Pierregot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierregot
Chapelle Notre-Dame O Pie, entourée de tombes anciennes et nouvelles.
Chapelle Notre-Dame O Pie, entourée de tombes anciennes et nouvelles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiena
Canton Villers-Bocage
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage et de l'Hallue
Maire
Mandat
Loïc Dupont
2014-2020
Code postal 80260
Code commune 80624
Démographie
Population
municipale
253 hab. (2011)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 09″ N 2° 22′ 49″ E / 50.0025, 2.3803 ()50° 00′ 09″ Nord 2° 22′ 49″ Est / 50.0025, 2.3803 ()  
Altitude Min. 95 m – Max. 134 m
Superficie 2,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierregot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierregot

Pierregot (Pièrgou en picard) est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Gérard Philippe    
Mars 2008[1] 2014 Daniel Sauvet    
2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Loïc Dupont    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340 483 378 485 566 625 614 661 652
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
635 582 519 428 392 359 367 342 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
279 285 262 224 213 182 188 174 173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
153 179 180 211 250 243 248 250 253
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de Pierregot est dédiée à saint Jean-Baptiste. Elle date du XVIIesiècle, mais repose sur des fondations plus anciennes. Son plan très simple, se compose d'une nef rectangulaire et d'une abside à trois pans. D'importants travaux furent entrepris au XIXesiècle, notamment sur le clocher. Le pignon du chœur fut également refait en 1820, et les fenêtres sur les élévations nord et sud, furent reprises en 1835[5].

Notre-Dame-O-Pie[modifier | modifier le code]

Au nord du village, au bord de la route d'Amiens à Pas-en-Artois, surgit une chapelle isolée entourée d'un cimetière. Cet édifice solitaire est érigé sur le lieu où l'on découvrit, au XIIIe ou au XIVesiècle, une statue de Notre-Dame. Une niche fut construite pour abriter son effigie. Un édifice de plus grande ampleur fut ensuite élevé par le seigneur de Baizieux ; il honorait un vœu prononcé avant son départ pour la guerre. Le chevalier aurait fait ériger une abbaye pour desservir la chapelle, mais ces bâtiments conventuels ont disparu.

La chapelle est tout naturellement dédiée à la Vierge. Son nom fait référence à l'invocation "o pia" du Salve Regina.

L'édifice date du XVIesiècle, mais sa parure orientale fut remodelée au XIXesiècle : le chevet plat devint alors une abside à trois pans. À l'intérieur, la chapelle conserve une belle charpente apparente contemporaine de la maçonnerie. Elle est ornée de blochets sculptés où l'on reconnaît Dieu le père, deux jeunes gens lisant un livre, sainte Marguerite terrassant le dragon, un évêque, un ange et quatre personnages grotesques[6].

La chapelle est inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) le 30 novembre 1972.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Samuel Daveluy : Maître brasseur à Rainneville. Fils de François Daveluy, et d’Anthome Chault (Bliault). Né à Pierregot, le 4 mars 1600, baptisé sept jours plus tard. X avec Hélène Godefroy, qui lui donna au moins un enfant, Paul Daveluy, auteur de la célèbre branche québécoise, et ancêtre de Louis-Adolphe Daveluy, fondateur de Daveluyville, dans le comté d'Artabaska, au Québec.

Victor Ernest Daveluy : Militaire. Il naquit à Pierregot 1er juillet 1871. Fils François Daveluy, dit Des Bas Bleus, et de Céraphine Cozette. Médaille du Tonkin ; Médaille nationale commémorative de l’expédition de Chine. Les Boxers, secte chinoise, ayant déclenché les hostilités contre les Européens, aboutirent au massacre de Pékin qui, fut l’excuse de l’expédition internationale. Ernest participa aux Cinquante-cinq jours de Pékin. La Grande Guerre arrivant, il fut rappelé. MORT pour la FRANCE, disparu en 1915, à l’âge de quarante-quatre ans. Il figure sur le monument commémoratif de Poix-de-Picardie.

Méloé Colette Daveluy : En 1867, le peintre, Mademoiselle J. van den Haute, donna les traits de Colette à la femme portant le bébé, dans La Nativité de la Vierge, une œuvre picturale exposée dans le chœur de Saint Jean-Baptiste de Pierregot.

J. van den Haute: Artiste-peintre, auteur de La Nativité de la Vierge,donné par SM l'Empereur à l'église de Pierregot.

Albert Daveluy : Employé d’octroi de la ville d’Amiens, né à Pierregot le 23 9bre 1848. † à Mouy, dans l'Oise. Ancien combattant de la guerre de 1870. Blessé à la bataille de Spicheren1, il fut fait prisonnier à Metz, et s’évada par la Hollande. Arrière-grand-père du biographe Jerry de Pierregot.

Eugène Cozette: Fondateur de la coop L’Union, place Saint-Michel à Amiens, affiliée aux magasins Gro de Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 28 février 2009)
  2. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. Archives départementales de la Somme. Série 99 O
  6. Itinéraires du Patrimoine, livret 181 (Direction générale des Affaires culturelles de Picardie)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :