'intérieur).

Résumé des méthodes négationnistes selon Pierre Vidal-Naquet

La négation de la Shoah est définie par l'historien Pierre Vidal-Naquet comme « dans notre société de représentation et de spectacle, une tentative d'extermination sur le papier qui relaie l'extermination réelle »[15]. Pierre Vidal-Naquet résume ainsi les méthodes employées par les négationnistes[27] :

  1. Tout témoignage direct apporté par un juif est un mensonge ou une fabulation.
  2. Tout témoignage, tout document antérieur à la Libération est un faux ou est ignoré ou est traité de « rumeur ».
  3. Tout document, en général, qui nous renseigne de première main sur les méthodes des nazis est un faux ou un document trafiqué.
  4. Tout document nazi apportant un témoignage direct est pris à sa valeur nominale s'il est écrit en langage codé, mais ignoré (ou sous-interprété) s'il est écrit en langage direct.
  5. Tout témoignage nazi postérieur à la fin de la guerre, qu'il soit porté dans un procès à l'Est ou à l'Ouest, à Varsovie ou à Cologne, à Jérusalem ou à Nuremberg, en 1945 ou en 1963, est considéré comme obtenu sous la torture ou par intimidation.
  6. Tout un arsenal pseudo-technique est mobilisé pour montrer l'impossibilité matérielle du gazage massif (voir ci-dessous, section suivante).
  7. Enfin et surtout tout ce qui peut rendre convenable, croyable, cette épouvantable histoire, marquer l'évolution, fournir des termes de comparaison politique, est ignoré ou falsifié.

Condamnation du négationnisme par les historiens

Le négationnisme est unanimement condamné par les historiens[28].

Spécificité des négationnismes à l'échelle internationale

Condamnation par l'ONU

Le 26 janvier 2007, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté la résolution 61/255 condamnant le déni de l'Holocauste[29] en ces termes :

« L'Assemblée générale […] notant que le 27 janvier a été désigné par l'Organisation des Nations Unies Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'Holocauste,

  1. Condamne sans réserve tout déni de l'Holocauste ;
  2. Engage vivement tous les États Membres à rejeter sans réserve tout déni de l'Holocauste en tant qu'événement historique, que ce déni soit total ou partiel, ou toute activité menée en ce sens. »

Négationnisme en France

Historique

Du sortir de la guerre à la fin des années 1970

Diverses formes de négationnismes commencent à se répandre en France immédiatement après la guerre. En juillet 1946, J. Pouillon, dans un article paru dans la revue Les Temps Modernes reproche au procès de Nuremberg d'avoir colporté des « contes de bonne femme ». Maurice Bardèche, beau-frère et meilleur ami de Robert Brasillach[30], publie entre 1948 et 1950 deux livres intitulés Nuremberg ou la Terre promise et Nuremberg II ou les Faux monnayeurs. La thèse centrale de ces deux livres est que les Juifs sont responsables du déclenchement de la guerre et donc indirectement des crimes nazis. Bardèche est aussi le premier à réinterpréter les euphémismes utilisés par les nazis pour désigner leur entreprise d'extermination en expliquant que « si la délégation française au procès de Nuremberg trouve des factures de gaz nocifs, elle se trompe dans la traduction et elle cite une phrase où l'on peut lire que ce gaz était destiné à l'extermination, alors que le texte allemand dit en réalité qu'il était destiné à l'assainissement, c'est-à-dire à la destruction des poux dont les internés se plaignaient en effet[31]. » Bardèche, qui se disait lui-même fasciste, est ainsi le « véritable fondateur du négationnisme en France »[32]. L'autre précurseur du négationnisme français est Paul Rassinier. Instituteur communiste puis socialiste, pacifiste, résistant et déporté, il écrit en 1950 Le Mensonge d'Ulysse, le premier d'une série de livres destinés à présenter les témoignages des survivants du génocide juif comme des mensonges. Exclu de la SFIO, il continue son rapprochement avec les milieux d'extrême droite, jusqu'à être publié par Maurice Bardèche et à collaborer au journal Rivarol[33].

De la fin des années 1970 à nos jours

Ce négationnisme reste très confidentiel jusqu'à la fin des années 1970. Le 28 octobre 1978, la publication par l'hebdomadaire L'Express d'un entretien avec Louis Darquier de Pellepoix, directeur du Commissariat général aux questions juives de 1942 à 1944, intitulé « À Auschwitz on n'a gazé que les poux », marque le début de ce qui devient l'« affaire Faurisson ». Robert Faurisson, ex-maître de conférence en littérature à l'Université Lyon-II, se considère disciple de Rassinier et proclame que le génocide nazi est un « […] mensonge, qui est d'origine essentiellement sioniste, [et] a permis une gigantesque escroquerie politico-financière dont l'État d'Israël est le principal bénéficiaire ». Il envoie alors des lettres à plusieurs journaux et, le 28 décembre 1978, Le Monde publie, accompagné de plusieurs réfutations, un article de Faurisson : « Le "problème des chambres à gaz" ou la rumeur d'Auschwitz[34] ». Robert Faurisson reçoit alors le soutien de Pierre Guillaume, qui commence en 1979 à utiliser le nom d'une librairie fermée depuis sept ans et à laquelle il avait participé : La Vieille Taupe.

Jean-Claude Pressac est un pharmacien qui s'est intéressé aux aspects techniques des chambres à gaz et, face à l'incohérence des données qu'on lui fournissait, s'est rapproché de Faurisson dans les années 1979-1980[35]. Il rompt avec les thèses de Faurisson dès la fin de 1980[35]. En fin de compte, ses travaux, par leur précision, ont surpassé les arguments techniques du « révisionnisme » de l'époque, c'est-à-dire de Faurisson[36], et ont procuré à son auteur une reconnaissance. Il s'est expliqué en ces mots sur sa démarche : « J'ai travaillé avec eux [les révisionnistes] en 1980. Mes doutes étaient légitimes. Personne ne pouvait m'expliquer les contradictions des témoignages auxquelles je me heurtais. Mais je n'ai jamais écrit un seul texte révisionniste. J'ai attendu consciencieusement avant d'écrire. »[réf. nécessaire] Jean-Claude Pressac, aujourd'hui décédé, devint commissaire du Musée d'Auschwitz.

En 1985, l'Université de Nantes délivre à un ingénieur agronome à la retraite, Henri Roques, un doctorat d'université qui récompense une thèse intitulée Les Confessions de Kurt Gerstein. Étude comparative des différentes versions, que l'auteur a rédigée en étroite collaboration avec Faurisson. La thèse fait ressortir les contradictions entre les différentes versions du témoignage du SS Kurt Gerstein en faisant largement référence à des auteurs, tel Paul Rassinier, qualifiés d'« historiens de l'école révisionniste ». La thèse ne nie pas l'existence des chambres à gaz mais, au cours de la soutenance orale, qui se tient devant un jury composé entièrement d'universitaires actifs dans la mouvance d'extrême-droite proche du GRECE, Roques n'hésite pas à extrapoler les conclusions de sa thèse vers la remise en cause de l'existence des chambres à gaz et la dénonciation de la « religion de l'holocauste », en se référant ouvertement à Faurisson. Cette thèse passe inaperçue, et il faut attendre pratiquement un an pour que l'affaire éclate dans les médias. Entretemps, Roques avait organisé sa propre publicité en insistant sur le « caractère explosif » de la thèse. Le diplôme de Roques sera annulé en juillet 1986 pour vice de forme[37],[38],[39].

En 1996, une autre affaire fait scandale. Roger Garaudy, ex-membre du bureau politique du PCF, converti au catholicisme[40] puis à l'islam[41], publie dans le second numéro de la revue négationniste La Vieille Taupe, sorti en décembre 1995, Les Mythes fondateurs de la politique israélienne, dont l'un des chapitres s'intitule « Le mythe des "six millions" (L'Holocauste) »[41]. Après la révélation de cette publication par Le Canard enchaîné, Garaudy et Pierre Guillaume, éditeur de La Vieille Taupe, doivent affronter un procès. L'affaire prend une ampleur importante quand l'abbé Pierre, toujours très populaire en France, accorde son soutien personnel à Garaudy. L'abbé est convaincu de l'honnêteté de ce dernier, sans avoir par ailleurs lu son livre[41]. À la même époque, la presse révèle les doutes de Marc Sautet, fondateur des cafés-philo, sur l'existence de chambres à gaz[42]. Après plusieurs mois de controverses, l'abbé Pierre décide de se retirer provisoirement des médias et, le 17 février 1998, Garaudy est condamné pour diffamation et contestation de crimes contre l'humanité[41]. Garaudy, dans Les Mythes fondateurs, conteste l'application du terme de génocide : « Le mot a donc été employé à Nuremberg de manière tout à fait erronée puisqu'il ne s'agit pas de l'anéantissement de tout un peuple. » Pour lui, les prisonniers des camps et les déportés sont morts en masse parce qu'ils étaient traités « en esclaves n'ayant même pas valeur humaine de travailleurs utiles ».

Extrême-droite et négationnisme

Sans jamais faire du négationnisme l'un de ses thèmes de campagne, certains responsables du Front national entretiennent une ambiguïté certaine dans leur rapport avec l'histoire du génocide juif commis par les nazis, au travers de déclarations minimisant ou relativisant l'utilisation des chambres à gaz. François Duprat, membre du bureau politique du FN de 1973 jusqu'à son assassinat (non élucidé) en 1978, était, comme le rappelle Valérie Igounet, l'« un des principaux diffuseurs des thèses négationnistes au sein de l'extrême droite française et internationale[43] ».

Jean-Marie Le Pen, dans les années 1980, a tenu des propos équivoques sur l'existence des chambres à gaz. Le 13 septembre 1987, il déclarait que leur existence « est un point de détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale » et refuse de répondre à la question du journaliste qui lui demande s'il considère « qu'il y a eu génocide juif par les chambres à gaz6 ». Tout en admettant « la mort en masse de juifs dans les camps nazis », il déclare aussi en 1986 que « les historiens dits "révisionnistes" mettent, eux, en doute le moyen de cette extermination – les chambres à gaz – et son étendue – les six millions. N'étant pas spécialiste, j'ai entendu comme tout le monde le chiffre de six millions, mais je ne sais pas exactement comment il est établi ». Il qualifia de nouveau les chambres à gaz de « détail » à Munich, en décembre 1997. Il fut plusieurs fois condamné pour ces propos, notamment pour « banalisation de crimes contre l'humanité » (en 1991 puis en 1997) et « apologie de crime de guerre » (1999).

En août 1992, Henri Roques déclare au journal Politis que « le révisionnisme progresse au sein du Front national ». Il n'est pas démenti et assiste à l'université d'été du FN, « réservée » aux membres du parti[44].

Le 12 septembre 1998, Jean-Marie Le Pen qualifiait Maurice Bardèche de « prophète d'une renaissance européenne qu'il espéra longtemps », « un grand écrivain et un historien d'avant-garde » à l'occasion des obsèques de celui-ci. Condamné pour « trouble à l'ordre public » ou pour « incitation à la haine raciale », Jean-Marie Le Pen a été condamné pour « contestation de crimes contre l'humanité » le 8 février 2008, à la suite de son entretien accordé à l'hebdomadaire Rivarol, où il déclarait que « en France du moins, l'occupation allemande ne fut pas particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 500 000 km²[45] ». Le Front national en tant que parti politique n'a jamais été poursuivi à ce titre.

