Contay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Contay
L'église, à l'angle de la place au bout de laquelle se trouve la mairie.
L'église, à l'angle de la place au bout de laquelle se trouve la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Villers-Bocage
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage et de l'Hallue
Maire
Mandat
Gérard Boivin
2014-2020
Code postal 80560
Code commune 80207
Démographie
Population
municipale
365 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 19″ N 2° 28′ 38″ E / 50.0053, 2.477250° 00′ 19″ Nord 2° 28′ 38″ Est / 50.0053, 2.4772  
Altitude Min. 47 m – Max. 133 m
Superficie 8,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Contay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Contay

Contay est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Contay se situe sur la route départementale 919 reliant Amiens à Arras. La commune est arrosée par l'Hallue, rivière se jetant dans la Somme au niveau de Daours.

Géographie physique[1][modifier | modifier le code]

Le sol et le sous-sol de la commune sont composés de trois ensembles à peu près de même taille, un ensemble argileux situé dans les bas-fonds de la commune, un ensemble siliceux et un ensemble calcaire.

Sur la commune, se trouvent les sources de la Butteresse affluent de l'Hallue.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Le village de Contay est construit de part et d'autre de la route reliant Amiens à Mailly-Maillet. Son bâti ayant échappé aux destruction des deux guerres mondiales est assez ancien.

Des constructions récentes de maisons individuelles sont venues renforcer l'agglomération.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Contay
Léalvillers Acheux-en-Amiénois Forceville
Contay Hédauville
Harponville Warloy-Baillon

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 365 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 481 733 765 969 985 1 023 1 046 1 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
940 910 770 699 645 594 574 567 519
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
483 445 420 377 358 331 317 339 287
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
294 301 285 294 333 353 374 365 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture, sport et loisirs[modifier | modifier le code]

La commune a aménagé récemment un terrain de football.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Fascé d'argent et de gueules à la bordure d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Gérard Boivin   Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le plus ancien seigneur connu est Raoul de Contay, en 1138.
  • En 1507, sa descendante Françoise de Contay épousa Jean d'Humières, gouverneur de Péronne.
  • 1636, le 2 avril, sur les ordre du gouverneur de Doullens, le Capitaine Pagès commandant la cavalerie de Péronne et Monsieur Fay commandant les Volontaires de la Tour de Contay attaquèrent, de nuit, le Fort d'Hébuterne occupé par les Espagnols.
  • 1815, le 5 décembre, arrivée à Contay du docteur Trannoy pour soigner une fièvre gastro-dynamique qui sévissait depuis deux mois.
  • Contay fut le siège d'un important marché, notamment pour les bestiaux, au XIXe siècle siècle. L'ampleur de la place de l'église témoigne encore de cette activité commerciale.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale[modifier | modifier le code]

L'église est dédiée à saint Hilaire. Elle se compose d'une nef à deux vaisseaux, d'un transept et d'un chœur avec abside à trois pans. La tour du clocher est accolée au portail, du côté nord. La façade est formée d'un mur pignon dont le portail est surmonté d'une large fenêtre. Les remplages flamboyants de celle-ci et quadrilobes de la balustrade, au-dessus du portail, sont des réfections effectuées en 1862. À la même date, la partie supérieure du clocher alors "surchargée d'une masse de briques aussi pesante que disgracieuse" a été remplacée par une flèche. Le vaisseau central et le clocher ont été édifiés au XVe siècle, ainsi qu'en témoigne une inscription gravée à l'extérieur de l'église, sur le côté sud de la nef : "cette église fut bâtie en 1457". Le transept et le chœur ont été construits au début du XVIe siècle. Le collatéral nord s'est intercalé entre le clocher et le transept, peut-être dans la seconde moitié du XVIe siècle. Il se distingue du reste de l'église par la simplicité de son élévation : le mur est nu, sans larmier ni mouluration autour des fenêtres.

