Lobby juif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le lobby pro-israélien, voir lobby pro-israélien.

Selon le Trésor de la Langue Française, un lobby designe, aux États-Unis et, par extension, dans d'autres pays les groupements, organisations ou associations défendant des intérêts financiers, politiques ou professionnels, en exerçant des pressions sur les milieux parlementaires ou des milieux influents, notamment les organes de presse.

Le lobby juif est donc l'ensemble de ces organisations défendant dans un pays donné les droits et intérêts de la communauté juive, intérêts qui peuvent aujourd'hui inclure le soutien à l'État d'Israël.

Histoire[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le terme de lobby apparaît au XIXe siècle aux États-Unis en référence aux couloirs du Congrès où se regroupent tous ceux qui veulent contacter et influencer les parlementaires au nom d'un groupement d'intérêts[1].

En 1843 est fondé le B'nai B'rith, association qui se donne comme mission « d'unir les Juifs afin de défendre leurs valeurs, [...], de secourir et de protéger les victimes de la persécution ». Ses prises de position sur le plan international lui valent parfois d'être perçus par les esprits malveillants comme une « conspiration juive mondiale »[2].

Au début du XXe siècle se crée l'American Jewish Committee en réponse aux pogroms de la Russie tsariste. Là encore, la politique de l'organisation consiste en une influence discrète de peur d'être prise pour un lobby juif[3].

Quant à l'AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), son origine remonte à 1939 quand fut créé l'Emergency Committee for Zionist Affairs, en réponse à l'antisémitisme régnant alors en Europe[4]. La création de l'État d'Israël crée des besoins d'assistance nouveaux et un comité pro-israélien est officiellement créé en 1954 qui prend le nom d'AIPAC en 1959[4]. Les buts de l'organisation sont de maintenir l'aamitié et la bonne volonté entre les États-Unis et Israël[4]. L'AIPAC reste en 1990 la seule organisation enregistré auprès du Congrès pour du lobbying et de la propagande en faveur des relations américano-israéliennes[4]. Toutefois, en 2008 se crée J Street une organisation rivale, plus à gauche « bras politique du mouvement pour Israël et pour la paix ».

Selon l'institut Pierre Renouvin de l'université Panthéon-Sorbonne reprenant Camille Mansour[Note 1] « la communauté juive américaine doit une large partie de son poids politique à son art confirmé du lobbying. L'influence de ce lobby, démesurée par rapport à sa dimension réelle, tient beaucoup à un environnement idéologico-culturel favorable aux causes qu'il défend mais également à l'efficacité incomparable de ses organisations »[5].

Mitchell Bard, directeur de la Jewish Virtual Library estime qu'il existe un lobby juif formel avec l'AIPAC, d'autres organisations juives tel le B'nai B'rith et même des organisations chrétiennes et un lobby informel constitué principalement des électeurs juifs et aussi de l'opinion publique américaine. Il les oppose au lobby informel arabe comprenant le complexe « diplomatico-pétrolier » (petro-diplomatic complex) initié par le roi Ibn Séoud d'Arabie saoudite en 1951 et le lobby formel arabe représenté par la National Association of Arab-Americans (NAAA) ou Association nationale des Américains arabes fondée en 1972. Outre le plus faible nombre d'Arabes que de Juifs aux Etats-Unis, il attribue la moindre influence du lobby arabe à la désunion qui règne parmi la population arabe américaine, dont beaucoup sont chrétiens et ce malgré l'activisme des 70 000 Palestiniens américains[6].

Aux États-Unis, l'expression « Jewish Lobby » se rapporte donc aux actions des organisations de la communauté juive en faveur de politiciens ou organisations politiques américaines favorables à l’État d’Israël, et à leur soutien lors des élections présidentielles ou au Congrès[7],[8],[9],[10].

Au Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, le Congrès Juif Canadien (en) ou CJC a existé de 1920 à 2011 et selon son propre site[11], ses efforts de lobbying visaient dans les années 1930 à une réduction des restrictions à l'immigration. Dans les années 1950 et suivantes, ces mêmes efforts ont visé à soutenir les Juifs du bloc communiste (Hongrie, URSS, Cuba). Le CJC a lutté contre la propagation de la haine et fait en sorte que les criminels nazis soient poursuivis au Canada. Dans les années 1990, il a accru ses efforts envers les victimes de catastrophes naturelles juives et non-juives[11]. Lui succède en 2011 le Conseil canadien pour la défense et la promotion des droits des Juifs et d'Israël (en) ou CIJA[12] aujourd'hui nommé en français Centre consultatif des relations juives et israéliennes[13].

En Europe[modifier | modifier le code]

Les origines anglo-saxonnes du lobbying ne l'ont pas empêché de se développer très tôt auprès des institutions de l'Union européenne et il existe désormais une véritable industrie du lobby à Bruxelles où sont représentées principalement les collectivités territoriales des États membres[14].