Des responsables et élus du FN, comme le conseiller régional Georges Theil, ou Éric Delcroix, conseiller régional de Picardie, ont été condamnés en première instance et en appel pour des propos explicitement négationnistes au titre de la loi Gayssot. Martin Peltier, directeur de National-Hebdo, le journal officieux du FN, a lui aussi été condamné, le 4 avril 1996, pour « contestation de crimes contre l'humanité », à la suite d'un article publié le 4 mai 1994. Malgré cette condamnation, il a écrit en 1998, dans National-Hebdo, que les Waffen-SS étaient avant tout des « patriotes », coupables tout au plus de « bavures »[46]. Dans le même numéro, National-Hebdo ouvrait ses colonnes à Robert Faurisson.

Ultragauche et négationnisme

À la fin des années 1970, des anciens militants de l'ultragauche font de la critique bordiguiste de l'antinazisme un de leurs chevaux de bataille[47]. Cette convergence avec Robert Faurisson est marquée en 1978 par la rencontre de ce dernier avec Pierre Guillaume, fondateur de la librairie La Vieille Taupe, fermée en 1972[48], et leur collaboration tout au long des années 1980 pour défendre et propager des thèses négationnistes.

En avril 1977 avait paru le premier numéro de La Guerre sociale[49], une revue animée par Dominique Blanc et issue de King-Kong international (voir : Communisme de conseils). Le soutien d'une certaine ultragauche à Robert Faurisson commence en juin 1979 par la diffusion par La Guerre sociale à Lyon d'un tract intitulé Qui est le Juif ?. Un deuxième tract est intitulé Les chambres à gaz hitlériennes sont-elles indispensables à notre bonheur ?[50]. Ces textes sont repris dans Vérité historique et Vérité politique, un livre de Serge Thion publié aux éditions de La Vieille Taupe. Toujours en juin 1979, un texte intitulé « De l'exploitation dans les camps à l'exploitation des camps » paraît dans La Guerre sociale. Il aurait été écrit initialement par Gilles Dauvé et corrigé par Pierre Guillaume[51]. La Jeune Taupe, revue du groupe Pour une intervention communiste, développe également les thèmes de l'ultragauche faurissonienne à partir de 1980[52].

Un tract, Notre Royaume est une prison, est distribué à 60 000 exemplaires le 4 octobre 1980. Plusieurs groupes ont participé à la rédaction de ce tract qui s'appuie sur l'ouvrage de Serge Thion et plagie dans certaines phrases le discours de Faurisson : Les amis du Potlatch, Le Frondeur, le Groupe Commune de Crondstadt, le Groupe des travailleurs pour l'autonomie ouvrière, La Guerre sociale, Pour une intervention communiste, ainsi que des révolutionnaires communistes sans sigle[53]. À la suite de ce tract, Libération publie le 25 octobre « La Gangrène », un texte de militants de la première Vieille Taupe comme Jacques Baynac et Belà Elek qui s'en prennent à cette gangrène faurissonienne qui gagne rapidement sinon l'extrême gauche, du moins des individus dont on pourrait penser que leur passé était une garantie[54].

Valérie Igounet a tenté de résumer les articulations rhétoriques de ce qu'elle appelle le « discours révolutionnaire faurissonien »[55] :

  1. Dans la pensée politique contemporaine, le fascisme joue avant toute autre idéologie, le rôle du diable, mais cette idéologie est d'abord le moyen de noyer les perspectives du prolétariat dans la confusion et d'intégrer cette classe dans la défense du monde capitaliste.
  2. Le mythe des six millions de victimes juives du deuxième conflit mondial est devenu la clef de voûte d'une représentation religieuse universelle.
  3. Les morts en déportation sont mis en avant au détriment des millions d'hommes qui meurent chaque année à travers le monde.
  4. Auschwitz apparaît comme le « grand alibi » de la bourgeoisie démocratique pour camoufler la réalité de l'exploitation quotidienne du Capital (reprise des arguments d'Auschwitz ou le grand alibi).
  5. Les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale masquent leurs propres atrocités. Quant à la légitimité et l'avenir de l'État d'Israël, ils reposent sur les « cadavres juifs vrais ou inventés de cette même guerre ».

Pour Serge Thion, tiers-mondiste de gauche, qui a entrepris dès 1979 la rédaction d'un ouvrage devant faire le point sur l'affaire Faurisson[56], « impérialisme sioniste » et « impérialisme nazi » vont de pair, il n'existe guère de différence, techniquement parlant, entre l'occupation israélienne des régions populeuses comme Gaza et la Cisjordanie et l'occupation de la France par l'Allemagne nazie au cours de la Seconde Guerre mondiale[57].

Reconnaissance du problème

La question reste un sujet sensible, comme en témoigne l'affaire du meurtre, par gazage, de juifs au camp du Struthof pour réaliser un musée de la race juive à l'Université de Strasbourg. Cet épisode, jugé déshonorant, reste éludé de la mémoire de cette université malgré les efforts de certains Strasbourgeois, qui ont réussi par ailleurs à faire débaptiser une rue Alexis Carrel.

En France, l'expression publique des propos négationnistes est sanctionnée par la loi Gayssot. L'article 24 bis de la loi sur la presse de 1881 réprime la contestation de l'existence d'un ou plusieurs crimes contre l'humanité tels qu'ils sont définis par l'article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l'accord de Londres du 8 août 1945. La plupart des pays européens sont dotés de législations analogues.[réf. nécessaire]

Le site internet Aaargh, créé en 1996, a été durant plusieurs années l'une des expressions principales du négationnisme en France, avant que les tribunaux français n'ordonnent en 2005 son filtrage par les FAI français (le site a cependant simplement changé d'adresse).

Parmi les négationnistes condamnés comme tels en France, on note Vincent Reynouard, Jean Plantin, Robert Faurisson, Georges Theil, Roger Garaudy.

