Aircrige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aircrige est l'Association internationale de recherches sur les crimes contre l'humanité et les génocides. Elle a été créée en 1997. Son champ d'action est universitaire :

« Née en 1997, l'Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides (AIRCRIGE) est une association de chercheurs interdisciplinaire et ouverte au-delà de l'Université. Son objectif est de mettre en relation des individus, des groupes et des savoirs héritiers d'événements différents, pour créer l'espace d'échange qui manque entre la recherche, le témoignage et la critique politique, afin de transformer notre rapport sinistrement polémique, culturel ou amnésique à ces événements, en un travail de pensée attentif aux réalités présentes et prochaines.
Contre le durcissement des cloisonnements communautaires et scientifiques qui empêchent qu'un tel espace se mette en place, mais aussi contre l'universalisme banalisateur et bien-pensant qui leur réplique souvent, on vise à l'élaboration d'un lien transversal et réflexif entre les différents groupes rescapés ou héritiers de telles destructions, ainsi qu'avec leurs héritiers indirects, c'est-à-dire tous.
 »[1]

Cette association est présidée par Catherine Coquio[2];

Aircrige anime une activité intellectuelle autour de son objet : recherche documentaire, conférences, colloques, publications sont ses principales activités. Elle a participé à de nombreuses initiatives liées aux Droits de l'homme, à l'histoire, à l'anthropologie et à la littérature.

Aircrige est l'une des associations initiatrices de la Commission d'enquête citoyenne sur l'implication de la France au Rwanda.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Page présentation du site internet d'Aircrige
  2. professeur de Littérature comparée, Catherine Coquio est responsable du groupe de recherches universitaire Littérature et savoirs à l'épreuve de la violence politique.