En France[modifier | modifier le code]

Si l'expression est courante aux États-Unis, où le lobbying est une méthode connue, fréquemment utilisée et acceptée dans la vie politique[1], elle est d'un usage beaucoup plus polémique en France, où le terme « lobby » est davantage porteur d'une charge négative. Pour Samuel Ghiles-Meilhac, cela remonte à la Révolution française et à la dissolution des corporations. La loi, « expression de l'intérêt général » émane des assemblées élues et ne saurait être inspirée par des groupements d'intérêts particuliers. Selon cette approche, les lobbies constituent des « courts-circuits de la souveraineté »[1].

Selon le journaliste Pascal Riché, s'appuyant sur l'outil Ngram, l'expression de « lobby juif » prend son essor en France au début des années 1970.
Elle est selon lui utilisée dans un premier temps « sur fond de tensions israélo-arabes » pour désigner le lobby pro-israélien américain.On la trouve alors dans nombre de journaux comme Le Nouvel Observateur ou L’Express.
D'après lui, elle n'endosse une connotation antisémite qu'à la fin des années 1980 dans la presse du Front national.
Jean-Marie Le Pen utilise alors la formule à plusieurs reprises, notamment pour affirmer « Que les juifs aient beaucoup de pouvoir dans la presse,[...] ça ne me paraît pas discutable.Et que les gens du Front national, qui se sont aperçus qu’un certain nombre de lobbies juifs, [...] leur aient fait [subir] en quelque sorte une persécution systématique, ils ont l’impression d’en voir beaucoup, c’est vrai. »[15].

Le CRIF, lobby juif ?[modifier | modifier le code]

Pour l'historienne et sénatrice EELV Esther Benbassa, le CRIF[16] est le lobby juif, conformément à sa charte qui affirme que le CRIF est l’« interprète du Judaïsme en France devant les pouvoirs publics »[17]. Quant à Samuel Ghiles-Meilhac, il juge que le CRIF joue le rôle d'un lobby dans la démocratie française. Il a obtenu des succès « dans le domaine de la définition des politiques publiques de lutte contre l'antisémitisme depuis 2000 »[18]. Mais bien que sa relation à Israël soit un élément essentiel de son discours, il n'exerce pas d'influence décisive dans la relation de la France à Israël[18].

En 2007, Julien Dray, alors porte-parole du Parti socialiste déplore dans Israel Magazine et Le Point, la tendance de la communauté juive à se transposer sur ce modèle américain et regrette qu'elle se soit « transformée en lobby pour peser sur la politique extérieure de la France ». Il juge cette attitude suicidaire en raison de la «faiblesse» du «lobby juif» par rapport au «lobby arabe»[19],[20].

Usage dépréciatif de l'expression[modifier | modifier le code]

Le terme de « lobby juif », thème récurrent du discours antisémite[21], peut parfois être utilisé pour désigner le « lobby pro-israélien[22],[23] », mais le concept de groupes d'influences spécifiquement juifs est antérieur à l'existence de l'État d'Israël[24].

Selon Le Monde diplomatique l'utilisation de l'expression en France serait historiquement le fait de l’extrême-droite, l'expression résumant en deux mots l'ensemble des fantasmes antisémites  : la finance juive, les médias juifs et le pouvoir juif, telle une version modernisée des Protocoles des sages de Sion[25].

Quand le terme de « lobby juif » a été utilisé en 1995 et 2007 par des personnalités importantes, c'était toujours « pour dénoncer les méfaits supposés d'un petit groupe indéfini en dehors du qualificatif de juif »[26]. Ainsi, de François Mitterrand quand on lui reproche son amitié avec René Bousquet ou de Raymond Barre quand on lui rappelle ses propos lors de l'attentat de la rue Copernic[26],[Note 2]. Ces derniers, respectivement ancien chef d'État et de gouvernement français condamnent abruptement « la puissance », « la nocivité », « le fanatisme » et « l'indignité » du lobby juif en France.

De même, en janvier 2011, lorsque le gouvernement décide de retirer le cinquantenaire de la mort de Céline des commémorations de l'année 2011 à la suite d'une demande du CRIF, du Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme et de Serge Klarsfeld, président des Fils et Filles des déportés juifs de France, le philosophe Alain Finkielkraut estime que cela accrédite l'idée que « le lobby juif fait la pluie et le beau temps en France. »[27]