Négationnisme en Allemagne

Historique

En Allemagne, où le génocide nazi est devenu un thème particulièrement sensible de la mémoire nationale, les partis d'extrême-droite manifestent leur négationnisme (Holocaust-Leugnung) ou leur révisionnisme (Revisionismus[58]) de plusieurs façons :

  • Le NPD refuse de participer aux commémoration des crimes nazis (par exemple la minute de silence observée par le parlement de Saxe le 21 janvier 2005) et fustige la « culture de la culpabilité » de la République fédérale. Il préfère insister sur les « victimes allemandes » dont il exagère volontiers le nombre[réf. nécessaire], comme celles du bombardement de Dresde, lequel est qualifié par les milieux d'extrême-droite de Bomben-Holocaust.
  • La DVU invite régulièrement des négationnistes comme Arthur Butz ou David Irving à s'exprimer dans ses rassemblements ou dans les colonnes du Deutsche National-Zeitung.

Quelques négationnistes importants en Allemagne

  • Otto Ernst Remer (1912-1997). Pendant la guerre, il dirige la répression contre les instigateurs de l'attentat contre Hitler du 20 juillet 1944. Associé à l'organisation de colloques de l'Institute for Historical Review (IHR) et de la conférence Wahrheit macht frei en 1990, il s'exprime à plusieurs reprises dans les conférences organisées par Thies Christophersen. Il est notamment l'auteur des Remer-Depesche, dans lesquelles il remet en cause le nombre de morts au camp d'Auschwitz et l'existence de chambres à gaz. Il a été condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale et pour négationnisme et évite la prison en s'exilant en Espagne en 1994. Il a aussi été l'un des créateurs du SRP, successeur du parti nazi interdit en 1952.
  • Germar Rudolf (né en 1964)
  • Thies Christophersen (1918-1997)
  • Ernst Zündel (né en 1939)

Négationnisme en Espagne et en Amérique latine

Selon le politologue Jean-Yves Camus, « le négationnisme de langue espagnole […] est un rameau tardif du négationnisme en général ». Il s'agit d'un « négationnisme empruntant souvent à la fois au néonazisme et au catholicisme intégriste dans ses préjugés antisémites, lesquels sont des déclinaisons de l'antijudaïsme religieux et de la théorie du complot ». Sa « seconde spécificité est que, l'Espagne étant restée neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, et l'Amérique Latine n'ayant que très marginalement participé au conflit, le négationnisme qui s'y exprime n'est pas, comme en Allemagne ou dans les pays qui ont collaboré avec le nazisme, une manière de s'absoudre des crimes du nazisme »[59].

Quelques négationnistes hispanophones importants

  • Les Espagnols Enrique Aynat (auteur de El holocausto al debate, respuesta a Cesar Vida et de Los protocolos de Auschwitz, una fuente historica ?) et Joaquin Bochaca (auteur de El Mito de los seis milliones).
  • Les Argentins Norberto Ceresole (auteur, entre autres, de El Nacional-judaísmo : un mesianismo post-sionista, préfacé par Roger Garaudy) et Walter Beveraggi Allende (auteur de Plan Andinia, el nuevo estado judio (1971).
  • Le Mexicain Salvador Borrego (en) (auteur de Derrota Mundial).
  • Le Chilien Miguel Serrano (auteur de Adolf Hitler, el último avatãr).

Maisons d'édition, revues et sites web négationnistes hispanophones

  • Les éditions Garcia Hispan et Libreria Europa.
  • Les revues espagnoles Juanperez (issue de milieux phalangistes radicaux et qui donnera naissance, en 1966, au mouvement néonazi Círculo Español de Amigos de Europa CEDADE auquel a participé le Belge Léon Degrelle), Mundo NS et Bajo la Tirania ; la revue mexicaine La Hoja de Combate.
  • Les sites web espagnols España Roja[60], et Nuevo Orden[61] ; le site web Conspirando contra el Nuevo Orden Mundial[62].

Négationnisme aux États-Unis

L'une des institutions négationnistes les plus actives est l'Institute for Historical Review (IHR), créé en 1979 en Californie. Dirigé par Mark Weber, il publie depuis 1980 une revue, le Journal of Historical Review (en), et organise des conférences auxquelles a souvent participé Robert Faurisson[63].

Le chef de file du négationnisme aux États-Unis est Arthur Butz, auteur de The Hoax of the Twentieth Century. A Case against the Presumed Extermination of European Jewry (en français « L'imposture du XXe siècle siècle ») publié en 1976 par l'IHR. Ce livre reste l'une des principales références des négationnistes. Selon Butz, « la plus simple des bonnes raisons d'être sceptique au sujet de l'allégation d'une extermination est aussi la raison la plus simple à concevoir : à la fin de la guerre, ils étaient toujours là ». Il prétend que les victimes des crimes nazis ont été à tort portées disparues et que les chiffres fantaisistes qu'on trouve dans le Talmud prouvent que les Juifs ont une propension à sortir des chiffres imaginaires[64]. Un autre négationniste américain particulièrement actif est Austin J. App qui tenta de démontra que les victimes juives du nazisme avaient été persécutées non pour leur judéité, mais parce qu'elles menaient des activités subversives contre le régime[65].

C'est depuis la Californie aussi qu'une immense quantité de tracts, brochures, pamphlets, pseudo-études sont diffusés à travers le monde, au point que Pierre Vidal-Naquet évoque une « Internationale révisionniste qui accueille et redistribue toute cette littérature » qui permis la traduction et la diffusion très large des textes[66]. Ce recyclage des mêmes thèses a pour effet que la littérature négationniste, malgré un nombre imposant d'ouvrages, est finalement très pauvre, ne faisant que répéter à l'envi les mêmes distorsions. Cette auto-alimentation a aussi pour conséquence que les négationnistes américains accordent une place de choix à des personnalités aussi prolixes que Robert Faurisson[réf. nécessaire].