Contre la façade méridionale du transept, est installé un fragment de dalle funéraire dont l'épitaphe porte la date "1510". Ce vestige provient du monument sépulcral de Louis le Josne, seigneur de Contay et de sa femme Jacqueline de Nesle. Ce monument détruit à la Révolution, était placé sous le bel arc en accolade encore visible à l'intérieur. Louis le Josne était chambellan du duc de Bourgogne[7]. L'église est inscrite à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1926.

Temple protestant[modifier | modifier le code]

Une loi de germinal de l'an X, accorda aux protestants le droit d'exercer leur culte, et de fait, d'avoir des pasteurs et des temples. L'importante population protestante de Contay explique que le premier pasteur officiel du département, Laurent Cadoret, se soit installé à Contay plutôt qu'à Amiens.

Le temple est édifié en 1829, grâce à une subvention de Charles X, sur un terrain acquis par la communauté protestante en 1828. La dédicace a lieu le 11 juin 1829. En 1867, des réparations urgentes doivent être effectuées, car les fondations se sont affaissées, occasionnant des lézardes. Ainsi, la porte d'entrée est murée en 1868. Elle se trouvait alors sur le pignon ouest de l'édifice. En 1870, elle est remplacée par une rosace ornée d'un pentagramme inversé, et on crée une nouvelle entrée en construisant un porche à péristyle, avec un petit fronton triangulaire, sur la façade donnant sur la Grand-Rue. Le temple est un édifice néo-classique de plan rectangulaire, en briques, comportant un soubassement en grès. On peut y lire la date de 1828, portée en fers d'ancrage[8].

Château[modifier | modifier le code]

Le château de Contay se trouve en bordure de la route d'Amiens à Arras, qui forme la rue principale du village. Il est entouré d'un parc de cinq hectares, délimité par un mur d'enceinte en calcaire et en brique. En 1595, le château se trouvait en bordure de l'Hallue, plus près de l'église que l'édifice actuel. Il aurait été détruit vers 1636, au moment du siège de Corbie. En 1702, le domaine fut acheté par Barthelemy d'Amiens. Cette famille le fit reconstruire en 1753, date inscrite en ancres de fer sur les communs, et le conserva jusqu'à la Révolution.

L'édifice actuel est donc un bel exemple d'architecture du XVIIIe siècle. Le corps de logis présente un plan en U, avec deux ailes moins élevées en retour d'équerre. La façade sur cour et celle sur jardin sont symétriques ; elles présentent un large avant-corps central légèrement saillant, dominé par un fronton courbe. À l'ouest du corps de logis s'élève un corps de ferme, dont l'entrée est marquée sur la rue par un porche en craie. Cette ferme comporte plusieurs bâtiments du XVIIIe siècle : le logis du fermier, une écurie et un pigeonnier de plan octogonal[6]. La façade et les toitures sont inscrits à l'inventaire des Monuments historiques depuis 2010.

Cimetière militaire et monument aux morts[modifier | modifier le code]

Statue Notre-Dame de la Route[modifier | modifier le code]

Édifiée en 1955, sous l'impulsion du curé du village, l'abbé Léon Wattiez[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cadoret Laurent, s'installa à Contay en 1822, premier pasteur officiel du département.

Cadoret Paul-Barnabas, son fils, né le 16 septembre 1822 à Contay, mort le 9 février 1811 à Montmeyran (Drôme). Aumônier en chef de la défense de Paris en 1870-71, chevalier de la légion d'honneur en 1871.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Ansart, Histoire des églises de la vallée de l'Hallue, Bibliothèque municipale d'Amiens Louis Aragon, cote 18568 Pic 6318.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice géographique et historique sur la commune de Contay, rédigée par Monsieur Boulfroy, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 18 juillet 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. a et b Itinéraires du Patrimoine, livret no 182 (Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie)
  7. Archives départementales de la Somme. Série 99 O
  8. Itinéraires du patrimoine, livret no 181 (Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie
  9. (en) Site avec photos et mention du nombre de combattants inhumés
  10. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, 2003, F. Paillart Éditeur