Pour Sébastien Picaud sur Médiapart, l'expression « lobby juif » peut même faire référence à une « théorie du complot » déjà apparue dans le Protocole des sages de Sion, faux élaboré par la police tsariste au début du XXe siècle[28].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Camille Mansour est l'auteur de très nombreux articles publiés pour la plupart dans la Revue d'Etudes palestiniennes (voir référence au chapitre 15 ou dans la bibliographie générale). Il a dirigé des travaux historiques et juridiques dont une histoire palestinienne du conflit publiée en une douzaine de volumes par l'Institut des Etudes Palestiniennes. Voir Camille Mansour sur France Culture.
  2. Par ces propos, Raymond Barre rappelle qu'à la suite de l'attentat de la rue Copernic, il avait déclaré sur TF1 : « Cet attentat odieux qui voulait frapper les Israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic. » Ces propos avaient été dénoncés particulièrement dans les milieux juifs. Cité dans « Barre en quenouille », Le Canard enchaîné, mercredi 7 mars 2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ghiles-Meilhac 2011 lire en ligne
  2. Ouzan 2008, p. 29
  3. Schaefer 2008, p. 65 lire en ligne
  4. a, b, c et d Goldberg 1990, p. 16 lire en ligne
  5. Camille Mansour, Israël et les États-Unis ou les fondements d'une doctrine stratégique, Paris, Armand Colin, 1995, pp. 250-251, cité dans Institut Pierre Renouvin, « L'influence du lobby juif sur la politique étrangère américaine - perception et réalité », Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin, no 20,‎ 2004 (ISSN 1276-8944, lire en ligne)
  6. (en) Mitchell Bard, « Congress & the Middle East: The Pro-Israel & Pro-Arab Lobbies », sur Jewish Virtual Library,‎ juin 2012
  7. « http://harvardpolitics.com/united-states/the-new-israel-lobby/ »
  8. « Élection américaine : le vote juif existe-t-il ? », sur Le Point,‎ 2012
  9. « États-Unis: un lobby comme les autres », sur L'Express,‎ 2007
  10. (en) « So, just how powerful is the Israel lobby in the US? », sur The Independent,‎ 2014
  11. a et b (en) « Canadian Jewish Congress: Over Ninety Years of Advocacy », sur Archives du Congrés Juif Canadien (consulté le 6 octobre 2014)
  12. (en) « Newsworthy » (consulté le 6 octobre 2014)
  13. « Centre consultatif des relations juives et israéliennes » (consulté le 6 octobre 2014)
  14. Malo 2010, p. 73-75 lire en ligne
  15. Pascal Riché, « Lobby » : Philippot fustige un des mots préférés de Jean-Marie Le Pen, blog « Les mots démons » associé à Rue89, 16 décembre 2014
  16. Esther Benbassa directeur d'études à l’Ecole pratique des hautes études (Sorbonne), « Le Crif, vrai lobby et faux pouvoir », sur Libération,‎ 7 février 2010
  17. Samuel Ghiles-Meilhac, De la discorde au fragile compromis
  18. a et b Ghiles-Meilhac 2011 lire en ligne
  19. le Point, « Julien Dray : « Une attitude suicidaire. » », le Point,‎ 17 janvier 2007 (lire en ligne)
  20. David Reinharc, « Entretien Julien Dray : Propos recueillis par David Reinharc », Israël Magazine, no 73,‎ 2007 (lire en ligne)
  21. Alain Houziaux, Israël, les juifs, l'antisémitisme, Éditions de l'Atelier,‎ 2005 (lire en ligne), page 42
  22. Élise Ganem, L'axe Israël-Turquie: vers une nouvelle dynamique proche-orientale, L'Harmattan, 2005, page 78
  23. Marc Hecker, La défense des intérêts de l'état d'Israël en France , L'Harmattan, 2005, page 19
  24. Serge Guérout, Science et politique sous le Troisième Reich, Edition Marketing, 1992, page 59
  25. Dominique Vidal, « Les pompiers pyromanes de l’antisémitisme », Le Monde diplomatique,‎ mai 2004, p. 6 et 7 (lire en ligne)
  26. a et b Ghiles-Meilhac 2011 lire en ligne
  27. Alain Beuve-Méry et Thomas Wieder, « Frédéric Mitterrand fait volte-face et écarte Céline des célébrations de 2011 », Le Monde,‎ 22 janvier 2011 (lire en ligne).
  28. Sébastien Picaud, « Stéphane Hessel et le CRIF : derrière les polémiques, un débat impossible, et l'antisémitisme renforcé », sur Médiapart,‎ mars 2013 (consulté le 1 octobre 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The Israeli Lobby and the US Foreign Policy, par Stephen Walt et John Mearsheimer, professeurs de sciences politiques et de relations internationales
  • (en) The Jewish Lobby and the National Interest, Seymour Martin Lipset
  • (en) The Lobby: Jewish Political Power and American Foreign Policy, Edward Tivnan
  • (en) A Look at The Powerful Jewish Lobby, par Mark Weber, directeur de l’Institute for Historical Review.
  • Samuel Ghiles-Meilhac, Le CRIF. De la résistance juive à la tentation du lobby. De 1943 à nos jours, Robert Laffont,‎ 2011
  • Laurent Malo, Autonomie locale et Union européenne, Groupe de Boeck,‎ 2010
  • Françoise Ouzan, Histoire des Américains juifs, André Versaille,‎ 2008
  • (en) Richard T. Schaefer, Encyclopedia of Race, Ethnicity, and Society, Volume 1, SAGE Publications,‎ 2008
  • (en) David Howard Goldberg, Foreign Policy and Ethnic Interest Groups: American and Canadian Jews Lobby for Israel, Greenwood Publishing Group,‎ 1990

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Définition de lobby par le Centre national de Ressources Textuelles et Lexicales