Un autre pôle du négationnisme nord-américain était, jusqu'à sa disparition en 2002, le Liberty Lobby (en), basé aussi en Californie et ayant à sa tête Willis Carto. Ce groupe combinait antisémitisme, antisionisme et racisme anti-Noirs. Ce lobby éditait entre autres l'hebdomadaire Spotlight. Des ouvertures ont été tentées, sans succès, vers la communauté allemande des États-Unis et vers le mouvement libertaire[67].

Les négationnistes américains se sont donnés beaucoup de peine pour asseoir une pseudo-légitimité académique. Ils organisent des colloques, en général à Los Angeles, ont acheté le catalogue d'adresses des membres de la Société américaine d'histoire pour leur proposer leurs publications, mais n'ont finalement, à quelques exceptions près, pas séduit le milieu universitaire, où les écrits d'A. Butz sont ignorés[68].

Dans un cas resté célèbre, l'IHR avait organisé un concours, promettant une 50 000 dollars à celui qui prouverait l'existence des chambres à gaz. Un Américain, M. Mermelstein, qui avait vu une partie de sa famille disparaître à Auschwitz releva le défi, mais il lui fut répondu que ses preuves étaient insuffisantes et l'IHR refusa de lui donner sa prime. Le participant déposa plainte devant la justice californienne. Une procédure de médiation fut organisée à Los Angeles, au terme de laquelle l'IHR dut présenter ses excuses et le candidat reçut son prix[69].

David Irving

Le Britannique David Irving est, parmi les auteurs niant l'existence des chambres à gaz, celui qui a rencontré le plus de succès. Souvent présenté comme un « historien », bien qu'il n'ait pas de diplôme dans ce domaine et qu'il n'ait jamais été enseignant ni chercheur dans aucun organisme consacré à l'histoire, il s'est spécialisé dans la publication de livres sur l'Allemagne nazie. Ses premiers livres ne portent pas sur le génocide mais plus généralement sur l'Allemagne et la Seconde Guerre mondiale. Il popularise notamment le chiffre, largement revu à la baisse depuis lors par les historiens allemands, de 135 000 morts lors du bombardement de Dresde. Dans les années 1980, il s'associe de plus en plus fortement avec les milieux négationnistes et l'extrême droite, contestant ouvertement le génocide juif à la fin de la décennie. Il se voit alors interdire de voyager dans plusieurs pays, dont l'Allemagne, le Canada, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande.[réf. nécessaire]

En 1996, il attaque devant la justice britannique l'historienne américaine Deborah Lipstadt, à qui il reproche de l'avoir diffamé en le traitant de « négationniste » (Holocaust denier). La perte de ce procès achève de détruire sa réputation et le cantonne à l'autoédition confidentielle[70]. Dans son arrêt rendu le 11 avril 2000, le juge déclare que David Irving a, « pour des motifs idéologiques qui lui sont propres, falsifié et manipulé les données historiques de manière persistante et délibérée », de sorte que les propos tenus sur lui par Deborah Lipstadt sont justifiés. Le juge écrit par ailleurs dans son arrêt que David Irving est « activement engagé dans la négation de l'Holocauste », qu'il est « antisémite et raciste », et qu'il « s'est associé à des extrémistes de droite qui propagent le néo-nazisme ». Sa plainte est donc rejetée, et il est condamné aux dépens[71].

David Irving a semblé revenir sur ses thèses lors d'un procès qui lui a été intenté fin février 2005 en Autriche, où il s'était rendu pour donner une conférence devant quelques-uns de ses partisans malgré les poursuites antérieures dont il était l'objet de la part de la justice autrichienne. Affirmant n'avoir plus aucun doute sur l'Holocauste et plaidant coupable de ses écrits passés, il a toutefois été condamné à trois ans de prison ferme, le juge autrichien exprimant son scepticisme quant à la sincérité de sa rétractation. De fait, dès le lendemain du procès, David Irving tenait à nouveau des propos négationnistes. En décembre 2006, une cour d'appel commua les deux tiers de sa peine en période de probation, ce qui lui permit de sortir immédiatement de prison. Expulsé d'Autriche, David Irving revint au Royaume-Uni où il reprit ses activités éditoriales et négationnistes.[réf. nécessaire]

Négationnisme dans les pays arabo-musulmans

Robert Satloff écrit dans le Washington Post qu'« une institution respectée spécialisée dans la recherche sur l'Holocauste a récemment rapporté que l'Égypte, le Qatar et l'Arabie saoudite encouragent tous la négation de la Shoah et protègent les négationnistes de l'Holocauste[72]. En 2005, le chef de file des Frères musulmans égyptiens, Mohammed Mahdi Akef (en), a dénoncé ce qu'il appelle « le mythe de l'Holocauste » et a apporté son soutien aux thèses négationnistes du président iranien Mahmoud Ahmadinejad sur l'Holocauste[73].

Pour le politologue Jean-Yves Camus, c'est « le monde arabo-musulman qui, en 2006, constitue la principale aire de déploiement du discours négationniste, où celui-ci est devenu vulgate officielle de […] forces clérico-politiques importantes »[74].

Négationnisme en Égypte

En 1964, le président égyptien Gamal Abdel Nasser déclarait dans la Deutsche Nationalzeitung, un journal allemand d'extrême droite : « Personne ne prend au sérieux le mensonge des 6 millions de juifs assassinés[75]. »

En 1988, Roger Garaudy, auteur du livre négationniste Les Mythes fondateurs de la politique israélienne, a été décoré de la médaille de la prédication islamique par Farouk Hosni, ministre de la culture égyptien. Il a été salué à son arrivée en Égypte comme un « héros », un « nouveau Voltaire »[75]. Mais le soutien à Garaudy ne se limite pas au monde politique égyptien. Un grand écrivain égyptien, Mohamed Salmawy, élu président de l'Union des écrivains arabes en 2006, a pris la défense de négationnistes reconnus (et condamnés) comme Roger Garaudy ou l'anglais David Irving, au nom de la liberté d'expression[75].

