Lucheux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucheux
Le beffroi de Lucheux
Le beffroi de Lucheux
Blason de Lucheux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Doullens
Intercommunalité Communauté de communes du Doullennais
Maire
Mandat
Michel Duhautoy
2008-2014
Code postal 80600
Code commune 80495
Démographie
Population
municipale
586 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 51″ N 2° 24′ 40″ E / 50.1975, 2.41111111111 ()50° 11′ 51″ Nord 2° 24′ 40″ Est / 50.1975, 2.41111111111 ()  
Altitude Min. 70 m – Max. 174 m
Superficie 27,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lucheux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lucheux

Lucheux est une commune française située dans le département de la Somme et la région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est voisine de Sus-Saint-Léger[1] dans le Pas-de-Calais. Elle est traversée par la rivière Grouche, affluent de l'Authie. La Fontaine, La Paturelle, La Trompette, L'Équilette, ruisseaux permanents, alimentent la Grouche[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

De Lux (lumière) et Lueus (bois sacré). On prétend que, dans la forêt, se trouvait une lumière servant de fanal à l'époque gallo-romaine[2].

L'appellation Luxiès est relevée dans l'Édit des Postes signé par Louis XI, en 1464.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une pierre, au lieudit de Haravesne, est dite datant de l'époque gauloise. Les druides s'y seraient livré à des sacrifices.

Des sarcophages gallo-romains ont été découverts à une faible profondeur[2].

En 678, saint Léger fut mis à mort par Ebroïn dans le bois de Sarcing (Cherchin en picard). Une chapelle en rappelle l'emplacement[2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le château-fort daterait des invasions normandes.

L'église, de style roman, aurait été construite en 1070.

Une abbaye a été édifiée près de l'église[2],[3].

Louis XI signa l'Édit des Postes, encore appelé Édit de Luxiès, le 19 juin 1464, dans le beffroi communal, construit au début du XIIe siècle[2].

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Le château est pris par le capitaine protestant Cocqueville en 1568 (troisième guerre de religion).

Il est également assiégé et pris en 1595, lors d’une opération annexe du siège de Doullens, par les Espagnols d'Hernando Teillo de Porto Carrer (huitième et dernière guerre de religion).

Après la bataille de Waterloo de 1815, Anglais et Cosaques séjournèrent à Lucheux[2].

1849 : Comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure peut, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel. Voici la répartition (en nombre) de quelques-uns des patronymes des 384 électeurs[4],[5](saisie non exhaustive) :

Agnéré Boucher Bernard Démolin François Hémery Maillard Tellier Vérité
3 5 10 7 13 18 5 5 15

En 1871, les Prussiens s'établissent pendant huit jours dans le village[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'azur au brochet d'argent, langué de gueules, posé en pal.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le nombre d’habitants de la commune étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[7].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Pierre Trzcialkowski    
mars 2008 en cours Michel Duhautoy[8]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 586 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 060 1 025 1 112 1 252 1 272 1 245 1 226 1 250 1 292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 302 1 320 1 289 1 165 988 933 908 891 825
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
777 777 731 700 730 622 564 561 608
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
522 543 513 553 607 568 586 589 593
2011 - - - - - - - -
586 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lucheux est une petite cité médiévale au riche patrimoine architectural dont le château, l'église et le beffroi illustrent la division en trois ordres de la société médiévale[11].

Arbustes envahissant partiellement le fossé du château (avril 2007)

Château[modifier | modifier le code]

Entrée du château.

Logo monument historique classé MH (1965), édifié en 1120 par Hugues II de Campdavaine, comte de Saint- Pol, est un puissant ouvrage militaire, régulièrement victime des nombreux combats se déroulant dans la région ; détruit à plusieurs reprises par les troupes anglaises, bourguignonnes et espagnoles, il fut définitivement démantelé sous le règne de Louis XIII[11].

Il subsiste de la forteresse la porte du Bourg (du XIVe siècle) encadrée par deux tours à poivrière, la porte du Haut-Bois et les ruines du donjon du XIIIe siècle remarquable par sa grande salle aux fenêtres géminées sous arcatures[12].
Ce château fort domine le bourg (au nord de la route menant à Avesnes-le-Comte) et accessible depuis son centre (à 200 mètres environ du beffroi), il présente à la vallée une muraille abrupte (partie de bâtiment occupé par une institution) et, à la forêt voisine, des ruines de tours rondes. Le fossé entourant la forteresse est préservé ; sa partie du côté habité est tondue ou fauchée, mais il est pour le reste majoritairement envahi par la végétation qui empêche le visiteur d'en faire le tour[13] avec le confort pédestre et visuel souhaité. Les vestiges de tours rondes sont ainsi cachés sur leur face extérieure, alors que l'entrée (avec poivrières) est parfaitement entretenue et restaurée. L'intérieur permet de comprendre les dimensions du logis seigneurial dont il subsiste les murs et baies géminées de la « grande salle », en contrebas de la motte sur laquelle se dresse un pan conservé du donjon.

