Zionist Occupation Government

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

ZOG, acronyme de Zionist Occupation Government (Gouvernement d'occupation sioniste) ou de Zionist Occupied Government (Gouvernement occupé par les sionistes), est une théorie antisémite et antisioniste du complot juif selon laquelle un ou plusieurs gouvernements seraient en fait contrôlés par les Juifs. Cette accusation, qui revient à reprendre les thèmes des Protocoles des Sages de Sion[1], est apparue dans les milieux d'extrême droite aux États-Unis (Néonazis, Ku Klux Klan, Aryan Nations) dans les années 1970, et s'est répandue dans les années 1980.

Dans les années 1990, le terme s'est répandu dans les divers milieux néonazis et antisémites du monde. En Belgique, des affiches visant ZOG[pas clair] furent saisies lors de l'arrestation d'un groupe de néonazis[2].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

ZOG apparait dans La Main droite du diable (Betrayed), film de Costa-Gavras consacré au milieu suprémaciste blanc américain. Un speaker de radio juif est assassiné devant sa Citroën DS et l'assassin trace les lettres ZOG sur le corps de la victime et sur la voiture.

Dans la culture musicale[modifier | modifier le code]

Le terme ZOG est utilisé dans la chanson Planet ZOG du groupe de NSBM Ad Hominem, ainsi que dans son titre ZOG is dead.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Deborah Lipstadt, « The Protocols of the Elders of Zion on the Contemporary American Scene », dans Richard Landes, Steven T. Katz, The Paranoid Apocalypse: A Hundred-Year Retrospective on the Protocols of the Elders of Zion, New York University Press, 2011, 264 p. (ISBN I978-0814748923[à vérifier : isbn invalide]) p. 181.
  2. « Extrême droite - Sang, vol, horreur et autorité », À voix autre, 9 septembre 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]