Selon Robert S. Wistrich, professeur d'histoire européenne et juive à l'Université hébraïque de Jérusalem, cette « tendance croissante dans le monde arabe, à croire que les Juifs ont consciemment inventé le "mensonge d'Auschwitz", le "canular" de leur propre extermination, dans le cadre d'un véritable plan diabolique visant à accéder à la domination du monde » est liée à un antisionisme radical pour lequel « l'un des attraits de la négation de la Shoah réside […] dans le fait qu'elle ébranle radicalement les fondements moraux de l'État d'Israël »[76].

Négationnisme en Palestine

Autorité palestinienne

Les trois arguments les plus courants niant l'historicité de l'Holocauste sont les suivants : « ce n'est jamais arrivé ; cela a été grandement exagéré ; les Juifs le méritaient de toute façon, certains reprochent à Adolf Hitler de ne pas avoir "terminé le travail". » [77].

Des responsables palestiniens de Cisjordanie ont dissous un orchestre pour enfants et banni son chef d'orchestre en mars 2009 après qu'ils eurent joué pour des personnes âgées survivantes de l'Holocauste[78]. En août de cette même année, les responsables palestiniens à Gaza ont réagi avec colère contre des responsables des services éducatifs de l'ONU qui avaient suggéré qu'il fallait enseigner la Shoah dans les écoles sous contrôle de l'ONU.

Le député israélien Mohammed Barakeh (en) qui a assisté à une cérémonie commémorative de l'Holocauste à Auschwitz dans le cadre d'une délégation de politiciens israéliens, a été vivement condamné pour cette participation par la communauté arabe[79].

Mahmoud Abbas

Mahmoud Abbas, cofondateur du Fatah et président de l'Autorité palestinienne, rédige lors de ses études à Moscou une thèse controversée sur le sionisme, La Relation secrète entre les nazis et les dirigeants du Mouvement sioniste, qu'il publie en 1984 sous le titre L'Autre coté, et dans laquelle il affirme que certains membres du mouvement sioniste et les nazis ont été en contact durant la Seconde Guerre mondiale, dans le but de faire le plus de victimes juives possibles pour convaincre la communauté internationale de créer l'État d'Israël[80],[81]. Selon une traduction réalisée par le Centre Simon-Wiesenthal, Abbas remettrait également en question le nombre de victimes et la véracité des chambres à gaz citant une « étude scientifique » du négationniste français Robert Faurisson[82]. En mai 2003, dans le cadre d'une interview accordée au journal Haaretz, Abbas réfute les accusations de négationnisme sur sa personne et précise son point de vue sur cette affaire[81].

Hamas

Les dirigeants du Hamas encouragent et promeuvent la négation de l'Holocauste : Abdel Aziz al-Rantissi a estimé que « l'Holocauste n'a "jamais eu lieu", que les "sionistes" étaient derrière l'action des nazis, et que "les sionistes" ont financé le nazisme[83] ». Dans un communiqué de presse, le Hamas a dénoncé « le prétendu holocauste, qui est une histoire inventée et sans aucun fondement[84] ». En août 2009, le Hamas a refusé de permettre aux enfants palestiniens d'étudier l'Holocauste, qui leur est présenté comme « un mensonge "inventé par les sionistes" ». Le Hamas a qualifié l'enseignement de l'Holocauste comme étant « un crime de guerre[85] ».

Le chef politique du Hamas Khaled Mechaal a déclaré que les remarques négationnistes de Mahmoud Ahmadinejad étaient « courageuses » et que « les musulmans soutiennent l'Iran parce qu'il exprime à haute voix ce qu'ils ont dans leurs cœurs, le peuple palestinien en particulier » [86].

Négationnisme en Iran

L'ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad a plusieurs fois remis en question la véracité de la Shoah. Selon lui, le « mythe » a été créé par les Occidentaux pour apporter un prétexte à la création de l'État d'Israël[87].

Annexes

Bibliographie

  • « Antisémitisme et négationnisme dans le monde arabo-musulman : la dérive », dans Revue d'histoire de la Shoah (ISBN 2-85056-718-3), janvier-juin 2004, no 180, 480 pages.
  • Stephen E. Atkins, Holocaust Denial as an International Movement, ABC-CLIO, 2009, 320 p. (ISBN 978-0313345388)
  • Alain Bihr (dir.), Négationnistes : les chiffonniers de l'histoire, Syllepse, 1997.
  • Florent Brayard, Comment l'idée vint à M. Rassinier: Naissance du révisionnisme, Paris, Fayard,‎ 1996, 464 p. (ISBN 9782213673912)
  • Lucy S. Dawidowicz, « Lies About the Holocaust », dans Commentary, décembre 1980, p. 31-38
  • Nadine Fresco, Fabrication d'un antisémite, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1999.
  • Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Seuil,‎ 2000, 701 p. (ISBN 9782021009538, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Valérie Igounet, « Vers une internationalisation du négationnisme 1948-2013 : diffusion d'une propagande en France et à l'étranger », dans Olivier Dard (dir.), Supports et vecteurs des droites radicales au XXe siècle (Europe/Amériques), Peter Lang, 2013, 267p. (ISBN 978-3034314442)
  • Martin Imbleau, La Négation du génocide nazi. Liberté d'expression ou crime raciste ? Le négationnisme de la Shoah en droit international et comparé, L'Harmattan, 2003.
  • Louis Janover, Nuit et brouillard du révisionnisme, Paris-Méditerranée, 1996.
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte Poche / Essais »,‎ mai 2005, 238 p. (ISBN 9782707145451, résumé) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Elhanan Yakira, Post-sionisme, post-Shoah trois essais sur une négation, une délégitimation et une diabolisation d'Israël, Paris, PUF, coll. « Fondements de la politique », 2010 (ISBN 978-2-13-056519-2).
  • John C. Zimmerman, Holocaust denial: demographics, testimonies, and ideologies, University Press of America, 2000, 406 p. (ISBN 978-0761818212)

