Beaumetz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumetz (homonymie).
Beaumetz
Saint-Nicolas.
Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Bernaville
Intercommunalité Communauté de communes du Bernavillois
Maire
Mandat
Jean-Michel Magnier
2014-2020
Code postal 80370
Code commune 80068
Démographie
Population
municipale
224 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 30″ N 2° 07′ 19″ E / 50.1416666667, 2.1219444444450° 08′ 30″ Nord 2° 07′ 19″ Est / 50.1416666667, 2.12194444444  
Altitude Min. 93 m – Max. 144 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumetz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumetz

Beaumetz est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Autrefois situé dans le Ponthieu, le village se trouve jusqu'en 1926, dans l'arrondissement de Doullens.

Vers le sud où rien ne masque l'horizon, on aperçoit Vignacourt à 16 kilomètres.

L'axe de communication qui va du Havre à Lille traverse la commune dans toute sa longueur.

Sol, sous-sol, relief[modifier | modifier le code]

Le sol est majoritairement argileux et froid. Dans certains endroits de la commune, la terre est argilo-calcaire ou argilo-siliceuse (Fonds de Rovel ou Rouel). Le sous-sol est généralement glaiseux. Partout, on trouve de gros silex qui précèdent ou sont mêlés à la couche de calcaire[1]. Beaumetz, comme plusieurs communes voisines, se trouve sur un plateau d'altitude 149 mètres environ. La limite de partage des eaux entre les vallées de la Somme et de l'Authie se situe à proximité de cette « hauteur »[1].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Une eau de qualité médiocre peut être tirée des puits creusés jusqu'à la nappe souterraine à une trentaine de mètres de profondeur, sous la couche de craie.

En cas de fortes pluies, des ruisseaux se créent qui mènent les eaux de ruissellement dans la vallée de la Nièvre[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beaumetz
Prouville
Longvillers
Beaumetz Bernaville
Fransu Ribeaucourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaumetz, Bellomansum, Beaumes, semble tirer son nom de sa belle situation[1].

Neuf-Mai, Neuf-Metz : équivalent de novus mansus, est une dépendance de Beaumetz[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sires de Saint-Valery, propriétaires de la forêt de Goyaval, n'ont entrepris le défrichage qu'au XIIe siècle, probable point de départ de l'existence du village[1].

La première mention de l'église remonte à 1599. Les Espagnols pillent plusieurs fois le village. Dès 1521, ils saccagent Bernaville et les environs. En 1645, ils enlèvent les registres de catholicité (état-civil) de la localité[1].

En 1815, les cosaques occupent le pays.

Les Allemands sont présents en 1870.

Des jeunes défendent le drapeau français au Tonkin et à Madagascar[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1947 Alexandre Oger    
1947 1965 Paul Devauchelle    
1965 1986 Jean Bayard    
1986 1993 Roland Gamain    
1993 2001 Jacky Jourdain    
mars 2001 en cours
(au 5 mai 2014)
Jean-Michel Magnier   Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 224 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
470 480 488 508 530 561 552 538 524
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
517 525 527 504 467 425 374 352 344
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
319 315 301 251 252 244 233 262 211
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
219 198 191 167 157 170 195 199 224
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas, avec ses ouvertures romanes.
  • Chapelle Notre-Dame de Lourdes.
  • « Muches » ou refuges creusés dans la craie. La salle des associations, près de l'église, a été baptisée « Salle des Muches », en raison de la proximité des souterrains.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Notice historique et géographique réalisée par l'instituteur, vers 1899, Archives départementales, Amiens
  2. Le Ponthieu, Gérard Bacquet, 1992
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 14 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :