Bernâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernâtre
L'église, entourée de son cimetière, est au pied de l'ancien château fort.
L'église, entourée de son cimetière, est au pied de l'ancien château fort.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Bernaville
Intercommunalité Communauté de communes du Bernavillois
Maire
Mandat
Jacques Éon
2014-2020
Code postal 80370
Code commune 80085
Démographie
Gentilé Bernâtrois[1]
Population
municipale
33 hab. (2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 54″ N 2° 05′ 34″ E / 50.1983333333, 2.09277777778 ()50° 11′ 54″ Nord 2° 05′ 34″ Est / 50.1983333333, 2.09277777778 ()  
Altitude Min. 60 m – Max. 137 m
Superficie 4,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bernâtre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bernâtre

Bernâtre est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bernâtre est un village rural picard du Ponthieu, situé à la limite entre le département de la Somme (80) et du département du Pas-de-Calais (62), à 21 km au nord-est d'Abbeville.

Compte tenu de sa localisation géographique, la commune se trouve à la limite entre la région de Picardie et de la région Nord-Pas-de-Calais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mahaut de Reinnevel, vicomtesse de Bernâtre, épousa en 1360 Jean, seigneur de Tuncq, descendant des familles de Boubers-Abbeville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881 1908 Eugène Vion    
1908 1931 Achile Goulant    
1931 1959 Edmond Soudain    
1959 1965 Paul Laloux    
1965 1977 Fernand Soudain    
mars 1977 15 février 2010 Jean Legras[3]   Décédé en fonction[4]
2010 2014 Paul Laloux[5]    
2014[6] en cours
(au 6 mai 2014)
Jacques Éon    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 33 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176 178 191 182 181 182 189 186 180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
175 172 196 181 236 164 159 120 119
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
109 112 140 125 122 100 113 102 93
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
78 73 58 45 46 47 49 49 37
2011 - - - - - - - -
33 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bernâtre », sur http://www.annuaire-mairie.fr (consulté le 23 mars 2010)
  2. Alain Moulès & Michel Somon, « Bernatre », sur http://alainmoules.com/ (consulté le 23 mars 2010)
  3. Éric Sara, « BERNAVILLOIS : La vie publique de Jean Legras ressemble à un film », Le Courrier Picard,‎ 23 septembre 2008 (lire en ligne)
  4. Fanny Dollé, « DOULLENNAIS : Premier plongeon dans le budget 2009 », Le Courrier Picard,‎ 19 février 2009 (lire en ligne)
  5. [xls] « Liste des Maires de la Somme »
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. « Notice no PA80000010 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Retable : Scènes de la vie du Christ à Bernâtre (80) », sur http://www.patrimoine-de-france.org,‎ 1993 (consulté le 23 mars 2010)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]