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. « Le négationnisme doit être considéré comme un substitut de l'antisémitisme, sa forme contemporaine. Un antisémitisme post-génocide qui travaille, au fil du temps, sur cet événement de différentes manières : d'une révision à sa négation formelle », Valérie Igounet, Robert Faurisson. Portrait d'un Négationniste, Éd. Denoël, 2012, p. 19
  2. Comme le remarque Pierre Bridonneau (Oui, il faut parler des négationnistes, Avant-propos) « à l'instar de l'idéologue nazi Alfred Rosenberg dont l'ouvrage s'intitulait : Le Mythe du XXe siècle, le livre de Roger Garaudy s'intitule : Les Mythes fondateurs de la politique israélienne. »
  3. What is Holocaust Denial?
  4. Le négationnisme : définition(s), PHDN.org.
  5. Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. 31, p. 31
  6. Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. 37-38, p. 37-38
  7. Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. 32, p. 32.
  8. a et b Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. 33, p. 33.
  9. Bernard Comte, Le Génocide nazi et les négationnistes, 1996. Disponible sur le site PHDN
  10. Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. 33, p. 33
  11. La responsabilité du « complot juif » dans le déclenchement de la guerre est l'une des idées centrales de Maurice Bardèche et Paul Rassinier notamment. En Allemagne, voir la théorie défendue par Ernst Nolte.
  12. JHR, n° 1, p. 57, Vidal-Naquet 2005, p. 33-34
  13. a et b Igounet 2000, Introduction
  14. Vidal-Naquet 2005, p. 182
  15. a et b Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier »
  16. Voir les citations fournies par Gilles Karmasyn, Les plaques des « 4 millions » d'Auschwitz, PHDN, 1997.
  17. Voir les différentes citations fournies par Gilles Karmasyn dans Le nombre de victimes d'Auschwitz, L'estimation soviético-polonaise et l'histoire, PHDN, 2000.
  18. Voir le détail de la falsification négationniste dans Gilles Karmasyn, Les plaques des « 4 millions » d'Auschwitz, PHDN, 1997 et du même, Le nombre de victimes d'Auschwitz, L'estimation soviético-polonaise et l'histoire, PHDN, 2000.
  19. Voir le document en ligne sur PHDN
  20. Rudolf Höss, Le commandant d'Auschwitz parle, Paris, La découverte,‎ 2005, 268 p. (ISBN 978-2-7071-4499-7), p.  177.
  21. Voir les premières déclarations de Hitler entre 1919 et 1921 parmi les déclarations d'Hitler rassemblées par Gilles Karmasyn, L'antisémitisme mortifère d'Hitler - Paroles et documents, PHDN, 2002
  22. Voir les déclarations d'Hitler rassemblées par Gilles Karmasyn, L'antisémitisme mortifère d'Hitler - Paroles et documents, PHDN, 2002
  23. Voir Documents et dossiers sur PHDN
  24. Voir ces déclarations relevées par Gilles Karmasyn dans L'extermination au jour le jour dans les documents contemporains sur PHDN
  25. * Robert Merle, La Mort est mon métier, Éditions Gallimard, coll. Folio. ISBN 2-07-036789-4
  26. Voir complément et sources dans la réfutation à la 42e question-réponse négationniste tirée de Daniel Keren et Ken McVay, 66 Questions et réponses négationnistes réfutées par Nizkor, traduction Gilles Karmasyn, PHDN, 1997, ainsi que dans la 45e réfutation, ibib et à la 45e réfutation, ibib
  27. Vidal-Naquet 2005, p. 35-39
  28. Pierre Laborie, « Les mots de 39-45 », sur http://books.google.fr,‎ 2006 (consulté le 19 mars 2014)
  29. Nations Unies, Résolution adoptée par l'Assemblée générale le 26 janvier 2007 - n° 61/255 - Déni de l'Holocauste
  30. Sur le lien entre la parenté de Maurice Bardèche avec Robert Brasillach et son engagement après 1945 en politique et dans le négationnisme, voir Brayard 1996, p. 224 et suiv. et note 1203.
  31. Extrait de Nuremberg et la Terre Promise, p. 133 et cité par Nadine Fresco (article « révisionnisme » de l'Encyclopedia Universalis édition 1990 reproduit sur le site anti-rev). Voir aussi Maurice Bardèche sur le site PHDN.
  32. Maurice Bardèche
  33. Le site PHDN publie une série de pages sur Rassinier. Les informations biographiques proviennent notamment de l'article consacré par Nadine Fresco à Paul Rassinier dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, reproduit sur le site anti-rev.
  34. Ce résumé doit beaucoup à l'article « révisionnisme » de l'Encyclopedia Universalis édition 2004 de Nadine Fresco (reproduit sur le site PHDN). Voir aussi Les redresseurs de morts.
  35. a et b Igounet 2000, p. 377-385
  36. Igounet 2000, p. 386-393
  37. Igounet 2000, p. 407-436
  38. Commission sur le racisme et le négationnisme à l'université Jean-Moulin Lyon III, Rapport à Monsieur le Ministre de l'Éducation nationale, par Henri Rousso, septembre 2004, chapitre 4, p. 99-111 Texte intégral en ligne.
  39. Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire. Un Eichmann de papier et autres essais sur le révisionnisme, Paris, La Découverte, coll. « Essais », 1987, p. 153-154, Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. ? p. ?
  40. Roger Garaudy, sur le site culturel Evène.fr
  41. a, b, c et d Igounet 2000, p. 472-483
  42. Le Monde, 14 juin 1996, cité par Pierre Bridonneau, Oui, il faut parler des négationnistes, éd. du Cerf, 1997 (ISBN 2-204-05600-6). Avant-propos. Disponible en ligne.