Eglise Saint-Léger[modifier | modifier le code]

Logo monument historique classé MH (1913), portant le nom de Saint-Léger l'évêque d'Autun martyrisé en forêt de Lucheux au VIIe siècle[14], date du XIIe siècle et conserve de cette époque des voûtes d'ogives parmi les plus anciennes de France[11]. Les chapiteaux romans y sont encore intacts[15] et plusieurs d'entre eux illustrent les péchés capitaux, comme le mentionne un ancien panneau fixé sur un mur intérieur de l'édifice. Un vitrail représente l'exécution de saint Léger (deux des trois hommes chargés de la besogne s'étaient convertis in extremis et avaient refusé de l'exécuter, on les voit agenouillés, les mains jointes, devant le martyr, le troisième est derrière lui, l'arme levée, prêt à le décapiter).

Beffroi[modifier | modifier le code]

 Patrimoine mondial (2005) Logo monument historique classé MH (1896), le beffroi a été aménagé dans une des anciennes portes de la ville. Jeanne d'Arc y fut enfermée avant d'être conduite à Rouen[11]. Ce beffroi, est classé depuis 1896 et inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO[16] en 2005.

Arbre des épousailles[modifier | modifier le code]

L'arbre des épousailles

Arbre remarquable, curiosité botanique, l'arbre creux ou arbre aux épousailles. Il s'agit en fait de deux vieux tilleuls emmêlés, sur la Place du jeu de tamis, jadis objet d'une tradition locale[17].

Mairie[modifier | modifier le code]

Installée dans un beau bâtiment du XVIIIe siècle.

Chapelle Saint-Léger[modifier | modifier le code]

À quelque distance du village, nichée dans la forêt, une chapelle a été érigée au lieu où l'évêque d'Autun aurait été exécuté le 2 octobre 673. À l'intérieur, une fresque représente son exécution.

Maisons du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le village de Lucheux possède encore quelques belles maisons picardes typiques du XVIIIe siècle ayant conservé une partie de leur authenticité et mises en valeur depuis la prise de conscience de l'intérêt du patrimoine rural régional.


Forêt de Lucheux[modifier | modifier le code]

C'est une forêt privée interdite à la promenade. Cependant, la commune a gardé la jouissance du chemin royal qui la traverse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Léger ou Leodogarius (sur les bords du Rhin, en Austrasie vers 615 - forêt de Sarcing, aujourd'hui Lucheux 678). Évêque d'Autun, il fut martyrisé à plusieurs reprises et mourut décapité dans la forêt de Sarcing.
  • Jean-Baptiste Delecloy ; né à Lucheux en 1747, mort à Amiens en 1807. Delecloy fut notaire royal à Doullens. Sous la Révolution, il fut élu député de la Somme à la Convention. Lors du procès de Louis XVI, il vota la mort du roi en tempérant son vote de la mention " avec sursis jusqu'à la paix ". Ce qui valut néanmoins à sa maison natale à Lucheux le nom de « maison du régicide ». Une rue du village porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Association des Saint-Léger, « Sus-Saint-Léger - 62 » (consulté le 28 avril 2008)
  2. a, b, c, d, e, f et g Notice géographique et historique rédigée par l'intituteur, M. Hémery, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  3. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413626cpaFuo/1/1
  4. Liste électorale de Lucheux, Archives Départementales de la Somme, Amiens, 1849
  5. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011335439674A4EZgt/1/1
  6. noti
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  8. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 13 août 2008 (consulté le 21 novembre 2008)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  11. a, b, c et d Guide bleu Picardie, Hachette, Ed. 2003, p. 113
  12. Jean-Louis MOREL - Morel and co - site personnel, « Plan et descriptif du château de Lucheux » (consulté le 11 mai 2008)
  13. État constaté au printemps 2007
  14. Roger Gazeau - site personnel ou associatif, « Eléments pour une étude sur la diffusion du culte de saint Léger » (consulté le 11 mai 2008)
  15. Lucheux - Merveilles romanes - Les chapiteaux de l'église Saint-léger, éd. Office de tourisme du Doullennais, 24 pages.
  16. WCPA - World Commission of Protected Area, « Classement Patrimoine Mondial de l'UNESCO » (consulté le 11 mai 2008)
  17. Jean-Louis MOREL - Morel and co - site personnel, « Les tilleuls du ménage » (consulté le 11 mai 2008)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Archives départementales de la Somme ont publié un Répertoire des archives de la baronnie et du château de Lucheux, établi et publié par Stéphanie Régniez sous la direction de Isabelle Neuschwander et Marie-Françoise Linon (répertoire numérique détaillé, sous-série 18 J), sans date, 168 pages, bibliographie et table de concordance des cotes. 10 000 documents, entrés en 1989 aux Archives départementales de la Somme, consultables sur place.
Trois parties : le fonds d'Egmont-Pigbatelli, le fonds de la baronnie de Lucheux et des épaves de l'échevinage, de l'Hôtel-Dieu et des Carmes de Lucheux. Les pièces les plus anciennes remontent au XIIIe siècle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]