  43. Valérie Igounet, « Un négationnisme stratégique », dans Le Monde diplomatique, mai 1998.
  44. Le Monde, 30 août 1992.
  45. « Le procès de Le Pen pour négationnisme renvoyé », nouvelobs.com, 8 juin 2007, et Le Pen condamné à trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende, latribune.fr, 8 février 2008.
  46. « Pour le directeur de la rédaction de "National Hebdo", les SS étaient des "patriotes" », dans Le Monde, 6 juin 1998
  47. Jean-Patrick Manchette, Alerte aux gaz ! (Contribution à la critique d'une idéologie ultra-sinistre), Charlie Hebdo no 519, 22 octobre 1980 ; chronique reprise dans son livre Les Yeux de la momie, pages 287-293
  48. Igounet 2000, p. 232
  49. Igounet 2000, p. 280
  50. Igounet 2000, p. 283
  51. Igounet 2000, p. 284
  52. Igounet 2000, p. 293-294
  53. Igounet 2000, p. 289-290
  54. Igounet 2000, p. 291
  55. Igounet 2000, p. 295-300
  56. Igounet 2000, p. 258
  57. Igounet 2000, p. 258
  58. Comme en français, le mot Revisionismus pose problème parce qu'il est revendiqué par les négationnistes pour affirmer une légitimité scientifique que la plupart des historiens leur refusent. Il s'est cependant répandu dans le langage courant notamment pour désigner des thèses qui évitent la négation frontale de l'existence du génocide nazi pour se concentrer sur les « crimes des alliés » et les « victimes allemandes ». Ce discours est aussi controversé en Allemagne que le négationnisme proprement dit et est associé aux milieux d'extrême-droite qui l'utilisent comme une stratégie pour contourner le risque d'interdiction ou de censure auquel exposent des déclarations négationnistes.
  59. cf. Jean-Yves Camus, Le négationnisme en Espagne et en Amérique Latine.
  60. ESPAÑA ROJA
  61. Nuevorden
  62. Conspirando contra el Nuevo Orden Mundial
  63. Un dossier complet sur l'IHR est disponible sur le site américain de lutte contre le négationnisme Nizkor et des informations en français sur PHDN.
  64. Vidal-Naquet 2005, p. 33
  65. Journal of Historical Review, no 1, repris dans Vidal-Naquet 2005, « Un Eichmann de papier », p. 34
  66. Vidal-Naquet 2005, p. 113 ; voir également Pierre-André Taguieff, « L'héritage nazi », dans Nouveaux Cahiers, 64, printemps 1981, p. 3-22.
  67. Vidal-Naquet 2005, p. 119-120
  68. Vidal-Naquet 2005, p. 120
  69. Vidal-Naquet 2005, p. 182-183.
  70. « David Irving, négationniste pour l'amour d'Hitler », sur le site PHDN, 2001 et (en) Stephen E. Atkins, Holocaust Denial As an International Movement, ABC-CLIO,‎ 2009, 320 p. (ISBN 9780313345388), p. 121-122.
  71. La page de Wikipedia en langue anglaise sur David Irving contient de nombreuses informations, qui ont servi de base au bref résumé présenté ici. Voir notamment le site Internet Holocaust Denial on Trial, qui reprend l'intégralité du procès opposant David Irving à Deborah Lipstadt. Voir également « David Irving, négationniste pour l'amour d'Hitler », sur le site PHDN, 2001.
  72. (en)http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/10/06/AR2006100601417.html
  73. (en) http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/4554986.stm
  74. Jean-Yves Camus, "Le négationnisme : essai de définition", site de SOS Racisme
  75. a, b et c Claude Askolovitch, « Ahmadinejad n'a rien inventé », dans Le Nouvel Observateur, no 2198, 21 décembre 2006. Voir également « Antisémitisme et négationnisme dans le monde arabo-musulman », dans la Revue d'histoire de la Shoah, mars 2004.
  76. (fr) Robert S. Wistrich, L'Antisémitisme musulman : un danger clair et actuel (version abrégée en français – sur le négationnisme : p. 8-9) ; (en) Muslim Anti-Semitism : A Clear and Present Danger (version intégrale et annotée en anglais – sur le négationnisme : p. 37-43).
  77. (en) Bernard Lewis, The Crisis of Islam : Holy War and Unholy Terror, New York, The Modern Library, 2003. p. 155.
  78. (en) http://www.haaretz.com/jewish-world/2.209/palestinian-youth-orchestra-disbanded-over-concert-for-holocaust-survivors-1.273108, http://www.nytimes.com/2009/03/30/world/middleeast/30mideast.html, http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/israel/5091765/Palestinian-orchestra-leader-deported-to-Israel.html
  79. (en) http://www.haaretz.com/jewish-world/news/arab-mk-s-auschwitz-visit-draws-fire-from-jewish-arab-critics-1.262131
  80. « Mahmoud Abbas, Chronologie », Le Monde du 9 octobre 2011
  81. a et b Nicolas Duguay, « Dossier « La spirale de la haine - Mahmoud Abbas » », Radio Canada (consulté le 23 novembre 2011).
  82. (en) Rafael Medoff, « A Holocaust-Denier as Prime Minister of "Palestine"? », David S. Wyman Institute for Holocaust studies,‎ mars 2003 (consulté le 23 novembre 2011)
  83. (en) http://www.guardian.co.uk/world/2003/jun/22/religion.guardiancolumnists
  84. (en)http://www.washingtoninstitute.org/templateC05.php?CID=1946
  85. (en)http://www.jta.org/news/article/2009/08/31/1007549/hamas-condemns-un-for-teaching-the-holocaust#When:14:44:00Z
  86. (en) David Dalin, John Rothmann, Alan Dershowitz, Icon of Evil : Hitler's Mufti and the Rise of Radical Islam, p. 125
  87. « Ahmadinejad nie la Shoah, les Iraniens prennent leurs distances », Le Nouvel Observateur,‎ 18 septembre 2009 (consulté le 23 novembre 2011).